Est-il défendu de se défendre ?

palais de justiceOn ne commente pas les décisions de justice, parait-il. Toutefois, certaines invitent néanmoins à la réflexion. La Cour d’Assises du Tarn vient de condamner à sept ans de prison un buraliste qui avait tué en 2009 un cambrioleur qui s’était introduit chez lui durant la nuit. Cette condamnation est d’autant plus surprenante que le Parquet avait requis la légitime défense et considéré que le comportement de Luc Fournié avait été adapté à la situation.

L’effraction et la nuit créent en effet les conditions stipulées par l’article 122-6 du Code Pénal pour justifier la légitime défense. Pourquoi le Jury n’en a-t-il pas tenu compte ? Il a jugé que la présomption de légitime défense n’était pas vérifiée. D’abord, parce que la préparation de l’effraction avait été constatée quatre jours avant les faits par la victime de la tentative de cambriolage. Ensuite, parce que celle-ci  avait préparé l’accueil des voleurs avec un dispositif artisanal d’alarme, et une arme chargée dans l’intention de l’utiliser contre les intrus. Enfin, au lieu de prévenir et d’attendre les gendarmes, le buraliste a fait feu dans l’obscurité, tuant l’un des cambrioleurs et a tiré une nouvelle fois sur le second qui s’échappait. On devine la pensée qui a dominé la délibération du jury et explique la sévérité exemplaire de son verdict. Le buraliste avait « prémédité »son geste et agi dans l’intention de tuer, sans proportion avec le danger couru, ce qui est aussi une condition de la légitime défense. On espère évidemment que l’aspect sociologique du drame n’a joué aucun rôle. Lorsqu’un petit commerçant blanc tue un voleur noir, on rencontre une situation propice aux interprétations idéologiques, même lorsque cela se produit en France et pas aux Etats-Unis.

Néanmoins, le bon sens appelle plusieurs remarques. La première porte sur la lourdeur de la peine. Plus de quatre ans après les faits, un commerçant qui a cru défendre ses biens et sa famille va se trouver incarcéré, hors d’état de travailler et de contribuer à la vie des siens. Cet homme ne présente aucun danger pour la société, sauf pour les voleurs. Il y participe honnêtement. Même si l’on accepte sa culpabilité, on ne peut que s’étonner de l’inadaptation de la peine. S’il a utilisé des moyens disproportionnés pour défendre ses biens, une peine touchant ceux-ci ne serait-elle pas, elle-aussi, plus proportionnée ? S’agit-il d’exemplarité pour dissuader de se faire justice soi-même ? Mais dans ce cas, l’exemplarité a deux faces. Punir le propriétaire qui se défend trop vigoureusement sous prétexte de ne pas délivrer un permis de tuer revient à encourager les atteintes aux biens et à décerner un permis de voler ! Une peine avec sursis ou un Travail d’Intérêt Général au profit de la société et à la mesure de l’infraction ne seraient-ils pas plus intelligents ?

En second lieu, la condamnation du buraliste de Lavaur soulève la question cruciale du trouble que notre société connaît dans le domaine des valeurs. On pourra dire qu’ici, elle a préféré la vie à la propriété. Mais, face à deux grands gaillards vêtus de sombre, M. Fournié devait-il attendre que ceux-ci tirent les premiers ? Un citoyen banal doit-il vaincre une peur manifestement légitime en présence d’intrus non-identifiés et que la nuit rend plus redoutables ? Pour avoir rendu visite à l’hôpital à deux personnes âgées torturées pendant toute une nuit par des voleurs, je comprends cette réaction. Avant la connaissance des faits, quelle était la vie menacée ? D’ailleurs, si la vie avait atteint un tel prix dans notre société, comment comprendre la condamnation, par la Cour d’Assises des Bouches-du-Rhône, à cinq ans dont trois avec sursis d’une mère ayant tué son nouveau-né, alors que le Parquet avait requis dix ans ? Ou la peine plus que légère infligée par le tribunal pour enfants de Béziers au meurtrier mineur d’une collégienne ? Agé de 14 ans au moment des faits, il a été placé en Centre Fermé, et jugé à 17 ans (?), n’a fait l’objet d’aucun mandat de dépôt, malgré une condamnation à cinq ans de détention. Il avait envoyé un SMS à sa mère lors de l’agression disant qu’il ne risquait rien, puisqu’il était mineur… Les messages de notre société sont de moins en moins clairs. L’instigateur du cambriolage de Lavaur, déjà « pincé » sans suite six semaines auparavant, n’est-il le vrai responsable de la mort de son complice et de l’acte commis par M. Fournié ? Il confiait qu’il avait été fasciné par le personnage de Mesrine. Sans doute doit-on féliciter les auteurs qui, à travers leurs écrits ou leurs films,  ont mis ce criminel en vedette ?

