Au sujet de “l’affaire Chauprade” (QE)

M. Christian Vanneste interroge M. le ministre de la défense sur le congé, donné début février par le ministère de la défense à un expert en géopolitique et enseignant au CID. Celui-ci aurait fait paraître un texte contestant ce qu’il appelle “la version officielle” des attentats du 11 septembre. Il aimerait en savoir plus sur ce sujet.

Réponse d’Hervé Morin, Ministre de la Défense :

Pour assurer la formation initiale et continue de ses élites, le ministère de la défense fait régulièrement appel à des enseignants et à des spécialistes de toutes les disciplines universitaires. Les personnes qui apportent ainsi leur concours sous forme de vacations assurent l’animation de cours, de séminaires, de colloques et de tables rondes dans les écoles et organismes de formation des armées, notamment au collège interarmées de défense (CID). Chargés d’une mission de service public, les intervenants qui acceptent cette mission sont naturellement soumis au principe déontologique de neutralité et à une obligation de réserve. Tout manquement à ces obligations constitue un dysfonctionnement contraire à l’objectif pédagogique poursuivi et expose en conséquence son auteur à une réponse de l’institution. Dans le cas évoqué par l’honorable parlementaire, le ministre de la défense a estimé que le fait, pour un enseignant vacataire, de livrer publiquement dans un ouvrage une analyse très personnelle du déroulement des attentats du 11 septembre 2001, mettant en avant la « théorie du complot », était incompatible avec la poursuite de sa mission au sein des organismes relevant du ministère de la défense. Il a été décidé de mettre un terme à la relation pédagogique avec cet enseignant, étant précisé que ce dernier, convoqué par le directeur du CID, a été mis en mesure de présenter les éléments qu’il a jugé opportun de faire valoir.

Question publiée au JO le : 17/02/2009 page : 1458
Réponse publiée au JO le : 31/03/2009 page : 3087

Articles liés

4 commentaires

  1. Bonjour Christian Vanneste

    Le site Patriots Question 9/11 (en français : Patriotes remettant en question le 11 Septembre) recense à ce jour les contestations de près de 750 personnalités, officiers supérieurs de l’armée des Etats-Unis et agents du renseignement, hommes politiques américains et du monde entier, et même, membres de la Commission d’enquête sur le 11 septembre. Sans oublier celles professeurs d’université, philosophes, historiens, politologues, juristes, économistes, mathématiciens, physiciens, chimistes, ingénieurs, etc. Autant de personnalités qui peuvent se prévaloir d’un statut, d’une autorité, et dont les mots pèsent du lourd poids de leur expertise reconnue. Etat des lieux – non exhaustif – de ces contestations « autorisées ».

    Vous trouverez ici en français, un recensement de ces personnalités et experts qui mettent en doute la version gouvernementale du 11 Septembre :

    http://www.reopen911.info/temoignages.html

    Pauvre Chauprade…

  2. Bonjour,

    Louis Freeh, directeur du FBI,
    1993-2001, Ancien Procureur
    général adjoint des États-Unis à
    New York

    General Wesley Clark, U.S. Army,
    retraité, Ancien chef de l’Etat
    Major des forces US en Europe

    Col. Robert Bowman, PhD, Pilote
    de chasse U.S. Air Force retraité.
    Ex-directeur du Dpt d’Ingénierie
    aéronautique

    Lt. Col. Anthony Shaffer,
    Lieutenant de Réserve, Ancien chef
    du programme de renseignement

    Sénateur Max Cleland, Ancien
    membre de la commission du
    11/9, démissionnaire en
    décembre 2003

    Norm Mineta, Ministre des
    Transports des Etats-Unis de 2001
    à 2006

    Etc Etc Etc…

    Alors Christian Vanneste, pas eu un top grand choc en voyant le genre de temoins qui aborde dans le meme sens que notre petit Chauprade?

    Le courage du bon sens…….

    Sky

  3. Bonjour,

    Des scientifiques identifient des explosifs dans les poussières du World Trade Center

    Une étude scientifique fait voler en éclats la version officielle de la destruction du World Trade Center. Des traces de « super-thermite », un explosif, ont été découvertes dans les poussières des tours pulvérisées lors des attentats du 11-Septembre.
    Des résidus de thermite active ont été retrouvés par des scientifiques dans la poussière engendrée par la destruction du World Trade Center le 11 septembre 2001.

