La France a besoin d’une révolution conservatrice !

Il y a deux idées aussi fausses l’une que l’autre : la première est que la droite et la gauche n’existent plus, la seconde est que les premiers ministres de M.Macron seraient « de droite ». La vraie coupure entre la droite et la gauche ne réside pas dans l’appartenance à un parti qui est situé d’un côté ou de l’autre, mais dans une opposition constante depuis la Révolution entre le conservatisme et le progressisme. La vraie droite est conservatrice, et peut se vouloir réactionnaire. La vraie gauche est progressiste et peut se vouloir révolutionnaire. Lorsque des gens qui se disent de droite en arrivent à faire lentement et en douceur ce que la gauche fait brutalement et rapidement, ils mentent évidemment : il sont de gauche. Bien sûr le mot « progressiste » est à relativiser. Une « avancée » peut être une amélioration mais aussi la présentation avantageuse d’une décadence. Le conservateur, c’est-à-dire l’homme de droite est celui qui trie systématiquement les changements nécessaires pour conserver l’essentiel et rejette ceux qui sont superflus voire néfastes. Dès le début de ce clivage, la droite voulait conserver la monarchie et le pouvoir du roi. Elle savait parfaitement que les privilèges devenus injustifiés, que la confusion dans l’organisation du Royaume, et l’anarchie de ses finances ne pouvaient durer. Pour autant, elle ne voulait ni la république, ni la destruction de l’Eglise. Le mouvement sinistrogyre de la période révolutionnaire de 1789 à 1794 a correspondu à la victoire constante et de plus en plus sanglante du « progressisme ». L’égalité civile s’étendait à la politique et abordait le social. Le mouvement s’arrêta à ce point lorsqu’on revint du suffrage universel de 1793 au suffrage censitaire et qu’on ne suivit pas la « conspiration des Egaux » de Babeuf qui mettait fin à la propriété privée des moyens de production.

A notre époque, l’opposition entre les conservateurs et les « progressistes » s’est déplacée du domaine politique et même économique et social à ce qu’on nomme le « sociétal ». Certes il y a toujours des révolutionnaires mais l’appauvrissement relatif de notre pays endetté, et cumulant les déficits depuis plus de quarante ans, rend leurs propositions utopiques voire suicidaires. L’embardée de 1981-1983 l’a montré. C’est pourquoi le « progressisme » s’est déplacé sur des sujets moins en rapport avec l’économie. L’idée « réactionnaire » de revenir sur certains droits ou avantages pour les réajuster à l’état de notre économie et de nos finances s’impose par exemple pour les retraites. Mais la gauche réaliste tente de compenser cette évidence par des avancées sociétales en général réclamées par des communautés, des minorités. C’est la raison pour laquelle le progressisme, la gauche, s’appuient de plus en plus sur l’addition des minorités soucieuses de voir progresser leurs droits. On observera donc que chaque fois que la prétendue droite suit cette voie, elle ment : c’est la gauche avec un faux nez. Un gouvernement qui compense les limites sociales qui lui sont imposées par l’état de notre économie en développant les droits des homosexuels ou des immigrés est bien sûr de gauche, comme l’est celui qui ne revient pas sur ces mesures.

L’exclusion de François Fillon du second tour de l’élection présidentielle par les moyens douteux que l’on sait est clairement un coup du clan progressiste contre un candidat réputé « conservateur », comme si cette étiquette rendait l’accession au pouvoir impossible et justifiait tous les moyens pour s’y opposer. Le pouvoir actuel est donc à gauche et l’arrivée dans ses rangs de transfuges d’un parti qu’on situe à tort à droite n’y change rien. Il ne suffit pas de supprimer l’ISF sur les valeurs mobilières pour être « à droite ». Il faut vouloir conserver la souveraineté nationale, ou la rétablir. Il faut vouloir pérenniser l’identité française et la promouvoir. Il faut vouloir consolider et même rétablir le modèle familial qu’on s’est acharné à détruire depuis des décennies, par la loi et aussi par l’exemple offert au plus haut niveau dans le pays. Ni Juppé, ni Sarkozy n’étaient des conservateurs. Le second employait d’ailleurs systématiquement ce terme de manière péjorative. Aussi le fait de passer d’un proche de l’un, Philippe, à un proche de l’autre, Castex pour Matignon, n’altère en rien la ligne progressiste, qui change tout au plus d’obédience.

