Les Européens sont-ils des lépreux ?

InsultesLes Français ont été les premiers à manifester leur désaccord avec la manière dont on construisait l’Union Européenne. Le 29 Mai 2005, à 54,68% ils avaient refusé le projet de Constitution européenne. Or, ils ont élu l’année dernière le plus eurolâtre des candidats. Certes, leur choix manquait d’enthousiasme, mais ils ne voulaient pas affronter les risques d’un « frexit » et encore moins celui d’un abandon de l’Euro. Simplement, ils souhaitaient qu’une bande d’apparatchiks souvent désavoués par les urnes cesse de leur donner des leçons ou de leur imposer des règles comme si leur avis ne comptait plus. L’approbation du Traité de Lisbonne par la voie parlementaire en Février 2008, alors que 71% des Français voulaient un référendum, a été vécue par beaucoup d’entre eux comme une opération antidémocratique menée par le système des anciens grands partis dévoués à la cause de l’oligarchie gouvernante, politique, administrative et économique. Paradoxalement, en 2017, ils ont élu l’homme de cette oligarchie, celui qui en est le pur produit, sans même le filtre que constitue une formation politique si elle s’appuie sur une nombreuse base militante. Macron avait d’ailleurs affirmé transcender les partis et rassembler socialistes, centristes et républicains autour d’un projet au sein duquel l’Europe tenait une place privilégiée. Le choix étonnant des Français peut donc ainsi se résumer : « Après tout, s’il redonne à la France sa place à Bruxelles, et insuffle un nouveau dynamisme à la construction européenne, pourquoi pas ? Cela est préférable au chaos d’une Europe qui se fissure et se désagrège ».

Or, un an plus tard, un paradoxe inverse se déploie : celui qui devait rassembler et conduire, dans un nouveau processus constructif, les gouvernements favorables à l’idée d’une Europe fédérale, et marginaliser ainsi les nationalismes renaissants, celui qui voulait être le pourfendeur du populisme, et endiguer celui-ci en collaboration avec l’Allemagne, se retrouve en panne et isolé. Depuis le vote surprenant des Français, le populisme, c’est-à-dire le souhait absolument légitime des nations européennes de préserver leur identité et de retrouver une souveraineté authentique des peuples, sans laquelle la démocratie est une supercherie, a progressé. Le Royaume-Uni largue bel et bien les amarres après référendum. Les quatre Etats du groupe de Visegrad, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque, refusent plus que jamais d' »accueillir » leur quota d’immigrants clandestins déguisés en demandeurs d’asile.  Ces Etats qui pendant 45 ans ont subi la dictature communiste et l’occupation soviétique ne veulent pas perdre une indépendance dont ils ont été privés. Ils ne participeront pas au mini-sommet sur l’immigration organisé à Bruxelles le 24 Juin par Tusk et Junkers. Quelle leçon un Orban pourrait-il recevoir, lui qui est Premier Ministre pour la 4ème fois, et pour la 3ème fois consécutive avec une majorité absolue, de personnages qui ont été battus dans leurs pays, la Pologne ou le Luxembourg ? Les quatre pays du groupe de Visegrad seront présents lors de la Réunion des 28 et 29 Juin qui rassemblera l’ensemble des membres de l’Union Européenne. Pour eux, la question des quotas est close. La Hongrie vient même de renforcer sa législation contre l’immigration illégale en prévoyant des sanctions contre les « ONG » qui participent à la chaîne de l’immigration.

L’Autriche est maintenant dirigée par une coalition de droite également favorable à une restriction rigoureuse de l’immigration. L’Italie, malgré les obstacles créés par le système, a vu triompher les populistes « 5 étoiles » et ceux de la Ligue. Le leader de celle-ci, devenu Ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, a fermé les ports italiens aux bateaux des ONG. Cette attitude est une restauration de la volonté politique face à la complicité hypocrite du « droit » et de l’idéologie immigrationniste. Elle entend mettre fin à la répartition du travail entre des passeurs mafieux et les « généreux » idéologues qui, à la limite des eaux territoriales, prennent le relais pour achever le périple. L’Italie a accueilli 176000 « demandeurs d’asile » en 2016. Elle accepte de plus en plus mal les leçons françaises. Or, dans un vibrant plaidoyer pour l’amour de l’Europe, Jupiter-Narcisse a osé parlé de la « lèpre qui monte » pour dénoncer les défenseurs de l’identité et de la souveraineté des nations. Cette insulte, maladroite jusqu’à être irresponsable, envers des gouvernements légitimes n’est pas passée inaperçue. Même en Allemagne, l’aile droite bavaroise de la majorité, qui pèse de tout son poids sur la Chancelière pour freiner l’immigration, peut se sentir visée.