    L’étude, menée par les chercheurs et scientifiques Niels H. Harrit, Jeffrey Farrer, Steven E. Jones, Kevin R. Ryan, Frank M. Legge, Daniel Farnsworth, Gregg Roberts, James R. Gourley et Bradley R. Larsen, a été publiée le 3 avril 2009 sous le titre Active Thermitic Material Discovered in Dust from the 9/11 World Trade Center Catastrophe dans la revue The Open Chemical Physics Journal. Le rapport est consultable intégralement au format PDF.

    Voici son résumé, tel qu’on peut le lire sur le site Mondialisation.ca :

    “Nous avons découvert des fragments particuliers rouge et gris dans tous les échantillons de poussière provenant de la destruction du World Trade Center (WTC) que nous avons étudiés. Quatre de ces échantillons, récoltés sur différents sites, font l’objet de cette étude et dans chacun d’entre eux, ces fragments rouge et gris comportent des similitudes. Un résident de Manhattan a recueilli un échantillon environ 10 minutes après l’effondrement de la seconde tour, deux autres ont été récoltés le lendemain et un quatrième approximativement une semaine plus tard. Les propriétés de ces fragments ont été analysées à l’aide de la microscopie optique, de la microscopie électronique à balayage (MEB), de la spectroscopie de rayons X à dispersion d’énergie (EDS) ainsi que de la calorimétrie différentielle à balayage (DSC). Le matériau rouge contient des grains d’environ 100 nm d’épaisseur, en grande partie composés d’oxyde de fer. Il comprend également de l’aluminium, contenu dans des structures s’apparentant à de toute petites plaques. La séparation des composantes au moyen de méthylacétone a démontré la présence d’aluminium élémentaire. L’oxyde de fer et l’aluminium sont étroitement mélangés dans le matériau rouge. Lorsqu’ils sont enflammés dans un dispositif DSC, les fragments exposés produisent des réactions exothermiques, nombreuses mais faibles, à une température avoisinant 430 °C, ce qui est bien en deçà de la température d’ignition normale de la thermite conventionnelle. Après la combustion, les résidus de ces curieux fragments rouges et gris présentaient clairement de multiples sphères riches en fer. La portion rouge des fragments s’est avérée être un matériau aluminothermique non réagi et hautement énergétique.”

    La conclusion de l’étude des 9 scientifiques est la suivante :

    “Sur la base de ces observations, nous concluons que la couche rouge des fragments rouges et gris découverts dans la poussière du WTC est un matériau aluminothermique actif non réagi constitué de nanotechnologie et qu’il s’agit d’une substance explosive ou pyrotechnique hautement énergétique.”

    Il y a quelques jours, l’un des scientifiques, Niels Harrit, a été invité à parler de sa recherche et de ses trouvailles sur TV2 News, une chaîne de télévision danoise (cette vidéo, mise en ligne sur YouTube le 10 avril, a déjà été vue plus de 130.000 fois !).

    http://www.dailymotion.com/bookmarks/jackouillelafripouille/video/x92lw5_n-harrit-interviewe-sur-tv2-danoise_news

    La portée de la découverte de thermite dans les poussières du World Trade Center pourrait s’avérer considérable. En effet, les experts du gouvernement américain ont toujours soutenu qu’il n’existait aucune preuve de la présence de matériel explosif/pyrotechnique dans les débris des trois tours détruites le 11 septembre 2001, le WTC 1, 2 et 7.

    Des doutes existent depuis plusieurs années quant aux causes réelles de la chute de ces bâtiments, la thèse de la démolition contrôlée le disputant à celle de l’effondrement pour cause des seuls crashs d’avions, au point que 641 architectes et ingénieurs ont, à ce jour, demandé au Congrès américain la réouverture d’une enquête indépendante sur ce sujet – et celui des attentats du 11-Septembre en général.

    http://www.ae911truth.org/

    La présence de substances explosives dans les tours pourraient rendre compte de certains témoignages de survivants, qui mentionnent des explosions dans les gratte-ciel avant leur effondrement, voire même avant les crashs d’avions (c’est le cas du témoignage de William Rodriguez, portier durant 20 ans au WTC).

    Source : http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/des-scientifiques-identifient-des-54794

    Alors Christian Vanneste, pas eu un trop grand choc ?

    ( Toujours????)Le courage du bon sens……. ( Toujours…!!!)

    Sky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services