Un peuple blessé, c’est une nation qui se lève !

téléchargement (66)Hier, j’étais à Paris, et je me suis rendu sur les lieux où ont été commis les assassinats terroristes. Les trottoirs couverts de fleurs, de bougies , de messages, avec parfois un drapeau, planté çà et là, témoignent de la compassion qui étreint le coeur de beaucoup de Français et d’étrangers présents dans notre pays. Les esprits sont surtout tournés vers les victimes, auxquelles chacun peut s’identifier dans la mesure où la mort les a frappées alors qu’elles vivaient un moment récréatif et sans doute de bonheur, en assistant à un spectacle, en partageant un repas, en buvant un verre, à l’occasion d’une rencontre entre amis ou d’une petite fête familiale. Il y a comme une salissure de l’âme à penser aux assassins. Le sentiment qui vient alors spontanément est un absolu mépris. Quelle lâcheté il faut avoir pour mitrailler des terrasses situées à des carrefours quelconques où sont implantés des établissements que rien ne prédisposait à cette tragique célébrité. Ils se sont attaqués à des gens que rien ne protégeait, parce qu’ils étaient « comme tout le monde », hommes et femmes surtout entre trente et quarante ans, et se donnant un peu de bon temps le vendredi soir. Quelle doit être le vide mental de ces sanglants minables pour avoir cru atteindre les « jardins des délices » promis par Allah, en tuant des innocents, et en jouant les « bombes vivantes ». Le mot « kamikaze » a trop de noblesse pour les désigner.Paris-20151127-01867 La tuerie du Bataclan paraît à certains revêtir plus de signification. Certains salafistes vont jusqu’à diaboliser la musique, et lorsqu’il s’agit de celle d’un groupe de rock américain, on peut y voir une punition du satanisme de notre culture. Ce serait pourtant faire un honneur injustifié à des crétins animés par des idées stupides que de voir dans leur acte une guerre de civilisation.

 

Paris-20151126-01860La réalité est bien différente. Elle a deux versants. L’un se trouve au Moyen-Orient avec la rencontre explosive d’une richesse financière fabuleuse avec les tenants d’un islamisme radical fossilisé dans des structures politiques et sociales archaïques. L’alliance de l’Amérique avec l’Arabie saoudite s’inscrivait dans la « realpolitik » face au communisme. Elle n’a pas seulement garanti les ressources pétrolières américaines. Elle a contrecarré avec succès la montée des dictatures nationalistes arabes proches des soviétiques. Elle a contribué à l’échec mortel des Russes en Afghanistan. Depuis, le génie sorti de sa bouteille, ou Frankenstein, comme on voudra, continue ses ravages, en ayant provoqué un réveil de l’expansion d’un islam qu’on croyait assoupi. Remise en cause des régimes en place, guerre entre sunnites et chiites, bandes armées et guérillas du Nigeria à la Libye et jusqu’en Asie du Sud-Est, terrorisme enfin dans le reste du monde forment une chaîne infernale. Les alliances douteuses, les intérêts économiques dévoyés, et un aveuglement de plus en plus sévère des dirigeants de nos démocraties les ont amenés à favoriser le chaos dans l’illusion du « Printemps démocratique arabe ». Le temps des ingérences suicidaires est dépassé. Il faut rétablir l’ordre et la paix. L’utopie qui a conduit à menacer les libertés qui existent dans nos sociétés pour tenter d’exporter notre modèle démocratique doit être remisée au grenier des causes perdues et des grandes erreurs de l’Histoire. Même le gouvernement français en arrive à penser que l’armée d’Assad a sa place dans le combat contre l’Etat islamique.

Paris-20151126-01861L’autre versant se situe au coeur de nos sociétés, de la France, en particulier, dont la richesse apparente a pu un temps masquer le déclin et la décadence grâce au talent de politiciens dont l’absence de compétence à exercer le pouvoir était compensée par un art de communiquer en grande complicité avec nos médias. Les nôtres se sont trompés sur tout et tout le temps. Le chômage continue son ascension, le terrorisme passe pour la quatrième fois cette année les mailles d’un filet inopérant à tous les niveaux. Le gouvernement actuel en est réduit à abandonner une à une les idées qui animaient la gauche quand elle était dans l’opposition et qui paralysaient une droite indigente quant au courage et à l’intelligence. Macron tente de remettre l’entreprise au centre de l’économie. Valls avoue que les djihadistes produits par nos banlieues ne sont pas les effets de notre incapacité à intégrer socialement et économiquement les immigrés. La valorisation irresponsable de l’immigration, la repentance nationale, la politique judiciaire laxiste, la dénonciation unilatérale du racisme n’ont pas établi le « vivre-ensemble ». Elles l’ont ruiné, tandis que le refus d’adopter une attitude « sécuritaire » permettait une circulation mortifère des idées, des hommes et des armes.Paris-20151126-01862 Il faut donc de toute urgence contrôler les frontières, surveiller les mosquées, expulser les imams salafistes, déchoir de leur nationalité les bi-nationaux dangereux. Les mesures que les Français approuvent sont celles auxquelles la gauche s’est toujours opposée, et qui arrivent bien tard.

