La recomposition du paysage politique est une urgente nécessité !

coqbattuLa France risque de se heurter à la tragique contradiction qu’il y aurait à élire l’héritier d’un président honni par une immense majorité de la population, d’un politicien incapable d’assumer la fonction présidentielle, mais dont le talent manoeuvrier aura sauvé les siens par des manipulations qui enlèvent à notre pays le statut de démocratie. Si, par miracle, Mme Le Pen était élue, se poserait la question de la majorité parlementaire, qui dans l’autre hypothèse se posera aussi, d’ailleurs. Plus que jamais, la recomposition du paysage politique français s’impose.

Notre démocratie comme toutes celles qui utilisent le mode de scrutin uninominal par circonscription pour les Législatives, qui est le seul à pouvoir dégager des majorités stables, avait limité le nombre des partis. Dans les pays anglo-saxons, avec un seul tour, il y a deux grands partis : Républicains et Démocrates aux Etats-Unis, Conservateurs et Travaillistes en Grande Bretagne. En France, où il a deux tours, il y en avait quatre : RPR et UDF à droite, PS et communistes à gauche. Les stratégies politiciennes de Giscard d’Estaing pour se défaire des gaullistes et de Mitterrand pour affaiblir la droite ont introduit la proportionnelle aux Elections européennes, régionales et municipales. Le résultat a été l’émergence d’un nouveau parti, le Front National. Dans le temps où la gauche multipliait les mesures provocatrices dans les domaines de l’immigration, de la sécurité, ou des valeurs sociétales, Jacques Chirac recentrait le RPR afin de parvenir à l’Elysée. Le RPR aurait dû se maintenir le terrain de la droite dure. En l’abandonnant, il a laissé croître le parti frontiste. La création de l’UMP a achevé le processus qui voulait à l’occasion de la victoire écrasante de 2002 refouler définitivement le FN hors d’un système bipartisan. Dans ce cadre, logiquement, Nicolas Sarkozy a remporté le scrutin de 2007 en menant campagne à droite, sur les conseils du perspicace Patrick Buisson. Après, et j’en ai été le témoin désappointé, il a pratiqué l’ouverture à gauche. Sans cohérence au plan des idées, Sarkozy a cru malin de récupérer des politiciens de gauche, des personnalités et des idées qui ne pouvaient que révulser la vraie droite. Il a fait le lit de la gauche actuelle, élargie aux soutiens de Macron, et renforcé les bataillons d’électeurs du Front. La bande de carriéristes qui l’entouraient à « droite » s’est plu à ce jeu stupide. On avait Jouyet, Kouchner, Besson, Amara, Hirsch, comme ministres, on nommait le socialiste Migaud à la tête de la Cour des Comptes pour succéder à Seguin et on chargeait le mitterrandien Attali de présider une commission pour réfléchir sur l’avenir du pays. On prenait l’habitude de faire appel à de pseudo-spécialistes de gauche comme conseillers : Olivennes, Descoing, Bauer, Lang, Roland Castro et les ministres de « droite » croyaient élégant de prendre à leur compte des idées de gauche. Chatel estimait que les calembredaines de la théorie du genre avaient valeur scientifique. Pécresse recevait le Président du Cran, ouvrant ainsi la porte au communautarisme le plus farfelu. La discrimination positive, l’affaiblissement du système pénal, la montée en puissance des revendications du lobby homosexuel, très présent au sein de l’UMP, achevaient l’affaissement idéologique de la droite parlementaire réduite à une officine de placement électoral pour arrivistes et opportunistes. A sa surface flottaient quelques vedettes, chéries des médias pour cultiver leur différence et souligner leur sympathique tropisme vers la gauche : Borloo, le spécialiste des usines à gaz législatives dont on attend les résultats après le bruit retentissant de leur lancement, N.K.M élue sociologiquement à droite et arborant son progressisme de gauche avec un narcissisme sans complexe, Rama Yade, toujours en quête d’une télé pour associer son minois à une polémique porteuse, sans oublier l’inénarrable Bachelot.

