L’UMP et les animaux malades

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés... Il s’agit des différents responsables UMP qui ont cru devoir appeler au “vote républicain”, c’est-à-dire au vote socialiste, pour le second tour des cantonales. La maladie est facile à décrire : une perte totale de bon sens ! La cause est ancienne : au début des années 80, le PS invente avec la proportionnelle le FN qui apparaît successivement dans les Conseils régionaux, municipaux et au parlement européen. Ce parti enlève des électeurs à l’opposition de droite de l’époque, mais celle-ci est dans l’impossibilité de pratiquer la moindre alliance avec le FN totalement diabolisé grâce aux dérapages verbaux et aux fréquentations douteuses de son chef. Lorsque le RPR et l’UDF gagnent les élections de 1986, la majorité est faible et le groupe du Front national complique l’action gouvernementale jusqu’à son échec en 1988.

Nicolas Sarkozy a été le premier à pratiquer une thérapeutique efficace. Il a gagné les présidentielles de 2007 sur des thèmes de la droite populaire : travail, sécurité, immigration choisie etc… Malheureusement, une fois élu, l’ouverture à gauche, d’une part, des mesures fiscales contestables, d’autre part, ont brouillé le message. La nomination d’un certain nombre de responsables issus de la gauche pouvait laisser croire que la compétence et l’intelligence se situaient davantage de ce côté. Le résultat a été une fuite progressive des électeurs de 2007.

La droite connaît aujourd’hui une rechute. Le “piège à cons” fonctionne plus que jamais puisque un certain nombre de membres éminents de l’UMP avides d’une popularité de plateau, s’empressent d’annoncer leur soutien aux candidats socialistes. Cette attitude est stupide ! D’abord, le “front républicain” n’aurait évidemment de sens que si la République était menacée, par exemple dans le cadre d’une élection présidentielle. Elle ne l’est évidemment pas lors des cantonales. Drapés dans leur élégante dignité républicaine, certains proclament : “pas une voix, pas un élu pour le FN”. Comme si le FN n’était pas déjà présent dans les régions et les communes, à la suite de la réforme électorale des socialistes… Ensuite, le “front républicain” est un cadeau royal pour Marine Le Pen qui ne cesse de parler de la collusion entre le PS et l’UMP (“l’UMPS“). Enfin, l’UMP réussit cet exploit de se mettre en position d’accusée et de faire-valoir du FN auquel elle se réfère constamment. Il me paraîtrait plus opportun d’interroger le PS sur le point de savoir quel choix il ferait entre un candidat d’extrême-gauche et un candidat UMP. On dira alors que le FN n’est pas un parti républicain. Le nouveau parti anticapitaliste, le parti communiste le sont-ils davantage ?

Il est plus que temps de mettre fin à cette dérive qui consiste pour des ministres à se désolidariser d’un exécutif auquel ils appartiennent, pour des membres de l’UMP à préférer un parti qu’ils ne cessent de combattre et dont ils dénoncent la gestion démagogique si néfaste pour notre pays, pour les uns et les autres à donner cette impression de débandade qui a prévalu hier. Si un certain nombre de Français ont quitté la majorité pour le FN, c’est parce que notre politique les a déçus, parce que nos objectifs n’ont pas été atteints. Le bon sens doit à nouveau s’imposer qui consiste à privilégier la lutte contre le chômage, contre la délinquance violente et contre l’immigration clandestine, et non à interpréter le scénario écrit par François Mitterrand il y a trente ans !

Dans la situation difficile qui résulte de la crise, la majorité qui incarne une politique responsable et réaliste ne doit soutenir aucune démagogie, ni celle du PS, qui a fait ses preuves, ni celle du FN, dont la politique est parfaitement irréaliste et néfaste pour notre pays.

Articles liés

14 commentaires

  1. @ Monsieur le Député:

    1) ” Comme si le FN n’était pas déjà présent dans les régions et les communes, à la suite de la réforme électorale des socialistes… ”

    On savait que la loi du 11 avril 2003 fut votée par les socialistes, que les députés UMP furent privés de débat. Il est vrai que, sans la promesse qu’il fit à Jacques Chirac de concocter ce texte, Nicolas Sarkozy ne serait jamais redevenu Ministre.

    2) “Le bon sens doit à nouveau s’imposer qui consiste à privilégier la lutte contre le chômage, contre la délinquance violente et contre l’immigration clandestine, et non à interpréter le scénario écrit par François Mitterrand il y a trente ans !”

