Narcisse-Jupiter n’aime qu’une France sur quatre !

toastIl y a aujourd’hui quatre France séparées par le regard que Narcisse-Jupiter jette sur elles. Il y a celle de tout-en-haut au point souvent d’être ailleurs, la France de ceux qui ont réussi, qui sont dans les affaires, qui ont des capitaux mobiliers à risque, et qui butinent d’un risque à l’autre. Vers eux vont les regards énamourés et les cadeaux fiscaux, la suppression de l’ISF devenu un impôt sur la fortune immobilière, la flat-tax à 30% pour les revenus et les plus-values du capital mobilier, et cerise sur le gâteau, la suppression de l’exit-tax, pour ne pas pénaliser ceux qui quittent le pays, avec l’argent qu’ils y ont gagné. Cette discrimination en faveur des très riches, dont la richesse est très mobile, ruine ce qui aurait pu être une politique libérale qui aurait supprimé totalement l’ISF, généralisé la flat-tax et maintenu le bonus accordé aux capitaux qui viennent par rapport à ceux qui partent. L’idée que les riches sont utiles au pays est une évidence, plus grande encore dans un pays qui est chef de file dans l’industrie du luxe. Mais lorsqu’on limite les avantages à la richesse nomade, et que, par ailleurs, on ne réduit nullement la dépense publique, la mesure devient injuste et inefficace : injuste, car il faudra bien compenser les pertes de recettes, et ce sont bien sûr les autres contribuables qui en feront les frais ; inefficace, car on ne relance pas la vitesse d’un quadriréacteur sur un seul moteur. Les autres auront bien raison de tousser.

A l’autre bout, il y a la France marginale. Elle aussi n’est pas tout-à-fait dans le pays. Elle vient d’ailleurs, tire ses ressources d’activités illicites, de trafics qui passent les frontières et crée à l’intérieur du territoire des enclaves où la police et les services publics sont mal tolérés parce que d’autres règles se sont substituées à la Loi, et qu’un marché parallèle échappant au fisc procure des revenus et des « emplois ». Pour elle, Narcisse-Jupiter n’a qu’un regard fuyant, vers ceux qui fuient, justement, pour échapper à ce qu’il appelle de son ton pointu « l’assignation à résidence ». L’immigration, le développement de l’islamisme, l’installation de la délinquance sans complexe, sont des sujets qui ennuient sa Hautesse. Seul l’événement, la tragédie peuvent l’amener à en parler. Ni Marseille où ce sont les voyous qui poursuivent ou braquent les policiers, ni la Porte de la Chapelle et son grand marché des drogues dans la foule des clandestins, ne retiennent son attention. Du projet Borloo, touffu, dépensier et aussi utile qu’un emplâtre sur une jambe de bois, il n’a retenu que quelques propositions en forme de bakchich. Cette « France » ne l’intéresse pas.

En revanche, son regard devient celui du chasseur lorsqu’il cherche de son viseur la France des classes moyennes, assez fortunée pour être propriétaire de sa maison, et parfois d’une résidence secondaire, mais pas assez pour s’exposer aux caprices boursiers, la France qui n’habite plus les quartiers du centre des capitales nationale ou régionales soumises à la gentrification, et qui circule en voiture parce que le domicile s’éloigne du travail, la France qui vit encore en familles avec un père, une mère et des enfants. Haro sur les baudets ! C’est elle que l’on doit surveiller, pressurer, spolier, et punir si elle ose protester. Ce sont les fonctionnaires et les agents des services publics dont on rogne les privilèges, avec raison d’ailleurs, mais pas trop, parce que leur pouvoir de nuisance est considérable. Ce sont les retraités réputés riches à 1200 Euros qui vont compenser les cadeaux faits aux autres, ceux qui sont partis, et ceux qui viennent d’arriver. Ils n’ont aucune capacité de s’y opposer. Ce serait idiot de ne pas en profiter. Ce sont les propriétaires qui vont compenser avec leur taxe foncière la suppression progressive de la taxe d’habitation pour d’autres. Ce sont les familles, l’angle mort du programme de Macron, après la démolition de la politique familiale par celui dont il était le conseiller économique, les familles  pour lesquelles une partie de LREM envisage une fusion du quotient et des allocations déjà rabotés. Ce sont les automobilistes ciblés de toutes parts quand ils roulent ou quand ils stationnent par les taxes ou les amendes. Il n’est pas sûr que le contribuable pressé comme un citron ait le sentiment que sa contribution soit utile pour assurer sa sécurité, l’efficacité de la justice, la qualité de la formation de ses enfants, un niveau suffisant des soins à l’hôpital, une amélioration des transports publics, mais il peut être persuadé qu’à la moindre infraction, lui n’échappera pas à la juteuse sanction. Il est plus facile de faire payer un automobiliste qui roule à plus de 80 Km/h que d’empêcher les gangs de contrôler des quartiers, plus facile de mettre en garde à vue des lycéens, que les dealers des cités.

