Contribution française au budget de l’Union européenne (QE)

Contribuables associés
Contribuables associés

M. Christian Vanneste attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la dernière étude de l’association Contribuables associés qui a pour thème ” ce que nous coûte l’Europe ? “. Il semblerait que l’Europe coûte à la France plus de 6,6 milliards d’euros par an. Or, estime l’association, on pourrait baisser ce chiffre et rendre la construction européenne plus efficace. Il aimerait connaître les chiffres exacts que la France attribue à l’Europe.

Réponse de Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères :

Conformément à l’article 33 de la loi de finances, la participation de la France au budget des Communautés européennes s’élève à 18,9 milliards d’euros en 2009. Cette contribution financière est à la mesure du rôle que la France, pays fondateur participant à toutes les politiques communes, entend jouer dans la définition et la mise en oeuvre des politiques européennes. Parallèlement, les « retours » au sens strictement budgétaire sont substantiels pour notre pays. Selon les dernières données disponibles, les dépenses de l’Union européenne en France se sont ainsi élevées à 13,9 milliards d’euros en 2007, soit 13 % des dépenses totales réparties. Notre pays se place ainsi au premier rang des bénéficiaires des dépenses communautaires (et seulement au huitième rang des contributeurs nets en pourcentage du PNB, derrière les Pays-Bas, l’Allemagne, la Suède, le Danemark, le Royaume-Uni, l’Autriche et la Slovénie). Quelle que soit l’importance de ces retours, les bénéfices de notre appartenance à l’Union européenne ne sauraient se mesurer à cette seule aune comptable. Notre pays tire en effet de son appartenance à l’Union des bénéfices qui, sans être nécessairement mesurables, sont toujours tangibles, qu’il s’agisse d’un environnement stable et pacifié, des économies d’échelle induites par le marché intérieur ou du surcroît d’influence politique que peut procurer sur la scène internationale la participation à l’Union européenne. Il est très significatif de relever que, dans le contexte économique actuel, plusieurs États manifestent aujourd’hui leur désir de rejoindre l’Union européenne.

Question publiée au JO le : 16/12/2008 page : 10782
Réponse publiée au JO le : 03/03/2009 page : 2008

Articles liés

2 commentaires

  1. Bon, tout d’abord BRAVO d’avoir ENFIN ouvert le débat sur le « rapport qualité/prix » de l’Union européenne et de mener une réflexion critique sur l’acharnement calculé de nos dirigeants à toujours pointer du doigt les mêmes dépenses, celles de l’Etat, alors que les dizaines de milliards d’euros que nous coûte chaque année l’Europe, pour quels résultats ?, ne sont jamais discutés. (PERSEVERANCE, PERSEVERANCE)

    Quelques chiffres intéressants à retenir :

    1 – Taux de croissance moyen de la France depuis 10 ans (PIB) : 2,3% par an
    2 – Taux de croissance moyen du monde depuis 10 ans (PIB) : 4,4%
    2 – Nombre de pauvres en France : 3,7 millions en 2005 dont 1,74 million de travailleurs pauvres (INSEE)
    3 – Coût estimé de l’UE pour la France chaque année (direct et indirect, cf ci-dessous) : environ 59 milliards d’euros
    4 – Economies attendues chaque année au titre de la Révision générale des politiques publiques (« Réforme de l’Etat): 2,3 milliards d’euros (d’après Nicolas Sarkozy, 4 avril 2008)

    L’étude de Christophe Beaudouin répartit en trois grandes familles le coût de l’Europe pour la France :

    1. La contribution directe inscrite au budget de l’Etat ;
    2. Les autres contributions européennes directes financées par le budget de l’Etat ;
    3. Les charges administratives assumées par l’Etat, les collectivités et les entreprises au titre de l’Europe.

    1. La contribution directe inscrite au budget de l’Etat : doublement en 10 ans, 7 milliards d’euros par an dès 2013

    L’auteur rappelle que la France demeure le 2ème contributeur net au budget européen depuis 2005, à hauteur de 16,9%, derrière l’Allemagne.

    En 25 ans, la cotisation budgétaire française annuelle a quadruplé, atteignant aujourd’hui plus de 18 milliards d’euros, soit près de 7% des recettes inscrites au budget de l’Etat.

    Evolution largement méconnue de l’opinion publique, qui se poursuivra, au moins, jusque 2013.
    A cette date, la contribution française, qui apparaît au sein des « prélèvement sur recettes » du budget de l’Etat, atteindra près de 20 milliards d’euros par an.

    En parallèle, les « retours » communautaires en France, comprenez les recettes européennes dont nous bénéficions, accélèrent leur décrue.