    Vous le saviez bien avant moi: c’est pas Jacques Chirac qui est le responsable de l’élection de François Mitterrand et donc du déroulement de ce scénario en 1986. Même si le FN est un club de milliardaires, ses idées irréalisables -par exemple la fermeture de l’ENM- sont néanmoins pertinentes et constituent un aiguillon pour l’UMP.

  2. ERRATUM:

    Bien sûr, je voulais écrire “C’est Jacques Chirac qui est le responsable de l’élection de François Mitterrand”.

  3. “Il ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés… Il s’agit des différents responsables UMP qui ont cru devoir appeler au “vote républicain”, c’est-à-dire au vote socialiste, pour le second tour des cantonales.”

    Au moins appellent ils les Français à voter…N’est ce pas préférable que de s’en tenir à l’abstention ? Si, du départ, l’UMP avait expliqué ses choix, vous n’en seriez pas là.

    Et si M. SARKOZY ne “nationalisait” pas, en permanence, les élections locales – comment voulez vous que votre parti soit crédible quand M. COPE affirme le coeur sur la main qu’elles ne sont que “locales” mais que de nombreuses réunions ont lieu sur l’attitude à tenir…A l’Elysée (aux frais du contribuable par ailleurs) – celles ci auraient gardé ce caractère.

    “La maladie est facile à décrire : une perte totale de bon sens !”

    Le “bon sens” aurait commandé un respect des électeurs. Malheureusement, votre parti ne semble toujours pas le comprendre.

    “La cause est ancienne : au début des années 80, le PS invente avec la proportionnelle le FN qui apparaît successivement dans les Conseils régionaux, municipaux et au parlement européen.”

    Autant je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait que M. M. MITTERRAND favorise “l’entrée” du FN via la proportionnelle…Mais à preuve du contraire, il ne truque pas les votes M. VANNESTE.

    Et puis je vous rappeler – une fois de plus – que le Sénat a toujours été à “droite” depuis 1958 ? Que n’a t il empêché la proportionnelle si elle était aussi détestable ? Et pourquoi l’actuelle “majorité” continue t elle dans ce “circuit” ?

    Aucune “majorité” n’est engagée par une autre. Si le FN était une si grande “menace” pourquoi ne pas avoir posé un “barrage” législatif ? M. MITTERRAND est mort. Que craint la “majorité”

    Ce parti enlève des électeurs à l’opposition de droite de l’époque, mais celle-ci est dans l’impossibilité de pratiquer la moindre alliance avec le FN totalement diabolisé grâce aux dérapages verbaux et aux fréquentations douteuses de son chef. Lorsque le RPR et l’UDF gagnent les élections de 1986, la majorité est faible et le groupe du Front national complique l’action gouvernementale jusqu’à son échec en 1988.”

    Nicolas Sarkozy a été le premier à pratiquer une thérapeutique efficace. Il a gagné les présidentielles de 2007 sur des thèmes de la droite populaire : travail, sécurité, immigration choisie etc… Malheureusement, une fois élu, l’ouverture à gauche, d’une part, des mesures fiscales contestables, d’autre part, ont brouillé le message. La nomination d’un certain nombre de responsables issus de la gauche pouvait laisser croire que la compétence et l’intelligence se situaient davantage de ce côté. Le résultat a été une fuite progressive des électeurs de 2007.

    La droite connaît aujourd’hui une rechute. Le “piège à cons” fonctionne plus que jamais puisque un certain nombre de membres éminents de l’UMP avides d’une popularité de plateau, s’empressent d’annoncer leur soutien aux candidats socialistes. Cette attitude est stupide ! D’abord, le “front républicain” n’aurait évidemment de sens que si la République était menacée, par exemple dans le cadre d’une élection présidentielle. Elle ne l’est évidemment pas lors des cantonales. Drappés dans leur élégante dignité républicaine, certains proclament : “pas une voix, pas un élu pour le FN”. Comme si le FN n’était pas déjà présent dans les régions et les communes, à la suite de la réforme électorale des socialistes… Ensuite, le “front républicain” est un cadeau royal pour Marine Le Pen qui ne cesse de parler de la collusion entre le PS et l’UMP (”l’UMPS“). Enfin, l’UMP réussit cet exploit de se mettre en position d’accusée et de faire-valoir du FN auquel elle se réfère constamment. Il me paraîtrait plus opportun d’interroger le PS sur le point de savoir quel choix il ferait entre un candidat d’extrême-gauche et un candidat UMP. On dira alors que le FN n’est pas un parti républicain. Le nouveau parti anticapitaliste, le parti communiste le sont-ils davantage ?