A la fin des années 1970, les idées semblaient plus claires. En 1979, la Cour d’Assises de Moselle avait acquitté l’auteur d’un tir mortel sur un garçon de 13 ans qui s’enfuyait après une tentative de vol, et en 1978, l’affaire « Legras »avait marqué les esprits. Poussé à bout par de multiples cambriolages, le propriétaire d’un garage de Barbuise avait disposé dans celui-ci un transistor piégé qui avait tué l’un des intrus. Il avait été acquitté par la Cour d’Assises de l’Aube. A cette époque, le bon sens invitait à ne pas sévir contre le citoyen honnête conduit à commettre un acte répréhensible en réponse à une action initiale foncièrement condamnable. Sans cambrioleur, pas de meurtrier ! L’évolution actuelle est préoccupante. Avec quelques collègues parlementaires, j’avais plaidé avec succès auprès de Nicolas Sarkozy, l’extension du rôle des jurys populaires. Ceux-ci me semblaient plus à même de maintenir la cohésion sociale en répondant de manière satisfaisante aux blessures ressenties par la conscience collective à l’occasion d’un crime, pour employer le langage de Durkheim. Des décisions comme celle d’Albi soulignent son incertitude sur l’évaluation des « blessures ». Mais, c’est peut-être là un signe de l’affaiblissement de la cohésion sociale.

 

Mot clés:

8 commentaires

  1. DELAFOSSE - 2 avril 2015 18 h 33 min

    Si notre commercant s’était défendu avec un pistolet à eau, aurait -il été inculpé de tentative d’homicide volontaire par noyade ? C’est pas impossible.

    Mais pouvons-nous faire autrechose dans ce pays que de passer notre temps à décrire et à commenter l’inexorable déclin de notre pays , quelque soit le domaine ?

    Répondre
  2. Ribus - 2 avril 2015 20 h 15 min

    A la question posée, la réponse est oui surtout si les cambrioleurs ont la peau noire. Le message des juges albigeois est clair : nous sommes priés de nous laisser dépouiller de nos biens et si çà tourne mal de notre vie même.

    La justice française est en train de ruiner sa crédibilité vis à vis du peuple alors que cette même justice prétend la rendre en son nom. La justice politique, c’est maintenant.

    Point positif : la confédération des débitants de tabac regroupe 26.897 commerçants qui ne doivent plus être très nombreux à voter PS. Ce réseau est influent en zone rural. Cette décision dont est victime un des leurs va dans le sens du réveil de la conscience nationale.

    Répondre
  3. OBLABLA - 2 avril 2015 23 h 29 min

    Normalement, un cambrioleur qui s’introduit de nuit dans un bâtiment devrait être un gibier pour les forces de l’ordre et les honnêtes gens. Le problème n’est pas dans le verdict des Assises, mais dans le fait que le procès ait pu avoir lieu …

    Répondre
  4. Carole - 3 avril 2015 12 h 26 min

    Entre l’extrême exemple US où vous pouvez abattre un intrus…sur votre terrain et l’extrême exemple français qui stipule de facto qu’une bonne victime est une victime morte…
    Le pire, chez nous, vous devez museler votre (gros) chien chaque soir, même s’il dort à la maison! parce que si un cambrioleur se « hasarde » chez vous et qu’il se fait croquer « dans l’exercice de ses fonctions » (j’exagère à peine), c’est vous qui êtes coupable 🙁 et priez que votre chien n’ait pas transmis de maladie à la crapule!

