Pour une autre Europe !

tsiprasConnaissez-vous une entreprise de spectacles qui offre à 751 spectateurs privilégiés qui lui coûtent plus de 600 000 Euros par an et par personne un spectacle gratuit au cours duquel un comique grec vient se payer leur figure avec une grossièreté sans frontière ? C’est bien sûr l’inutile et coûteux parlement européen qui a reçu M. Tsipras venu se faire applaudir en ce lieu par ceux qui y siègent tout en souhaitant qu’il n’existe pas. Mais peut-être faudrait-il remercier ce démagogue manipulateur, qui trouve grâce aux yeux de nos médias puisqu’il est « de gauche », car il a le grand mérite d’éclairer les Européens sur ce que devient l’Union Européenne ou plutôt sur ce qu’elle n’est pas devenue. Un pays de 11 millions d’habitants fait chanter un continent de 507 millions d’habitants sous prétexte qu’il y a joué un rôle fondateur il y a 25 siècles et que son  peuple souffre des fraudes et du laxisme de ses dirigeants. La Grèce ne pèse que 1,40 % du PIB de l’Union, et 1,80 % de la zone euro. Sa dette abyssale, pourtant allégée de 100 milliards en 2012, représente avec 320 milliards 175% de son PIB. Elle est d’autant moins soutenable que l’arrivée de l’extrême-gauche au pouvoir au début de l’année a fait replonger le pays dans une récession d’où il émergeait avec un petit 0,6% de croissance obtenu grâce aux potions trop amères de la troïka. Le gouvernement Tsipras veut garder l’euro, voir sa dette plus ou moins effacée alors qu’il bénéficie d’une aide de 240 milliards supportée majoritairement par les contribuables des autres pays européens, Allemagne et France en tête, afin de préserver sa dépense publique déraisonnable. En « échange », il évoque une réforme fiscale improbable et qui risquerait surtout de tuer le malade, si elle était appliquée. La Grèce n’a pas une économie taillée pour l’Euro. Comme le dit avec bon sens Giscard d’Estaing, il lui faut une monnaie faible, à sa mesure, pour se redresser. Le « Grexit » devrait donc être organisé dans l’unanimité et le bon ordre afin qu’économiquement la Grèce retrouve son équilibre et que politiquement les pays qui ont eu le courage de réformer puissent accepter la situation.

Mais les choses ne se présentent pas ainsi. Tsipras joue avec les divisions européennes. Non content de perturber son économie, il fait apparaître au grand jour son contre-sens politique. L’Allemagne reste ferme parce que le peuple allemand, traditionnellement attaché à la vertu financière et monétaire n’entend pas faire cadeau du produit de ses efforts à des fraudeurs. La France adopte une position plus souple parce que le Président ne veut pas fâcher la gauche de la gauche séduite par Syriza. On voit le paradoxe : la politique « européenne » de notre pays est conditionnée par des objectifs de politique politicienne intérieure ! L’Italie et l’Espagne mesurent aussi leurs réactions à l’état de leur opinion publique puisqu’elles mettent en oeuvre des réformes mais craignent la contagion souverainiste ou la révolte contre l’austérité. Bref, Tsipras est venu braver un non-parlement d’une Union Européenne qui n’existe que très peu politiquement et dont la démographie comme l’économie soulignent l’échec : un continent dont la population vieillit et diminue, sauf à être remplacée, dont la croissance est molle, surtout pour les pays plombés par une monnaie trop forte. Les Britanniques doivent se féliciter, comme les Scandinaves, les Polonais,les Tchèques ou les Hongrois d’avoir sauvegardé leur monnaie. Ils doivent regarder le grand large avec envie alors qu’un référendum est annoncé.

La bureaucratie des technocrates bruxellois a le mauvais rôle face au sourire provocateur du mauvais garçon si sympathique qui dérange les ballets de limousines des princes qui font semblant de nous gouverner. A force de piétiner les débris du rêve européen, il pourrait peut-être réveiller la conscience des vrais européens, ceux qui croient aux intérêts convergents des Etats-Nations de notre continent aujourd’hui dilués dans des structures lourdes et paralysantes. Quand un voyageur est égaré, il lui faut le courage de rebrousser chemin pour trouver une autre voie. De même, il sera sans doute nécessaire de détricoter l’Europe inefficace actuelle pour lui redonner des valeurs qu’elle a cru devoir abandonner et des objectifs dont elle s’est éloignée.