    Plombées par la diminution des aides agricoles dans le contexte de la réforme de la PAC et des aides structurelles au bénéfice des pays de l’Est, ils n’atteindront plus que 12,8 milliards d’euros par an sur la période 2007/2013.

    Par exemple, les crédits alloués à la France au titre des fonds structurels ont diminué de 25% par rapport à 2000-2006.

    – Ainsi, la France récupère les 2/3 de sa contribution budgétaire à Bruxelles. Ce ratio n’a fait que diminuer depuis le début des années 2000, et continuera sur cette voie au moins jusqu’en 2013.

    A cette date, le solde négatif français avoisinera les 7 milliards d’euros annuels, soit près de 50 milliards de francs.

    Ce solde, ou « contribution nette » de la France, a été multiplié par plus de 2 en dix ans, alors que la contribution allemande était dans le même temps divisée par 1,7 et celle du Royaume-Uni par 1,4.
    Elle doublera de nouveau d’ici 2013.

    2. Les autres contributions européennes directes financées par le budget de l’Etat : plus de 4,5 milliards d’euros par an

    L’étude détaille ensuite l’ensemble des crédits votés dans le cadre du projet de loi de finances qui sont directement affectés à un budget ou une action européenne.

    a. Il s’agit en premier lieu de la part française des aides cofinancées par l’UE, une dépense obligée

    FEAGA mis à part, l’ensemble des fonds européens d’aide et de subvention (FEADER, FEP, FEDER, FSE) fonctionnent sur le principe d’une contribution partagée entre l’Europe et les autorités du pays, nationales ou locales

    En moyenne, la part européenne est aux alentours de 50%, ce qui signifie que l’autre moitié est financée sur fonds français.

    2 – Ce sont au total plus de 2,9 milliards d’euros qui doivent être engagés chaque année dans ce cadre, jusqu’en 2013.

    b. Contribution au Fonds européen de développement (FEP)

    Le FED fait en effet l’objet d’un budget distinct du budget général de l’Union européenne. Chaque Etat membre y contribue, au titre de l’aide au développement. Il est géré par la Commission européenne et la Banque européenne d’investissement.

    3 – Pour la période 2008-2013, il est prévu que la France participe à son financement à hauteur de 740 millions d’euros par an environ.

    c. Les condamnations pécuniaires infligées par l’UE

    Il faut ici distinguer deux aspects du problème.

    En premier lieu, la Commission de Bruxelles refuse chaque année de rembourser une partie des aides agricoles et structurelles préfinancées par les Etats membres, lorsqu’elle estime que celles-ci ont été indûment versées au regard de la réglementation et des contrôles.

    4 – Depuis trois ans, ces sommes représentent pour la France environ 150 millions d’euros par an.

    Par ailleurs, le budget de l’Etat finance les «sanctions » (amendes et astreintes journalières) infligées à la France par la Cour de justice de Luxembourg pour non-respect par l’Etat de son obligation de transposition en droit français des directives communautaires.

    5 – A ce titre, 587 millions d’euros ont été provisionnés en 2008 dans le budget de l’Etat

    d. Les autres contributions de l’Etat aux dépenses européennes

    L’étude dresse la liste d’une série d’actions communautaires que l’Etat finance en partie, alourdissant d’autant la charge financière européenne.
    Citons la promotion de Strasbourg « capitale européenne » (environ 30 millions d’euros par an sur 2006-2008), la rémunération des parlementaires français au parlement européen (8 millions d’euros par an), ainsi que la contribution à des corps militaires européens permanents, tels que la Brigade franco-allemande, l’Eurocorps, l’Eurofor ou le Centre européen de transport aérien, aux Pays-Bas (au total, 11 millions d’euros par an environ).

    3. Les charges administratives assumées par l’Etat, les collectivités et les entreprises au titre de l’Europe, près de 50 milliards d’euros par an

    Comme le rappelle la Cour des Comptes en 2008, «l’Etat et ses échelons déconcentrés consacrent désormais une part importante de leur activité à la gestion de procédures et de crédits pour le compte de l’Union européenne ». Cela ne se fait pas sans l’engagement de frais aussi certains que difficilement quantifiables.

    Il faut ajouter que l’Etat, les collectivités et les entreprises ont depuis des années à faire face de manière croissante à une assimilation des normes européennes, nécessairement coûteuse.

    a – Ainsi, l’Etat et les collectivités territoriales assument des missions d’administration déconcentrée pour le compte de l’UE

    Ce sont en effet les administrations des Etats membres qui sont chargées de la perception des recettes communautaires, et de la distribution des « retours » en France.

