Affronter rationnellement les dangers, mais se libérer de la peur !

“La seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même, l’indéfinissable, la déraisonnable, l’injustifiable terreur qui paralyse les efforts nécessaires pour convertir la déroute en marche en avant.” Ces mots prononcés par F.D. Roosevelt le 14 Mars 1933 mériteraient d’être répétés aujourd’hui, car la peur n’est plus seulement la crainte d’une crise économique qui a tué la confiance, détruit les entreprises, volatilisé les valeurs monétaires et réduit des foules entières au chômage comme lors de la crise de 1929. Roosevelt est l’élu de la crise après trois présidents républicains “libéraux”. Il introduira de la planification,  du contrôle, et une supervision de l’Etat et des Etats fédérés dans les domaines économique et social, bien loin toutefois de la dérive socialiste. Mais ce qui est le plus important en amont de cet interventionnisme qui a marqué l’histoire, c’est l’enveloppe éthique qui l’entoure. Elle est conservatrice, et même réactionnaire. Que dit Roosevelt ? “Nous devons rendre ce temple de notre civilisation aux anciennes vérités.” Il y en a trois : d’abord “la fausseté de la richesse matérielle en tant qu’étalon du succès”, ensuite “notre véritable destinée n’est pas d’être secourus mais de nous secourir nous-mêmes, de secourir nos semblables”, enfin, “la confiance… ne prospère que sur l’honnêteté, sur l’honneur, sur le caractère sacré des engagements…” Supériorité des valeurs spirituelles et morales sur les biens matériels et l’argent, responsabilité personnelle, confiance collective fondée sur des hommes intègres et responsables…

Il n’est pas difficile  de voir à quel point le monde dans lequel nous vivons est aux antipodes de celui que dessinait le président Roosevelt le jour de son investiture. Si nous nous trouvons devant une situation économique angoissante, non seulement en raison de la panne imposée à une grande partie de l’économie mondiale par le confinement, mais aussi à cause du caractère de plus en plus factice de la prospérité fondée sur la création monétaire et la consommation qu’elle facilite, la peur ne semble pas la conséquence de la crise, qu’elle entretient, mais sa cause première. Or, cette peur n’est pas accidentelle. Elle est, sous différentes formes, la marque principale de notre époque. La peur de la mort, raisonnable, et transcendée par les croyances spirituelles, est devenue irrationnelle dans nos sociétés matérialistes. C’est ce qui explique que des responsables politiques du monde entier ont pu imposer des contraintes sans précédent face à une épidémie inquiétante, certes, mais qui n’égale pas, et de loin, certaines qui l’ont précédée. Dans les Etats de culture occidentale, dont la population est vieillissante, le virus a suscité une panique que n’a pas diminuée l’idée que la mort fauchait davantage des personnes que leur âge approchait déjà d’une fin inéluctable. En Europe, cette crainte a suivi celle qui était née du terrorisme islamiste capable à tout moment d’assassiner à la kalachnikov, au camion ou au couteau, n’importe qui, n’importe où. En France, la peur du désordre et des violences liés à des manifestations avait été, entre deux, entretenue savamment par le pouvoir, et sur la planète, mais toujours en Occident plus qu’ailleurs, c’est la frayeur écologiste identifiée désormais à Greta Thunberg qui sévissait depuis un bon moment, soutenue par des dirigeants politiques, des instances internationales, et de nombreux médias… Difficile d’avoir peur de la peur dans un monde qui passe d’une peur à une autre comme on change de mode…