    Il est plus que temps de mettre fin à cette dérive qui consiste pour des ministres à se désolidariser d’un exécutif auquel ils appartiennent, pour des membres de l’UMP à préférer un parti qu’ils ne cessent de combattre et dont ils dénoncent la gestion démagogique si néfaste pour notre pays, pour les uns et les autres à donner cette impression de débandade qui a prévalu hier. Si un certain nombre de Français ont quitté la majorité pour le FN, c’est parce que notre politique les a déçus, parce que nos objectifs n’ont pas été atteints. Le bon sens doit à nouveau s’imposer qui consiste à privilégier la lutte contre le chômage, contre la délinquance violente et contre l’immigration clandestine, et non à interpréter le scénario écrit par François Mitterrand il y a trente ans !

    Dans la situation difficile qui résulte de la crise, la majorité qui incarne une politique responsable et réaliste ne doit soutenir aucune démagogie, ni celle du PS, qui a fait ses preuves, ni celle du FN, dont la politique est parfaitement irréaliste et néfaste pour notre pays.

  4. @ seb:

    ” Autant je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait que M. M. MITTERRAND favorise “l’entrée” du FN via la proportionnelle…Mais à preuve du contraire, il ne truque pas les votes M. VANNESTE. ”

    Il fit pire encore que de truquer les résultats, il manipula les électeurs en 1988 avec une loi référendaire soustraite au contrôle de constitutionnalité qui amnistiait les responsables des Gendarmes assassinés à Fayaoué http://mjp.univ-perp.fr/france/ref1988.htm.

  5. Message envoyé trop vite. Mauvaise touche. Merci de ne pas tenir compte du premier message.

    “Il ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés… Il s’agit des différents responsables UMP qui ont cru devoir appeler au “vote républicain”, c’est-à-dire au vote socialiste, pour le second tour des cantonales.”

    Au moins appellent ils les Français à voter…N’est ce pas préférable que de s’en tenir à l’abstention ? Si, du départ, l’UMP avait expliqué ses choix, vous n’en seriez pas là.

    Et si M. SARKOZY ne “nationalisait” pas, en permanence, les élections locales – comment voulez vous que votre parti soit crédible quand M. COPE affirme le coeur sur la main qu’elles ne sont que “locales” mais que de nombreuses réunions ont lieu sur l’attitude à tenir…A l’Elysée (aux frais du contribuable par ailleurs) – celles ci auraient gardé ce caractère.

    “La maladie est facile à décrire : une perte totale de bon sens !”

    Le “bon sens” aurait commandé un respect des électeurs. Malheureusement, votre parti ne semble toujours pas le comprendre.

    “La cause est ancienne : au début des années 80, le PS invente avec la proportionnelle le FN qui apparaît successivement dans les Conseils régionaux, municipaux et au parlement européen.”

    Autant je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait que M. M. MITTERRAND favorise “l’entrée” du FN via la proportionnelle…Mais à preuve du contraire, il ne truque pas les votes M. VANNESTE.

    Et puis je vous rappeler – une fois de plus – que le Sénat a toujours été à “droite” depuis 1958 ? Que n’a t il empêché la proportionnelle si elle était aussi détestable ? Et pourquoi l’actuelle “majorité” continue t elle dans ce “circuit” ?

    Aucune “majorité” n’est engagée par une autre. Si le FN était une si grande “menace” pourquoi ne pas avoir posé un “barrage” législatif ? M. MITTERRAND est mort. Que craint la “majorité” ?

    “Ce parti enlève des électeurs à l’opposition de droite de l’époque, mais celle-ci est dans l’impossibilité de pratiquer la moindre alliance avec le FN totalement diabolisé grâce aux dérapages verbaux et aux fréquentations douteuses de son chef.”

    Mais pourquoi faire une alliance au final ? Sinon par facilité ? Je suis d’accord avec vous : le FN a été diabolisé. Mais si le FN, dixit vos “amis”, ne partage pas les mêmes valeurs que la “majorité”…Pourquoi la “majorité” n’essayerait elle pas (soyons fous) de chercher les raisons de la sanction populaire ?

