Hollande : Merci, Charlie !

téléchargement (63)Le duo de l’exécutif français a opéré un redressement spectaculaire dans les sondages à l’occasion de l’attentat commis contre la rédaction de Charlie Hebdo. Le Président est considéré aujourd’hui comme un bon président par 30% des Français et Manuel Valls est approuvé par 69% des sondés qui le trouvent rassembleur, et 78% qui l’estiment à la hauteur. Un esprit grognon pourrait grommeler : « C’est un métier facile, la politique. Vous ne faîtes que des bêtises. En partie à cause d’elles, une catastrophe vous tombe dessus. Alors vous prononcez quelques discours bien sentis, et c’est dans la poche. Vous redevenez populaire. »

Pour les bêtises, elles sont bien là, même si elles sont noyées dans l’autosatisfaction et les propositions. Plus de 1200 djihadistes « français » se baladent entre notre pays et les foyers de guerre religieuse du Moyen-Orient. L’Europe entière subit le phénomène. Notre politique internationale erratique et absurde a multiplié les zones livrées à la violence islamiste. Alors que la détention et le port d’armes sont strictement réglementés pour les citoyens « lambda », des terroristes de quartier peuvent impunément se doter d’un arsenal d’armes de guerre. La Ministre de la Justice met en oeuvre une politique fondée sur une idéologie laxiste par principe hostile à la prison. Elle demande maintenant d’appliquer les mesures de libération anticipée aux récidivistes comme aux autres. Non seulement, on libère, avant même la circulaire ministérielle, un multirécidiviste comme Coulibaly avant la fin de sa peine, mais on permet en prison la formation et les contacts propices à l’embrigadement dans les réseaux terroristes. Et, quand les détenus les plus dangereux sont élargis, on perd leur trace. On suspend les écoutes. Le Premier Ministre a reconnu des failles. La lucidité, même tardive, est bienvenue, mais elle n’efface pas les fautes commises après plus de deux ans de pouvoir, plus de deux ans après Mohamed Merrah.  Ces défaillances accompagnent un discours idéologiquement confus, favorable à l’immigration, insoucieux des conditions d’assimilation nécessaires à la citoyenneté, lorsqu’il propose le vote des étrangers, par exemple, et qui a profondément divisé les Français sur les questions de société. Au-delà des mots et des idées, une politique économique désastreuse n’a pu que rendre plus difficile l’intégration des jeunes, notamment issus des quartiers sensibles. Le bilan est calamiteux.

Mais, ces gens qui, depuis leur arrivée au pouvoir avaient « tout faux », et qui succédaient à une partie de l’opposition actuelle qui était loin d’avoir « tout bon », ont trouvé les mots justes. Trois facteurs ont retourné la situation. Le premier est le peuple qui s’est dressé devant l’inacceptable. La France est toujours un pays qui sait dire « Non ». L’abaissement, l’humiliation, la soumission, ça suffit. Nous allons résister. Nous voulons que l’on combatte et qu’on abatte les terroristes. Ce peuple qui a applaudi les forces de l’Ordre,  qui a approuvé la force donnant le dernier mot à la Loi, ce n’était pas celui des révolutions, c’était le digne héritier de celui qui avait dit « non à la chienlit » fin Juin 1968. Qu’il se soit un peu fourvoyé dans un slogan qui l’identifiait  à un journal gauchiste exprimait une saine bravade. Le deuxième facteur avait sa part dans ce glissement sournois. Le microcosme médiatique gauchisant était mal à l’aise avec la nullité évidente du gouvernement de « Gôche », avec la mobilisation des conservateurs lors des défilés opposés à la dénaturation du mariage, avec la montée électorale de la droite. Et voilà que l’occasion se présentait de souligner le parcours sans faute de l’exécutif, de porter au pinacle l’esprit subversif d’un confrère-martyr, et de remettre en avant les bonnes vieilles valeurs laïques. En prime, les trois millions de manifestants faisaient oublier les autres « manifs ». Le troisième ingrédient, reconnaissons-le,  a résidé dans la justesse des discours. Le mot phare a été l’unité. Devant le danger, on se rassemble derrière le Chef, qui a joué son rôle et a décliné ce qui pouvait soutenir cette union. La fierté française a été proclamée, fondée sur la réaction du Peuple, sur le courage et l’efficacité de la police, et sur la solidarité internationale qui a rassemblé tant de responsables politiques venus du monde entier,  le 11 Janvier.  Souligner le sang-froid, la fermeté, la force face au fanatisme ne pouvait que plaire à la droite. La laïcité, la diversité reprenaient à bon escient des valeurs de gauche. Les trois victimes issues de la police offraient d’ailleurs par hasard une émouvante démonstration de ce thème.  A l’Assemblée, Manuel Valls a été applaudi parce qu’il avait aussi eu le ton juste. Il a su distinguer par exemple les mesures exceptionnelles de celles d’exception et pointer ainsi la difficulté de préserver à la fois la sécurité et la liberté. Il a encore très habilement dit que le problème n’était pas entre la France et l’Islam, mais à l’intérieur de l’Islam. C’est plus intelligent que de prétendre que ces événements n’ont rien à voir avec l’Islam, comme le fait le politiquement correct moutonnier. Il a, enfin, compensé avec beaucoup de finesse, la peur très réelle des Juifs, qui viennent une fois encore de payer la faute d’être nés, par la honte, plus symbolique et moins mortelle des Musulmans, injustement stigmatisés.

