La politique française en rase-mottes.

imagesCafé du commerce ? Cour de récréation ? La vie politique française poursuit sa descente aux abîmes. Faute de résoudre les vrais problèmes ou d’avoir le courage et l’intelligences de proposer des solutions, les politiciens s’envoient des pelures sur la place du marché électoral. Lorsqu’un député-maire critique une ministre, on pourrait s’attendre à un certain niveau d’analyse et de réflexion dans l’attaque argumentée et dans la défense construite. Non, le premier compare la seconde à un tract. Celle-ci stigmatise de façon outrancière l’indigence intellectuelle de son adversaire. Certes, ça ne volait pas haut. L’argument faisant de Madame Taubira un tract en faveur du FN révèle l’obsession des campagnes électorales et de la mêlée politicienne plus que le souci de l’intérêt général. Le gouvernement fait le jeu du FN ? Peut-être, mais cette idée vient naturellement chez le politicien pour qui la politique n’est effectivement qu’un jeu. On pourrait espérer d’un élu en charge de l’avenir d’une ville importante et de l’élaboration des lois de son pays, ce qui fait déjà beaucoup,  qu’il se passionne davantage pour ses projets municipaux et pour ses propositions législatives que pour l’agitation stérile des partis politiques. Au lieu de dénoncer de façon lapidaire la Ministre de la Justice, il aurait été  plus judicieux de démontrer la nocivité de sa politique pénale, systématiquement hostile à l’incarcération. L’ennui, c’est que l’UMP l’avait précédée sur le chemin. Madame Taubira veut permettre d’éviter la prison pour les condamnations de moins de cinq ans. La dernière loi pénitentiaire de l’ancienne majorité, que je n’ai pas votée pour cette raison, avait entamé le processus pour les  condamnés à deux ans. Certes, les parts d’idéologie et d’économie sur la gestion hôtelière des prisons ne sont pas les mêmes, mais les résultats en matière de sécurité vont dans le même sens : l’augmentation de l’insécurité et des violences.

La réponse de la  Garde des Sceaux est tout aussi révélatrice. Elle est caractérisée non par une prise de hauteur dans la réflexion mais par un mépris et une haine indignes des fonctions qu’elle exerce. Au moins, paraît-elle donner à la psychanalyse adlérienne, celle du complexe d’infériorité, l’occasion de se rappeler à nous. Quelle dose massive de ressentiment a-t-on dû accumuler au cours de sa vie pour manifester à ce point le désir d’abaisser les autres ? Certes, l’attaque venait d’en-bas. Mais l’ancienne indépendantiste ultra-marine (quelle curieuse rencontre !) dont le bureau se situe aujourd’hui dans la splendide « chancellerie » de la place Vendôme devrait avoir compensé, et au-delà, par ce prestigieux ministère, toutes les frustrations et injustices qu’elle pense peut-être avoir subies. Manifestement, non ! Elle a voulu prendre son contradicteur de haut, mais en allant rejoindre le distributeur de tracts sur la place du marché, pour l’insulter à l’heure où les éboueurs ramassent les « déchets », selon le mot injurieux qu’elle a employé, et qui mériterait de donner du travail à son ministère, elle est descendue manifestement plus bas que lui.

Cet incident dérisoire n’est inquiétant que sur un point. Le niveau du personnel politique français s’est effondré. La France enregistre des résultats calamiteux sur le plan économique. Sa croissance est aujourd’hui plus faible que celle de l’Espagne et elle ne doit un répit qu’au contexte qui s’est amélioré sans qu’elle y ait la moindre part : baisse de l’Euro et du pétrole, faiblesse des taux, meilleure santé économique de nos partenaires. On attendrait des responsables politiques une détermination soutenue pour redresser le pays. Non, ils préfèrent, comme le Premier Ministre et même le Président de la République en donnent malheureusement l’exemple, participer aux joutes partisanes en vue des élections départementales. Pour ceux qui ont connu les hommes politiques qui entouraient le général de Gaulle, attachés au sens de l’Etat et soucieux de mettre leurs compétences et leur dévouement à son service, non sans une discipline et une réserve dans les propos qu’on jugerait aujourd’hui excessives, le comportement des politiciens actuels leur rappelle un passage des « Mémoires de Guerre ».  » Edouard Herriot déclina mon offre de faire partie du gouvernement. Je lui demandais d’aider à la reconstruction de la France ; il me déclara qu’il se consacrerait à restaurer le parti radical »… On y est revenu !

Mot clés:

5 commentaires

  1. Bernadette Mora - 5 mars 2015 20 h 15 min

    Si le Conseil de l’Europe n’y voit pas d’inconvénient je propose que l’on donne une fessée monumentale à madame Taubira.

    Répondre
  2. Ribus - 6 mars 2015 11 h 16 min

    La réponse de Dame Taubira à ce député montre en effet que la démocratie gaullienne de la Vè République a cédé la place à une « médiocratie » totalitaire. Heureusement que le Général ne voit pas çà et s’il le voyait, on peut imagier ce qu’il en dirait.

    Ceci étant, les propos de Taubira sont à mon avis tout à fait conformes à ce qu’elle pense et à ce qu’elle est. Elle ne s’est pas menti à elle-même et a exprimé le fond de la pensée qui ne va pas très haut.

    Puisque le débat politique tourne autour des déchets et qu’ils le disent, je pense qu’il ne faut pas les contrarier. Vous avez raison, Messieurs-Dames de la politique, le champ de la politique française de ce début de siècle est effectivement un vaste dépôt d’ordures….

    Répondre
    • François Delpla - 6 mars 2015 12 h 05 min

      menti-i !

      l’oubli des règles de l’accord du participe participe de la décadence.

      Quant au fond qui devrait aller haut… allez- au fond, ce n’est qu’un haut-fond sur lequel on s’échoue.

      Comme c’est chou !

      Répondre
      • Ribus - 6 mars 2015 13 h 04 min

        J’avoue que j’ai eu un doute. Merci pour la correction de grammaire.

        Remarque :  » l’accord du participe participe… » n’est pas très heureux du point de vue du style.
        Cordialement.

        Répondre
  3. Pingback: La politique française en rase-mottes. - Les Observateurs

Exprimez vous!