Non à la Flicophobie !

WantedCGT« Une affiche de la CGT (Article l’OBS) stigmatise honteusement la police et fait un odieux amalgame entre quelques brutalités policières largement surexposées par les médias et l’ensemble de la profession. C’est un dérapage scandaleux : pas de stigmatisation, pas d’ amalgame, comme on dit sur d’autres sujets… Il faut évidemment s’indigner de cette forme de racisme envers la police et espérer qu’un SOS police ou un Mouvement Républicain d’Aide aux Policiers se constituent et entament une action en justice contre cette ignoble et infâme marque d’exclusion envers une catégorie de fonctionnaires. Il faut dire « halte » à une manifestation intolérable de poliçophobie, à moins que ce ne soit de la flicophobie. « Touche pas à mon flic » doit être un slogan mobilisant tous les républicains soucieux de rappeler que le respect du gardien de la paix s’inscrit évidemment dans les valeurs fondamentales de la patrie des droits de l’homme et que toute atteinte à leur intégrité rappelle les heures sombres de la Bande à Bonnot. » Voilà comment pourrait s’exprimer dans le langage du politiquement correct la réprobation légitime. Beaucoup d’élus se sont contentés d’un communiqué classique qui sera vite oublié.

Il est effectivement facile de brandir sa vertueuse indignation contre cette affiche. Mais ce serait lui faire trop d’honneur. Elle est tout simplement méprisable. Elle l’est pour deux raisons. La première tient à ce qu’elle révèle l’effondrement du niveau du débat politique. La politique n’est plus qu’un spectacle qui se réduit à de la gesticulation et à de la communication. Autrement dit, peu importe ce que l’on dit ou pense. Ce qui compte, c’est la manière : l’originalité, la provocation pour ceux qui ont du mal à être repérés par les radars médiatiques ; le politiquement correct et la pensée unique pour ceux qui sont au milieu de l’écran et entendent y demeurer. La CGT, ce fossile du communisme qui a fait un tort considérable à notre pays, en termes de journées de travail perdues, d’entreprises cassées ou de réformes bloquées, s’efface progressivement de l’histoire faute de s’y adapter. Alors, elle fait un coup de pub avant les élections, un coup de poker aussi pour faire parler d’elle comme le syndicat le plus « révolutionnaire », au moment où l’extrême-gauche se réveille en Europe face à la dérive technocratique. S’attaquer à la police, et d’une manière outrancière, est un bon moyen d’atteindre ces objectifs. En revanche, le fait que les policiers exposent leur vie pour maintenir l’ordre et assurer la sécurité semble échapper aux concepteurs de l’affiche. Les trois policiers lâchement assassinés par les terroristes islamistes en Janvier 2015 sont déjà oubliés. Chaque année plusieurs perdent la vie en mission, plusieurs centaines sont victimes de blessures. Par ailleurs, ils ont été 55 à se suicider en 2014, de même que 23 gendarmes dans un contexte de famille et de travail sans doute plus difficile à vivre que celui des cadres d’une centrale syndicale. Monsieur Lepaon en sait quelque chose.

Cette affiche est donc indécente. Mais on mesure avec elle le processus suicidaire du renversement des valeurs qui s’opère dans notre civilisation, et plus particulièrement en France. »Stop à la violence » dit l’affiche, comme si la violence était celle de la police, et non celle des manifestants voire des casseurs  qu’on lui commande de contenir. Dans une démocratie libérale, la seule égalité de traitement entre des forces de l’ordre et des manifestants violents est inacceptable. La tolérer, c’est jeter à bas les conditions mêmes d’un Etat de droit. Lorsqu’une manifestation n’est pas autorisée, lorsque les manifestants se livrent à des déprédations, à des destructions ou agressent des policiers, la violence policière est légitime, car son but est de faire respecter la loi et de rétablir l’ordre. La dérive actuelle est le résultat du flou qui s’est répandu sur cette question et des contraintes que les responsables politiques, dans la crainte d’un accident mortel, imposent aux policiers. Il devrait être clair qu’un individu violent doit être mis hors d’état de nuire. Il existe des armes non létales à cet effet. Quant à celui qui balance un pavé ou un cocktail molotov sur des policiers, il devrait savoir qu’il risque sa vie. La clarification de cette situation permettrait de mobiliser les policiers et les gendarmes sur des missions plus utiles à la sécurité de tous. Le courage politique consiste aussi à assumer son devoir en dépit des émotions surjouées que suscitent les médias. Aucun responsable politique qui a marqué l’histoire par sa volonté n’a failli à ce principe.

