Toutes les vies n’ont pas le même poids !

Le relativisme délétère qui envahit notre société “progressiste” est l’un des signes du sens antinomique pris désormais par le mot “progrès”. Celui-ci, en dehors des découvertes scientifiques et des innovations techniques, mais pas nécessairement de leur application ou de leurs conséquences, doit être systématiquement traduit par “décadence”. Le flou et les incertitudes qui entourent désormais le respect de la vie illustrent cette inversion. Le “progrès” consistait à mieux protéger la vie, à la prolonger, à interdire à la Justice des Etats de l’ôter aux individus, à espérer que l’amélioration des conditions d’existence diminuerait les risques liées à la violence, à la famine ou aux maladies. Certains imaginaient même l’instauration d’une paix perpétuelle et universelle grâce aux organisations internationales et à la fin des blocs antagonistes.

Nous en sommes bien loin. La vie des individus est toujours sacralisée dans les discours, mais il s’agit de certains individus, dans certaines circonstances tandis que la réalité multiplie en fait les atteintes à une valeur de plus en plus relative. Notre pays offre actuellement une série d’exemples qui montrent que la vie d’une personne ne tire sa valeur que de trois critères extérieurs : la médiatisation, l’émotion et l’idéologie. La réflexion cohérente n’y a aucune part.

Deux policiers ont fait l’objet d’une tentative d’assassinat après avoir été roués de coups parce qu’ils surveillaient un bâtiment susceptible de servir à des trafics. Dans un pays où la peine de mort a été abolie même pour les pires des salauds, il est donc devenu possible de tuer des policiers soit pour protéger une action illicite soit par fanatisme religieux, comme lors de l’assassinat d’un couple de policiers à Magnanville le 13 Juin 2016. Le système de défense des auteurs de l’agression d’Herblay va reposer sur le fait qu’ils croyaient avoir affaire à des concurrents et non à des policiers, ce qui paraît douteux, mais qui témoigne d’un curieux respect de la vie qui considère pratiquement justifiée l’exécution lors de règlements de comptes. La peine de mort a été retirée à l’Etat, mais elle se porte très bien dans une société parallèle qui échappe justement à celui-ci. Par ailleurs, la comparaison entre l’ampleur de la médiatisation des prétendues victimes de violences policières et l’oubli rapide qui suit la mort de membres des forces de l’ordre laisse pantois. Plaintes, procédures en cascade, défilés, rassemblements d’un côté, et hommage officiel suivi d’un long silence de l’autre. Et que dire de l’indifférence qui entoure les trop nombreux suicides de policiers ?

Les Français se sont réjouis de la libération de Mme Pétronin. Certes, elle n’a pas été la seule otage libérée, mais deux aspects de cette libération auraient du conduire l’Etat et son chef à être plus discrets qu’ils ne l’ont déjà été, en s’abstenant notamment d’une déclaration officielle qui était attendue à l’aéroport, comme si quelque chose les gênait dans cette affaire. Le Président de la République ne pouvait être absent lors de l’arrivée de l’ex-otage en France pour bénéficier de la médiatisation, et de l’émotion positive qui accompagnaient ce retour, mais il lui était difficile d’en faire trop, alors que cette femme clame son allégeance à l’islam, récemment évoqué pour séparatisme, refuse de voir dans des geôliers, qui l’ont bien traitée, des djihadistes, et que par ailleurs 200 de ces derniers ont été relâchés en échange de sa liberté. Il s’agit de ceux que les soldats français combattent au Mali, de ceux qui les tuent. Là encore, d’un côté, émotion collective, médiatisation considérable pour une détention finalement moins pénible qu’on le craignait, rançon pour une vie qui n’était pas menacée, et de l’autre, hommage d’un jour pour ceux dont les noms tombent vite dans l’oubli. Il s’en est fallu de peu que le rappeur Médine (Crucifions les laïcards comme à Golgotha) se produise au Bataclan là où 90 “laïcards” avaient été assassinés. Devant les protestations, il est allé au Zénith… où sans doute on n’accepterait pas un chanteur parlant de crucifier les “croyants”… même pour rire.

Médiatisation, émotion, idéologie : c’est encore ce trio infernal qui couvre l’absurdité de l’attitude de notre société par rapport à la vie à sa naissance. Dans le temps où l’on facilite la création artificielle de la vie pour réaliser des désirs que la nature ne pourrait satisfaire, on accroît la possibilité de mettre un terme à des vies, à des personnes potentielles, en permettant l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse, voire à la naissance pour “détresse psychosociale” de la mère. En France, on sacralise la vie d’un coupable, mais on autorise le meurtre d’un innocent, on manifeste pour la mort d’un délinquant, mais pas pour celle d’un policier, on se mobilise pour une otage qui attire les médias, mais on ne célèbre guère les soldats qui luttent contre les ravisseurs. Et ce serait le progrès ?

