L’Ecouteur écouté …

oreilleAlors que le texte de synthèse de la Loi Renseignement issu des travaux de la commission mixte paritaire va être approuvé par les Assemblées, un boomerang est arrivé dans notre presse nationale en provenance de WikiLeaks, fondé par l’Australien Julian Assange. Devant la montée du terrorisme, la sécurité réclame des moyens accrus de surveillance. Parce que certains individus dangereux menacent l’ordre public et la vie de l’immense majorité des habitants paisibles de notre pays, ces derniers vont voir écorner la protection de leur vie privée, au hasard par exemple d’un échange téléphonique trop proche d’une grande oreille. On se souvient que, dans des conditions scandaleuses, M. Mitterrand avait déjà fait écouter un certain nombre de personnalités auxquelles il s’intéressait. C’était le fait du Prince, ce sera désormais le droit de l’Etat. Mais le jour même, on apprend que notre Etat lui aussi est écouté, au plus haut niveau, et que nos Présidents ne peuvent rien cacher à leur collègue de la Maison Blanche, régulièrement informé par l’énorme machine de la NSA. Une « grande oreille » particulièrement indiscrète est perchée entre la Place de la Concorde et la rue du Faubourg Saint-Honoré. On n’a pas idée de mettre les ambassades de nos « amis » à deux pas de l’Elysée, alors que le Premier Ministre est de l’autre côté de la Seine.

L’émoi est considérable. Le Conseil de Défense va se réunir. Des cris d’orfraie jaillissent pour stigmatiser ces mauvais comportements, inconvenants entre amis de longue date. Obama a beau dire qu’il n’écoute plus depuis 2012, lorsqu’il a bien vu que Hollande renonçait à toute forme d’indépendance, rien n’y fait. L’indignation morale est à son comble. Quelle farce ! Il y a deux ans déjà, les révélations d’Edouard Snowden, renégat ou repenti de la CIA et de la NSA, avait révélé qu’entre 2007 et 2011, les sites de Microsoft, Google, Yahoo, Facebook, Youtube, Skype, Aol et Apple avaient été intégrés à Prism, un programme secret de la NSA, qui en possède d’ailleurs d’autres, comme Xkeyscore ou Boundless Informant. C’est ainsi que tous les usagers de l’opérateur Verizon avaient pu être espionnés. La saisie des métadonnées des appels téléphoniques est évidemment une intrusion inacceptable dans la vie privée. La très superflue Commission Européenne avait avec gravité dit son mécontentement et demandé un engagement clair de la part des Etats-Unis quant au respect du droit fondamental de tous les citoyens européens à la protection de leurs données personnelles. Cécilia Malmström et Viviane Reding allaient sonner les cloches de leurs homologues américains. Non mais !

Scandale dans le scandale, Mme Merkel était aussi écoutée par la NSA. C’était d’autant plus choquant que l’Allemagne ne peut rien refuser aux Américains et n’ose même pas se plaindre trop bruyamment. D’ailleurs, on apprenait plus récemment que le BND, le service secret d’Outre-Rhin jouait les prestataires de service au profit de Washington et fournissait complaisamment des informations sur ce qui se passait dans les couloirs et les bureaux de Bruxelles et des capitales amies, également sur certaines entreprises comme EADS, le concurrent de Boeing. La victime devenait complice. L’espionnage politique en défense des intérêts légitimes des Etats souverains glissait subrepticement vers l’intelligence économique et ses objectifs plus troubles.

