Importation et commercialisation des produits dérivés du phoque (QE 11229)

M. Christian Vanneste attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables, sur les préoccupations du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et de la Société protectrice des animaux (SPA) quant à l’importation et à la commercialisation des produits dérivés du phoque du Groenland et du phoque à capuchon. En effet, considérant qu’il existe un risque réel de déclin visant ces deux espèces à l’horizon de ces quinze prochaines années et que la surexploitation commerciale ne fait qu’aggraver les prévisions, 1’IFAW et la SPA souhaitent que ces importations soient prohibées comme elles le sont déjà en Slovénie, en Belgique et aux Pays-Bas. Par ailleurs selon une enquête IPSOS réalisée en octobre, 91 % des Français sont favorables à une telle interdiction. L’IFAW et la SPA souhaitent donc qu’à l’occasion du Conseil national de la protection de la nature qui aura lieu le 6 décembre prochain, soit mise à l’ordre du jour une modification de l’arrêté du 27 juillet 1995 fixant la liste des mammifères marins protégés sur le territoire national, qui prohiberait l’importation et la commercialisation de produits dérivés du phoque. Il souhaite connaître sa position sur la question.

Texte de la réponse : La chasse au phoque dans l’hémisphère Nord touche en effectifs essentiellement trois espèces : le phoque du Groenland, le phoque annelé et le phoque à capuchon. Elle concerne essentiellement le Canada, le Groenland, la Norvège et la Russie. La plus grosse chasse dans l’hémisphère Nord est pratiquée sur le phoque du Groenland, avec un quota annuel de 270 000 individus au Canada et de 90 000 au Groenland. Deux aspects sont dénoncés par les organisations écologiques : l’aspect lié à la souffrance endurée par les animaux lors de ces chasses et le risque de surexploitation des espèces concernées qui subissent déjà les effets des changements climatiques, la fonte de la banquise entraînant la perte de leur habitat. Quelques pays de la Communauté européenne ont pris des mesures interdisant l’importation des peaux de toutes les catégories d’âges d’espèces chassées, allant ainsi au-delà des mesures imposées par la directive européenne de 1983 qui n’interdit le commerce que des « bébés phoques ». Cependant, il s’agit là de mesures unilatérales dont l’impact sur l’activité de chasse et le statut vis-à-vis des règles du commerce international restent à préciser. La Commission européenne, à la suite d’une résolution du Parlement européen recommandant une interdiction générale d’importation des produits dérivés des espèces de phoques concernées, a demandé à l’Autorité européenne de sécurité alimentaire de rendre un avis et des propositions, afin de l’aider dans sa réflexion sur de possibles mesures concernant l’abattage des phoques et le commerce de leur fourrure. Cette autorité a rendu son rapport qui reconnaît qu’il est possible de procéder à un abattage rapide et efficace des animaux. Elle a fait un certain nombre de recommandations sur les différentes méthodes tout en reconnaissant que, dans la pratique, la mise à mort n’est pas toujours réalisée de matière efficace et rapide. L’importance d’une surveillance et d’une inspection indépendante des chasses et la formation des chasseurs ont été soulignées. Parallèlement, la Commission a commandé une autre étude portant sur la gestion de la chasse aux phoques dans les pays pratiquant cette chasse, avec une attention particulière sur les aspects commerciaux, juridiques et socio-économiques. Celle-ci devrait être rendue très prochainement. C’est à l’issue de ces études, consultations et débats, notamment avec les pays chasseurs, que la Commission sera amenée à faire d’éventuelles propositions aux États membres. Dans ce contexte, la France n’envisage donc pas de prendre, dès à présent, de mesures nationales unilatérales, ni d’engager d’autres concertations qui feraient double emploi avec ces initiatives. Les travaux approfondis de la commission et les perspectives communautaires de solidité juridique qu’ils apporteront semblent plus efficaces et plus appropriés.UMP13REP_PUBNord-Pas-de-CalaisO

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services