Décret du 5 février 2007 et remboursements des frais de transport des handicapés (QE)

M. Christian Vanneste alerte Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur le décret du 5 février 2007 qui réduit les remboursements des frais de transport des handicapés. Le désengagement de la sécurité sociale avait beau être prévu depuis la parution du décret du 5 février 2007 qui a placé les frais de transport des handicapés dans le champ des dépenses couvertes par la prestation de compensation du handicap (PCH), c’est maintenant que les familles commencent à être affectées. Si bien qu’un certain nombre de parents qui estiment ces conséquences «discriminatoires» comptent saisir la Halde. D’autres s’apprêtent à manifester devant leur CPAM. Il aimerait savoir ce qu’en pense le Gouvernement et connaître son action en faveur des handicapés.

Réponse du Gouvernement :

Les textes en vigueur n’envisagent normalement la prise en charge des frais de transport par l’assurance maladie que dans le cadre de déplacements pour recevoir des soins ou pour subir des examens appropriés à l’état de santé des personnes. Les règles de prise en charge en la matière sont fixées par les articles R. 322-10 et suivants du code de la sécurité sociale. Cependant, un certain nombre de caisses primaires d’assurance maladie (CPAM) acceptaient depuis de nombreuses années de prendre en charge, au titre de leur action sociale, des transports vers certains établissements pour adultes notamment vers les maisons d’accueil spécialisé, qui sont des structures médico-sociales ne relevant pas du domaine sanitaire et qui ne peuvent donc pas être considérées comme des établissements de soin au sens de la réglementation. La création, en 2006, de la prestation de compensation du handicap (PCH) et son extension, en 2007, aux personnes accueillies en établissements a conduit certaines CPAM à réinterroger leurs pratiques en matière de prise en charge des frais de transport des personnes handicapées accueillies en établissements et services médico-sociaux. En effet, la PCH permet la prise en charge, sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, des surcoûts liés au transport des personnes handicapées, dans la limite d’un plafond de 12 000 euros pour une période de cinq ans. En fonction des situations antérieures et de l’interprétation qui a été faite localement par les CPAM quant à l’articulation à retenir entre la nouvelle prestation et leur propre intervention, des difficultés ont pu apparaître pour les familles. Conscient de ces difficultés, le Gouvernement avait demandé, dès le printemps 2007, à la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) de donner instruction aux CPAM de maintenir leur prise en charge chaque fois que nécessaire. En effet, la PCH a été conçue non pas pour se substituer aux prises en charge existantes, mais pour les compléter. Pour éviter que ces difficultés d’articulation ne persistent, le secrétariat d’État en charge de la solidarité a lancé, le 23 janvier 2009, un groupe de travail rassemblant l’assurance maladie, des conseils généraux, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, les services de l’État et des associations de personnes handicapées, afin de proposer un dispositif rénové et pérenne d’organisation des transports et de prise en charge des frais afférents qui permette de prendre en compte la totalité et la diversité des situations vécues par les familles et les personnes handicapées. Le groupe de travail devait, à la fois, établir un diagnostic précis de la situation, sur la base d’une enquête effectuée auprès d’un échantillon représentatif d’établissements et services, et valider la pertinence d’intégrer les frais de transport dans le budget même des établissements, chaque fois que possible, comme c’est déjà le cas dans les établissements pour enfants. Les conclusions de ce groupe de travail ont été remises en juillet à la Direction générale de l’action sociale. Elles invitent, certes à clarifier les règles de prise en charge, mais aussi à penser autrement l’organisation des transports afin qu’elle soit plus lisible et plus vertueuse. Selon le groupe de travail, sauf pour certains types d’établissement, l’intégration des frais de transport dans les budgets des structures semble de nature à répondre à ces objectifs : elle simplifie les démarches pour les usagers et permet l’optimisation des coûts par la mutualisation possible des trajets ou le recours à des mises en concurrence. Le Gouvernement étudie attentivement toutes ces propositions qui pourraient donner lieu prochainement à des modifications législatives ou réglementaires.

Question publiée au JO le : 13/01/2009 page : 204
Réponse publiée au JO le : 20/10/2009 page : 10028

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services