STOP à L’ARROGANCE DES NULS !

Vincent-Peillon-et-Najat-Vallaud-Belkacem_galleryphoto_paysage_stdUne règle semble s’établir : plus le gouvernement démontre son incompétence, plus il affiche son mépris pour ceux qui le contestent. Sa suffisance n’a d’égale que ses insuffisances, comme dit la sagesse populaire. Il est logique que le Porte-Parole du gouvernement figure en bonne place dans la série. Prise la main dans le sac pour avoir fait de la propagande en faveur du « mariage » homo dans un collège public, et chacun peut la voir et l’entendre sur une video, elle ose accuser Christine Boutin, qui s’en offusque à juste titre, de « manipulation grossière ». Sa justification consiste à prendre les Français pour des imbéciles. Elle était là dans le cadre de la lutte contre l’homophobie, dit-elle. Traduire : on peut faire la promotion du « mariage » unisexe dans les établissements publics parce que çà rentre dans le cadre de la lutte contre l’homophobie. On ne peut pas l’évoquer dans les établissements catholiques, parce que cela favoriserait l’homophobie, ce que n’a pas manqué de dire l’inénarrable Peillon. Ce déni infantile a le mérite d’un double dévoilement : c’est d’abord l’expression d’un refus de la démocratie et du pluralisme qu’elle exige. La gauche qui sévit en France est idéologique et intolérante. C’est ensuite la démonstration sans doute involontaire que la lutte contre l’homophobie peut être le Cheval de Troie du prosélytisme homosexuel.

Dans le duo Peillon/Vallaud-Belkacem, chacun aura reconnu un morceau d’anthologie : l’arroseur arrosé. L’impayable Peillon, qui n’a rien appris, ni rien oublié depuis Ferdinand Buisson, voulait donner une leçon de laïcité à une école catholique, qui, par définition n’y est nullement tenue et il se prend en pleine figure la démonstration de l’absence de neutralité d’un Ministre de la République dans un établissement de l’enseignement public. Il faut d’ailleurs reconnaître à notre Ministre de l’Education Nationale, un talent pour les gaffes qui confine au génie. On peut compter sur lui pour rallumer les mèches ou les pétards qui s’éteignent. C’est ainsi qu’il avait souhaité rouvrir le débat sur la légalisation du cannabis. Dans les deux cas et chez nos deux ministres, les mots sont les mêmes : il faut « avancer », « arracher » les préjugés familiaux de la tête des enfants,  la France ne doit pas être « retardataire ». Le bon sens, c’est le cas de le dire, nous enseigne pourtant que la marche arrière est bien utile pour sortir d’un sens interdit dans lequel on s’est engagé par absence de « précaution ». Les propagateurs de la pédophilie libérée des années 70 en sont le vivant témoignage, eux, qui parlent beaucoup, mais refusent qu’on en reparle. Le bon sens familial aura tendance à dire aux Ministres : mêlez-vous de vos affaires et les vaches seront bien gardées. Quant à la France, depuis le temps que la droite et surtout la gauche lui font descendre les marches, elle aurait bien envie d’en remonter quelques-unes.

En pointe de cette vague, il y avait Duflot, cette géographe spécialiste de l’environnement qui situait le Japon et son terrible Tsunami dans l’hémisphère austral. Elle avait, elle aussi, plaidé pour la légalisation du cannabis pour des raisons écologiques mystérieuses et participé à la cathophobie gouvernementale en dénonçant l’égoïsme foncier de l’Eglise, pourtant engagée au premier chef dans l’aide aux sans-logis. Le Président de la République  avait d’ailleurs, sans doute par souci de cohérence dogmatique, fait retirer le portrait de l’Abbé Pierre de la tribune sur laquelle il intervenait lors d’une visite à Emmaüs. Le locataire de Matignon, lui qu’on accuse à tort de ne pas savoir diriger son gouvernement, a pourtant su  donner le sens de la marche. Il n’y a personne qui sache, comme lui, se prendre les pieds dans le tapis avec autant d’assurance et de constance. « Minable » avait-il dit de Depardieu à propos du départ de celui-ci pour la Belgique, le pays de Waterloo. Il n’a pas pensé un seul instant que Depardieu était un artiste mondialement connu, et qu’on le veuille ou non, associé à l’image de la France. Il a donc réussi ce coup de la gaffe à trois bandes : d’abord, dire au monde entier que notre matraquage fiscal en constante évolution était un piège qu’il fallait à tout prix éviter, ensuite dire aux russes soucieux de démocratie que leur système pouvait être jugé préférable au nôtre, enfin susciter chez Gégé ce rôle grandiose du Bouffon, au sens le plus noble du terme, c’est-à-dire de celui qui peut dire au roi qu’il est grotesque quand il l’est. Son exil au pays de la Bérézina est une provocation jubilatoire qui devrait aider le pouvoir à être lucide : il n’est pas à la hauteur de sa prétention.

 

9 commentaires

  1. HR - 7 janvier 2013 16 h 39 min

    L’arrogance des nuls, c’est l’expression exacte que je cherchais !

