La Leçon du 18 Juin 1940.

Le 18 Juin, ce devrait être une Fête nationale. Ce jour-là un homme a cru en la France plus que la plupart des Français, et presque seul parmi ceux qui exerçaient ou avaient exercé des responsabilités. Il a affirmé haut et fort que la France n’était pas vaincue et qu’elle devait poursuivre le combat aux côtés de ses alliés. Cette attitude s’appuyait sur deux piliers inébranlables : un patriotisme qui mettait l’intérêt supérieur de la Patrie au-dessus de toute autre considération politique et une clairvoyance qui anticipait les moyens dont les ennemis de l’Allemagne disposeraient pour la vaincre. Plusieurs discours ont été prononcés par le Général de Gaulle entre le 18 Juin et le 2 Juillet. Le suivant ne sera délivré que le 8 Juillet, parce que le 3 Juillet, les Britanniques ont attaqué la flotte française ancrée à Mers-El-Kébir, hors d’état de se défendre, l’ont détruite en grande partie et tué 1300 marins français. Cet acte odieux, mais pragmatique, à l’encontre d’un allié dont Londres ne voulait à aucun prix que la puissante flotte ne tombât dans les mains de l’Axe, venait ruiner la démarche du Général et fournir des arguments à la collaboration. De Gaulle persista parce que son principal argument subsistait : les Alliés rejoints par les Etats-Unis et leur formidable industrie gagneraient la guerre, et il fallait que la France, demeurée libre, figure parmi les vainqueurs ! Le 8 Mai 1945, c’était chose faite ! « Quoi, les Français, aussi ! C’est un comble ! » dira Keitel avant de signer la capitulation. Durant toute la guerre, l’Homme du 18 Juin s’efforça de maintenir l’indépendance et la dignité de la France. Au début, c’était une fiction, puis peu à peu avec les ralliements, la présence à ses côtés d’hommes comme Philippe de Hautecloque, celui qui allait devenir le Général Leclerc, Maréchal à titre posthume, après son décès en 1947, la France Libre serait de plus en plus une réalité incontournable. Leclerc commença son action dans l’Afrique Equatoriale Française, au Gabon, puis au Tchad, d’où il lança son offensive contre les Italiens en Libye. L’A.E.F. a été le premier territoire à redonner à la France Libre son statut d’Etat souverain grâce au gouverneur du Tchad, Félix Eboué, Guyanais, comme la sinistre Taubira, descendant d’esclaves, et dont l’attachement passionné à la France peut être rappelé face au déferlement « racialiste » actuel. Sa carrière, son entrée dans la Résistance, son corps au Panthéon sont une réponse à ces « Français » récents, immigrés, et non descendants d’esclaves, qui accusent la France de racisme et réclament des « droits » alors qu’ils n’ont aucun titre.

Le 18 Juin a sauvé l’honneur de la France. De Gaulle avait parfaitement vu que la fidélité aux engagements pris envers le Royaume-Uni, malgré la disproportion entre un Empire qui tenait les mers et la poignée de Français libres, était moins dangereuse pour l’indépendance de notre pays que la soumission de son Etat, encore bien réel, à une Allemagne totalitaire qui serait impitoyable. Cette lucidité politique rejoignait la clairvoyance militaire qui lui avait révélé l’importance de l’armée blindée, cette « force mécanique » que l’Etat-Major français avait écartée et par laquelle il avait été vaincu. En mettant l’accent sur notre déficience « tactique » plus que sur le délabrement intellectuel et moral, sur la décadence contre laquelle beaucoup de ceux qui soutenaient Pétain voulaient lutter, de Gaulle souhaitait ne pas compromettre l’avenir, ni l’union de tous les Français. Il voulait n’accuser que ceux qui collaboraient avec l’ennemi après avoir mal préparé la guerre. Il tenta en 1947 de mener cette seconde bataille, politique, avec le RPF. Avec le recul du temps, on se rend compte à quel point ce second combat, idéologique et non plus militaire n’a pas été gagné. Notre civilisation est remise en cause, notre nation fondée non sur une race ou une ethnie, mais sur une histoire, un destin commun au peuple français, est accusée. On veut qu’elle révise son passé, s’excuse de crimes qu’elle n’a pas commis. On veut qu’elle débaptise des lieux, quelle déboulonne des statues…. Le 18 Juin est une date qui permet au contraire de se souvenir que près du gouffre, la France n’y est pas tombée, mais au contraire s’est relevée avec courage. C’est cet esprit nourri de ce « riche legs de souvenirs », comme écrivait Renan,  qui doit nous animer en espérant que bientôt des hommes et des femmes qui le portent remplacent les dirigeants actuels dont les propos et les comportements n’ont rien de commun avec  la Résistance et la Libération.