Or, le Président français a récemment axé sa stratégie sur le « couple franco-allemand ». Politique commune en matière d’immigration et budget pour la zone Euro en étaient les deux piliers. Le premier est aussi branlant que l’avenir de la Chancelière. Le second a déjà été brisé par le refus des Pays-Bas. Les élections qui se profilent, en Suède, par exemple, peuvent, d’après les sondages, accentuer la « lèpre » populiste. M. Macron devra alors se rendre à l’évidence : insulter les peuples n’est que l’aveu de faiblesse de celui qui n’est qu’un accident de l’histoire, un accident sans doute provoqué, et qui met la France à contre-courant de l’Europe, celle des peuples, et non la sienne, celle de l’oligarchie !

Mot clés:

6 commentaires

  1. DELAFOSSE - 23 juin 2018 10 h 41 min

    La lèpre qui « monte » dans notre pays est une boutade mais la lèpre qui « rentre » dans notre pays par une immigration sauvage, abondante et non maîtrisée, çà c’est déjà une réalité.
    Quel en est l’intérêt pour notre pays ? J’attend toujours les véritables argumentations de la part de nos dirigeants et ceux qui soutiennent cette politique, alors que tant de gens sont morts, se sont battus ou ont souffert pour que cette France reste ce qu’elle est…

    Répondre
  2. Jacques Peter - 23 juin 2018 13 h 29 min

    Respecter notre identité ou pas telle est la question.

    Répondre
  3. Ribus - 23 juin 2018 16 h 40 min

    Les choses se compliquent pour notre jeune président :

    Politiquement, sa grande crainte est la chute de Merkel. Si cela se produit, il va être isolé en Europe alors qu’il rêvait de faire l’unanimité autour de lui. Il a pourtant tout fait pour obtenir l’appui du grand protecteur américain, Trump qui le trouve sympathique mais a choisi une autre voie.

    Pour résumer, il a le soutien de Junker, alcoolique invétéré qui va prendre sa retraite en 2019, des Espagnols, du transparent Tusk, de Merkel sur le déclin et rien d’autre. Toute son ambition européenne est en train de s’écrouler et pour bien faire, il faudrait lui mettre une bonne déculottée aux prochaines élections européennes.

    A ce moment-là, et dans ces conditions, on pourra véritablement apprécier sa résistance dans l’adversité. Car, on l’a porté au pouvoir ; il ne l’a pas conquis. Je suis très interrogatif sur son comportement lorsqu’il vivra la terrible solitude du Pouvoir. Il est d’ores et déjà très enfermé dans ce pouvoir avec ses deux quarterons de conseillers à l’Elysée.

    Si le contrôle des événements venait à vraiment lui échapper, je pense qu’il est tout à fait capable de démissionner avant la fin de son mandat.

    Répondre
  4. gosheim - 23 juin 2018 19 h 18 min

    Le problème à mon sens c’est qu’il peut durer …il n’a aucune opposition sérieuse et des institutions, une société civile complètement manipulées. Une droite qui se déchire et qui refuse toute alliance avec un FN moribond…il va falloir compter sur …nous et s’organiser en conséquence …bref la tête du poisson est pourrie, que va faire la base ?

    Répondre
    • Ribus - 23 juin 2018 20 h 47 min

      Objectivement, il a une base électorale assez faible. C’est jouable.

      Répondre
  5. kerneilla - 24 juin 2018 10 h 06 min

    Macron n’a pas été élu pour son programme, mais par défaut; alors qu’on continue à nous seriner qu’il applique son programme comme si c’était une qualité prouve la vassalité de nombreux journalistes et autres « communiquants ».
    Il faut faire des économies sur le train de vie de l’Etat, tout le monde en convient; symboliquement il serait important qu’il commence par réduire le train de vie des élus et autres politiques, or il dépense comme un pacha à nos frais (porcelaine de l’Elysée, piscine à Brégançon, voyages coûteux et inutiles sauf pour son ego…); les médias qui faisait des gorges chaudes des costumes de Fillon, curieusement n’en font pas état…Quant à ses réformes ? des milliers de radars en plus, et 80km/h sur les routes pour un éventuel gain de 300 morts/ans, et des millions d’euros de contraventions surtout, il est plus facile de plumer les Français que les privilégiés du système.
    Hollande n’avait pas d’expérience, Macron non plus et ça se voit.
    Il ne faut pas voter par défaut, mais exiger que les votes blancs soient comptabilisés; on verra alors clairement ce que veulent ou ne veulent pas les Français; et prévoir qu’à moins d’un certain pourcentage de voix des inscrits, les élections doivent être recommencées (Le président du Sénat assurant l’intérim pour gérer les affaires courantes); dans ces conditions Fillon serait alors probablement devenu président, car une cabale ne réussi que rapidement ou pas du tout….et nous aurions gagné au change.

    Répondre

Exprimez vous!