Tandis que Julian Assange vit à l’ambassade équatorienne de Londres et Edouard Snowden en Russie, sous la protection de pays qui n’ont pas de raison de vouloir du bien aux USA, leur combat pour la transparence et la défense des libertés personnelles ressemble à une aventure de Don Quichotte. Le vieux duel entre la liberté et la sécurité continue. Chaque jour qui passe souligne l’impuissance des démocraties à réduire la montée de la violence islamiste. Plus un homme au sol. Moins de dépenses militaires, surtout en Europe. Les pays qui connaissent le privilège d’être réveillés le matin par le laitier et non par la police politique ou des moeurs, ont-ils la volonté de se défendre ? L’indépendance nationale est la première des libertés. Elle a disparu de l’Europe, condamnée à vivre sous un bouclier américain dont elle aurait pu se passer après 1990, et entraînée à suivre les USA et leur politique irresponsable au Moyen-Orient comme en Ukraine. Alors, de quoi se plaint-on ? La faiblesse du combat mené contre l’ennemi contraint de privilégier les moyens techniques de la surveillance plutôt que de faire la guerre. L’ennui, c’est que, si la guerre se fait contre l’ennemi, la surveillance s’exerce aussi entre amis et même au détriment de la liberté des citoyens.

Mot clés:

7 commentaires

  1. ALLINE - 25 juin 2015 17 h 12 min

    Quoi d’étonnant ? Si ce n’est que ce pays femmeliste qu’est les Etats Unis d’Amérique a érigé comme système de contrôle l’écoute à grande échelle. Une autre femme, l’église avait déjà, depuis longtemps, appris que pour contrôler il fallait détenir l’information. Les confessionnaux ont devancé la NASA avec la redoutable efficacité que l’on sait (meilleure diplomatie du monde).
    En l’occurence, c’est l’usage qui en est fait qui est plus que douteux. S’assurer une suprématie financière et commerciale pour cet état nation qui se veut champion de la morale et donneur de leçon… Le tout enrobé dans une idéologie (L’axe du mal) dont on pourrait discuter du bien-fondé : Mater-ialisme, consumérisme et hédonisme à tout crin en réel projet de société au motif de la liberté de ses membres.
    Quelle sinistre blague !
    L’empire du féminisme autoritaire !

    Répondre
  2. Thibault Loosveld - 25 juin 2015 17 h 28 min

    Extrait du discours de Ron Paul en date du 28 Mars 2012 à l’université du Maryland: « If there were some libertarians among the federal government, they would repeal the patriot act with a law called restore the fourth amendment act ! »

    Répondre
  3. Thibault Loosveld - 25 juin 2015 17 h 31 min

    Erratum:
    « By a law » instead of « with a law », otherwise it doesn’t make any sense.

    Répondre
  4. Carole - 26 juin 2015 8 h 14 min

    M. Vanneste, vous laissez proliférer les ersatz du mégalo soralien chez vous? outre leur pathétique pathologie misogyne, ça ne vole pas haut chez eux : tout est dans le complot et le thème du bouc-émissaire, tantôt juif, tantôt franc maçon, sinon féministe, LGBT et sioniste. Certains vont même jusqu’à remonter à une emprise « E.T » de type reptilien…bref, la nouvelle S-F quoi! sauf qu’ils y croient 🙁

    Répondre
    • vanneste - 26 juin 2015 9 h 13 min

      Je suis par principe ennemi d’une censure dont j’ai moi-même été victime, mais n’hésitez pas à souligner quand cela dépasse les limites et pourrait entraîner des conséquences judiciaires. Il faut alors le faire avec précision. Merci de votre attention.