    “Lorsque le RPR et l’UDF gagnent les élections de 1986, la majorité est faible et le groupe du Front national complique l’action gouvernementale jusqu’à son échec en 1988.”

    Tout simplement parce que vous êtes trop omnubilés par “comment faire pour créer une alliance avec le FN sans avoir les fouches candines médiatiques sur le dos” alors que vous devriez vous demander : comment expliquer (en dehors de la proportionnelle) ce qui explique que les électeurs aient le désir de sanctionner “la majorité” ?

    Ou pour être plus en phase avec les Lumières…Ne croyez vous pas que la vraie question n’est pas : “comment faire en sorte de s’allier avec Lumières sans susciter l’opprobe de la Cour” mais bien “pourquoi alors que nous sommes au “pouvoir” dans l’unique but de faire le bonheur du Peuple, ce dernier manifeste t il un mécontentement qui semble prouver que nous n’allons pas dans le bon sens” ?

    “Nicolas Sarkozy a été le premier à pratiquer une thérapeutique efficace. Il a gagné les présidentielles de 2007 sur des thèmes de la droite populaire : travail, sécurité, immigration choisie etc… Malheureusement, une fois élu, l’ouverture à gauche, d’une part, des mesures fiscales contestables, d’autre part, ont brouillé le message.”

    Si ce n’était que çà ! M. SARKOZY (et la “majorité” qui a validé tous les reniements) a violé en permanence son mandat électoral. Et vous aussi M. VANNESTE. Faut il (franchement) s’étonner que vous récoltiez les fruits de cette trahison ?

    M. SARKOZY, comme vous même, avez promis d’agir comme des personnes aimant la FRANCE. Résultat ? Cette dernière n’a jamais été autant humilié, M. SARKOZY a rabaissé sa fonction, de nombreux scandales ont éclaté ce qui fait dire aux Français que nous vivons sur un régime qui n’est pas républicain mais proche de la banane (triste) et pour courônner le tout, la “droite” est incapable de gérer convenablement le pays ! (On rit des Belges sans Gouvernement…Que pensez de celui français, qui bien que sous la V République, se change comme sous la IV ème ? Et agit non pas sérieusement mais comme un héritier du Directoire ? indécence comprise ?)

    “La nomination d’un certain nombre de responsables issus de la gauche pouvait laisser croire que la compétence et l’intelligence se situaient davantage de ce côté. Le résultat a été une fuite progressive des électeurs de 2007.”

    La question des personnes aurait eu peu d’impact, si l’on s’était donné la peine de prendre des personnes compétences, capables et surtout vertueuses…Bref, si on avait pris la peine de proposer des “charges publiques” à des personnes remplissant les conditions fixées par la DDHC.

    Même “autheuil” pourtant assistant parlementaire “chez vous” a le moral en berne ! C’est dire !

    “La droite connaît aujourd’hui une rechute. Le “piège à cons” fonctionne plus que jamais puisque un certain nombre de membres éminents de l’UMP avides d’une popularité de plateau, s’empressent d’annoncer leur soutien aux candidats socialistes.”

    Et que devraient ils donc faire, M. VANNESTE ? Concrètement ? Vous avez un électorat qui est, peut être, sensible aux thèses du FN. Mais tous, dans la “majorité” n’ont pas un tel électorat. C’est notamment le cas de M. FILLON, qui conscient qu’il est sur le point de voir son parti se prendre une dérouillée “chez lui” veut calmer le jeu. C’est aussi le cas d’un élu comme M. MERCIER, qui se garde bien de frayer avec le FN…Ne serait ce que parce qu’à Lyon, ces thèses sont en totale contradiction avec le message de M. BARBARIN, qui est très apprécié des Lyonnais.

    Croyez vous donc que “vos” sénateurs UMP, ont choisi d’écarter Lyon de la merveilleuse perspective du dimanche travaillé…Parce que ce n’est pas une “zone attractive” ? N’est ce pas, plus franchement, parce que l’Eglise y était défavorable et qu’à Lyon, contester l’avis de M. BARBARIN est fortement déconseillé ?

    Vous n’êtes pas le seul à vouloir garder votre siège…

    “Cette attitude est stupide ! D’abord, le “front républicain” n’aurait évidemment de sens que si la République était menacée, par exemple dans le cadre d’une élection présidentielle.”

    Mais en quoi la République serait elle “menacée” plus certainement dans le cadre d’une élection présidentielle que dans le cadre d’une élection locale ? C’est bien gentil d’asséner des grandes formules, mais à quoi bon si le danger reste des plus flous ?