Mot clés:

6 commentaires

  1. kerneilla - 19 avril 2016 16 h 47 min

    « le renversement des valeurs » : on excuse les délinquants et on condamne les policiers et ceux qui se défendent; on emprisonne les manifestants pacifiques (l’étudiant à la Manif pour tous) mais pas les condamnés; on recule devant les manifestations gauchistes, et on ignore délibérément les solutions de bon sens; on dépense l’argent public d’une façon stupide, et on plume le contribuable (radars insensés etc…)
    A quand des hommes politiques ayant le courage de réformer ce pays, de supprimer les privilèges insensés, les niveaux d’administration superflus, les formulaires inutiles, capables de faire des économies intelligentes en ne dépensant qu’à bon escient…
    A quand des médias qui informent sur des programmes politiques et ne nous ennuient pas avec l’anecdotique et les faits divers….

    Répondre
  2. Thibault Loosveld - 19 avril 2016 17 h 35 min

    Depuis qu’elle existe, la CGT aura vécu de ses mensonges, à tel point qu’elle prétend régulièrement avoir été l’une des organisations ayant initié le programme adopté par le Conseil national de la Résistance; c’est pourtant le secrétaire général de la CGT, en l’occurrence René Belin, qui fut nommé ministre du travail sous le « gouvernement de Vichy » !

    Répondre
  3. Ribus - 20 avril 2016 11 h 54 min

    Cette affiche est surtout une œuvre de la mouvance gauchiste qui sent sa fin approchée. Ils en sont au grand n’importe quoi car en perdition et on verra d’autres énormités de ce genre fleurir au cours des mois à venir.

    Les gauchistes en reviennent à cette hostilité révolutionnaire contre la police qui a connu son heure de gloire en 68 et après lorsqu’il s’agissait d’abattre un ordre établi. Ce genre d’imbécillité est une des dernières convulsions de ce gauchisme.

    Le fait que cela vienne de la CGT n’est pas un bon signe du tout pour ce syndicat qui serait donc en voie de radicalisation.

    Quant à la police, je crois que beaucoup de fonctionnaires font leur travail correctement mais je ne vais leur tresser des couronnes de laurier pour autant. La police est bien prompte à interpeller des familles catholiques et des généraux à la retraite quand on le lui demande  ; ce sont aussi des policiers qui mettent sur écoute et perquisitionnent les opposant politiques.

    Policiers et gendarmes sont quand même passés à la gamelle la semaine dernière au ministère pour de substantielles améliorations de rémunérations et de carrières.

    C’est sans doute le prix de leur silence et de leur subordination nécessaire pour continuer à laisser les casseurs casser et à harceler et réprimer les dissidents politiques.

    Répondre
    • DELAFOSSE - 26 avril 2016 10 h 20 min

      Une Police d’Etat qui désobéirait aux ordres du pouvoir pour n’agir qu’en fonction de ses propres sentiments…ce n’est pas une » Police », c’est une « Milice », libre de toute action et le pire quel qu’elle soit !

      Répondre
  4. Bernard - 21 avril 2016 21 h 47 min

    A force de dérives clientélistes, de démagogie et de compromis avec les différents lobbies , la France entre doucement dans une dramatique spirale d’endettement et de pauvreté. A lire le livre de Olivier Babeau,
    La nouvelle ferme des animaux

    http://www.lesbelleslettres.com/livre/?GCOI=22510100972920

    Répondre
  5. Bernard - 21 avril 2016 21 h 48 min

    La mafia rouge de la CGT qui se gave sur le dos de la classe ouvrère.

    Répondre

Exprimez vous!