 

Articles liés

8 commentaires

  1. On peut et l’on doit s”émouvoir et compatir à la souffrance manifeste vécue par une otage…et seulement si c’est le cas !

    Nous faudra-t-il un jour créer une force de Police spéciale pour protéger nos policiers ?

    Certains ont rêvé d’un nouveau monde…nous l’avons !

  2. Il est hélas faux d’affirmer que la peine de mort a été supprimée…Elle l’est certes pour les criminels, mais existe toujours pour leurs victimes.

  3. Surtout s’il s’agit de victimes de récidivistes qui sont mortes en fait à la place de leurs bourreaux, qui en fait, n’auraient plus exister si on avait eu le courage de maintenir cette peine au sein de notre société, qui depuis trop longtemps a accepté que c’était plutôt aux innocents de disparaître.
    Le fameux ” Tu ne tueras pas ” ne s’adresse-t-il pas d’abord aux vrais tueurs ?
    “Le mal n’est pas fait pour être compris mais pour être combattu” ou alors continuons à accepter de voir mourir les innocents.
    Je suis contre la peine de mort, car c’est une délivrance et certains mériteraient de subir les horreurs et les souffrances qu’ils ont infligé à leurs pauvres victimes.

    1. Le commandement ne vise absolument pas la peine capitale mais le meurtre. Le Lévitique établit d’ailleurs la légitimité de la peine de mort.

      1. Très juste, mais le “Lévitique” c’est la loi de Moïse, la Loi du Christ en ce domaine ne précise rien et la loi des hommes n’est pas la même partout.
        Condamné à mort lui aussi, il en sait quelque chose.

        Il y a également ” Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre”. Certes, mais quand il s’agit d’éliminer quelqu’un pour que les autres puissent vivre, nous sommes dans le cadre de la légitime défense.
        N’a-t-il pas lui-même accepté sa sentence dans notre propre intérêt ?

  4. Je vais aller à contre-courant : Si les gens sont trop mal élevés, mal instruit, ou trop stupides pour penser , pourquoi ne pas agir sur un levier réputé efficace : frapper au porte-monnaie; au lieu de rabâcher que “c’est gratuit puisque c’est l’Etat qui paie”, pourquoi ne pas dire : ” l’Etat ne paiera pas” pour ce qui relève du désir égoïste: avortement alors qu’un enfant non désiré pourrait (si les parents ne changent pas d’avis), être confié à l’adoption , alors qu’ils y a tant de couples prêts à adopter. Quant à la PMA, (déjà discutable , en soi, car elle produit des embryons d’êtres humains “surnuméraires” qui peuvent être l’objet de tous les trafics, ou détruits) elle ne peut en aucun cas servir à satisfaire un désir égoïste pour des femmes qui ont choisi un mode de relation qui exclu biologiquement la maternité; En aucun cas cela ne relève de la solidarité nationale (Sécurité Sociale); l’avortement, s’il reste légal (loi Veil restrictive), doit être payé par les pères (facilement repérables grâce à la génétique), les femmes ayant elles à assumer la grossesse ou le traumatisme de l’avortement; et la PMA si elle reste légale, doit être payée par les individus qui la réclament (sauf stérilité de couple hétérosexuels, puisqu’aujourd’hui, il faut préciser!) !; car l’Etat ne paie rien jamais, ce sont les citoyens qui paient en dernier ressort, et nous n’avons pas à payer pour la satisfaction de désirs égoïstes…l’enfant, y compris le foeutus n’est pas un produit de consommation. J’ajouterai que si les citoyens savaient combien leur coûtent tous ces avortements de convenance, et ces PMA exigées, ils réfléchiraient peut être un peu avant de revendiquer n’importe quoi! ; c’est le devoir d’information des journalistes de l’annoncer “haut et fort” mais il est tellement plus facile de mentir par omission, et de renonce à tout éthique par idéologie progressiste.

  5. L’Etat paie tout ? surement pas… au regard du nombre d’heures supplémentaires encore impayées à certains de ses propres fonctionnaires obligés de s’en plaindre sans grands résultats en Justice !
    Il est bon que les vrais payeurs contribuables le sachent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services