    Alors, quand j’en parle autour de moi, avec des gens civilisés, pas des cow-boys, on me répond : « face à la cruelle absurdité des lois françaises, si un cambrioleur entre à la maison et que malgré nous on le tue, eh bien il faudra aller discrètement l’enterrer dans la nature ou le balancer dans un fleuve, sinon notre vie sera gâchée malgré nous! ».
    Voilà où ça nous mène l’inversion de la victimologie! parce qu’il n’est pas question d’attendre de se faire tirer dessus en premier pour riposter ensuite ou de se faire agresser autrement avant de se défendre! m….., un cambriolage, c’est un viol de l’intimité des gens avec un danger réel puisque le coupable ne se laissera pas arrêter, bien au contraire!

    Répondre
  5. kerneilla - 3 avril 2015 23 h 23 min

    Bien sûr qu’un citoyen a le droit de commenter une décision de Justice, celle-ci est censée être rendue en son nom, et si elle se trompe, il a le droit et même le devoir de protester…
    Qu’aurait du faire ce buraliste ? alerter les forces de l’ordre? peut être l’aurait-il fait si la justice ne renvoyait pas si souvent libre les malfrats arrêtés par la police, (un commissaire m’a dit ; « c’est décourageant, on arrête un voleur , une fois, deux fois… et quelque jours après un jugement, on le trouve à nouveau dehors en train de récidiver ! » cela se produit tous les jours); que doit donc faire le citoyen responsable ? se laisser dépouiller, torturer ou même tuer, les bras ballants? continuer à croire en une justice laxiste, souvent « politiquement correcte » , avec toutes les absurdités qui en découlent : le voleur devient la victime de la société qui l’aurait conduit à devenir voleur, et le volé n’a plus que ses yeux pour pleurer s’il n’ose se défendre par peur d’être condamné !  » Les Misérables » racontait un temps où un voleur de pain qui avait faim se trouvait fortement condamné, aujourd’hui nous sommes passés à l’opposé du balancier : on ne condamne plus ceux qui nuisent à la société, on les laisse récidiver,… et pour peu qu’ils fassent partie d’une « minorité » la justice de gauche leur trouve toutes les excuses, mais malheur à l’honnête homme qui a dérapé, une fois, en se défendant…. le « politiquement correct » a perverti tous ceux qui refusent de penser par eux-même…et parmi eux il y a parfois des jurés… La première question qu’un juré devrait se poser ; est-il coupable ? et la seconde : y a-t-il eu provocation ? quelle est la cause première ? s’il n’y avait pas eu vol, il n’y aurait pas eu de cas à juger… le premier coupable est le voleur… évidemment!

    Répondre
  6. Azrine - 4 avril 2015 9 h 43 min

    C’est au moment où notre société en déliquescence à le plus besoin de repères que ce jugement surréaliste est rendu ! Les fractures entre le virtuel des administrateurs de nos institutions, et le quotidien des Français se multiplient…

    Répondre
  7. Avi Dayan - 4 avril 2015 13 h 35 min

    Oui il y a un droit de légitime défense.
    Non, le buraliste n’en a pas fait usage conformément aux conditions posées à la fois par la loi et par la jurisprudence.
    Il y a eu préparation donc préméditation.
    Toutefois, cette décision de justice serait moins critiquée si elle n’intervenait pas dans un contexte de grande hétérogénéité des décisions dont vous avez, cher M. Vanneste, donné quelques exemples.

    Répondre
  8. DELAFOSSE - 4 avril 2015 15 h 20 min

    Et si on invitait tous les malfrats et criminels à sévir d’abord au domicile des Magistrats ? Juste pour voir leur capacité à se défendre ou constater la douceur de leurs jugements…

    Dans le Législatif, l’Exécutif, ou le Judiciaire,chez nous tout est à refaire….le problème est de savoir comment et avec qui ? le pourquoi étant déjà bien connu de tous !

    Répondre

Exprimez vous!