Pour une France Libérée !

fl (3)Certains voudraient changer la Marseillaise. D’autres brûlent le drapeau. Honte à eux. En revanche, je ne serais pas mécontent de voir un symbole, non officiel d’ailleurs, rentrer à la basse-cour. Depuis Louis-Philippe, pour éviter les Lys et les Aigles, on se trimbale cette volaille qui ne passe pas pour la plus grande intelligence du règne animal, mais pour un volatile qui associe une vanité ridicule à un caractère querelleur. Le coq gaulois, symbole des divisions stériles et des défaites pleines d’orgueil, est un drôle d’oiseau. Il rassemble trois aspects du caractère national dont les Français tiraient une certaine fierté : la défense bec et ongles du territoire, le courage combatif voire héroïque, la séduction conquérante et même envahissante. Ces images s’étant quelque peu ternies, il reste l’idée d’un emplumé capable de « chanter les pieds dans la merde. » A force de déchanter, il serait préférable désormais que les Français en sortent, qu’ils prennent conscience de ce qu’est devenue la France et de l’urgente nécessité pour elle de se libérer des chaînes qui l’enferment dans la médiocrité, et de se délivrer des illusions qui les ont masquées.

Le tableau est affligeant. Voilà un pays qui passe son temps à célébrer les exceptions qui le ruinent, à nier dans les faits les valeurs dont il se réclame, à accorder de l’audience ou du pouvoir à des gens dénués de talent et qui ne l’aiment pas. Le déclin n’est pas un fantasme, mais une criante évidence, sauf pour ceux dont il accompagne l’ascension comme les bulles dans une coupe de Champagne un de ces soirs de fête décadente que le Tout-Paris affectionne, du Fouquet’s jusqu’à Marrakech.

Lorsque Georges Pompidou meurt en 1974, la France est encore sur le podium dans de nombreux domaines. Depuis, nous avons descendu bien des marches. Nous collectionnons les déficits et faisons grossir la dette avec ténacité. Nous exportons moins que nous n’importons. Notre Etat, notre protection sociale, notre secteur public vivent à crédit. Notre logement est en panne. Ayant du mal à assurer les fins de mois de son fonctionnement, la France n’investit plus suffisamment dans les grandes infrastructures. La façade est repeinte, mais l’essentiel, l’Armée, la sécurité, la Justice n’ont pas les moyens d’assumer les fonctions régaliennes de l’Etat de manière satisfaisante. L’Education Nationale, jadis source de fierté, n’en finit pas de voir son efficacité décroître, à la lumière des enquêtes Pisa : la France est 22e avec une note juste au-dessus de la moyenne. Bonnet d’âne pour le 1er budget de la Nation, après le service de la dette ! Une idéologie mortifère paralyse toutes les réactions naturelles contre le déclin : la fierté d’un passé désormais condamné à la repentance, l’attachement aux institutions solides comme la famille, jugée dépassée dans sa forme traditionnelle, la volonté de défendre une identité et de la faire respecter, immédiatement suspecte de xénophobie, le désir de manifester une solidarité plus grande pour les nationaux, et de ne pas subir sans résister le remplacement de peuple, expressions coupables d’un racisme scandaleux.

Or notre « xénophobie » est ailleurs. Elle se situe dans une autosatisfaction tellement aveugle qu’elle nous fait ignorer les réformes courageuses réussies ailleurs. Deux syndicats ont osé bloquer la circulation ferroviaire au nom du service public. Coût : 153 Millions d’Euros pour la SNCF, mais 400 par jour pour l’économie française. Le fret recule sur le rail en France quand il augmente en Allemagne. Les intermittents pratiquent sans vergogne le chantage au torpillage des festivals d’été pour maintenir une subvention déguisée, imposée aux partenaires sociaux au nom de l’exception culturelle. La France est pourtant loin d’avoir aujourd’hui le même rayonnement culturel qu’à l’époque de Malraux. Qui sont les grands créateurs, les grands écrivains, les grands compositeurs français de notre temps ? Le pays de l’égalité triomphante est dirigé par une caste économique et politique issue des mêmes écoles et dont les performances ne sont pas à la hauteur des privilèges qu’elle s’octroie. Leur abolition, il y a plus de deux siècles, n’empêche nullement la prolifération des statuts inégaux. Les Suédois ont intégré la fonction publique dans le régime général et placé tous les retraités à égalité devant le choix d’arrêter ou non le travail à 61 ans. La République une et indivisible laisse se multiplier des communautés revendicatives et se plie aux exigences  des lobbys qui prétendent les représenter. Au nom de la protection des minorités, c’est la liberté d’expression qui est de plus en plus restreinte. La démocratie se vide de sa substance entre l’oligarchie professionnelle et les multiples instances européennes ou nationales, politiques, judiciaires ou administratives qui la dégagent de sa responsabilité. Les Suisses, eux, pratiquent la démocratie directe. Si nous voulons mettre fin à l’usurpation que le pays subit quels que soient les gouvernements et qui interdit à la majorité du Peuple de faire entendre sa voix, la première réforme, Mère de toutes les autres, serait l’instauration du Référendum d’initiative populaire, seul moyen de libérer l’énergie nationale et de faire du coq … un lion !

