PPL socialiste sur le mariage homosexuel

Jeudi 9 juin, l’Assemblée nationale a examiné une proposition de loi visant à instituer le « mariage » entre personnes de même sexe. Membre de la Commission des lois, j’ai eu l’occasion de m’exprimer sur cette idée…

M. Christian Vanneste. L’institution matrimoniale est au cœur de l’anthropologie. Le mariage, qui peut prendre différentes formes, a toujours pour but de permettre à des groupes de s’allier pour créer des filiations, ce qui suppose deux partenaires de sexes différents. À l’opposé de cette logique, le texte vise à créer une situation juridique propre à notre société, en créant une protection et des droits permettant de rapprocher deux personnes du même sexe qui éprouvent des sentiments l’une pour l’autre. Cela ne concerne en rien la société, qui doit seulement se préoccuper de son avenir, de sa permanence et de ses structures.

Longtemps, comme l’a montré Luc Ferry, on n’a pas fait appel au sentiment pour conclure les mariages. C’est récemment que celui-ci a été installé au cœur de la relation matrimoniale, le seul point qui intéresse la société étant la rencontre de deux sexes et la perpétuation des générations.

Nos collègues de l’opposition et nous-mêmes sommes dans deux logiques différentes. Il n’y a pas lieu de débattre plus avant ni de nous affronter.

M. Alain Vidalies. Il y a des mariages stériles !

M. Christian Vanneste. Pas dans l’intention !

Mot clés:

49 commentaires

  1. Thibault Loosveld - 10 juin 2011 19 h 50 min

    Déjà, en décembre 2001, la gauche avait une logique hostile à la transmission de la Vie en reconnaissant à un enfant adultérin le droit d’obtenir une indemnité financière sous la forme d’une part successorale. Mais comme ce droit n’existe pas du vivant du parent, c’est donc que Françoise Dekeuwer-Defossez et les juristes ayant élaboré cette réforme considéraient qu’un accouchement est une faute !

    Répondre
  2. seb - 10 juin 2011 23 h 43 min

    Bon, alors quelques observations :

    Je suis d’accord avec vous, M. VANNESTE sur deux points :

    -le mariage n’a pas été créé dans un but sentimental – permettre d’unir deux amoureux – mais pour des buts très terre à terre qu’on pourrait résumer en deux mots : faire alliance.

    **Alliance politique pour favoriser la paix, conquérir des territoires, légitimer des revendications.

    Qu’on songe à nos 40 rois qui ont fait la France ! Louis XIV n’a t il pas renoncé à son grand amour pour épouser l’Espagne (et faire la paix) plus que l’Infante ?

    Et si Napoléon voulait un « ventre » pour créer une dynastie, il voulait surtout entrer dans le « G8 » de l’époque ! En épousant, il se procurait moins une épouse, qu’une légitimité ! Napoléon ne disait il pas que Marie Louise avait fait de lui le neveu de Louis XVI ?

    **Alliance commerciale pour favoriser les profits, prendre du galon, monter dans la Societé.

    On peut songer au mariage de Henri IV avec la « grosse banquière » et nièce du Pape ! Ou à celui d’Henri II avec Catherine de Médicis ! Mais aussi…A bien y regarder, à celui d’un certain M. SARKOZY avec une héritière ! « Bel Ami » existe toujours.

    **Alliance défensive ou religieuse

    Henri IV et Margot, Henri VIII et Anne de Clèves, Anne de Bretagne et Louis XII

    -le mariage est une protection de la Société et sert de cadre à cette dernière. Son but est de « coller » à la Société et à ses moeurs. Le « mariage » s’entend ainsi très différemment, si l’on prend la Rome Antique, où la femme de l’Empereur pouvait être battue, mais se débaucher sans vrai souci ! Avec le sens que lui donna l’Eglise, qui cherchait par ce biais à mettre un peu d’ordre dans ladite Société, les monarques ayant bien voulu accepter le christianisme…Mais pas nécessairement le monothéisme qui allait avec !

    D’accord avec vous, donc, sur ces deux points. En revanche, je suis désolé, mais la « perpétuation des générations » comme vous dites, n’est pas – si vous me permettez l’expression – l’élément numéro 1 de la raison d’être du mariage !

    Si l’on prend l’ex d’Henri VIII d’Angleterre, ses premiers mariages avaient – effectivement – vocation à permettre « l’éclosion » d’un héritier pour la Couronne.