C’est pourquoi il serait absurde que le pouvoir socialiste bénéficie le moins du monde de ses fautes sous prétexte qu’il tente tardivement de les corriger. Les Français ont communié dans la souffrance. Ils l’ont fait avec dignité. La mise en scène des Invalides était à la hauteur de la France et du malheur qui avait frappé beaucoup de Français. Elle a fait sa part aux sensibilités blessées et au sursaut national. Ce n’est toutefois pas « Paris qui chante et danse » qu’on a frappé, la façon de vivre des Français, mais la France dont les avions interviennent contre les djihadistes. Pour autant, il y avait peu de drapeaux aux fenêtres, comme si la communion nationale se refusait à obéir à un pouvoir défaillant, à manifester sa solidarité avec lui.Paris-20151126-01863 Il ne suffit pas, pour que la Nation française retrouve son énergie, son enthousiasme et sa foi, de modifier le discours, il faut changer les hommes afin d’en mettre à la tête du pays qui soient capables d’inverser radicalement ce discours et d’agir en conséquence.

Mot clés:

9 commentaires

  1. Ribus - 29 novembre 2015 10 h 46 min

    Hollande est celui a qui admis Jean Zay au Panthéon, lequel Zay a écrit :

    ‘Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup
    Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.
    Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires,
    Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs. »

    J’en conclus que Hollande partage la même vision de notre drapeau et il est honteux de le voir maintenant demander aux Français de le faire flotter à nos balcons.

    Cela va être la saison des retournements de veste. Le discours de Sarkozy en Alsace est à cet égard un morceau d’anthologie. Même Juppé a mangé son chapeau dans sa petite et médiocre lettre ouverte.

    Pour ce qui me concerne, il n’y aura pas de pardon. J’attends le procès de tous ces gens pour haute trahison.

    Épigramme :

    On s’en doutait bien mais on le sait à présent
    Que la caste a cédé en traître le territoire
    Bradé notre Nation, effacé notre Histoire
    Prête à brûler la sainte Bible au nom du Coran.

    Répondre
    • François ALLINE - 29 novembre 2015 10 h 57 min

      Ca va faire du monde…

      Répondre
    • François ALLINE - 29 novembre 2015 10 h 57 min

      Ca va faire du monde…

      Répondre
  2. DELAFOSSE - 29 novembre 2015 11 h 10 min

    Une population martyrisée, c’est une République qui crève !

    Répondre
  3. ROBIN - 29 novembre 2015 11 h 14 min

    Un problème ne surgit pas du jour au lendemain, il se met en place dans le temps avec l’aide de ceux qui ont le pouvoir et surtout le « fric » qui pollue tout.
    Je suis Française et fière de l’être, mais pas fière des dirigeants cupides ou inintelligents, pas fière des profiteurs industriels qui construisent et vendent les armes, pas fière des financiers malsains. Comment aider et vivre en bonne intelligence avec mes concitoyens et ceux qui ont véritablement adoptés et intégrés la France pour y vivre sainement. La loi comme vous le dites doit effectivement être tournée vers la protection de notre pays dans tous les domaines. Mais n’oublions pas ces malfrats, bien français, en col blanc et tenant le haut du pavé qui n’ont qu’un doigt à lever pour se faire protéger par la police au cas où des gens du peuple les ennuis. Nous devons aussi nous occuper d’eux. Je dis toujours que si l’esclavage a existé, c’est parce que des peuples Africains l’ont permis. Portons un regard sur l’intérieur de notre pays. Quand on est malade, on apprend à se soigner. Oui, comme vous le dite: nous avons les moyens de faire autrement.

    Répondre
  4. DELAFOSSE - 29 novembre 2015 11 h 19 min

    Je pense que vous vouliez dire  » parce que certains dirigeants des peuples Africains l’ont permis »…

    Répondre
    • ROBIN - 30 novembre 2015 14 h 42 min

      OUI certains dirigeants du peuple africain ou d’un de ces pays d’où vient l’esclavage…

      Répondre
  5. Thibault Loosveld - 29 novembre 2015 14 h 32 min

    J’attends de François Hollande qu’il s’entretienne, demain, avec Juan Orlando Hernández.

    Répondre

Exprimez vous!