    Relisez la DDHC…Et surtout la Constitution de 58 M. VANNESTE. Et dites moi, après çà, où est le danger…Concrètement ? Faisons de la politique fiction voulez vous ?

    Marine Le Pen devient Présidente de la République française. Le “réflexe” immédiat des électeurs va être de voter pour une “majorité” plutôt modérée aux législatives. Or…Qui GOUVERNE le pays ? Le Premier Ministre. On a pu le voir lors des cohabitations : même élu au suffrage universel, un Président sans “majorité” n’est rien. Celui qui agit, c’est le Premier Ministre.

    Vu que Marine Le Pen pourra difficilement prendre un Premier Ministre FN, je doute fort que le “danger” républicain soit à son comble ! Il est même, certainement, plus probable qu’en bonne politique, Marine comprenne aisément que les Français doivent être rassurés avant qu’elle agisse.

    Elle prendra donc, à mon sens, une personne bien plus “consensuelle” que ses “porte flingues”. M. Dupont Aignan par ex, M. De Villiers…Voir un certain François Fillon s’il “migre” vers des cieux plus favorables ! Il est peut être même envisageable qu’elle prenne un “écolo” comme M. Borloo, qui fait de belles démonstrations, mais ne reniait pas, hier, le FN…Local.

    Une fois en place, il faudrait que Marine contrôle l’administration. Chose qu’aucun parti, même “ancré” n’a vraiment réussi à faire. Je doute donc, assez fortement, qu’elle y parvienne.

    Pour tenir son programme politique, Marine devrait, par ailleurs, procéder à une sortie de l’UE…Qui ne sera possible qu’en annulant les traités. Vue la tendance actuelle, le Parlement ne lui sera pas favorable (trop bonne la place !) et son seul recours – le référendum – n’est pas gagnable autant qu’elle le croit.

    Surtout, Marine sera contrainte de respecter la DDHC, plus qu’elle ne le croit. Car son rôle de “moi contre l’UMPS” ne pourra être crédible que dans cette perspective. Et si les Français adhèrent, pour certains, à ses thèses, l’héritage révolutionnaire prime tout de même.

    Bref, sauf à voir Marine faire un coup d’Etat – chose improbable – sans éveiller la colère des citoyens – encore plus improbable – le “danger” du FN est proche de zéro…Ne serait ce qu’à cause du pouvoir de veto du PM.

    La chose est complètement différente au niveau local. En “gagnant” la France localement, Marine s’ancre dans le paysage politique français. Elle peut exercer une vraie opposition…Voire un mandat complet, sans que des soucis “domestiques” viennent la perturber, en raison du caractère “décentralisée” de la République.

    Ses élus locaux sont aussi ses meilleurs soutiens pour la Présidentielle. Et contrairement à ce que vous sous entendez, une victoire du FN aurait une conséquence immédiate au Sénat : un repositionnement politique. Or…Si les électeurs “apolitiques” votent souvent pour des sénateurs “de droite”…Ils sont aussi très sensibles à la montée du FN. Pour peu que les sénateurs “de droite” se voient contraints d’aller chercher le vote des nouveaux conseillers locaux…Le basculement du Sénat sera effectif.

    “Elle ne l’est évidemment pas lors des cantonales.”

    C’est sans doute ce que pensaient ceux qui ont offert à Louis Napoléon Bonaparte un ancrage locale…Qui lui a ouvert les portes de la présidentielle, et in fine de l’Empire. Et faut il rappeler qu’un parti “national” débute toujours (pour le pire ou le meilleur) sa carrière “localement” ? Les “racines” étant telles que nombre de vos collègues ont la passion du cumul.

    “Drappés dans leur élégante dignité républicaine, certains proclament : “pas une voix, pas un élu pour le FN”. Comme si le FN n’était pas déjà présent dans les régions et les communes, à la suite de la réforme électorale des socialistes…”

    …Jamais remise en cause par la “droite” qui du reste, remercie lesdits socialistes, car sans çà, sa défaite aurait été bien plus frappante.

    “Ensuite, le “front républicain” est un cadeau royal pour Marine Le Pen qui ne cesse de parler de la collusion entre le PS et l’UMP (”l’UMPS“).”