    6 – L’étude chiffre ces deux activités à respectivement 150 millions d’euros et 2 milliards d’euros par an.

    De plus, l’Etat est chargé de la transposition et de l’application du droit communautaire. Il est responsable en effet aux yeux de la justice européenne de la mise en œuvre du droit communautaire sur son territoire. Comme nous l’avons vu, la Cour de justice de Luxembourg a mandat pour sanctionner financièrement les éventuels manquements.

    Plusieurs administrations remplissent cette fonction : la Représentation permanente de la France à Bruxelles, la Secrétariat général des affaires européennes placé sous l’autorité du Premier ministre, les quelque 80 directions ministérielles, sous-directions, bureaux ou départements dédiés dans les services centraux des ministères, ou encore la cellule droit communautaire du Conseil d’Etat.

    L’administration territoriale de l’Etat n’est pas épargnée, puisque les préfets de région disposent auprès d’eux d’un service en partie dédié à l’Europe, le Secrétariat général aux affaires régionales.

    Et le travail ne manque pas. Selon plusieurs évaluations, dont l’une publiée par le ministère allemand de la justice en 2005, plus de 80% de la législation nouvelle des Etats membres est conçue à Bruxelles (81,6% sur la période 1998-2004 selon l’étude réalisée Outre-Rhin).

    7 – Il est extrêmement difficile d’évaluer le coût administratif des règles communautaires pour les institutions politiques et administratives.

    L’étude a choisi de retenir l’hypothèse suivante : estimer à un tiers la part de l’activité institutionnelle française liée à l’assimilation des règles communautaires, le Parlement consacrant directement environ un tiers de ses fonctions législatives et de contrôle aux affaires européennes (rapport du Conseil d’Etat, 2006).

    Si l’on ne retient que les seuls budgets des affaires étrangères, de l’immigration, de l’écologie (largement consacrés aux questions européennes), et en leur appliquant cette raisonnable proportion d’un tiers (80% de la législative nouvelle étant originaire de Bruxelles), on atteint 8,7 milliards d’euros annuels de surcoût lié à l’Europe. C’est sûrement un minimum.

    b – Le coût administratif de la législation européenne supporté par les entreprises françaises

    La réglementation communautaire (17 000 actes en vigueur aujourd’hui) qui s’impose au législateur national, engendre aussi des contraintes pour les entreprises.
    Si les pays du nord de l’Europe ont évalué cette charge, la France ne s’y est pas risquée, hélas.

    Ainsi, le 26 juin 2004, le vice-premier ministre et ministre des Finances néerlandais Gerrit Zalm indiquait que selon une étude réalisée dans son pays « plus de 50% des coûts administratifs pour les entreprises aux Pays-Bas sont directement d’origine communautaire », soit environ 2% du PIB.

    8 – Suivant ce ratio, le coût administratif de l’Europe pour l’économie française se situerait aux alentours de 37 milliards d’euros par an (PIB de la France = 1868 milliards d’euros, * 2%).

    En conclusion, le coût de l’Europe pour la France, direct et indirect, représenterait entre 50 et 60 milliards d’euros par an.

    Monsieur Kouchner explique que la France gagne à ce jeu.

    Est ce vrai ? Pas sur.

    Pourquoi ?

    L’environnement stable et pacifié (la paix ?) n’est pas une résultante de l’UE…De la construction européenne…Mais de la volonté de quelques pays, dont la France, de signifier que la 2nd Guerre Mondiale était la “der des der”. Ce n’est pas une théorie “eurosceptique” mais…Ce qu’en dit le député européen centriste (comme s’appelle t il déjà ?…Bon je vous le dirai quand je m’en souviendrais)

    La PAC profite, en grande partie (et c’est ce qui représente le plus fort “investissement” de l’UE vers la France) à des personnes qui n’en ont absolument pas besoin : ex la reine Elisabeth d’Angleterre !

    Concernant “l’influence” de la France…Ce qui s’est passé en 2003 (guerre en Irak) et lors de la présidence française du Conseil Européen montrent que notre pays bénéficie d’une aura particulière qui n’a rien à voir avec la construction européenne.

    Au contraire…L’UE a été un boulet pour la France, en 2003, puisque celle ci devait d’un coté défendre sa position, et de l’autre faire face aux USA et à la coalition “européenne” pro USA !

    Et on peut remarquer, que c’est le prestige de la France (et non de l’UE) qui a permis à notre France de se démarquer pendant sa présidence. Car…Soyons lucide. Croit on qu’on aurait ouvert grandes les portes si Monsieur Topolanek avait sonné à la porte de la maison Blanche ? Non. C’est la France, sa position atypique, qui explique son influence. L’UE a une position trop suiviste pour lui être d’une grande utilité. Au mieux l’UE favorise t il les contacts.