Après la défaite de 2012, et les remous de l’affrontement Copé-Fillon, le désastre de la présidence Hollande a permis à l’UMP, repeinte en Républicains, de se refaire une santé au travers des élections locales. La bonne organisation des primaires avait galvanisé les troupes. C’est alors que le décor s’est craquelé et que le pourrissement interne a de nouveau percé. Les électeurs avaient choisi un candidat sérieux et son programme radical. Il était soutenu par les conservateurs, les catholiques. C’en était trop pour ceux qui pensent qu’en dehors d’une meilleure tenue des comptes publics, la droite ne doit pas se différencier de la gauche sur la pente du « progrès des idées et des moeurs », l’autre nom de la décadence. Lorsque la grenade du « pénélope-gate » a été lancée sur la caravane Fillon, les rancoeurs de la défaite et le goût pour les modes politiquement correctes se sont liguées pour achever de pourrir la campagne de Fillon. Certains anciens ministres de « droite » avaient rejoint Macron très tôt. On a pu mesurer l’enthousiasme des Juppé et Raffarin dès le soir du premier tour.

Nous en sommes là : il existe une gauche en lambeaux par manque de réalisme économique et social. Il y a un centre-gauche dit « social-libéral » qui considère la sécurité comme une anecdote, le terrorisme comme un détail, et la France comme une survivance momentanée. L’immigration lui paraît une nécessité dans le cadre du marché mondial des biens, des services et des personnes. La transgression des valeurs chrétiennes est, pour lui, une libération laïque par rapport à des religions qui se valent toutes, surtout la dernière, l’islam avec ses électeurs à choyer. Son candidat est Macron.

Marine Le Pen est en train de fédérer les patriotes, ceux qui estiment, comme Dupont-Aignan, que la perte de la souveraineté dissout le peuple et donc la démocratie. Le gaullisme du RPR, délaissé par LR, est désormais avec elle, malgré des déclarations de principe qui ont perdu tout fondement à moins d’être de mauvaise foi sur l’évolution du FN. En revanche, il y a une droite orpheline, celle qui a voté Poisson et Fillon aux primaires et qui ne se reconnaît pas dans la candidate du FN, même si elle finira par lui donner ses voix. Il s’agit des conservateurs-libéraux sensibles aux questions liées à l’identité culturelle, aux racines chrétiennes, à la famille et à la défense de la vie et  qui considèrent que les libertés dans le domaine de la pensée et de l’économie sont fondamentales pour la personne à condition d’être encadrées par son respect. Cette droite est, sur tous les points, opposée à Macron comme elle l’était à Hollande. Elle trouve en Marion Maréchal son meilleur allié au sein du FN et se réunit avec Robert Ménard ou Charles Millon dans « la droite hors les murs ». Ne faut-il pas unir l’alliance des patriotes et « la droite hors-les-murs » pour former une vraie droite qui aurait vocation à accueillir nombre de « républicains » qui refusent de soutenir Macron ?

L’heure de vérité est donc arrivée pour LR. Ou la logique du scrutin et l’absence de courage l’emportent, et Les Républicains se regroupent en comité de réélection par peur de perdre l’investiture, alors que les événements ont montré qu’ils n’avaient plus rien en commun. Ou ceux qui ont un ancrage idéologique, gaulliste ou démocrate-chrétien, conservateur ou libéral, refusent cette compromission qui accrédite la dénonciation d’un système LRPS, et tentent alors de créer une formation de droite authentique.

Mot clés:

9 commentaires

  1. erwan - 3 mai 2017 9 h 36 min

    Je suis sidéré par les déclarations de la famille de Gaulle qui semble préférer tourner le dos à l’héritage du grand homme et trahir ainsi sa philosophie en soutenant Macron!!!

    Répondre
  2. ADAM - 3 mai 2017 11 h 05 min

    Franchement Christian? Je ne te comprends plus, mon ami !

    N’as tu vraiment pas encore COMPRIS? Ne vois tu pas, ou ne VEUX TU PAS VOIR, que la notion même de DROITE ne veut plus rien dire?

    N’as tu pas COMPRIS que ce n’est pas une FRANCE PARTISANE qui rejette le Système, TOUS LES SYSTÈMES PARTISANS?
    Tu évoque bien l’ERPS, cet UMPS « relooked » comme disent les « systémotiques » qui ne connaissent même plus que le « FranGlais GLUANT »!

    NON mon Ami, DROITE et GAUCHE sont les 2 face du MÊME Système…
    Alors si tu te « positionne » à DROITE, c’est que tu restes dans CE SYSTÈME MAFIEUX UMPS-FILLON que tu as PORTÉ avant le 28 avril, et dont tu prétends te LIBÉRER pour le 7 mai!

