Trump , celui qui parle pour son pays. Macron, celui qui parle pour les autres. (I)

macrontrumpMacron, l’anti-Trump ? Trump a parlé au nom des Etats-Unis et pour les Etats-Unis. Macron a dit qu’il devait parler pour ceux qu’on n’entend pas, pour les autres. En cela, ils se sont opposés et la vanité habituelle du microcosme s’est réjouie des idées généreuses contenues dans un discours bien dans notre tradition nationale. Depuis longtemps, notre pays qui a perdu sa puissance essaie de se donner un rôle planétaire par la largeur de ses vues. La réalité, c’est que les Etats-Unis ont la taille et la force qui les mettent à l’échelle du monde, alors que la France n’en possède plus que les vestiges, comme la Force de frappe nucléaire et la présence au Conseil de sécurité de l’ONU, legs de l’action du Général de Gaulle. Lorsqu’ils parlent de leurs valeurs et de leurs intérêts, les Etats-Unis ont aussi les moyens de les mettre en oeuvre, même si, souvent, c’est avec une insigne maladresse. Le Président américain a donc évoqué son pays avec fierté. Il a vanté la réussite de son système économique qui conduit à la prospérité. Il a rappelé son rôle déterminant dans l’histoire, notamment celle qui a conduit à la création de l’ONU. Il a appelé tous les Etats-nations a affirmer leur souveraineté, la souveraineté des peuples qui les constituent, ces peuples dont les dirigeants doivent avant tout servir les intérêts. Le Président français, lui, a prétendu parler pour les autres, ceux qu’on n’entend pas, donnant certes à son pays une mission universelle, mais bien abstraite et oubliant pour le moins les intérêts du peuple qui l’a élu. La France a souscrit des engagements, elle doit assumer des devoirs, elle va verser des contributions, susciter des réunions et des conférences, des actions et des processus, se dévouer pour le développement de l’Afrique et pour sécuriser la route de la liberté des migrants, défendre le multilatéralisme… Ce beau discours a ainsi dilué le peuple français dans la générosité verbale de son dirigeant.

Le raisonnement du Président français est simple. L’intérêt général, le bien commun du monde sont aussi ceux de chaque pays et donc de celui qui l’a élu. Mais comme ce pays n’a plus guère les moyens de peser seul sur l’avenir de la planète, il ne peut que susciter des actions collectives ou y participer dans le cadre du multilatéralisme. Alors il a commencé par citer les personnages fictifs, exemplaires des exigences auxquelles il fallait répondre : Bana, le Syrien d’Alep, Ousmane, l’écolier malien de Gao, Kouamé, le migrant africain, et enfin Jules, le compatriote de Saint-Martin. Un cinquième a été oublié, qui aurait dû pourtant être le premier : le métropolitain, exposé aux attentats islamistes, soumis aux pressions intégristes lorsqu’il est ou devient musulman, menacé par le chômage, et parfois victime des trafics. Car, ce que M. Macron a omis en parlant de la dette de la France envers le monde, ce sont les risques que le monde fait aujourd’hui peser sur la France. Ce choix, discret aujourd’hui, de la repentance, et de l’oubli des souffrances de ses propres compatriotes, est dans la ligne amorcée à Alger, au mépris des Rapatriés ou des Harkis, lorsqu’il osait imputer à la France un crime contre l’humanité. Le seul Français cité est celui de Saint-Martin, et ce n’est que pour évoquer le discutable réchauffement climatique sur lequel notre pays n’a aucune influence directe et peu de poids indirect sur les Etats-Unis qui dénoncent les accords de Paris, sur la Chine qui fera ce qu’elle veut, comme d’habitude, et même sur l’Allemagne qui s’est remise au charbon, tandis que la France avec Hulot annonçait la diminution du parc nucléaire et le renoncement aux extractions d’énergie fossile. Pour souligner son impuissance, M. Macron a parlé de la Syrie, en souhaitant participer à un Astana amélioré. Mais la guerre se termine, sans qu’à son terme la France ait eu le moindre rôle, sinon le mauvais. Astana a réuni autour de la Russie, l’Iran et la Turquie, c’est-à-dire les pays proches qui ont la solution en mains. Seuls, les USA peuvent bloquer le processus, et non l’améliorer, en poussant par exemple l’indépendantisme kurde.

M.Macron a cité aussi le Mali et plus généralement le Sahel où l’implication de notre pays est forte. Il a évoqué la migration africaine, et son intention d’augmenter l’aide au développement jusqu’à 0,55% du revenu national. Il a promis qu’au Rendez-vous de Dakar sur le Partenariat Mondial pour l’Education, l’objectif serait de soustraire les jeunes garçons et filles à l’obscurantisme. Il a, encore, rappelé la responsabilité particulière de la France en Libye, et le drame des Rohingyas de Birmanie. Dans une formule rhétorique il a conclu qu' »aucune barrière ne pourra s’opposer à la marche du désespoir » et qu’il fallait « transformer les routes de la nécessité en route de la liberté ». L’idéologie sous-jacente est limpide. En creux, elle passe sous silence la spécificité islamiste dans la plupart des conflits et dans la montée de l’obscurantisme et du terrorisme, des Philippines à l’Afrique en passant par la Birmanie et le Moyen-Orient, jusqu’en Europe ! En relief, elle consiste à organiser la migration plus qu’à la réduire drastiquement. Qualifier le souhait de mieux-vivre de jeunes adultes, qui viennent seuls, de « désespoir » est par ailleurs un abus de langage. Il ne reste de tout cela, hormis l’invocation philosophique au multilatéralisme, que deux pierres d’achoppement entre Paris et Washington : le climat et le nucléaire iranien, et deux accords que la France va vouloir maintenir contre les USA. En aura-t-elle les moyens ?

 

Mot clés:

3 commentaires

  1. DELAFOSSE - 22 septembre 2017 11 h 16 min

    En tous cas, ce n’est pas avec de tels dirigeants semblant méconnaître l’Histoire et les drames du passé, que nous pouvons dormir tranquille…

    Répondre
  2. BENTATA - 22 septembre 2017 20 h 43 min

    Excellent article aux antipodes du bourrage de crâne de nos dictateurs de la pensée appelés aussi journaleux

    Répondre
  3. Gérard - 26 septembre 2017 10 h 39 min

    Des mots … ce pauvre type se paye (très bien !) de mots. Et c’est, paraît-il, la parole de la France dont il se contrefiche pourtant comme de sa première chemise.
    Il a juste oublié de se déguiser en migrant mahométan, pour donner plus de poids à sa « prestation » (comme on dit maintenant).

    Répondre

Exprimez vous!