Le Roi des Menteurs.

imagesLes cireurs de pompes présidentielles dans les médias célèbrent les nerfs froids d’un président qui a mis fin à cet insupportable relent monarchique qu’était la Première Dame de France. C’est tout juste s’ils ne le féliciteraient pas pour cette décision historique et républicaine. La plupart des gens de bon sens, et même des journaleux de gauche, si le locataire de l’Elysée et de la Lanterne était « de droite », verraient davantage dans ce lamentable vaudeville une goujaterie phallocrate et un manquement dramatique à la dignité d’une fonction aussi essentielle au pays et à son image. Les mauvais esprits pourraient même estimer que l’installation officielle d’une favorite tandis qu’une autre était déjà en réserve rappelaient au contraire la monarchie, côté boudoir. D’ailleurs, lorsqu’on impose le « mariage pour tous » et qu’on s’en exonère soi-même pour donner libre cours à ses élans, on va dire sentimentaux, c’est qu’on a tendance à s’octroyer quelques privilèges. Enfin, il y a quand même quelque chose de royal, si j’ose dire, dans le comportement présidentiel. C’est le roi des menteurs. Après Ségolène et les quatre enfants issus du couple, il n’a pas craint de parler de Valérie comme de la Femme de sa vie. Quelle formule élégante à l’adresse de la mère de ses enfants qui venait logiquement de le mettre à la porte ! Comme dans les jeux vidéo, il doit avoir plusieurs vies, mais il a un principe : le respect de la vie privée. C’est sans doute la raison pour laquelle la presse de cour a employé plus que jamais l’expression  » Première Dame » pour conjurer le sentiment d’illégitimité qui parcourait l’opinion publique. La surexposition d’un mot est souvent le signe de l’affaiblissement de sa signification. La plupart des épouses des prédécesseurs de M. Hollande assumaient leur situation, en se contentant d’un rôle discret souvent côté coeur, ce qui n’est pas inutile pour compenser auprès des blessés de la vie, la froideur des nerfs de celui qui dirige. Bien sûr, un célibataire peut-être élu, une femme peut-être élue, et pourquoi pas, demain, un bénéficiaire de la loi Taubira. Plus de Première Dame. Il ne s’agit donc pas d’un statut, mais d’une situation qui peut « épouser » des besoins sociaux selon des lois non-écrites.  L’essentiel n’est pas là.

Le fait important se situe dans l’aveu présidentiel. Dans les cafés du commerce, il est coutumier de dire que les politiques sont tous des menteurs. Ceux qui le disent souhaitent toutefois que ce ne soit pas absolument vrai, et que ce soit même faux pour l’élu qu’ils connaissent et auquel ils apportent leurs suffrages. Dans le cas de M. Hollande, s’applique la formule : « il ment comme il respire ». Le mensonge est chez lui structurel, et il l’a même institutionnalisé. Qu’il n’ait aucun principe est aujourd’hui une évidence. Il a d’ailleurs exactement le même comportement dans sa vie privée et dans sa vie publique : mensonge et mépris pour ceux ou celles qui lui ont fait confiance. Ce qu’il a fait à la Première Dame est assez semblable à ce qu’il a fait au Peuple français. Il a été élu contre une politique dont il niait la nécessité et pour établir plus de justice sociale au profit du plus grand nombre. Rattrapé par une crise dont il négligeait la réalité, il est contraint de faire de manière compliquée et un peu dissimulée, ce qu’il prétendait condamnable : allonger la durée de cotisation, faciliter les licenciements, baisser les charges, sans autre contrepartie que le recul de la politique familiale. Il voulait inverser la courbe du chômage. Il l’a stabilisée à grands renforts d’emplois subventionnés et de radiations. Dans la plupart des grandes démocraties du monde, la chose qu’on pardonne le moins aux gouvernants est le mensonge. Un Président américain n’y aurait pas survécu. Et c’est bien légitime, car le moteur de la démocratie est la confiance. Lincoln disait : « on peut tromper une partie du peuple tout le temps, ou tromper tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut tromper tout le peuple tout le temps ». C’est pourtant ce que tente M. Hollande, et c’est la raison pour laquelle, favorite ou pas, nous sommes bel et bien en monarchie puisque nous subissons le roi des menteurs.

Mot clés:

9 commentaires

  1. DELAFOSSE - 27 janvier 2014 11 h 17 min

    Le seul avantage du « Mandat Hollande » sera peut-être de faire prendre conscience aux Français,l’importance et le caractère irréversible d’un bulletin de vote aux « Présidentielles ». Puissent les erreurs d’hier servirent d’expérience aux jeunes générations de demain…..parce que, là aussi,malheureusement,c’est jamais gagné !
    Compte tenu de l’influence des médias d’aujourd’hui par rapport à l’époque de la création du suffrage universel,il ne serait pas inintéressant de faire marche arrière dans ce domaine…..Si le « PEUPLE » se croit toujours « SOUVERAIN’, il serait grand temps pour lui de bien réfléchir à la question !

    Répondre
  2. Cassandra - 27 janvier 2014 15 h 08 min

    Vous croyez qu’un changement de personne ou de parti va changer la grave fracture générationnelle en France et en Europe??

