Absentéisme scolaire et récompense financière (QE)

M. Christian Vanneste alerte M. le ministre de l’éducation nationale sur l’effet désastreux dans l’opinion de cette idée d’envisager, même à titre expérimental, une récompense financière pour une classe dont les élèves renonceraient à l’absentéisme. Aussi il lui demande ce qu’il compte faire pour mettre fin à cette fâcheuse innovation et lui demande au contraire de lui indiquer les mesures qu’il compte prendre dans l’intérêt de tous pour valoriser et récompenser le mérite et l’effort dans l’acquisition des connaissances chez les élèves.

Réponse du Gouvernement :

L’expérimentation lancée dans l’académie de Créteil était l’une des propositions présentées dans le cadre des Fonds d’expérimentation pour la jeunesse et s’intégrait dans le programme 3 de l’axe 1 du projet « incitations au maintien dans le système scolaire » qui a pour objectif principal de diminuer le nombre de jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans qualification en les incitant à fréquenter avec assiduité l’établissement où ils suivent leurs études. Ce programme s’adresse à des élèves qui ont dépassé l’âge de l’obligation scolaire. L’expérimentation consistait à mobiliser un « groupe classe » sur un projet suffisamment attractif pour responsabiliser les jeunes et favoriser leur implication dans l’établissement. Ainsi, contrairement à ce qui a été affirmé ici ou là, il ne s’agissait en aucun cas de récompenser financièrement et individuellement la présence des élèves mais de donner les moyens de réaliser un projet collectif conditionné par l’implication effective des élèves, collectivement, tout au long de l’année. En règle générale, de nombreux projets pédagogiques montés chaque année par les enseignants sont financés en partie en faisant appel à une participation familiale. Le dispositif expérimental mis en place permettait de lier le financement des projets à l’évolution positive du comportement des élèves, sans faire appel à une participation de leur famille, le projet étant finalisé si les élèves le méritaient. L’établissement avait passé avec les élèves un contrat moral qui portait sur l’assiduité mais aussi sur l’ensemble des comportements. Lancée dans trois lycées professionnels de l’académie de Créteil, cette expérimentation, qui concernait 150 élèves répartis en six classes, était une des nombreuses expérimentations menées sur l’ensemble du territoire pour lutter contre le décrochage scolaire. L’académie de Créteil mène à cet égard une politique active en matière d’orientation et de formation pour agir sur les facteurs structurels de l’absentéisme et du décrochage. Dans les établissements, si les équipes agissent au quotidien pour lutter contre l’absentéisme en impliquant les parents (envoi immédiat de SMS, convocation à l’inspection académique) et, le cas échéant, en sanctionnant les élèves (heures de retenue, conseil de discipline…), elles travaillent aussi par projet. Elles veillent à donner du sens aux apprentissages dispensés en cherchant à motiver les élèves afin de les inciter à fréquenter le lycée jusqu’à la fin de leur formation. Sans préjuger de l’impact de cette expérimentation sur l’absentéisme, il apparaît que les conditions pour l’évaluer n’ont pas été réunies du fait de sa surexposition médiatique. Ne pouvant être évaluée de façon fiable, elle ne sera donc pas renouvelée à la rentrée 2010. En revanche, une autre expérience menée dans 37 collèges de l’académie de Créteil, « la mallette des parents », a pu faire l’objet d’une évaluation rigoureuse et transparente par l’école d’économie de Paris qui en a analysé les résultats dans son « Rapport sur la politique d’implication des parents d’élèves dans les collèges » pour le Haut Commissaire à la jeunesse. Selon ce rapport, cette expérimentation, qui consiste à associer les parents d’élèves de sixième à la scolarité de leur enfant et à les accompagner, s’est traduite par une amélioration très sensible du comportement des enfants (moins d’absentéisme, moins de sanctions, plus de distinctions). Elle sera donc étendue à la rentrée à 1 300 collèges répartis dans l’ensemble des académies.

Question publiée au JO le : 03/11/2009 page : 10344
Réponse publiée au JO le : 21/12/2010 page : 13763
Date de changement d’attribution : 14/11/2010
Date de renouvellement : 06/04/2010

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.