Enfin, il a la France qui souffre, celle qui est au chômage, celle qui est mal logée ou pas logée du tout, celle qui ne boucle plus ses fins de mois. Théoriquement, c’est-elle qui doit profiter du ruissellement de tout-en-haut et de la redistribution des classes moyennes. Pour l’instant, dans un contexte international très favorable, les effets d’un an de politique ne sont guère visibles. L’INSEE  a indiqué hier que le chômage avait augmenté durant le premier trimestre 2018 de 0,2% à 9,2%. La révolution n’a pas eu lieu. Assistance rabotée ici et là, mais globalement maintenue, dépense publique en croissance, prélèvements obligatoires records… Politiques de la famille et du logement défaillantes… Si le regard d’Emmanuel Macron se veut bienveillant envers les pauvres, ce n’est que l’espace d’un discours. Quant à la France, une et indivisible, il n’a pas pour elle les yeux de Chimène. Il ne la connaît pas, car elle échappe à ses statistiques.

Mot clés:

4 commentaires

  1. DELAFOSSE - 26 mai 2018 11 h 15 min

    Étrange politique en effet, qui n’empêchera pas les « riches » de placer à l’étranger, qui poussera les « classes moyennes » à vendre leurs résidences secondaires aux étrangers, et qui accueille à bras ouverts les « pauvres » de l’étranger. Bientôt, toute la France nous deviendra complètement étrangère.

    Répondre
  2. Jacques Peter - 26 mai 2018 12 h 04 min

    Il y a à mon sens deux erreurs dans la politique menée: la première, heureusement réversible, est l’indifférence aux déficits et à la dette publiques; la seconde, hélas irréversible, est l’islamisation du pays.
    Par ailleurs, l’idée que les riches seraient privilégiés est à relativiser tant que l’impôt sur le revenu sera progressif, c’est à dire très punitif et donc très injuste pour les riches dont le seul crime est de produire plus de richesse que les autres.

    Répondre
    • london - 26 mai 2018 13 h 46 min

      Macron n’aime plutôt qu’une France sur 50. Celle des milliardaires, de ceux qui ont un patrimoine supérieur à 5 millions d’euros et celle de la haute fonction publique qui grâce à lui préserve ses privilèges.
      Même s’il a entamé des réformes homéopathiques il n’en reste pas moins qu’il est le seul à avoir fait quelque chose d’un peu positif depuis Pompidou dans ce pays.
      Néanmoins il échouera car fondamentalement sa politique reste une politique étatiste, jacobine, collectiviste, antilibérale, pro immigration incontrôlée, globaliste (rallié à l’empire américain), communautariste, multi culturaliste prônant le métissage, keynésienne de dépenses publiques à tout va et de prélèvements obligatoires confiscatoires. Ça ne peut pas réussir ! L’échec est assuré. On y aura gagné d’avoir un peu moins honte sur la scène internationale où Macron a un peu plus de tenue que son prédécesseur Pignouf 1er, l’homme qui négociait en live avec Leonarda…

      Répondre
  3. DELAFOSSE - 26 mai 2018 15 h 29 min

    Il est vrai aussi, qu’après avoir connu l’obscurité la plus complète, les plus petites étincelles de Macron vont nous paraître lumineuses.

    Répondre

Exprimez vous!