P.S. comme progrès scientifique

L’Assemblée nationale a voté hier le texte sur la bioéthique : j’ai voté contre. Je m’en suis expliqué dans une tribune publiée sur Facebook la semaine dernière. Vous voudrez bien trouver celle-ci ci-dessous :

Lors du débat sur la bioéthique, les députés socialistes ont tenu à souligner leur attachement au progrès scientifique face au conservatisme de la droite réticente au dépistage prénatal systématique, aux expériences sur les embryons ou encore à l’assistance médicale à la procréation.

Étonnant, l’enthousiasme du PS pour ces « progrès scientifiques » ! Étonnant lorsqu’on le compare à l’hostilité de nombreux élus de gauche aux OGM ou à l’énergie nucléaire !

En fait, inconsciemment, le PS confond progrès et transgression, plus exactement transgression des valeurs catholiques. La science, c’est connu, a dû s’affranchir des préjugés du géocentrisme avec Galilée, de l’anthropocentrisme comme du créationnisme avec Darwin.

La version douce du progressisme socialiste revient donc à affirmer que le progrès a toujours consisté à renverser les barrières dont l’Eglise bénissait le maintien. La version plus dure laisse manifestement éclater sa joie d’achever d’ « écraser l’infâme »! Toute idée défendue par l’Église doit être abattue. Le progrès réside tout entier dans cette furie destructrice : le progrès des sciences se réalise dans le déni du caractère sacré de la vie humaine, dans l’avortement, dans la recherche sur l’embryon, qui réduit l’homme à sa matière physique, dans l’euthanasie. La créativité artistique s’affirme également pour la gauche dans le blasphème et le sacrilège, car la liberté de créer ne doit pas avoir de limite. Dans ce domaine, la reconnaissance de l’artiste tient désormais davantage à la violence de l’outrage contenue dans l’œuvre qu’à la qualité de la technique ou à la force du message. Piss Christ en a été le plus récent exemple… De même, enfin, le progrès sociétal ne peut qu’accompagner le renversement des institutions désuètes comme le mariage et la famille.

Pourtant, vouloir le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, son cauchemar d’eugénisme et de « libération sexuelle » tout en refusant à l’homme d’être « le maître et possesseur de la nature », n’est-ce pas contradictoire ? Non ! Car cela correspond à une logique implicite. Il s’agit d’une part de vouloir remettre l’homme à sa place, comme un élément de la matière, matière sensible et jouissive, certes, mais dont l’univers pourrait bien se passer. Il s’agit donc d’affirmer sans la nommer une pensée post-humaniste sinon anti-humaniste.

Prétendre au contraire que le progrès de la science permet à la fois de remettre l’homme à sa place physiquement mais en lui offrant le choix d’affirmer sa primauté morale, son exception éthique, c’est donner tout son sens à la révolution copernicienne de Kant. Si le monde est véritablement désenchanté, il est plus que jamais nécessaire que l’homme demeure sacré pour lui-même, et soit pour chaque homme une fin et non un moyen. En cela réside le véritable humanisme, ce que Jean-Paul II et Benoît XVI ont appelé avec beaucoup de justesse « l’écologie humaine ».

Articles liés

5 commentaires

  1. Le progressisme, c’est par exemple l’humiliation -en totale impunité judiciaire- de jeunes garçons. Pourtant, le Westminster Hotel du Touquet-Paris-Plage n’est pas un camp de concentration, et il suffisait, à l’instar des collègues d’Ophelia, de composer le 911…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services