Le résultat c’est la disparition de la confiance pourtant indispensable au bon fonctionnement d’une économie libérale et de pays démocratiques. La peur, loin d’engager à accroître la responsabilité des citoyens les conduit à se tourner vers l’Etat protecteur, à accepter les contraintes qu’il impose et bien sûr, non sans raison, à ressentir méfiance et suspicion devant l’inefficacité de ses dirigeants. La déception suscitée par les Etats engendre deux mouvements qui ne sont qu’en apparence contradictoires : déplacer les espérances de l’Etat vers les organisations non gouvernementales, réputées moins corrompues et plus éthiques, ou vers un gouvernement mondial, sauveur suprême. La vraie solution était celle de Roosevelt : ce sont les nations et leurs Etats qui doivent éteindre la peur et ils ne peuvent le faire que par l’exemplarité morale de leurs élus. On se rend compte à quel point le président français par effraction du printemps 2017 offre le contre-exemple du discours de Roosevelt… La richesse matérielle est bien pour lui l’étalon du succès, face aux gens qui ne sont rien : ” Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires” avait-il lancé comme si la réussite se résumait à de l’argent plutôt qu’à l’inventivité ou à la créativité qui peuvent de surcroît rendre riche sans que ce soit l’essentiel. La France a besoin de savants, d’ingénieurs, de chercheurs, de médecins etc… L’exemple de ces derniers montre que l’on peut réussir en exerçant le mieux possible son métier plutôt qu’en s’associant à de riches et “généreux” laboratoires. La réussite modeste et sereine du Professeur Raoult qui a fait face au péril sanitaire en soignant, et en contredisant ceux qui entretenaient la panique, est un excellent exemple ! Quant à la responsabilité et à la confiance, elles ont laissé place à une infantilisation systématique du peuple français, sur lequel on va faire tomber des milliards pour faire oublier les pénuries causées par l’imprévoyance du pouvoir, mais que l’on va aussi surveiller et contrôler davantage, et dont on va museler la liberté d’expression !

“La seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur” disait Aung San Suu Kyi. Aux Français de méditer cette pensée et de se délivrer de ceux dont le règne les fait passer d’une peur à l’autre.

Articles liés

7 commentaires

  1. Le ” N’ayez pas peur ” remonte à loin. Toute créature humaine et animale connaît plus ou moins la peur.
    Je me suis surpris à vous lire à plusieurs reprises tellement j’ai apprécié ce texte.

  2. Une précision sur la politique de Roosevelt. Il n’a fait que suivre la politique interventionniste de Hoover. Songez au “Hoover” dam de Las Vegas, ou au Highway 1 de Californie construit sous Hoover. En réalité Hoover et Roosevelt ont mené la même politique de grands travaux qui a échoué puisque l’Amérique n’est sortie de la crise qu’à l’extrême fin des années 30. Certains disent même qu’elle n’a retrouvé la prospérité qu’en 1945 avec l’adoption d’une politique libérale. Le socialisme échoue toujours, même avec Roosevelt, idolâtré en France.

    1. Oui, en fait, ce qui m’intéresse ici, c’est l’application de cette phrase dans notre contexte. La politique volontariste de new deal est une question en soi que je n’aborde pas. Je pense pour ma part qu’elle a préparé l’Amérique à la guerre en habituant le monde industriel à des interventions du pouvoir, ce qui s’est produit avec la conversion de l’industrie à la production de guerre. L’économie ne prend son essor véritable qu’avec la guerre.

    2. Roosevelt n’a mené en rien une politique socialiste mais colbertiste dirions-nous en France, dans laquelle l’état dirige et pilote le marché en vue du bien commun national! Et il a eu raison puisque ses prédécesseurs, libéraux eux, n’ont fait que préparé la crise de 1929.

  3. @ Monsieur le Député:

    Le vote de la loi prêt-bail en 1941 aux Etats-Unis avait été fait en vertu du préambule de la Constitution applicable dans ce pays. Je rappelle qu’Emmanuel Macron s’est fondé sur cette dernière pour rendre désormais payants des gains de productivité suite au vote de la loi du 20 Décembre 2017 en France. C’est une réalité historique: l’élaboration du sulfo-benzène, soluble dans l’eau contrairement à la benzine, avait naguère permis d’établir avec certitude la présence d’or ou de platine dans une matière première, à l’exclusion de tout produit intermédiaire. La conséquence économique est alors évidente puisqu’en augmentant la quantité de métal produit et, avec un même coût variable, il y a une diminution du prix de revient permettant un accroissement inversement proportionnel de la masse salariale, en laissant inchangé le coût unitaire de production. Or, il est démontré que ce gain chimique de productivité s’amortit sur une période quinquennale dans le système économique californien dépourvu, par définition, d’accord de branche: toute embauche annoncée par le gouvernement français actuel reste donc aléatoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services