Haro sur le mur…

SainteMerkelL’Europe fait une fois de plus l’étalage de son impuissance. Mais, le problème que pose l’invasion à laquelle elle est confrontée est plus grave car il prouve qu’il n’y a pas d’Europe. Les disparités économiques ont rendu le projet de monnaie unique sinon absurde, du moins contre-productif. Les migrations qui ne sont pas constituées uniquement de réfugiés, contrairement à ce que disent les Allemands en se battant la coulpe, montrent que les pays européens n’ont pas sur le sujet un point de vue identique parce qu’ils n’ont pas la même histoire et donc la même identité.  Les affirmations péremptoires et moralisatrices, les références historiques erronées d’hommes politiques et de journalistes éveillent de sérieux doutes sur leur compétence ou leur bonne foi. Sans verser dans la paranoïa conspirationniste, on s’interroge sur les motifs qui poussent un certain nombre de dirigeants à affaiblir les défenses du continent, à culpabiliser toute velléité de résistance, certains diraient à ruiner son système immunitaire. La Hongrie dresse une barrière à sa frontière avec la Serbie. D’un côté, c’est l’Union Européenne, de l’autre non. Budapest applique donc les traités et empêche que l’on puisse pénétrer illégalement dans l’espace européen. Elle affaiblit d’ailleurs la mesure en ne poursuivant pas l’érection du « mur » à la frontière avec la Roumanie, membre de l’Union. Quelles sont donc les « valeurs » invoquées par Fabius et Douste-Blazy pour condamner une politique responsable ? On fait allusion à Berlin en oubliant que ce mur-là, élevé en 1961 par les communistes,  séparait les membres d’un même peuple, souvent d’une même famille, les uns soumis à la dictature et les autres, non. On fait semblant de ne pas se souvenir qu’à Berlin, il s’agissait d’empêcher de fuir sous la menace des balles l’enfer soviétique, alors qu’ici il s’agit de bloquer des entrées clandestines, notamment de musulmans,  en Europe. Une telle clôture existe depuis longtemps autour des enclaves espagnoles du Maroc. Par ailleurs, si l’heure de la morale est arrivée, que faut-il penser de la lâcheté des dirigeants européens qui ont laissé la guerre se répandre au sud et à l’est de la méditerranée sans vraiment réagir ? Comment juger la faiblesse de leur action contre les passeurs dont on mesure la criminalité tout en partageant de manière surprenante la culpabilité?

L’Allemagne, la fourmi vertueuse critiquée par les admirateurs de Tsipras, se veut le modèle de la générosité et de l’accueil de toute la misère du monde. Il est temps que les pays qui n’ont pas commis les excès de l’Allemagne lui disent qu’ils n’ont pas à subir les conséquences de sa culpabilité pathologique, de ses névroses mémorielles.  Le nazisme a été une monstruosité qu’aucun autre pays européen n’a enfantée, même si beaucoup l’ont subie et en ont été les complices. Ni l’Italie fasciste, ni l’Espagne de Franco, ni la France de Pétain n’ont créé le système inhumain qui a correspondu au IIIe Reich. Que les Allemands, légitimement, le rejettent avec horreur n’est pas une raison pour sombrer dans le délire inverse afin de gagner son salut. Une politique nataliste n’est pas scandaleuse sous prétexte que le nazisme en avait une. La France, depuis longtemps, à travers sa politique familiale,  a mené une telle action et elle a eu raison. De même, le rejet de tout nationalisme ne doit pas conduire à l’accueil immodéré de populations différentes, non par le sang, mais par la culture et qui vont créer des problèmes communautaires que les Etats seront impuissants à résoudre. Ils le sont déjà ! L’aveuglement des dirigeants, des associations, des églises, d’un grand nombre de bonnes consciences naïves est effrayant ! L’aide, militaire ou humanitaire, à la source est juste et nécessaire, l’appel d’air d’un accueil empressé est irresponsable !

Depuis l’inflation énorme qui a suivi la première guerre mondiale, les Allemands veulent une monnaie forte. Depuis la découverte de la démence raciste de l’hitlérisme, ils veulent se racheter une virginité humaniste. D’autres pays n’ont pas l’inconscient aussi chargé. Les Hongrois n’ont pas participé à la Shoah avant d’être envahis par la Wehrmacht. Elie Wiesel est éclairant à ce sujet. Ils sont les premiers à s’être révoltés contre la dictature communiste en 1956, à Budapest ! Nos intellectuels de gauche ont préféré vanter la dictature cubaine ou l’entrée des Khmers rouges à Phnom-Penh. Aussi sont-ils mal fondés à dénoncer la Hongrie qui continue à défendre avec courage sa liberté et son identité ! Une nouvelle fois, il faut préférer le raisonnement à la sentimentalité. L’Europe n’est pas coupable des exactions des islamistes de l’Irak à la Libye. Elle ne l’est que dans la mesure où elle se refuse à une intervention militaire. Là encore, les Allemands s’interdisent les actions guerrières sous prétexte, il est vrai, qu’ils ont eu trop tendance à envahir les autres. N’étant pas coupable, l’Europe n’est donc pas responsable et n’a aucun devoir d’accueillir tous les migrants souvent à la recherche d’un emploi plus que d’un asile. Le travail ne manque d’ailleurs pas dans les pays du Golfe qui ne sont pas étrangers aux conflits actuels. Le taux de chômage de certains pays européens, la montée des risques liés au terrorisme islamiste, les affrontements communautaires devraient inviter les Européens à limiter l’immigration, et à intervenir à la source des problèmes, non à les multiplier en essayant de les résoudre à l’arrivée.

 

Mot clés:

3 commentaires

  1. Pingback: Haro sur le mur… - Les Observateurs

  2. Thibault Loosveld - 2 septembre 2015 17 h 02 min

    Je pense que Franco fut l’intermédiaire d’Hitler auprès de Léon Blum et Philippe Pétain. Avant que des avions allemands ne bombardassent le village de Guernica, le président du conseil français avait obligatoirement été questionné par Franco puisque l’Espagne était membre de la Société des Nations. Lors du procès de Pétain, Paul Reynaud avait voulu connaître l’identité de la personne qui avait informé l’ambassadeur de France en Espagne d’une attaque allemande dans la deuxième quinzaine de Mai 1940. Et, en Juin 1940, après que Pétain annonçât qu’il demanderait l’armistice, Laval lui demanda immédiatement s’il le ferait par l’Espagne.

    Répondre
  3. fbastiat - 2 septembre 2015 17 h 53 min

    La politique d’immigration européenne est schizophrénique. D’un côté chaque pays membre de l’Union a sa politique (frontières plus ou moins ouvertes aux clandestins et aux demandeurs d’asile, politique nationale de visas), et en même temps l’Union pratique la liberté de circulation selon l’accord de Schengen. Il suffit donc d’entrer par la porte la plus large et d’aller ensuite là où il y a du travail ou des subventions. Il faudra un jour choisir: soit revenir aux frontières nationales, soit avoir une politique commune claire. Plus d’Europe ou moins d’Europe, mais sortir de l’ambiguïté actuelle.

    Répondre

Exprimez vous!