      Répondre
  5. ALLINE - 26 juin 2015 22 h 18 min

    Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. »
    Il semblerait que ce grand homme n’ait pas eu peur d ‘avoir des ennuis judiciaires… D’ailleurs ils ne lui ont pas été épargnés. Vous parlez d’éthique, de courage et de morale politique. En voilà un bon semple.
    J’avais cru comprendre que vos opinions et propos, que je ne partage pas en ce qu’ils stigmatisent la pratique de l’homosexualité, comme ses contempteurs les rendant responsables de la décadence et du déclin que nous connaissons. Vous avez, semble-t’il, fait l’objet de poursuites judiciaires. L’expérience fut si pénible que vous craignez qu’elle ne se reproduise ? Cela étant, je suppose que c’est de cela dont veut parler la petite Carole en parlant de boucs émissaires. D’autre part, il n’y a pas dans mes propos d’autre teneur que celle exprimée par d’innombrables féministes, telles qu’ E. Badinter, à laquelle je voue une réelle admiration pour ses essais ou œuvres littéraires prémonitoires. Soral ? Intéressant, cohérent et souvent pertinent. Un peu misogyne comme la plupart des femmes et homophobe comme la plupart des hétérosfiottes. Moi je ne suis que misoconne comme la plupart des hommes « normaux ».
    Mon commentaire est un peu hors sujet pour ne pas être être en réponse au nouvel article que vous produisez, mais tant pis. La pénalisation des clients des prostituées, je n’en supporte pas l’intention.
    Dites-moi Christian, aujourd’hui vous avez voté la ceinture de chasteté masculine et demain ? Le bâillon précédant votre prochain vote pour la burqa masculine ? Elle avait déjà pensé qu’avec des mecs devenant de véritables transgenres psychiques il n’y aurait plus aucune altérité. Elle avait raison.
    Chacun de nous doit être libre de disposer de son corps sans devoir le marchandiser. « Devoir » voudrait donc dire la même chose que « vouloir ». Vouloir, c’est bien ce que les féministes qui vous ont fait signer cette loi sur la pénalisation des clients des prostituées vous ont expliqué être l’essentiel, non ? N’hésitant pas, dans la seconde qui a suivi, à disposer du corps d’autres femmes – en s’opposant à d’autres féministes -mais, plus que tout avec votre concours à disposer de mon pénis.. Ce que femme veut, fiotte le veut. « Fiotte » cette contraction du franc-comtois, fillote, voulant dire fillette en stigmatisation des homosexuels. Ne pensez-vous pas qu’il serait plus approprié en ce qui concerne les hommes d’aujourd’hui de parler d’hétéros-fiottes ?
    Ces jours-ci Belkacem s’est lancée dans une nouvelle campagne : « Il faut + de femmes en qualité d’expertes dans les débats télévisés nous affirme t-elle. La parité n’y est pas… » E.Badinter, encore elle, dénonçait dans fausse route il y a quinze ans la mainmise des féministes sur les médias et la toxicité que cela engendrerait dans le débat public. Nous y sommes.
    Belkacem, notre brillante ministre des droits et devoirs de la femme est maintenant ministre de l’émasculation nationale. Un hasard ?
    nommée après avoir été vaguement élue conseillère régionale. Ce ne serait pas son sourire vaseline qui lui permettrait d’enfiler d’enfiler l’hétérofiotte qui préside à nos destinées puisque, d’évidence, il ne s’agit pas d’une carrière récompensant ses succès électoraux.
    E;Badinter : Pour exemple, il y a plus de quinze ans, elle s’inquiétait de l’androgynisation à venir du genre masculin. L’hétéro-fiottisation en fait. Le bastion de l’homophobie, dans le sport, est toujours le foot. Hier, Didier Deschamps dénonçait la féminisation de l’équipe de France masculine. Ce soir c’est l’équipe de France féminine qui se bat pour l’honneur du sport et de leur pays. Honte au masculin. Bravo et merci aux filles.Pour être un homme il faut être hétéro brament ces fiottes féminisés qui n’ont plus de masculin qu’une appelation contrôlée. Par qui ?.. Une femelle ? Sarkozy et Hollande en exemples. C’est bien ça ? Ça change de leurs prédécesseurs, vous ne croyez pas ? Quelle réussite sociétale !
    Pour ce qui est de la folle à laquelle vous avez suggéré d’être attentive aux écarts de langage qui pourraient-être préjudiciables à votre blog, vous êtes certains d’avoir fait le bon choix comme censeures?
    Mais surtout, vous aviez besoin d’elle ?

    Répondre
  6. DELAFOSSE - 27 juin 2015 7 h 41 min

    Je ne sais pas qui écoute l’autre,mais en tout cas, pour les conneries certains ont l’air de bien s’entendre !
    On peut s’interdire d’écouter notre Président,mais rien qu’à le regarder,on a tout compris !

    Répondre

Exprimez vous!