    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/50.000-jeunes-francais-veulent-s-exiler-au-canada/3111697091001/

    http://rue89.nouvelobs.com/2011/03/24/crise-au-portugal-nos-riverains-racontent-une-jeunesse-sacrifiee-196786

    http://rue89.nouvelobs.com/2013/03/20/les-jeunes-espagnols-sexilent-nous-ne-partons-pas-ils-nous-mettent-dehors-240704

    On dépense des millions pour des élections qui ne servent plus à grand chose pendant que la jeunesse est sacrifiée 🙁
    A-t-elle conscience cette jeunesse qu’elle n’aura pas de retraite avec ce système qui n’est plus valable? qui va vouloir travailler jusqu’à 70/75 ans avec l’allongement de la durée de vie donc de cotisations, des milliers centenaires à entretenir et des maisons de retraite ultra-coûteuses, des périodes régulières de chômage, des problèmes de logement, des soins toujours plus mal remboursés, etc…?
    Qui aura la motivation de manger du pian noir après du pain blanc?

    En gros, les meilleurs vont partir et des pays dynamiques vont les récupérer sans débourser un sou pour leur formation. Ici resteront les non-qualifiés mais aussi les nombreux bac +5 non rentables aux yeux du marché et qui seront d’autant plus frustrés, voire dangereux. Et bien sûr toute la misère du monde non qualifiée qui viendra pour notre système social.

    Dites nous que ce scénario a une chance d’avorter? et peut importe qui réussira à infléchir ces sombres mais réalistes (en l’état) prévisions.

    Répondre
  3. DELAFOSSE - 27 janvier 2014 17 h 18 min

    Comme beaucoup, je ne crois plus en rien, j’espère…..Demain sera ce que l’on voudra bien en faire !
    A nous de choisir et de soutenir les hommes et femmes politiques de bonne volonté, pour nous et l’avenir de nos enfants !
    Pensez à ceux qui, il y a 100 ans cette année ont su face à l’ennemi, relever la tête,les deux pieds dans la boue et au comble du désespoir. Notre situation n’est pas pire, soyons leurs dignes héritiers.

    Répondre
  4. Thibault Loosveld - 27 janvier 2014 21 h 09 min

    D’ailleurs, c’est si vrai qu’Hollande 1er a, lors de sa conference de presse, interprete les questions politiques relatives a ses favorites comme des violations du droit au respect de la vie privee. Pourtant, la Constitution soumet le president de la republique a la Liberte d’expression et cette derniere l’emporte sur le code civil. C’est donc que Normal 1er ne s’estime pas tenu par la Constitution… Qu’en penserait la Haute-Cour de justice ?

    Répondre
  5. DELAFOSSE - 27 janvier 2014 21 h 19 min

    Désire recevoir l’adresse mail de Mr VANNESTE pour transmission d’un document relatif au centième anniversaire de déclaration de guerre 14 18 .Cordialement

    Répondre
  6. Jean-Louis Couvreur - 28 janvier 2014 12 h 36 min

    Cher Monsieur Vanneste,

    Merci pour votre pertinente analyse.

    Les Américains nommaient plus justement l’intéressée « First girl friend » au lieu de « First lady ».

    Il est très clair qu’il s’agit avant tout d’une ambitieuse courtisane, sans doute la femme la plus détestée des Français depuis Marie-Antoinette, et qui a su profiter de fissures pré-existantes du couple Hollande-Royal pour les agrandir et prendre la place laissée vide dans le lit de Hollande. La voici maintenant à son tour victime de ce qu’elle a fait subir à sa rivale Royal, qui ne doit pas bouder son plaisir.

    Je me suis d’ailleurs interrogé sur le fait que cette personne avait gardé le nom de son deuxième mari, alors que, quand on divorce, on reprend habituellement son nom de jeune fille…

    Quant à Hollande, il donne encore plus qu’avant l’image d’un homme « à femmes » infidèle, et dont la parole n’est que du vent! Bon nombre de Français ne lui font déjà plus confiance, en dépit des médias à sa botte.

    Cordialement,

    Jean-Louis Couvreur.

    Répondre
  7. Courouve - 29 janvier 2014 22 h 12 min

    Montaigne :  » Notre intelligence se conduisant par la seule voie de la parole, celui qui la fausse trahit la société publique.  » (Essais, II, xviii).

    Répondre
  8. DELAFOSSE - 1 février 2014 20 h 31 min

    S’il n’y a pas d’exemplarité de vie publique ou privée dans la fonction Présidentielle,il était inutile de nous écarter de la monarchie ou de combattre les envahisseurs fascistes.
    S’il n’y a pas de révolte,d’action ou de réaction à tout ce qui se passe aujourd’hui,alors bientôt nous chanterons tous en cœur « Aux larmes citoyens »…

    Répondre
  9. Courouve - 28 février 2014 17 h 28 min

     » Un contrat avec Hollande ou rien, c’est pareil. Il ne tient jamais parole.  » (Jean-Luc Mélenchon)

    Répondre

Exprimez vous!