Le Réveil des Peuples : Brésil, Québec, et la suite…

duredemocratieUne grande fracture parcourt le vrai monde occidental, c’est-à-dire l’ensemble des pays qui sont de culture européenne, notamment parce que le christianisme y a durant des siècles façonné les mentalités. Election après élection, la droite conservatrice l’emporte contre la gauche progressiste. La présentation qui est faite par la majorité des médias dans notre pays est révélatrice : si les électeurs sont de plus en plus nombreux à passer sur le côté droit de la faille, les « communicants » habitent le côté gauche. En la qualifiant de populiste ou d’extrême-droite, les commentaires veulent surtout disqualifier la droite. Il y a quatre jours, les sondages créditaient ainsi le candidat à la présidence du Brésil Jaïr Bolsonaro de 35 % des intentions de votes, et les journalistes soulignaient leur montée. Il a obtenu 46% des voix dès le premier tour, mais curieusement, c’est aujourd’hui la déception de celui qui espérait être élu dès hier qui est montrée du doigt. Sur BFM, le duo paritaire du matin croit utile de rappeler, l’air navré, que ce candidat « d’extrême-droite » est homophobe et nostalgique de la dictature militaire. Que le « capitaine » ait surtout été un député constamment réélu durant 27 ans, que contrairement à de nombreux politiciens brésiliens, notamment du Parti des Travailleurs, il ne soit l’objet d’aucun soupçon de corruption, qu’il offre aujourd’hui aux Brésiliens l’espoir d’une réponse à la crise économique et aux violences qui minent le pays, cela ne compte guère. Deux conceptions s’affrontent, et les foules portent témoignage des valeurs en présence. La foule de droite agite le drapeau national, celui qui symbolise l’unité nationale, le vouloir-vivre d’une nation, le réveil d’un peuple qui désire persévérer dans ce qu’il est, vivre en sécurité dans le respect des lois, bénéficier d’une richesse issue d’une économie solide, et globalement être fier d’être ce peuple-là. Les foules de gauche, il y a longtemps, chantaient l’internationale et brandissaient les étendards du parti de la revanche sociale, d’une classe contre l’autre. Aujourd’hui, elles agitent les symboles des tribus minoritaires qui, additionnées, entendent bien être majoritaires, mais sans jamais constituer une nation, puisque nul bien commun ne les réunit en fait. La banderole arc-en-ciel exprime assez bien la contradiction : les couleurs du monde sont censées représenter le cosmopolitisme. Elles ne représentent qu’une minorité mondialisée, plus présente chez les communicants du monde que dans les peuples. « Communicants du monde entier, unissez-vous » a remplacé la formule de Marx  : « Prolétaires du monde… ». Elle est encore plus absurde, car la démocratie ne peut exister que là où il y a des citoyens, c’est-à-dire des hommes et des femmes intéressés au bien de la cité, de la nation.

Que des femmes manifestent contre Bolsonaro, au nom des droits de leur « genre » qu’il menacerait, que d’autres aux Etats-Unis protestent contre l’entrée de Kavanaugh à la Cour Suprême, sous un prétexte douteux, n’exprime pas l’opinion des femmes. Comme le dit Trump, beaucoup soutiennent le juge, qui, à 53 ans, a mené une vie familiale et professionnelle irréprochable, et qu’on salit à présent, soit en inventant, soit en grossissant des faits très anciens et assez bénins dans leur contexte. La manoeuvre politique des démocrates à la veille des élections de mi-mandat pour éviter que la majorité des juges de la Cour Suprême soit pour longtemps clairement conservatrice est assez cynique. Il s’agit d’abord de dresser une « minorité » féministe contre leurs adversaires, et ensuite d’empêcher que les revendications des minorités, au lieu d’être juridiquement victorieuses à défaut de l’être démocratiquement, soient remises à leur place. La Cour Suprême avait autorisé le « mariage » unisexe, en dépit des référendums qui le rejetaient dans plusieurs Etats. Désormais la minorité « progressiste » ou décadente, suivant les opinions, devra sans doute demander son avis au peuple. Les minorités sont ainsi mobilisées sous leurs bannières parfois contradictoires pour poursuivre le travail de sape des nations au profit de l’individualisme des hommes interchangeables, nomades, hédonistes et consuméristes que veut une autre minorité, celle qui en tire profit. En Europe, le sursaut populaire est dénoncé comme populiste par l’oligarchie qui contrôle les rouages complexes de l’Union Européenne. Le microcosme bruxellois, à travers ses étonnantes priorités, veut à la fois l’immigration et les « avancées » sociétales qui détruisent la famille. Il semble être incapable de percevoir qu’une immigration musulmane importante est un frein sociologique à l’égalité des « genres » et à la libération des comportements. La victoire de la Coalition Avenir Quebec de François Legault dans cette province canadienne réputée si ouverte et progressiste, tellement aimée des « bobos », aura pour résultat d’y réduire l’immigration selon le souhait des électeurs qui ont chassé les libéraux du pouvoir.

Il n’y a rien de plus opposé au vrai libéralisme que la volonté d’imposer d’en haut une construction de la société. Lorsque de très nombreux électeurs font certains choix, les mêmes dans de nombreux pays, et cela en dépit des prescriptions majoritaires dans les médias, il faut raisonnablement penser que c’est l’information quotidienne que leur livre leur expérience personnelle qui les y invite. C’est ainsi que fonctionnent le « marché » politique, et tous les marchés, ces références vénérées par les libéraux…

Mot clés:

5 commentaires

  1. Jacques Peter - 8 octobre 2018 10 h 41 min

    Les libéraux vénèrent en effet le marché, et donc aussi le droit de propriété sans lequel il n’y a pas de marché libre. Et c’est au nom du droit de propriété que les libéraux rejettent une immigration massive issue d’une autre civilisation qui détruit la nôtre. C’est en tant que propriétaires de notre civilisation que nous devons la protéger contre les agressions internes et externes.

    Répondre
    • Homo Orcus - 10 octobre 2018 16 h 06 min

      « Les libéraux vénèrent », NON les libéraux de vénèrent rien du tout, même pas Jésus, ils sont justes partisans de ses paraboles et de ses propos rapportés.

      Répondre
  2. Ribus - 8 octobre 2018 19 h 25 min

    « Une grande fracture parcourt le vrai monde occidental, c’est-à-dire l’ensemble des pays qui sont de culture européenne, notamment parce que le christianisme y a durant des siècles façonné les mentalités… »

    Après le « grand retournement » qui vient de s’opérer au Québec et au Brésil, il est clair, en effet, que nous sommes en présence d’un mouvement historique à l’échelle mondiale. C’est le début de la fin de la mondialisation.

    Les élections européennes prochaines peuvent constituer une nouvelle étape et leur enjeu est crucial : il s’agit de faire triompher les souverainistes en Europe. Ce n’est donc pas le moment de s’abstenir.

    Répondre
  3. Pitton Rita - 10 octobre 2018 10 h 20 min

    Merci Christian , merci Jacques Peter , merci Ribus pour ce que vous écrivez pour sauver notre civilisation « contre les agressions internes et externes « .

    Répondre
  4. kerneilla - 11 octobre 2018 9 h 12 min

    les « médiacrates » devront bien finir par comprendre qu’ils n’ont aucune légitimité pour imposer leur vision du monde aux Peuples ui sont en train de le faire savoir sans ambiguité

    Répondre

Exprimez vous!