Mot clés:

8 commentaires

  1. DELAFOSSE - 18 juin 2020 7 h 07 min

    Il nous reste encore un peu de temps pour pour espérer l’arrivée d’ un
     » Homme du 18 JUIN 2040 « .
    Mais d’ici là, il sera trop tard…
    La  » réussite  » de Général de GAULLE tient du miracle, et de nos jours ils se font de plus en plus rares !

    Répondre
  2. kerneilla - 18 juin 2020 9 h 00 min

    J’espère que le prochain président mettre en pratique ce que le Front National disait il y a trente ans (?) : « la France, aimez là ou quittez la »…Cela supposerait déjà que les citoyens ne refassent pas la bêtise d’élire un Macron, sous prétexte d’éviter le Front National; je n’ai jamais voté pour lui, mais je dois constater que ce qu’on lui reproche maintenant est de défendre les idées qui étaient celles du RPR autrefois (Marion Maréchal notamment défend ces idées-là) Si les hommes politiques de la Droite traditionnelle défendaient avec courage les idées conservatrices je gage qu’ils trouveraient leurs électeurs…mais ils sont aux abonnés absents… Il faudra bien qu’un jours les médias audiovisuels fassent leur mea culpa et donnent réellement la parole à tous ceux qui défendent le Pays plutôt qu’à ceux qui l’asservissent.

    Répondre
  3. DELAFOSSE - 18 juin 2020 10 h 23 min

    Il sera très difficile pour MACRON de faire barrage deux fois à l’extrême droite . Un autre peut-être, mais qui ? Alors quel que soit le résultat des futures élections, les français ne demandent qu’une chose :
    QU’ON NOUS SORTE DE CE BOURBIER !

    Répondre
  4. en passant - 18 juin 2020 13 h 05 min

    « Notre civilisation est remise en cause, notre nation fondée non sur une race ou une ethnie, mais sur une histoire, un destin commun au peuple français, est accusée. »

    Concrètement, si vous voulez fonder la nation sur une histoire et un destin commun, vous êtes bien obligé de la fonder sur une ethnie.

    Sans quoi il y aura toujours quelqu’un pour venir, non sans quelque apparence de raison, polémiquer sur « nos ancêtres les Gaulois » appliqués à des Africains.

    Peut-être faut-il sortir des échafaudages intellectuels destinés à étayer la tour de Babel, et revenir au B A BA, avant qu’il ne soit définitivement trop tard.

    Répondre
    • vanneste - 18 juin 2020 15 h 52 min

      Le terme de race est à écarter puisqu’il repose sur une identité biologique, génétique qui ne correspond pas à la France. Le terme ethnie qui relève de la sociologie s’appuie davantage sur la culture. Mais l’unité culturelle des Français est également discutable. C’est le résultat d’une histoire avant tout : langue, comportements, religion (?) Félix Eboué était Français à part entière, mais Houphouët-Boigny aussi avant d’être Président ivoirien.

      Répondre
  5. DELAFOSSE - 18 juin 2020 16 h 00 min

    …voire Léopol Sédar Senghor

    Répondre
  6. Jacques Peter - 18 juin 2020 17 h 28 min

    En 1940 la France était menacée puis occupée par l’Allemagne nazie. Pour les gens de l’époque qui tenaient à la liberté, le choix de la résistance était évident, mais dangereux. En 2020 la France est menacée par l’islam conquérant et l’extrême gauche alliée à l’islam. Pour ceux qui tiennent à la liberté le choix de la résistance est tout aussi évident et même pas dangereux. Ce qui manque, c’est une structure politique qui défende la liberté.

    Répondre
  7. Loosveld - 18 juin 2020 20 h 33 min

    @ Jacques Peter:

    En fait, il y a surtout une volonté droitière dans l’appel du 18 Juin 1940 puisque, la veille, un maréchal de France avait commis le crime de complot contre la sûreté intérieure de l’Etat en ayant fallacieusement fait croire que les Français étaient désormais soustraits au risque d’emprisonnement en période belliqueuse. L’adjectif fallacieux s’explique par la présence d’un acier chromé au tungstate de fer et de manganèse qui avait alors encore exposé les territoires allemands et italiens à une contre-offensive incommensurable, en raison précisément d’un alliage métallique reprenant un effort tranchant inédit. D’ailleurs, cette considération géopolitique avait ensuite abouti au crime d’intelligence avec l’ennemi en temps de guerre, puisque les tôles de navires français s’étant sabordés en 1942 à Toulon auraient pu être étudiées thermiquement après quelques progrès techniques allemands en matière d’explosifs …

    Répondre

Exprimez vous!