 

Mot clés:

7 commentaires

  1. Bachaud - 23 juin 2014 12 h 00 min

    En effet sans référendum d’initiative citoyenne il n’y a pas de démocratie.
    Même pas représentative car pendant 5 ANS l’opposition njh’a aucune chance de pouvoir s’opposer à une loi de la majorité.
    Il n’y a même pas le référendum d’ INITIATIVE PARLEMENTAIRE comme le prévoyait la proposition du Doyen VEDEL EN 1993.
    L’article 11 de N.SARKOZY/BALLADUR a dénaturé la proposition puisque ‘un simple examen par les deux chambres de la proposition de loi déposée par 20% de parlementaires et soutenue par 10 % des inscrits ECARTE definitivement le référendum.
    Le PS en 2012 avait dans son programme la modification de l’article 11 en repreant la proposition de G.VEDEL.
    Si la proposition n’est pas ADOPTEE – en l’état -, dans les 4 mois par le parlement elle est systématiquement soumise à référendum. Qu’attendent les UMP pour deposer cette proposition de loi qui LEUR donnerait la possibilité de s’opposer aux lois les plus mauvaises en les soumettant directement au peuple après refus de l’AN de les modifier.
    Dans une démocratie le peuple ne peut- être réduit au silence entre deux scrutins de même niveau..
    Il faut se renseigner sur le site http://www.article3.fr

    Répondre
    • vanneste - 23 juin 2014 14 h 50 min

      J’ai déposé une Proposition de Loi favorable au Référendum d’Initiative Populaire. Aucune suite en raison de l’opposition conjointe du personnel politique et des fonctionnaires qui ne veulent pas que le Peuple se mêle de leurs affaires.

      Répondre
  2. Isabeau - 24 juin 2014 20 h 43 min

    Le temps du réferendum d’initiative populaire approche. La caste des marchands s’accroche aux lambeaux qu’elle possède encore, mais ses succès apparents sont de plus en plus en trompe-l’oeil.
    Partout, des USA où la corruption des élites atteint des sommets jusque même au coeur de l’UE, l’Allemagne où même Merkel commence à s’user à force de mensonges, la colère couve. Un jour ou l’autre, le bouchon va sauter.
    Au fait, avez-vous entendu parler de l’affaire des réserves d’or allemandes quasi-intégralement barbotées par la Réserve fédérale américaine, un scandale que Merkel couvre à grand-peine ?

    Répondre
  3. Courouve - 25 juin 2014 11 h 43 min

    Le PS nous prépare pour l’automne une campagne en faveur du vote des étrangers.

    Or un tel vote mettrait en cause non seulement la citoyenneté française individuelle, mais aussi la souveraineté nationale.

    http://laconnaissanceouverteetsesennemis.blogspot.fr/2014/06/contre-leligibilite-et-le-vote-etrangers_15.html

    Répondre
  4. Billières - 3 juillet 2014 13 h 00 min

    La première chose à libérer sera les Médias

    Répondre
  5. Pascal G. - 27 juillet 2014 21 h 13 min

    Le FN a importé en France, avec Jean-marie Le Pen, cette idée américaine à l’origine. J-M LP avait pris observé le succès des procédures référendaires anti fiscalistes qui précédèrent le reaganisme et il avait pensé que cela débloquerait les institutions françaises.
    Etrangement aucun dirigeant UMp n’en a voulu, et le pire fut SARKOZY qui promit cette procédure du référendum d’initiative populaire et en fit une usine à gaz qui a supprimé et l’initiative et le peuple.
    Je crains que C. VANNESTE n’ait oublié cette paternité politique, et je pense cela fâcheux : car pour lutter contre la décadence de la France et son implosion accélérée depuis 2002, il faut réunir toutes ldes droites et cesser cette affectation qui consiste à parler en permanence des idées et du programme du FN, sans jamais le nomer ni lui reconnaître une antériorité voire une prescience des évéènements.

    Répondre
    • vanneste - 29 juillet 2014 15 h 11 min

      J’ai depuis toujours défendu cette idée suisse avant d’être américaine. J’ai déposé une proposition de loi en ce sens, en travaillant avec Yvan BLOT, ancien député RPR puis député européen FN qui est LE spécialiste du sujet. Les beaux bébés ont toujours plusieurs pères…

      Répondre

Exprimez vous!