Le Grand Cirque Américain.

clashdespantinsLe cirque de l’élection présidentielle américaine prend une tournure inquiétante. La médiocrité des candidats y atteint des sommets. Que cette farce coûteuse puisse décider du choix du Chef d’Etat le plus puissant du monde éveille un doute sur l’avenir de nos démocraties, puisque beaucoup de pays et le nôtre en particulier semblent fascinés par ce modèle en déshérence. Si le bipartisme fondé sur les modes de scrutin demeure déterminant, on ne sent plus à travers lui se dessiner une alternative solide, mais plutôt un jeu de rôle imposé par les sondages. Après le désastre Carter, la volonté de Reagan de redresser les Etats-Unis par une politique économique de baisse des impôts et de retrait de l’Etat, et par une offensive patriotique sur la scène mondiale avait constitué un ensemble cohérent marqué par la création de 14 millions d’emplois et l’effondrement du bloc soviétique. Bill Clinton avait bénéficié des difficultés économiques de la fin du mandat de Georges Bush et plus encore d’un troisième candidat, le milliardaire Ross Perrot. Il avait incarné le « nouveau démocrate », réaliste en économie, aidé en cela par la majorité républicaine du Congrès. On peut cependant imputer à sa présidence la montée en puissance du danger islamiste qu’il a soutenu contre la Serbie dans les Balkans, et qu’il a laissé se développer en Somalie et en Afghanistan. Son règne aura été celui de la poussière sous le tapis. Son successeur, mal élu, a pris de l’ampleur avec l’attaque du World Trade Center le 11 Septembre 2001, et aurait pu être un nouveau Reagan si sa lutte contre le nouvel ennemi, l’islamisme, s’était terminée par une victoire. L’offensive menée contre la dictature laïque et nationaliste irakienne a conduit au contraire à un enlisement tandis que la crise financière s’abattait sur le monde. Il a été facile à Barack Obama d’offrir une image en tous points opposée à celle de son prédécesseur Georges W. Bush : un travailleur social qui affiche avec son épouse son appartenance à la minorité noire, un pacifiste adepte des drones tueurs mais opposé à la présence des soldats américains sur le terrain, un libéral favorable à des avancées en faveur des homosexuels, un partisan d’une protection sociale renforcée en matière de santé. En France, il a fait, dans le microcosme médiatique et politique, un tabac. Très prématurément Prix Nobel de la Paix en 2009, il a prononcé au Caire un discours très élogieux envers l’Islam.  Son second mandat va s’achever sur un tableau contrasté. L’économie américaine se porte apparemment mieux. Pourtant ce Président aura été celui de l’illusion : jamais les bruits de guerre n’auront été aussi forts depuis la chute du mur de Berlin ; l’islam tant vanté au Caire a torpillé le Printemps Arabe et revêt dans le monde le visage repoussant du fanatisme ; le ralentissement des pays émergents et la hausse du dollar font craindre une rechute de l’économie américaine.

On pourrait imaginer l’arrivée sur la scène politique américaine d’un candidat sérieux qui puisse mettre fin à ces années d’illusion où la communication trompeuse a endormi l’opinion face à la montée des périls. Or les deux candidats qui semblent s’imposer sont Donald Trump chez les Républicains et Hillary Clinton chez les Démocrates. Le premier est un milliardaire de l’immobilier qui l’emporte sur de bien pâles rivaux par son côté spectaculaire. New-yorkais d’origine allemande et écossaise, il est une véritable caricature du socle « wasp » de l’électorat républicain, avec des dérapages fréquents envers les minorités. Il veut suspendre l’entrée de musulmans aux Etats-Unis. Il veut dresser un mur à la frontière mexicaine pour empêcher l’arrivée des hispaniques. Ciblé sur ce point par le Saint-Père, il en a sans doute plutôt tiré parti dans l’électorat protestant de Caroline du Sud alors que ses positions « sociétales », et donc religieuses, aux USA,  sont très mouvantes. Malgré cet élan provoqué chez les conservateurs, on peut craindre qu’un prétendant aussi baroque ne dresse une majorité contre lui à l’élection. Le seul obstacle paraît une coalition de ses adversaires regroupée derrière un candidat plus mesuré. Mais Cruz est trop conservateur et Rubio ne fait pas le poids.

