famille : Deuils anténataux (QE 18155)

M. Christian Vanneste attire l’attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports sur la nécessaire prise en compte par les pouvoirs publics du besoin d’accompagnement ressenti par les femmes qui vivent des deuils anténataux et, notamment, celles qui souffrent de fausses-couches tardives. Il aimerait connaitre les moyens spécifiques que le Gouvernement compte mettre en place, afin de prendre en charge ces traumatismes vécus et accompagner ainsi ces femmes et leur famille.

Texte de la Réponse :  Des recommandations de bonnes pratiques relatives aux décès foetaux, y compris celles portant sur l’accompagnement des parents, ont été demandées à la Haute Autorité de santé. En effet, l’accompagnement des parents qui vivent une perte foetale fait partie intégrante des soins et contribue à faciliter le processus de deuil. Le respect et l’empathie de la part des soignants nécessitent un travail en amont et une formation pour l’ensemble de l’équipe. Le bilan des inspections réalisées par l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) dans différents sites hospitaliers et des recommandations qui en ont découlé a montré en décembre 2007 que les établissements avaient d’ores et déjà pris des mesures d’information des parents confrontés à un deuil foetal, de formation du personnel, de mise en oeuvre de règles de bonnes pratiques par rapport à la prise en charge globale des enfants mort-nés à la suite d’un accouchement prématuré ou d’une interruption médicale de grossesse. La circulaire du 30 novembre 2001 relative à l’enregistrement à l’état civil et au devenir des corps des enfants décédés avant la déclaration de naissance avait déjà laissé la possibilité aux parents de choisir le mode de prise en charge du corps de l’enfant, quel que soit l’âge gestationnel, et recommandait que le personnel soignant veille à proposer un accompagnement facilitant le travail de deuil. Quelle que soit l’issue du débat actuel autour de la notion de seuil de viabilité, débat qui résulte des arrêts de la Cour de cassation du 6 février 2008, il conviendra de donner des repères aux soignants pour la prise en charge du deuil périnatal. Ainsi, des protocoles identifiant toutes les étapes de l’accompagnement devront être élaborés dans l’ensemble des maternités sur la base des recommandations de la Haute Autorité de santé et en concertation avec les associations concernées.

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.