    Illustration chez Ruquier, dans le dernier « On n’est pas couché » : tout le monde se fout de la gueule de Boutin, qui s’est juste contentée de donner la définition du mariage, telle qu’on la trouve dans n’importe quel dictionnaire.

    Et Ruquier et sa bande (y compris la très décevante Natacha Polony, qui a dû pourtant déjà consulter au moins une fois dans sa vie un dictionnaire, contrairement aux autres) de se gausser et de se regausser.

    C’est vraiment les analphabètes qui se foutent de la gueule de l’académie française…

    L’arrogance des archinuls !!

    Répondre
  2. NatBou - 7 janvier 2013 18 h 12 min

    Marre de la France rance et réac! en un mot …PATRIARCALE! et mâtinée de version patriarcale de la religion (vivement Vatican III!).

    Cette gauche et surtout madame Vallaud-Belkacem, qui s’inspire de la très évoluée Suède (jouets non sexistes notamment), ont raison : égale dignité pour tous, pas de famille supérieure aux autres.
    Les couples homos qui souhaitent des enfants sont aux antipodes des couples hétéros dysfonctionnants et trop nombreux, vous savez les millions de familles Groseilles (les Whitetrash aux USA) immatures et profiteuses des aides sociales :(

    Tiens une petite victoire sur cette société encore trop sexiste, vive les gender studies :

    http://www.terrafemina.com/vie-privee/famille/articles/20680-noel-sans-sexisme-merci-vertbaudet-.html

    Mais avec cela si je suis publiée :)

    Réjouissant aussi de voir que parmi les anti-égalité mariage pour tous, il y a de profondes dissonnances chez les catholiques eux-mêmes : Frigide Barjot qui vire Civitas et autres intégristes et des moines cisterciens qui se prononcent pour (https://twitter.com/CecileDuflot/status/286155755516747777).

    Répondre
  3. BOUYSSIERE - 8 janvier 2013 2 h 23 min

    Bravo M. VANNESTE, et merci.
    Meilleurs voeux !

    Gabriel BOUYSSIERE

    Répondre
  4. Jean - 8 janvier 2013 12 h 36 min

    C’est parce que les archinuls ont le micro que des hommes comme Christian Vanneste passent pour des idiots auprès des crétins. Certains estiment que c’est un plaisir de fin gourmet, je pense que c’est surtout un motif pour se taper la tête contre le mur quand on aime son pays, le bon sens, etc. Merci à ceux qui continuent inlassablement à se battre face à la c…erie ambiante !

    Répondre
  5. MACREZ Daniel - 8 janvier 2013 16 h 18 min

    Se prétendant être sages ils sont devenu FOU .
    L’orgueil précède la ruine

    Répondre
  6. André Derviche - 8 janvier 2013 17 h 04 min

    Merci, monsieur Vaneste, de vos chroniques aux vertus calorifères. Elles mettent un peu d’intelligence dans un certain nombre de débats qu’ont déserté depuis longtemps ceux qui vous comptèrent jadis dans leurs rangs. Vous en voici donc débarrassés ! Pour notre bonheur, et pour le salut de votre âme. Honorons donc votre liberté retrouvée. Est-ce la vérité qui rend libre, ou la liberté qui permet d’accéder à la vérité ? C’est en tout cas, cher monsieur, un plaisir et un grand réconfort de vous lire. Certes le survol des gens de petite taille n’est pas un exploit aéronautique, mais en ces temps où la vox mediati s’efforce de faire passer Monsieur Jourdain pour un grand exégète, il n’est pas mauvais de rappeler que Monsieur Diafoirus n’est pas, non plus, un praticien très recommandable. Vous le faites admirablement. Merci. Bravo.

    Répondre
  7. Courouve - 8 janvier 2013 19 h 21 min

    « Homophobie », comme « islamophobie », comme jadis « anticommunisme », sont des termes visant à l’intimidation, des armes de langage contre le débat républicain.

    Répondre
  8. LEPEU olivier - 8 janvier 2013 23 h 21 min

    L’arrogance des nuls, c’est exactement l’expression qu’il me fallait!

    De plus les Nuls « arrogants », dans notre société dite Nouvelle, sont largement en tête de la classification des nuls, les derniers du classement sont les nuls honteux, pour qui j’ai le plus grand respect, et qui eux sont quand même perfectibles, mais ils sont en voie d’extinction.

    Mais c’est fou quand même, plus on est nul dans cette société, plus on est arrogant, et bien souvent les pires sont ceux qui gagnent beaucoup d’argent, sans l’avoir d’ailleurs totalement mérité, il ne faut pas avoir peur de leur dire même si cela les irritent!

    Répondre
  9. think a minute - 9 janvier 2013 11 h 36 min

    @HR

    malheureusement le Larousse Maxi débutants 7/10 ans (1997) n’a pas une telle définition, ne définit que le terme « homosexuel » (« hétérosexuel » n’y a apparaît même pas!). Larousse n’a jamais répondu à ma demande d’explication

    vérifiez vous même

    Répondre

Exprimez vous!