Fraude à la carte bancaire sur internet (QE)

M. Christian Vanneste interroge Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur la fraude sur Internet à la carte bancaire. Les paiements frauduleux à distance atteignent un niveau inquiétant, notamment sur les sites étrangers. 13 % des Français ont déclaré avoir déjà été victimes de fraude à la carte bancaire. Il aimerait connaître l’action du Gouvernement en ce domaine.
Réponse du Gouvernement :
Les opérations frauduleuses sur les cartes bancaires font l’objet d’un encadrement juridique très strict qui permet au porteur de la carte de ne pas voir sa responsabilité engagée. Ainsi, depuis l’entrée en vigueur de la directive 2007/64/CE concernant les services de paiement, le code monétaire et financier prévoit qu’en cas d’opération non autorisée (perte, vol, détournement, y compris utilisation frauduleuse à distance et contrefaçon) et avant opposition la responsabilité du porteur n’est pas engagée. Ainsi, lorsqu’un client nie avoir autorisé une opération, il incombe à son prestataire de services de paiement de prouver que l’opération en question a été authentifiée. Par conséquent, l’utilisation même de la carte, telle qu’enregistrée par le prestataire de service de paiement, ne suffit pas en tant que telle à prouver que l’opération a été autorisée par le payeur, ni même que celui-ci a fait preuve de négligence. Quand la fraude est constatée, le prestataire de service de paiement doit rembourser les sommes débitées et, le cas échéant, rétablir le compte dans l’état où il se serait trouvé si l’opération de paiement non autorisée n’avait pas eu lieu, dès que le titulaire de la carte lui a signalé cette opération. Ces dispositions cessent toutefois de s’appliquer s’il s’avère que le porteur de la carte a agi de manière frauduleuse ou s’il n’a pas satisfait de manière intentionnelle ou par négligence grave à ses obligations de sécurité. La sécurisation des transactions par carte bancaire est une préoccupation continue des pouvoirs publics qui souhaitent promouvoir des moyens de paiement rapides, efficaces et surtout sûrs. Ainsi, en France, plusieurs articles de la loi n° 2001-1062 du 15 novembre 2001 relative à la sécurité quotidienne ont introduit, dans le code monétaire et financier, de nouvelles dispositions destinées à garantir la sécurité des paiements faits par carte. Cette loi charge expressément la Banque de France « d’assurer la sécurité des moyens de paiement » et institue l’observatoire de la sécurité des cartes de paiement. Cet observatoire adresse chaque année un bilan annuel sur les taux de fraude constatés sur les transactions par carte, tant à distance qu’en face à face, au niveau national comme au niveau international. Pour l’année 2009, les taux de fraudes enregistrés sur les paiements nationaux par carte, réalisés sur les points de vente ou sur automate, sont en baisse constante et se situent à un niveau très faible. Les cartes privatives confirment cette tendance en présentant des taux de fraude inférieurs aux autres types de carte. Ainsi, alors que les cartes interbancaires enregistrent un taux de fraude de 0,072 % (pour un montant total de 324,3 MEUR), le taux de fraude sur les cartes privatives est de 0,068 % (pour un montant total de 18 MEUR). Ces bons résultats sont le fruit des progrès technologiques accomplis pour une sécurisation toujours plus grande des transactions par carte : abandon de la piste magnétique au profit de la généralisation de la puce, développement du cryptage des informations utilisées pour les paiements en ligne, programmes de recoupement dans les centres d’autorisation de transaction. Sujet principal de préoccupation des autorités et des organes de surveillance des moyens de paiement, le paiement à distance est une modalité pour laquelle il est observé des taux de fraude relativement plus élevés que la moyenne. C’est pourquoi le paiement à distance fait l’objet de nouvelles mesures visant à renforcer la protection des données bancaires. Ainsi, depuis le 1er octobre 2008, la technologie 3D Secure ou procédure d’authentification renforcée permet de mettre en place un contrôle supplémentaire lors d’un achat en ligne en complément des données bancaires. Outre une sécurisation du paiement pour le titulaire de la carte, ce système a pour conséquence de responsabiliser la banque émettrice qui, si elle a admis l’authenticité du paiement, devient seule responsable en cas d’impayé. Le système PCI-DSS, quant à lui, est un programme qui vise à lutter contre le détournement des données de cartes afin d’éviter leur utilisation frauduleuse. Il est en cours d’expérimentation en France.
Question publiée au JO le : 31/08/2010 page : 9413
Réponse publiée au JO le : 01/02/2011 page : 982
Date de changement d’attribution : 14/11/2010

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services