Ce qui est tragique dans cette situation c’est que ce sont les mêmes qui précipitent notre pays vers l’abîme d’une manière de plus en plus inéluctable, en laissant croire à des variantes, voire à des alternances. Président énarque, premiers ministres successifs énarques : l’épisode récent du covid-19 a pourtant montré que la France, forte de cette armée de colonels que sont les hauts-fonctionnaires à la tête de multiples fromages superflus qui entravent l’action politique plus qu’ils ne la favorisent, était devenue lourdement inefficace. Formés dans le même moule, ils sont animés de la même idéologie dont les effets pernicieux mettent la France à genoux. A l’occasion de la prochaine élection présidentielle, il faudra donc rompre avec ce mouvement suicidaire. Il faudra une révolution conservatrice, pour mettre fin à ce mécanisme sinistrogyre qui entraîne la France au déclin et à la décadence !

Mot clés:

8 commentaires

  1. Oblabla - 4 juillet 2020 12 h 16 min

    Encore un papier collector à forte valeur pédagogique. Inattaquable sur le fond même pour … les progressistes. « Il faudra une révolution conservatrice », oui mais on ne voit pas d’où elle pourrait venir. En tout cas surement pas de MLP dont le programme est un programme économique étatique et d’extrême gauche.

    Répondre
  2. en passant - 4 juillet 2020 12 h 34 min

    Ceux qui, dans le contexte de mondialisation que l’on connait, et avec les résultats que l’on connait depuis le début des années 1990 (c’est à dire les formidables cadeaux faits à la Chine), ceux qui dans ce contexte continuent à demander des réformes libérales ne sont pas non plus des conservateurs.
    Ce sont de dangereux idéologues, presque aussi à blâmer que la gauche dans l’état actuel du pays.
    Il faut visiblement que Colbert soit sur ses gardes vers sa gauche, mais aussi vers sa droite…

    Répondre
  3. Rita Pitton - 4 juillet 2020 15 h 02 min

    Conservatisme ? Progressisme ?
    Aux dernières élections municipales nous avons vu la victoire de EELV ,de LFI , des Citoyens etc etc de l’alliance des groupuscules gauchistes dans plusieurs grandes villes .C’est une extrëme gauche repeinte en vert fanatiquement hostile à notre culture . Leurs thématiques sont menaçantes : immigration , anti Christianisme ,fiscalisme etc .
    Mais , mais ils sont à raison pour le social ,pour la lutte contre les inégalités criantes , pour l’ISF .

    Et en face c’est le conservatisme pour les riches , pour les premiers de cordée , pour le CAC 40 et ses gros dividendes .Ils sont contre l’ISF mais ils défendent à raison l’identité , la souveraineté nationale , le modèle familial naturel divin.

    Fillon par exemple était un conservateur DUR . Oui il savait piquer l’argent de l’Etat par des emplois fictifs . Il a été condamné mais il y eut des pressions judiciaires dénoncées par le parquet et la défense peut plaider ce scandale de cabinet noir et le libérer . Attendons la suite .

    Est ce que le RN peut venir à la rescousse ????

    Répondre
  4. erwan - 4 juillet 2020 15 h 30 min

    Oui la France a un ardent besoin d’un retour à la tradition, mais c’est toujours le même problème: avec qui? Il ne reste que 2 ans pour que l’histoire façonne un homme providentiel qui émerge et sorte du lot.

    Répondre
  5. DELAFOSSE - 4 juillet 2020 19 h 24 min

    Avant d’espérer modifier le mauvais esprit de l’Etat français, il faudra d’abord penser à améliorer l’état d’esprit de beaucoup de français…Et ça, c’est pas gagné !

    Répondre
  6. Pingback: La France a besoin d’une révolution conservatrice ! – information nationaliste

  7. kerneilla - 8 juillet 2020 15 h 04 min

    La France, si elle veut être une démocratie, a besoin de citoyens instruits et informés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui; L’ Education Nationale brade des diplômes (91% de réussite au BAC ! ) et la télévision publique est « la voix de son maître » qui soutien le pouvoir en place quoi qu’il fasse , et étouffe les téléspectateurs avec des jeux et variété débiles… Pendant ce temps là le président flatte les minorités et poursuit la liberté d’expression… La France est bien malade.

    Répondre
  8. Francis claude NERI - 12 juillet 2020 15 h 19 min

     » Le conservateur, c’est-à-dire l’homme de droite est celui qui trie systématiquement les changements nécessaires pour conserver l’essentiel et rejette ceux qui sont superflus voire néfastes. »
    Eh ben nous ne sommes pas sorti de l’auberge.
    Quels sont les changements nécessaires et les superflus ?
    Pour moi, c’est sortir de l’UE en vitesse, fermer les frontières aux migrants, mater la racaille , renvoyez les islamistes chez eux ainsi que ceux qui ne se sentent pas français…pour commencer !
    Les superflus sont superflus ! Quand aux néfastes …C’est quoi ?
    Ah j’allais oublier l’essentiel : virer le pouvoir actuel avant les élections de 2022 …et se préparer à en découdre !
    Faire toujours plus de la même chose c’est toujours ne rien faire !

    Répondre

Exprimez vous!