    N’as tu pas encore COMPRIS que les Français se FOUTENT de la RAIE-PUBLIQUE comme de l’an 40… que ce qui IMPORTE maintenant, c’est la DÉMOCRATIE, c’est la SOUVERAINETÉ DU PEUPLE contre les CLANS, les SECTES, les GOUROUS, les PARTIS qui voudraient imposer des limites géographiques entre les CITOYEN!

    CAMP de GÔCH’ ou CAMP de DRÔÂT’, CAMP des ÉLITES CONTRE CAMP du LABEUR, CAMP des EXTRÊMES OUI contre CAMP DES EXTRÊMES NON…
    NOUS N’EN VOULONS PLUS! LE PEUPLE N’EN PEUT PLUS!
    LE PEUPLE N’EN VEUT PLUS!

    Aux Législatives, si TOI et tes semblables, vous rejoignez ENCORE le CAMP de DRÔÂT’ qui a TOUJOURS TRAHIT pour tenter d’exister dans la MAFIA UMPS « relooked » MACRON, alors VOUS ALLEZ perdre TOUTE DIGNITÉ et vous ne sauverez même pas vos troupeaux de moutons… VOS GOUROUS vous ont mis au bord du précipice, et vous allez faire « LE PAS » en avant… DE TROP et surement, « En Marche », « au trot »!

    Non mon Ami… dans 5 ans, soit c’est une FRANCE DÉMOCRATIQUE avec le seul PEUPLE comme SOUVERAIN qui sera mise en oeuvre, ou c’est l’INSURRECTION SANGLANTE que vous aurez apportée à la NATION!

    Et sache bien que le PREMIER SANG ne sera pas celui que le PEUPLE DÉMOCRATE aura fait versé, c’est celui que les TRAÎTRES de DRÔÂT’ et de GÔCH’ auront fait couler des plaies déjà grandes ouvertes du PEUPLE!

    Passer de la DRÔÂT’ à la GÔCH’ et vice versa, à chaque consultation, toujours avec cette promesse « GAULLIENNE » du « je vous ai compris » conduisant à ce fameux « je fais ce que je veux » sans jamais ENTENDRE le PEUPLE quand bien même « VOUS » l’écouteriez », ce n’est TOUJOURS que CHANGER de MAÎTRES SANS CHANGER DE SYSTÈME!
    C’est GARDER LE SYSTÈME alors que le PEUPLE n’en VEUT PLUS!

    ET TU AURAS TA RESPONSABILITÉ DANS CE DÉSASTRE!
    TOI… et tes « amis » de la DRÔÂT’ GIROUETTE AU GRÉ des LOGES!

    Soit VOUS prenez le TRAIN de ce PEUPLE qui ne veut QUE la DÉMOCRATIE, ou vous souffrirez de votre sectarisme accroché à la RAIE-PUBLIQUE ESCLAVAGISTE ET MAFIEUSE où seul préside la GUERRE DES TRAÎTRES et des MENTEURS!

    Tu me force à DOUTER de ta sincérité dans ton appel à « suivre » Nicolas… Qui suit Marine… Mais qui ne répond toujours pas aux questions, aux BONNES questions, que le PEUPLE POSE!

    Tu accrédite l’IDÉE du SYSTÈME prétendant que ceux qui ont « suivi » Marine pour le deuxième tour auraient des AMBITIONS PERSONNELLES d’EXISTER après le 8 mai, malgré ou grâce à la défaite!
    QUEL EST TON INTÉRÊT DANS CE CAS, mon Ami?

    Aurais tu des perspectives de reprendre ta place dans les FUTURS SALONS PARLEMENTAIRES… Sous une BANNIÈRE R.B.M. ou « UMP-News »?
    L’une tétant offerte pour ta FIDÉLITÉ AU SYSTÈME, et l’autre pour ton « suivisme », te garantissant ainsi « d’y être » quoi qu’il arrive, comme les TRAÎTRES de DRÔÂT’ qui rejoignent MACRON pour les mêmes raisons de « suivisme » et de FIDÉLITÉ toujours CON-FONDUS?

    Désolé mon Ami, mais franchement, tu deviens BRUMEUX, TROUBLE, PRÉOCCUPANT… INCOMPRÉHENSIBLE!