Du côté démocrate, Hillary Clinton semble peiner. Contre toute attente le candidat « social-démocrate » autant dire gauchiste aux Etats-Unis la talonne et la devance même chez les jeunes. Elle a contre elle d’appartenir à cet « établissement » que les électeurs de Trump vomissent et d’avoir une réputation qui n’est pas sans ombre. Son arrivée à la Maison Blanche aura l’allure d’un retour du clan Clinton, d’une victoire des minorités sur lesquelles elle mise désormais, et d’une porte ouverte au libéralisme sociétal. On ne voit pas un nouvel élan national naître d’une pareille configuration.

Pour l’instant, l’enthousiasme en faveur de la première présidente n’a pas l’intensité de la ferveur qu’avait suscitée dans notre pays le premier Président noir. Chacun est conscient de la faiblesse de l’offre face aux problèmes auxquels le monde est confronté et qu’Obama n’a guère contribué à résoudre. Cette réserve devrait nous inciter à regarder moins en direction des Etats-Unis et nous ôter le désir de les imiter. Qu’un parti se soit appelé chez nous, « Les Républicains », et qu’il se soit lancé dans des primaires est inquiétant. Il est temps que la France retrouve sa voie et son identité. Notre Constitution appelle à la Présidence un homme que les Français choisissent, non le représentant d’un parti.

Mot clés:

3 commentaires

  1. fbastiat - 21 février 2016 18 h 46 min

    Trump va secouer l’establishment. Il s’adresse directement au peuple, sans passer par la courroie de transmission d’un parti ni de médias aux ordres. Il nous faudrait un Trump chez nous. Les gens sont excédés par les politiciens de carrière, sans vision ni courage. Trump bouscule tout cela. C’est pourquoi il est si populaire. Nul doute qu’il fera des émules en Europe. Tant mieux.

    Répondre
  2. johnDeuf - 21 février 2016 19 h 56 min

    La 5 ème République ne vaut guère mieux en matière de démocratie. Dès l’origine de cette République, la mafia gaulliste de retour aux affaires avait mis en place un mode de scrutin qui imposait un bipartisme antidémocratique. La démocratie est actuellement en Occident un mythe . Elle n’existe qu’en Suisse et se réalise par le référendum d’initiative populaire qui permet à une élite de débattre et empêche les démagogues tous plus incompétents les uns que les autres de verrouiller et de bafouer la démocratie qui d’ailleurs n’est pas une fin mais un moyen pour instaurer un régime de liberté, un régime libéral et donc un Etat de Droit. La coercition et la violence s’exercent en France contre les personnes. Des lois liberticides et un code pénal ont été mis en place par les 2 partis dominants et s’insèrent de plus en plus dans la vie privée des citoyens, les privant du moindre espace de liberté et empêchant au nom de faux principes et droits bidon de débattre. Des majorités momentanées, des démocrates dogmatiques se permettent d’écraser les personnes et les familles allant jusqu’à interdire par la violence au moyen de policiers aussi bornés qu’abrutis le moindre espace de liberté muselant totalement les idées opposées et celles des véritables élites. Il est urgent de constituer un mouvement comme une alliance libérale avec tous les cercles et groupes libéraux et d’amalgamer le maximum de patriotes à cette alliance au nom de la Liberté.
    Je souhaite le succès de Trump car même s’il n’est pas parfait il donne un coup de pied dans cette nomenklatura politicarde qui pourrit les USA. N’oubliez pas que Reagan venait de l’extérieur du parti républicain et a su l’intégrer pour se faire élire mais pas se faire assimiler par la racaille financière ce qui lui a permis de pratiquer une politique libérale, en matière économique une politique de l’offre et redonner une liberté qu’avait perdu avec ces politiciens véreux la société américaine.
    Vouloir stopper net l’immigration surtout musulmane comme veut le faire Trump est tout à fait la solution raisonnable que nous devrions d’ailleurs faire en France et en Europe si nous ne voulons pas avoir de gros et graves problèmes. Avec ces dérangés, ces talafs, c’est ce vers quoi nous nous acheminons. Pour eux le général de Gaulle est celui qui a baissé sa culotte devant les musulmans ce qui explique d’ailleurs l’inscription sur sa statue. Ce qui explique l’agressivité des musulmans puisque Allah qui ne les avait plus aidé lors de la conquête française est de nouveau avec eux pour leur donner la victoire sur un Occident infidèle.

    Répondre
  3. johnDeuf - 21 février 2016 20 h 49 min

    Que le Saint père, s’il l’est, se borne au spirituel. Son attaque contre Trump est mal venue et nous laisse à penser qu’il tremperait dans la corruption car attaquer Trump c’est défendre les navets du politiquement correct qui se vautrent dans une corruption financière et égorgent au nom du fric la démocratie et l’intérêt général du peuple américain.

    Répondre

Exprimez vous!