La France à la recherche de son grand homme…

En cette fin d’année 2019, un bilan s’impose. S’il y a un mouvement qui a dominé l’histoire récente un peu partout dans le monde, ce n’est pas le “progressisme”, ni la mondialisation chers au président français, mais au contraire le réveil des Nations, incarné par des hommes forts à la fois conservateurs et populistes, qui placent au premier rang de leurs devoirs la défense de l’identité et de la souveraineté des peuples qui les ont mis à leur tête. Ce qui était une option paraît être devenue une nécessité impérieuse. On insiste souvent sur le caractère insulaire du Royaume-Uni. Il faudrait peut-être s’interroger sur l’insularité idéologique de notre France malgré sa géographie continentale. Il y a chez nous depuis un certain temps un tropisme du contre-sens, celui qui, par exemple, avait offert le pouvoir à Mitterrand et à un gouvernement socialiste et communiste en 1981, au moment même où Thatcher et Reagan prenaient la tête du Royaume-Uni et des Etats-Unis pour y mener une politique néo-conservatrice qui conduisit notamment à l’effondrement du bloc soviétique.

Poutine a amorcé le redressement de la Russie qu’il poursuit inlassablement malgré les nombreux obstacles que les Occidentaux lui opposent. Chacun lui reconnaît une présence d’une rare efficacité sur la scène internationale. Puis, Trump a été la grande surprise américaine. La gauche mondaine, “libérale” au sens américain du terme, dont M. Macron est le représentant chez nous, avec ce mélange de social-démocratie, de goût pour la décadence des moeurs, et d’effacement des identités et des frontières, n’a jamais pardonné au Président des Etats-Unis sa victoire, et moins encore les succès incontestables de sa politique qui ont amené le pays à un taux de chômage historiquement bas. Les démocrates, fous de rage, ont dès son élection entrepris une stratégie de destitution fondée sur la Russie d’abord, puis sur l’Ukraine, qui privilégie les intérêts du parti et dessert l’image du pays. Ils risquent bien de faciliter une réélection aujourd’hui possible alors que nos médias n’ont cessé de présenter Trump comme une anomalie que l’histoire allait balayer. En Inde, le Premier Ministre Modi entame un second mandat après une victoire électorale éclatante de son parti, le BJP. L’affirmation de l’identité hindouiste de l’Inde est cette fois clairement exprimée. Un peu à la manière de la Russie orthodoxe, l’Inde met en avant une religion, tout en acceptant les autres, mais contrairement au pays de Poutine, elle rejette l’islam en excluant les immigrés musulmans de l’accession à la nationalité indienne. Les motifs de cette discrimination redonnent son sens à ce mot. Il s’agit d’un choix légitimé par des critères rationnels : l’Inde est bordée à l’Est et à l’Ouest par deux pays musulmans qui oppriment les autres religions au point de pousser à l’émigration leurs membres. En son sein, la population musulmane grandissait plus vite que les autres. Enfin le souvenir des massacres atroces subis durant des siècles par les Hindous de la part des islamistes, qu’on évalue parfois jusqu’à 400 millions de victimes, et celui plus récent des attentats commis par des fanatiques suscitent une prudence qui appelle au devoir de précaution démographique auquel l’Europe pourrait songer, elle-aussi. On pourrait encore citer le Hongrois Orban, leTurc Erdogan, l’Egyptien Al-Sissi, le Brésilien Bolsonaro, qui, chacun à leur manière sont des hommes forts et des nationalistes, dans des contextes politiques très différents. Le dernier en date est Boris Johnson, typiquement britannique par son goût de la singularité, qui vient de remporter haut-la-main les élections législatives, en détachant le Royaume-Uni de la pesante médiocrité européenne, en réaffirmant, lui, la prééminence de la souveraineté populaire dans une véritable démocratie, et plus récemment, à l’occasion de Noël, en rappelant son attachement à la défense du christianisme.

Notre chef de l’Etat, élu par défaut, fait bien pâle figure sur cette photographie des hommes qui comptent dans le monde. Fêtant somptueusement son anniversaire en terre étrangère tandis qu’en France, sa politique avait engendré un chaos gâchant la période habituellement enchantée entre Noël et nouvel-an, il n’a pu s’empêcher une fois de plus de salir l’histoire de son pays, par une repentance injustifiée. Cette insistance, sa volonté de plus en plus isolée de vouloir poursuivre la construction européenne sur les ruines des souverainetés nationales, le démantèlement de notre industrie, auquel il a activement participé, les marques de mépris envers les Français modestes, comme une attirance curieuse vers une altérité douteuse ou sulfureuse, tout chez lui fait suspecter un “autrisme”, une préférence étrangère, étrange chez celui en qui tous les Français devraient pouvoir se reconnaître. Qu’avait-il besoin d’embarquer dans son avion vers Abidjan le rappeur Vegedream ? Il témoignait, paraît-il, du lien culturel entre la France et la Côte d’Ivoire… De son nom jusqu’au florilège de ses textes, ” j’vais niquer des mères. J’vais tout casser… Sale pute, va niquer ta race” rien ne le situe vraiment dans la mise en valeur de notre culture à moins d’accepter que celle-ci doive tendre à la grossièreté et à l’incitation à l’ensauvagement de notre société.

Il est indispensable et urgent qu’un homme se lève, ou une femme, qui puisse éviter qu’une seconde fois, les Français élisent par défaut un homme qui déclasse notre pays !

Articles liés

5 commentaires

  1. « Sede vacante », telle est la situation de la fonction présidentielle en France puisque l’homme juridiquement élu refuse de défendre fièrement notre pays et son peuple. Après sa virée ivoirienne et sa nouvelle sortie sur la colonisation, Macron vient encore de se distinguer en ne souhaitant pas un bon Noël aux Français mais en s’associant à l’ Iftar chez des Musulmans. Pourquoi dès lors le considérer encore comme notre président de la République tant il adore l’Étranger et les étrangers, tant il est évident qu’il nous déteste, tant il a honte de nous ? Les sédévacantistes vont à la messe et prient bien sans le pape.

  2. Il ne faut pas chercher un homme fort chez nos politiciens, trop médiocres, trop compromis dans la corruption et le clientélisme, trop imbus d’eux meme
    Ce sont eux qui ont mit la France dans l’état ou elle se trouve
    Il n’y a plus que dans l’armée que l’on peut trouver des hommes aimant la France et ayant assez d’autorité pour prendre les mesures qui s’imposent
    Il semblent que des généraux, voyant se profiler une guerre civile se tiennent prêt a contrôler la situation au cas ou…
    Que l’un d’eux se declare a la présidentielle avec des arguments tels que l’amour de la patrie, le rétablissement de l’ordre et de la justice, de nos valeurs etc…. et les français le suivront tant ils sont assoiffes de tout cela
    Les temps sont mûrs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services