    Une collusion qui n’est pas un mythe, M. VANNESTE. Nombre d’élus PS et UMP ne font ils pas parti du Siècle ? N’est il pas exact que vous avez, conjointement, apporté vos suffrages à la Stratégie de Lisbonne II et I…Sans un mot aux Français bien sur…En dépit des contradictions affichées ?

    “Enfin, l’UMP réussit cet exploit de se mettre en position d’accusée et de faire-valoir du FN auquel elle se réfère constamment. Il me paraîtrait plus opportun d’interroger le PS sur le point de savoir quel choix il ferait entre un candidat d’extrême-gauche et un candidat UMP.”

    Et une fois de plus on oublierait le fond du problème : l’abstention.

    “On dira alors que le FN n’est pas un parti républicain. Le nouveau parti anticapitaliste, le parti communiste le sont-ils davantage”

    Le FN proclame, hautement, la discrimination de certains en raison de leur nationalité. Chose que la République prohibe par deux fois : la DDHC et les règles bruxelloises. Ce n’est pas le cas du NPA ou du PC.

    “Il est plus que temps de mettre fin à cette dérive qui consiste pour des ministres à se désolidariser d’un exécutif auquel ils appartiennent”

    Lesdits Ministres ne parlent pas en tant que Ministres mais en tant que membres de l’UMP. Si vous vouliez éviter ce genre de “conflit d’intérêt” il fallait empêcher M. COPE de créer une “armée mexicaine” !

    “pour des membres de l’UMP à préférer un parti qu’ils ne cessent de combattre et dont ils dénoncent la gestion démagogique si néfaste pour notre pays”

    Alors pourquoi continuez vous à décentraliser des compétences vers ces si grands “démagogues” M. VANNESTE ?

    “pour les uns et les autres à donner cette impression de débandade qui a prévalu hier. Si un certain nombre de Français ont quitté la majorité pour le FN, c’est parce que notre politique les a déçus, parce que nos objectifs n’ont pas été atteints.”

    En résumé, parce que vous avez (comme vos collègues) trahi votre mandat électoral. Etait il donc si difficile à tenir ?

    “Le bon sens doit à nouveau s’imposer qui consiste à privilégier la lutte contre le chômage, contre la délinquance violente et contre l’immigration clandestine, et non à interpréter le scénario écrit par François Mitterrand il y a trente ans !”

    Et pour ce faire, que préconisez vous, en dehors de ne pas voter PS ? Comptez vous pourfendre toute action gouvernementale ou/et législative ne correspondant en rien au mandat qui vous a été donné ?

    Pensez vous, par ex, restaurer l’espoir des citoyens en votant une proposition de loi lobbystisée, qui vise à faire payer par le contribuable les frais de stade profitant aux multinationales du sport ? http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jWvsIXV4fdPK7ZDs_-Id0LRONXXQ?docId=CNG.2cf0a86f93b74d1db09b61abfa81c90b.71

    Pour satisfaire au mieux les attentes des organisations internationales du football et des télévisions, toujours plus gourmands, assis sur les bénéfices astronomiques de la publicité et des produits dérivés, il faut avoir les stades les plus modernes. C’est logique.

    Ce qui est scandaleux, c’est que c’est le contribuable qui va payer !
    Puisque le football fait beaucoup d’argent, les millions de contribuables Français vont l’aider…!

    Pour rappel, en Angleterre, en Italie, en Allemagne, en Espagne, c’est-à-dire les pays ou le football est plus brillant qu’en France et encore plus prospère, les clubs possèdent leurs stades ou en sont copropriétaires avec leurs sponsors (notamment Emirates Airlines à Londres).

    En France, la confusion public-privé à de beaux jours devant elle. Dans ce cas, c’est le public qui paye et le privé qui empoche les bénéfices ! Les contribuables paieront donc pour voir des joueurs payés quelques millions d’euros jouer pendant une heure et demie et terminer le match par une main ou un penalty…!

    Vous avez dit “pays en faillite” ? On nous dit d’un coté que l’on n’a pas d’argent pour payer les retraites…Mais pour les stades, no problem ? Je constate qu’en plus, la proposition de loi est un décalque de la première tentative de M. COLLOMB et M. MERCIER de soudoyer les sénateurs. Donc pas une voix pour le PS…Sauf au Parlement ?

    “Dans la situation difficile qui résulte de la crise”

    M. VANNESTE, la France va mal depuis fort longtemps. Reprenez les discours de M. SARKOZY en 2007 si vous voulez (avant la crise donc). Donc, la crise a peut être amplifiée les choses, mais dire que la situation difficile résulte de la crise…!