    Monsieur Kouchner oublie aussi de dire à quoi sert l’investissement de la France. Récemment, j’ai appris qu’il servait à financer DES PISCINES au PE ! Soit disant pour lutter contre l’absentéisme parlementaire ! Mais aussi à faire de la PROPAGANDE en Irlande – en pleine période de crise ! – via un budget supérieur à celui de l’entreprise COCA COLA (qui s’adresse, elle, à 6 MILLIARDS d’individus !)

    Egalement…CET ARGENT sert à financer des campagnes de comm qui de toute évidence prouvent que les “eurocrates” prennent les citoyens pour des IDIOTS !

    Sans parler bien sur…DU PRIVILEGE octoyé aux parlementaires européens FRANCAIS qui bénéficieront de l’emploi sans danger…Et qui bien sur, par contre…Voteront des “lois” visant à enlever toute protection à l’emploi de leurs citoyens !

    Vous pouvez trouver, ci dessous, les gaspillages formidables faits par les Institutions européennes :
    http://www.observatoiredeleurope.com/notreargent/

    A cela on pourrait rajouter les gaspillages français :

    Pourquoi ne met on pas, sincèrement, Monsieur Barnier à Bruxelles ? Après tout…C’est là bas que se fait la PAC. Autant prendre un bureau…Et faire en sorte que ce dernier se maintienne là bas. Et…Au lieu de faire l’aller retour France Belgique…Monsieur Barnier pourrait obtenir un téléphone cellulaire intrassable pour communiquer avec Monsieur Fillon. Et si un face à face est nécessaire…La Web Cam çà existe !

    Monsieur Barnier reviendrait en France, disons tous les mois : et là INTERROGATOIRE par le Parlement français.

    De la même façon, que fait Monsieur Besson en France ? L’immigration, c’est une question européenne. Alors…Hop ! Direction l’UE. Il nous trouve un bureau…Et il fait le pied de gru devant la Commission et le PE.

    Idem pour Monsieur Borloo. Sa place est à Bruxelles. Ou dans les instances internationales. La France est convaincue…On passe à la suite ! Tiens…Que ne va t il passer quelques temps aux USA, logé chez notre ambassadeur…Pour faire la causette avec son interlocuteur américain ? Et un petit détour par l’Australie et la Nouvelle Zélande, ce serait bien aussi.

    On pourrait peut être, aussi, arrêter de demander des études “nationales” sur le chômage, la croissance, etc…Alors qu’au niveau international, il existe des outils bien plus fiables. Tout le monde sait que le Gouvernement “positive” un peu trop d’ailleurs…Dont tout le monde va chercher les VRAIES données sur eurostats ou bien auprès du BIT.

    Je pense aussi qu’on devrait imposer aux Institutions de l’UE de financer la paperasse. Une des filles d’un de mes collègues a fait un stage à la Commission Européenne. Elle en est sortie dégoutée !

    Pourquoi ?

    1. Gaspillage à toute heure : le papier, les stylos, le matériel en général…Tout est jeté (à chaque fin de “session”) même si de toute évidence 98% est récupérable !

    2. Personnel à la masse : c’est une maison de retraite avant l’heure

    3. Lors des réunions entre “pays”…Personne n’écoute. Et comme on ne respecte pas les “langues officielles” de l’UE…On parle globlish (anglais ramassé) et 87% de l’assistance n’y comprend goutte (lors de son stage, la représentante de la Grèce parlait anglais comme moi je parle chinois)

    Résultat ? Rien n’avance dans les projets. Bon…Quand est ce qu’on se met à l’esperanto ? (On diminuera ainsi par 5 les couts de traduction. D’autant que les traducteurs deviennent rares : si on trouve un traducteur franco allemand facilement, on trouve peu de traducteur greco tchèque !

    En clair…Il y a énormément d’économies qu’on pourrait faire, et qui financeraient de vrais projets…Pas des trucs idiots…Mais on ne le fait pas ! C’est idiot et couteux !

  2. Compte tenu de l’évolution de l’europe à 27 il est plus que souhaitable de bloquer le versement de la FRANCE mais aussi d’autres pays à un seuil limite calculé en fonction du pib ainsi notre pays paierait moins en ce moment attendu la chute du commerce intérieur et pourquoi pas lorsque cela va mieux augmenter ses versements ce ne serait que justice ! à moins que le but soit un embrasement de notre vieux pays à bout de souffle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services