Macron ? Plus un idéologue qu’un technocrate !

Le mandat présidentiel en cours dans notre pays est une mystification, une tromperie sur la marchandise électorale vendue en 2017. La publicité annonçait le dépassement de l’affrontement idéologique stérile entre la gauche et la droite au profit d’un rassemblement des compétences et des bonnes volontés pour redresser le pays et l’adapter au monde actuel, à la modernité économique et politique. Pour conduire la France vers ce « nouveau monde », le guide était jeune et brillant. On laissait dans l’ombre son ascension dans les coulisses du parti socialiste pour ne voir que le « Mozart de la finance » jonglant avec les milliards des fusions d’entreprises chez Rothschild et le ministre de l’économie tentant de réformer le pays de manière dynamique à l’ombre du Président Hollande, le pire de ceux qu’avait connus la Ve République : quasiment l’enfant du miracle, ou la fleur poussée sur un tas de fumier. L’engouement des médias était perceptible et s’expliquait superficiellement par le talent oratoire du séducteur.

Sous cette apparence qui a attiré nombre de Français, et trompe notamment une bonne partie de l’électorat sociologiquement « de droite », se cache une réalité toute autre. Macron, s’il est technocrate par sa formation, n’est pas un technicien. C’est un idéologue, et c’est son idéologie qui emporte l’adhésion du microcosme médiatique plus que ses qualités intellectuelles. Derrière le mot « progressisme » c’est la pensée de la caste mondialiste qui s’affirme, celle qui réconcilie Alain Minc et Daniel Cohn-Bendit, le rossignol du mondialisme et la pastèque, rouge en 1968, verte écolo aujourd’hui, réconciliés dans l’idée que le capitalisme était décidément plus destructeur que la révolution politique qui souvent produit en réaction des régimes conservateurs. Le marché mondial sans frontières pour les marchandises et pour les gens qui ne sont, dans le fond, que des marchandises sur le marché du travail, permet le développement et la prospérité pour le premier, la fin des familles, des nations et de toutes les barrières morales traditionnelles qui freinent les désirs, pour le second. Le nomadisme mondialisé libère l’individu pour en faire un créateur sans limite, un producteur bon marché ou un consommateur standardisé, stimulé par la publicité univoque et poussé à acheter au meilleur prix même ce dont il n’a aucun besoin. Tous les humains seraient appelés à devenir des « particules élémentaires », disposant d’un temps plus long que leurs prédécesseurs et libres de parcourir l’espace… Evidemment, cette vision mirifique n’est juste que pour une petite minorité, celle dont Emmanuel Macron porte l’idéologie et qui lui vaut le succès que l’on sait dans le microcosme médiatique parisien. Ce n’est pas par hasard que le sujet de l’inégalité annoncé comme essentiel pour le G7 de Biarritz est passé à la trappe dans les conclusions.

L’un des symptômes de l’idéologie macronienne est le mélange de fascination et de détestation pour l’Amérique que l’on perçoit dans les relations ambivalentes de Macron avec Trump. Pour Macron, l’Amérique est l’altérité porteuse, celle de la Californie à San Francisco ou Los Angeles, celle de New York, la ville de Trump et de son éclatante réussite, mais où il n’est pas élu, parce que c’est l’autre Amérique, populiste et conservatrice qui en a fait un président. Une France, comme un Etat dans les Etats-Unis d’Europe, et une économie en mouvement perpétuel, dans laquelle s’inscrit une culture de la diversité, favorisée par l’immigration, tels sont les fantasmes idéologiques du président français. Pour reprendre l’heureuse expression de Régis Debray, son rêve, c’est une sénégalisation de la France aux couleurs de l’Amérique. Le choix de la porte-parole de l’exécutif ne le dément pas. Comme l’écrivait Paul-François Poli, dans « Comment peut-on être de droite », le tropisme américain, associé à l’abandon de la transmission de notre propre culture, conduit à faire du Français « la proie consentante de ce gavage d’images et de bruits »,  » du déploiement d’une certaine forme de débilité spirituelle relayée par des puissances financières sans précédent ».. Le spectacle indécent donné le 21 Juin 2018 à l’Elysée n’était pas un accident, mais un lapsus significatif de la pensée élyséenne. Tout y était : la transgression érigée en création au mépris de toutes les exigences, y compris esthétiques.

Un couple transgressif et branché qui aime le luxe mais est obligé de camoufler la tendance de fond sous des dehors bourgeois, entre Le Touquet et Brégançon, qui réserve son intérêt aux premiers de cordée, aux puissants, mais avec la compassion twittée toujours prête à jaillir pour les autres, ceux dont l’altérité n’est pas vulgaire ; une fiscalité attrayante pour les très riches et une redistribution au profit des « plus pauvres », en oubliant les classes moyennes ; une haine quasi pathologique pour les conservateurs de France et d’ailleurs, qui fait passer les politiques familiale ou sécuritaire au second plan, sauf bien sûr quand il s’agit de réprimer les manifestations populistes qui ne viennent pas des quartiers sensibles : la France est gouvernée par une idéologie libérale-libertaire en haut, social-démocrate en bas, la nouvelle identité du socialisme que le peuple n’intéresse plus. Mais la forme de la communication présidentielle le dissimule. L’arrivée conjointe de la réforme des retraites et de la PMA pour les lesbiennes dévoile cependant la supercherie. La retraite par points avec un chômage important dans un pays qui perd son industrie est un piège pour les salariés. Il restera de l’épisode Macron, comme de l’épisode Hollande, une « avancée » sociétale qui est un recul anthropologique et qui ne concerne qu’une infime minorité : après le mariage, la PMA pour tous…

Mot clés:

2 commentaires

  1. DELAFOSSE - 30 août 2019 8 h 47 min

    Idéologue ou idéaliste, les idées en France, on en manque pas ! Puisse-t-il seulement en réaliser quelques unes dans l’intérêt du pays car , trois Présidents pour rien, ça commence à faire beaucoup !

    Répondre
  2. Galatine - 31 août 2019 14 h 00 min

    Absolument.
    Mais la plus honteuse des leçons que nos Tartuffe ont l’outrecuidance de donner aux autres , ce sont les media à la botte et tous les experts persona grata (autrement dit, presque tout le monde) qui dénoncent, à longueur d’éditoriaux et de plateaux TV, le « coup de force » de Boris Johnson contre le parlement britannique, sans dire un mot du coup de force judiciaire de la dernière élection présidentielle qui mis Macron sur orbite et du rôle du parlement Français, transformé en simple chambre d’enregistrement.

    Répondre

Exprimez vous!