    “la majorité qui incarne une politique responsable et réaliste ne doit soutenir aucune démagogie, ni celle du PS, qui a fait ses preuves, ni celle du FN, dont la politique est parfaitement irréaliste et néfaste pour notre pays.”

    Encore des grandes phases pour rien. Et là encore, un étonnement : comment pouvez vous dire que la politique suivie est “responsable” et “réaliste”…Alors que quelques mots plus hauts, vous compreniez le ras le bol des Français…S’expliquant uniquement par la trahison des membres de l’UMP envers leur mandat ?

  6. @ seb:

    ” “pour les uns et les autres à donner cette impression de débandade qui a prévalu hier. Si un certain nombre de Français ont quitté la majorité pour le FN, c’est parce que notre politique les a déçus, parce que nos objectifs n’ont pas été atteints.”

    En résumé, parce que vous avez (comme vos collègues) trahi votre mandat électoral. Etait il donc si difficile à tenir ? ”

    En ce qui concerne les objectifs des réformes de la “justice”, c’est le comble de l’hypocrisie que de rejeter la faute sur les Parlementaires alors que tous les tirs de barrage déployés l’ont été par les syndicats des juges.
    D’ailleurs, c’est si vrai que Nicolas Sarkozy a déclaré publiquement qu’il ne voulait pas avoir affaire à la “justice” laquelle est un Etat socialiste dans l’Etat.

  7. Si l’on prenait la peine d’analyser ce que l’on appelle les “dérapages verbaux” de Le Pen, on s’apercevrait qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat, que ce soit le “point de détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale”, ou l’occupation allemande “pas si inhumaine”. Mais dans le monde politique, l’esprit d’examen s’est perdu depuis longtemps.

  8. Voici un énième exemple de cet Etat socialiste dans l’Etat: d’après le conseil des tas, la “directive Retour” votée en 2008 par le Parlement européen est directement invoquable devant la “justice”. C’est donc une incitation à requalifier en toute illégalité une directive en règlement.

  9. @ Courouve:

    ” Si l’on prenait la peine d’analyser ce que l’on appelle les “dérapages verbaux” de Le Pen, on s’apercevrait qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat, que ce soit le “point de détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale”, ou l’occupation allemande “pas si inhumaine”. Mais dans le monde politique, l’esprit d’examen s’est perdu depuis longtemps. ”

    Ce sont deux évidences. En ce qui concerne la seconde, s’il est vrai que les occupants allemands -qui étaient des déséquilibrés d’après le Général de Gaulle- se sont comportés de façon inhumaine, leurs crimes et destructions furent encore pires en Pologne et en URSS. Mais, une fois encore, notre magistrature d’extrême-gauche pénalise toute discussion relative à la pire période de l’histoire du socialisme en Europe.

  10. François Mitterrand avait des fréquentations tout aussi douteuses (Bousquet, Tixier-Vignancourt) que celles de Le Pen, et personne ne lui en avait tenu rigueur. Cherchez l’erreur …

  11. “En ce qui concerne les objectifs des réformes de la “justice”, c’est le comble de l’hypocrisie que de rejeter la faute sur les Parlementaires alors que tous les tirs de barrage déployés l’ont été par les syndicats des juges.”

    Les juges ne font pas la LOI. Les parlementaires si. Et si les parlementaires sont trop lâches, il reste le Peuple, via le référendum.

    “D’ailleurs, c’est si vrai que Nicolas Sarkozy a déclaré publiquement qu’il ne voulait pas avoir affaire à la “justice” laquelle est un Etat socialiste dans l’Etat.”

    C’est sans doute pour çà que M. SARKOZY a utilisé la “justice” pour régler ses problémes matrimoniaux, ses soucis de “président” et autre affaire délicate ?

    Je note que M. SARKOZY est le plus hypocrite s’il a vraiment eu les mots que vous lui prêtez. Car à ce que je sache, n’est ce pas une carrière dans la justice qui a conduit M. SARKOZY à sa position, initialement ? Et son propre fils ne fait il pas, lui aussi, carrière dans le droit ? (Du moins tente de)

  12. LES JUGES FONT LA LOI, COMME LE FIRENT LES JUGES DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE EN RAJOUTANT UNE CONDITION À L’ARTICLE L 52-1 DU CODE ÉLECTORAL. ON PEUT DONC PARLER DE DICTATURE JUDICIAIRE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.