Mistral : la France soumise à tous les vents…

téléchargement (50)Champagne ! la France a connu une croissance de 0,3% au 3e trimestre. Trois fois plus que l’Allemagne. A force de ne plus connaître que la médiocrité, on se contente de peu. Ces chiffres sont dérisoires. Ils ne permettront nullement de réduire le chômage. Si l’Allemagne, manifestement victime de la politique anti-russe que les Etats-Unis imposent à l’Europe, fait moins bien, l’Espagne et la Grèce rebondissent plus (0,5 et 0,7%), à partir d’une pauvreté qui en s’accentuant est devenue plus compétitive. Entre le nord de l’Europe, qui a procédé aux réformes structurelles nécessaires, parfois sans adopter pour autant l’Euro et le sud qui s’est imposé un régime sévère d’appauvrissement, la France n’a fait ni les réformes ni subi la cure draconienne. A son habitude, elle s’est tenue dans la voie moyenne, c’est-à-dire médiocre. Non seulement la croissance est insuffisante, mais elle est même franchement mauvaise, puisqu’elle cache sous une légère augmentation un recul qui annonce des lendemains plus difficiles encore. En effet, la petite croissance s’appuie sur la consommation des ménages (0,2%), et surtout sur la dépense publique de fonctionnement (0,8%). Les investissements, la création de richesse, diminuent  : – 0,6% ; les investissements publics de – 1,2% et ceux de ménages, le logement essentiellement, de -1,7%. Quand on augmente la dépense sans augmenter la richesse, cela se traduit par des déséquilibres, notamment pour le commerce extérieur qui dit la vérité sur l’évolution du pays au 3e trimestre. Les exportations croissent de 0,3% et les importations de 1,2%. Le déficit se creuse de 1,2 Milliard à 15,4 Milliards. Le solde déficitaire manufacturier est le plus élevé depuis le 3e trimestre 2011. Les importations d’automobiles ont cru de 2,9% malgré la bonne tenue des marques françaises, puisque leurs véhicules sont pour les petites cylindrées surtout fabriquées à l’étranger. Bref, nos collectivités territoriales, qui vont continuer à augmenter leurs impôts, dépensent plus et nos usines produisent moins : cherchez l’erreur !

Dans ce contexte, la vente de deux Mistral à la Russie revêt une double signification économique et politique. En effet, puisqu’il s’agit d’un contrat entre Etats, c’est la France qui subirait le coût d’une annulation. Les tergiversations assez minables de notre exécutif sur la question semblent se situer essentiellement sur le plan économique, l’alignement sur les Etats-Unis paraissant la constante politique. Soit nous dénonçons le contrat, et nous devrons rembourser la part des bateaux déjà payée par la Russie, verser en outre des indemnités, et nous retrouver avec un bateau que notre marine n’a pas les moyens d’acheter et d’utiliser, qu’aucun autre pays n’a manifesté le désir d’acheter. Les chantiers STX de Saint Nazaire seront en panne pour le second Mistral  et un millier d’emplois menacés. Des problèmes annexes se poseront : les poupes ont été construites en Russie ; celle-ci considérera que la rupture du contrat lui permet d’utiliser les plans pour  construire les BPC elle-même. En outre, la crédibilité du pays sera atteinte, et son industrie d’armement touchée. Que va devenir la vente éventuelle des « Rafale » à l’Inde ? Mais, par ailleurs, la Pologne qui est à la pointe de l’opposition de l’Europe à la Russie du Président Poutine constituerait un marché de 12 Milliards ouvert à la France, avec près de 6 Milliards pour le bouclier anti-missiles de MBDA/Thalès. On voit se dessiner le chantage…