Mot clés:

3 commentaires

  1. Courouve - 8 juillet 2015 13 h 42 min

    Le Parlement européen est disqualifié dans son principe :

    Le nombre important de petits États (voire d’États quasi fictifs) et leur sur-représentation systématique au Parlement (ainsi le Luxembourg, 0,093 % de la population, mais 0,8 % des sièges) ajoute au déficit démocratique de l’Union. 78 députés français au Parlement européen représentent une population d’environ 64 millions d’habitants, et 6 députés luxembourgeois une population de 460 000 habitants seulement ; bref, un électeur Luxembourgeois (ou aussi bien un Chypriote ou un Maltais) vaut dix électeurs Français au Parlement européen.

    Répondre
  2. Eric ADAM - 8 juillet 2015 19 h 00 min

    Tsipras est venu braver un « non-parlement », mais d’une « DésUnion Européenne », d’une Alliance Harmonieuse qui n’existe PAS politiquement et dont la démographie comme l’économie soulignent l’échec, et l’absence de Démocratie…
    Je me suis permis de plagier et déformer ton propos, mon Cher Christian, car je te trouve quelque peu … « incomplet »…
    N’est-il pas heureux que certains Pays n’aient pas fait l’erreur d’entrer dans la zone Euro? N’est-il pas démontré que la Grèce n’aurait JAMAIS du être « invitée » ni « acceptée » dans l’Euro-Europe, si la Commission et ses « pseudo-experts » avaient fait leur JOB au lieu de courir après une expansion masquant nos carrences?
    N’est il pas démontré également que faute de Démocratie nous risquons de nous trouver dans la même situation vis-à-vis de l’Ukraine ou de la Turquie?
    N’est-il pas aussi historique que l'(Allemagne de 1953, après celle de 1932, s’est vue accordée un abandon de ses dettes qui lui a permis par 2 fois de se redresser… dont une pour relancer son armement?
    N’est-il pas non plus une réalité que les Fonds Européens promis à la Grèce n’ont pas été versés en temps et en heure, en 2013 et 2014, ajoutant des intérêts prohibitifs à un capital déjà honteusement issu des spéculations des Banquiers que l’Europe a « dédouanés » au préjudice du Peuple Grec???
    TSIPRAS n’est là que depuis 5 mois… et il n’a bénéficié que des « déstabilisations » Européistes au lieu d’en avoir le soutien…

    Alors, oui, là où je te rejoins, c’est sur le bilan de toutes ces anomalies, ces scandales Européens…
    Il sera, non pas « sans doute nécessaire », mais IMPÉRATIF, de détricoter l’Europe inefficace actuelle pour lui redonner des valeurs qu’elle n’a JAMAIS assumées et des objectifs dont elle s’est non pas éloignée, mais gardée de mettre en œuvre!.

    Ne rejetons pas la Faute sur TSIPRAS, même si il a sans doute dans la tête de « sortir » du bourbier sans apparaître comme le responsable, et préparons nous à ASSUMER les dettes de la Grèce, pour le seul bénéfice des Banquiers et Spéculateurs, avec la Complicité de la Commission et de nos Dirigeants, que nous retrouverons bientôt comme « conférenciers » grassement payés par les mêmes VOLEURS qui ont mis si bas la Grèce et qui sont en train de creuser notre propre fosse aux esclaves de la World-Company et du Dollars Souverain!

    A moins que nous devenions adultes, et que nous prenions notre Souveraineté Populaire, ICI, en France, pour IMPOSER la mise à plat de cette Europe sans FOI ni LOI, après avoir instauré notre Première Démocratie promise en 1789!

    Répondre
  3. fbastiat - 8 juillet 2015 21 h 33 min

    Le problème de la Grèce est d’être socialiste. Le socialisme conduit à la stagnation puis au recul économique. Le socialisme y est encore beaucoup plus enraciné qu’en France. Si elle pouvait passer au capitalisme elle se redresserait en quelques années. Mais elle ne le peut, c’est culturel. Et la culture évolue très lentement.

    Répondre

Répondre à fbastiatAnnuler la réponse