Prises au dépourvu, les oppositions ont offert un quatrième apport au pouvoir. Ni Sarkozy jouant des coudes pour être au premier rang, ni Marine Le Pen participant à distance au défilé n’ont trouvé la posture convenable. Alors que l’exécutif n’a pas encore envisagé les changements radicaux qui s’imposent dans le contrôle des frontières et l’immigration ou dans sa politique judiciaire, se contentant d’annoncer des mesures de renforcement de la surveillance, en matière de transport aérien, par exemple, les oppositions se sont livrées à une surenchère de propositions, parfois peu réalistes. Il aurait été plus clair, une fois la participation à la manifestation populaire accomplie, d’accuser clairement le pouvoir d’une récupération éhontée d’événements dont il est grandement responsable. Son revirement sur la diminution des effectifs de l’armée à un moment où nous en avons le plus grand besoin à l’intérieur comme à l’extérieur est pourtant un aveu éclatant de son imprévoyance et de son incohérence. Les mots ne peuvent longtemps cacher l’insuffisance ou la nocivité des actes. Encore faut-il une opposition plus solide sur ses convictions que sur ses ambitions pour le démontrer !

 

Mot clés:

4 commentaires

  1. DELAFOSSE - 18 janvier 2015 12 h 59 min

    Après la soi-disante « Unité Nationale »,quelqu’un a-t-il demandé la démission du gouvernement suite aux évènements ?

    Parti de 13 % ,HOLLANDE prend 10 points dans les sondages,combien faudra-t-il d’attentats en France pour qu’il atteigne au moins les 50% de cote de popularité ?

    C’est peut-être ça que l’on appelle du bon « Calcul politique » !

    Répondre
  2. Ribus - 18 janvier 2015 17 h 12 min

    Je ne suis pas admiratif de la performance d’Hollande quant à sa remontée dans les sondages. Je trouve tout d’abord ces sondages de plus en plus suspects au niveau de leur objectivité, de leur rigueur. Tout cela est très téléphoné.

    La remontée dans des sondages plus ou moins bidonnés me semble bien le seul objectif réel de cette grande kermesse médiatique sur l’unité de la Nation avec en perspective les prochaines élections départementales. En clair, tout faire pour éviter une magistrale déculottée mais si c’est ignoble.

    Après les discours il n’y aura rien de concret si ce n’est de nouvelles mesures liberticides. Les djihadistes peuvent dormir tranquilles. En revanche, les français rétifs et hostiles à ce pouvoir ont du souci à se faire.

    Hollande est un homme petit en tout et tout ce qu’il fait et pense est à cette mesure.

    Répondre
  3. DELAFOSSE - 19 janvier 2015 9 h 26 min

    Il y a certainement du vrai dans les derniers sondages.Les Français s’imaginent peut-être, qu’en taillant les oreilles d’un « Labrador »,on en fait un « Dobermann » !

    Répondre
  4. Pieri - 19 janvier 2015 13 h 29 min

    Quelques saines vérités dans l’analyse sauvent l’ensemble, mais un sentiment global de malaise se dégage! Et j’espérais mieux!
    Le combat politique et la défense des intérêts du peuple face à une caste imbue de sa personne et arrogante nécessitent du souffle et de la fureur et non pas un consensus tiédasse et baveux, pour ne pas dire mou!
    Et la vigueur du verbe dans la dénonciation des Tartuffes qui manipulent l’information réduisant le pays à une vulgaire république de type soviétique, voilà un exemple de l’unité nationale retrouvée au pays de Candy!
    Dénoncer la manipulation odieuse et malhonnête me parait plus important que de vanter les mérites de la caste des « intouchables »!

    Répondre

Exprimez vous!