C’est sur le plan politique qu’il faut donc se situer, pour honorer le contrat avec la Russie et pour le faire avec grandeur. Il est déjà arrivé à la France de soumettre des livraisons d’armes à embargo pour des raisons politiques. Ce fut le cas après la guerre des 6 jours, lorsque la France mit fin à la livraison de « Mirage » à Israël en 1969. On peut par amitié pour Israël regretter cette décision, mais elle correspondait à une politique qui visait à affirmer l’indépendance de notre pays à l’égard des Etats-Unis et à reprendre pied dans le monde arabe. Cela s’est traduit d’ailleurs par de nombreux contrats de fourniture d’armement à des pays arabes. De même, aujourd’hui, la France peut affirmer son indépendance en devenant l’interlocuteur privilégié de la Russie en Europe, en disant clairement qu’elle n’est pas solidaire de la guerre froide que les Etats-Unis continuent d’entretenir avec la Russie. Mais cela implique  la livraison des Mistral à la marine russe. Quant aux éternuements des pays qui, à force de craindre la Russie d’une manière pathologique, ont conduit à humilier et à ostraciser ce pays dont la fierté est prompte à réanimer le nationalisme, il faut leur donner une importance limitée. Ce sont les mêmes qui ont suivi aveuglément l’Amérique dans son aventure irakienne, quand la France avait vu juste. On se souvient de la réponse cinglante de Chirac aux deux lettres adressées par 10 et 8 pays candidats à l’Union Européenne et membres de celle-ci, et dont il apparaissait clairement qu’ils agissaient comme clients de l’oncle Sam. Enfin, en matière de ventes  d’armes, la solidarité européenne est un vain mot : la Pologne est équipée en F16 américains, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne réalisent l’Eurofighter , le rival heureux du Rafale, et le suédois Gripen NG de Saab vient de s’imposer au Brésil.  Si les alliances industrielles sont parfois efficaces, dans un domaine de grande concurrence, il n’y a aucune raison pour que l’alignement de notre pays soit un handicap supplémentaire. Il faut au contraire à la fois pratiquer l’indépendance politique et le souci de nos intérêts économiques, l’un en premier, l’autre en second. La livraison des Mistral les réunit à l’évidence.

Mot clés:

5 commentaires

  1. DELAFOSSE - 15 novembre 2014 9 h 52 min

    Moi Président……j’apporterai plein de croissants aux copines mais peu de croissance aux Français !

    Répondre
  2. fbastiat - 15 novembre 2014 19 h 21 min

    Il faut respecter le contrat et livrer. Si certains ne sont pas contents, tant pis pour eux.

    Répondre
    • DELAFOSSE - 15 novembre 2014 19 h 42 min

      Suite à notre hésitation,je crois que le mal est fait. La prochaine fois ,les Russes (qui ne sont pas du genre à se laisser mener en  » bateau » ) iront certainement voir ailleurs…à moins qu’une autre « Marine » ne se montre plus coopérative !

      Répondre
  3. Ribus - 16 novembre 2014 7 h 04 min

    L’affaire des Mistral est très révélatrice en effet car elle montre tout d’abord qu’Hollande n’a aucune notion de l’intérêt supérieur de l’Etat. Pour parler clair, il s’en fout.

    Le même Hollande avait déjà ruiné la parole présidentielle avec la grotesque intervention télévisée sur Leonarda ; avec le dossier des Mistral, il ruine la voix de la France. Dans un domaine hautement stratégique comme l’armement, notre crédibilité est réduite à zéro.

    Tout le monde sait bien aujourd’hui que la politique de la France se définit à Washington, Bruxelles et Berlin. Hollande est une sorte de triporteur de la politique, qui répète sans talent ce que les américains, la Commission et la Chancelière lui demandent de dire.

    Lorsqu’on arrive à un tel degré d’incurie, on n’est pas seulement un incapable et un imbécile prétentieux ; on est aussi un traître.

    Répondre
  4. Oblabla - 16 novembre 2014 12 h 28 min

    Rappel de ce qu’écrivait cette semaine O. Delamarche sur le ridicule cocorico des médias français sur ces 0.3% de croissance:
    « La farce française »
    PIB France
    T3 + 0,3%

    Après révision du T2 de 0 à -0,1 %, annonce triomphale d’un T3 à +0,3 %. De l’avoine pour les crétins !!

    Le diable est dans les détails et justement le détail de ce PIB est mauvais.

    Les dépenses de consommation des ménages sont ressorties à +0.2% après +0,3% avec des salaires à -0,2 % qui indique que les français ont tapé dans leur épargne.

    La consommation des administrations publiques, elle, n’est pas au régime sec +0,8% financée évidemment par de la dette……c’est-à-dire par nous.

    La balance commerciale contribue pour -0,2 %, les stocks pour +0,3 %, l’investissement se contracte pour le quatrième trimestre consecutif -0,6 % après -0.8 %.

    T1=0, T2= -0,1%, T3= 0,3% (avant révision)
    Nous sommes bien encore en Récession.

    Mais ne vous inquiétez pas tout se passera bien !!!

    Répondre

Exprimez vous!