    LA CLARIFICATION DE TES POSITIONS S’IMPOSE…
    Le 7 mai… IL SERA TROP TARD!

    Eric Adam, CRD-CVD
    Citoyen encore « un peu LIBRE »…
    Mais certainement plus pour longtemps!

    Porte Parole des Forces Combattantes
    de la Résistance Démocrate du PEUPLE de FRANCE:
    « Combattants pour les Valeurs de la Démocratie »
    https://www.facebook.com/OfficielCVD/?ref=br_rs

    Répondre
  3. COUROUVE - 4 mai 2017 11 h 01 min

     » la montée en puissance des revendications du lobby homosexuel  »

    Revendications presque toutes satisfaites :

    https://www.facebook.com/notes/claude-courouve/plateforme-pour-l%C3%A9galit%C3%A9-des-droits-lgbt-25-mars-2004/10153744196153981/

    Répondre
  4. COUROUVE - 4 mai 2017 11 h 13 min

     » La transgression des valeurs chrétiennes est, pour lui, une libération laïque par rapport à des religions qui se valent toutes, surtout la dernière, l’islam avec ses électeurs à choyer. Son candidat est Macron.  »

    Il est évident que les religions ne se valent pas :

    Onfray : « Les Évangiles n’interdisent ni le vin ni le porc, ni aucuns aliments, pas plus qu’ils n’obligent à porter des vêtements particuliers. L’appartenance à la communauté chrétienne suppose l’adhésion au message évangélique, pas aux détails de prescription maniaque. […] Juifs et musulmans obligent à penser Dieu dans chaque seconde de la vie quotidienne. Du réveil au coucher, en passant par les heures de prière, ce qu’il faut ou non manger, la manière de se vêtir, aucun comportement, même le plus insignifiant a priori, n’est libre d’interprétation. Pas de jugement personnel ou d’appréciation individuelle : obéissance et soumission. »

    Ce à quoi l’islam ajoute le djihad, soit la guerre faite à tout ce qui n’est pas lui.

    Répondre
    • vanneste - 4 mai 2017 18 h 14 min

      Entièrement d’accord.

      Répondre
  5. COUROUVE - 4 mai 2017 11 h 21 min

     » conservateurs-libéraux sensibles aux questions liées à l’identité culturelle, aux racines chrétiennes, à la famille et à la défense de la vie  »

    L’oubli des racines gréco-latines rendra difficile le rassamblement qur vous souhaitez.

    De Gaulle :
    « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. »

    Noter qu’il place l’Europe avant la race, et la culture avant la religion.

    Répondre
    • vanneste - 4 mai 2017 18 h 13 min

      Oui, il a une formule synthétique qui est « héllèno-chrétienne », dans la mesure ou le catholicisme a en fait été le vecteur qui a préservé l’héritage grèco-latin lors des invasions barbares. D’ailleurs, à travers St Paul et d’autres, le christianisme a été très rapidement héllènisé, et c’est ce qui le rend très différent des religions monothéistes juive et musulmane.

      Répondre
      • COUROUVE - 4 mai 2017 23 h 57 min

        Nietzsche avait à sa manière relevé cette différence

        OSM, § 95 : « Amour.
        Le plus subtil artifice qui donne l’avantage au christianisme sur les autres religions tient en un mot : il parla d’amour. Il devint ainsi la religion lyrique (alors que dans ses deux autres créations le sémitisme a donné au monde des religions épiques et héroïques). Il y a dans le mot d’amour quelque chose de si ambigu, de si stimulant, qui parle si éloquemment au souvenir, à l’espérance, que même l’intelligence la plus basse et le cœur le plus froid sentent encore quelque chose de l’auréole de ce mot. Il fait que la femme la plus avisée et l’homme le plus vulgaire pensent là aux instants relativement les moins égoïstes de leur vie commune, même si Éros n’a pris chez eux qu’un envol à ras de terre ; et tous ceux-là, les innombrables, qui souffrent d’une absence d’amour, de la part de leurs parents, de leurs enfants ou de leurs bien-aimés, mais surtout les êtres d’une sexualité sublimée, ont trouvé dans le christianisme juste ce qu’il leur fallait. »

        Répondre
  6. kerneilla - 4 mai 2017 16 h 27 min

    De Gaulle :
    « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. »
    Aujourd’hui, je déplore que le vote blanc ne soit pas reconnu !

    Répondre

Exprimez vous!