    Personne publique, représentant (par ailleurs) de Dieu sur Terre, le monarque avait pour devoir premier, de féconder son épouse.

    Mais une fois la chose faite, il avait pourtant obligation de se remarier, pour entretenir ses alliances. Ainsi, ce n’est pas pour « perpétuer » les générations, que Henri VIII épousa six femmes, mais parce que la quatrième lui était nécessaire pour se protéger de voisins catholiques, la cinquième pour lui restaurer sa jeunesse, et la dernière lui servir d’infirmière !

    De la même façon, François 1er dû épouser Eléonore d’Autriche, non pour les enfants – François en avait déjà deux – mais pour conclure la paix avec le frère de la donzelle ! Que Charles Quint ait eu quelques envies de voir sa « chair » (par le biais de sa soeur) monter sur le trône de France c’est certain. Mais l’on sait – le déduit n’était pas chose privée – que jamais le roi ne toucha à celle qu’il voyait comme l’envoyée de son pire ennemi !

    Le mariage a même servi à éviter toute reproduction ! Ainsi, le machiavélique Louis XI maria t il sa fille – Jeanne de France – qu’il savait inapte à ce genre de « sport » avec le futur Louis XII pour empêcher la branche « Orléans » de se perpétuer !

    Et si l’on appris des « matières de fille » au frère de Louis XIV, ce n’était sans doute pas pour que « Monsieur » honore fréquemment son Anglaise ! Si bien que la pauvre en était réduite à exiger des caresses de son royal beau frère ! (Et d’amants plus vigoureux par la suite)

    Si l’on prend les livres de Jane Austen, on comprend aisément que les bébés n’étaient pas – non plus – la thématique principale des mariages ! Les mères essayaient surtout de caser leurs filles avec un militaire – à cause de la pension – un rentier (dix milles livres de rentes !) ou (en descendant l’échelle sociale) avec un « Monsieur » au sens de fonctionnaire de l’Etat (pour le prestige), le « must » étant bien sur d’avoir pour « mari » un préfet, un enseignant, ou un parlementaire (sénateur de préférence) bien plus « permanent » alors que les Ministres !

    Il suffit sinon de lire Zola – au bonheur des dames est un must en la matière – ou Maupassant pour comprendre que le mariage servait à faire progresser une carrière, établir des réseaux, favoriser un statut ou hériter…Avant même que la question des enfants se posent. Si le « devoir » charnel n’était point oublié, on rappelait tout de même à ses rejetons – et cela plus le statut social augmentait -qu’un enfant ou deux suffirait bien !

    Cela d’autant plus certainement que les couples du 19/20 siècle n’avaient pas le même problème que leurs prédecesseurs, confrontés à une mortalité infantile terrible. Laquelle explique – en partie – que le très pieux Louis IX de France eut pas moins de 12 enfants avec la (courageuse) Marguerite de Provence, même si (et cela de notoriété publique) notre futur Saint national, ne se forçait pas beaucoup pour honorer son épouse ! (Au grand désespoir de son frère, qui devait sincèrement avoir pensé que son frère lui préferait les cierges des eglises !)

    L’argument de la filiation, oui…Mais de manière secondaire. Au reste, M. VANNESTE, si la Société et ceux qui la représentent – à savoir vous les parlementaires – désiraient vraiment pourvoir au renouvellement générationnel, des moyens autres existent…Et sont (si l’on en croit le succès jusqu’à présent) très faciles à organiser (du moins tant que EDF reste dans le giron de l’Etat) : la bonne vieille coupure d’électricité !

    C’est malheureux à dire, M. VANNESTE, mais pour augmenter le nombre de bébés, il faut…Couper l’électricité (et par là même la télé) Avez vous idée du nombre « d’envie » coupé par un match de foot ? Un film romantique à la télé ?

    Pour en revenir à mon propos, je ne suis pas favorable au « mariage » homosexuel. Non pas parce que je serais homophobe ou quoi que ce soit…Mais parce que cela jeterait le discrédit sur une Institution.

    En effet, le mariage est une fin à lui tout seul : on se marie pour faire alliance, pour obtenir quelque chose de matériel (une rente, une maison, un bien) ou d’immatériel (une situation, un statut, une place, un réseau), ou encore (désormais) pour concrétiser une union (en un sens, on se fait une profession de foi à l’autre : « je m’engage à », c’est une démarche très politique et personnelle) par un élément intangible : l’amour.

    Or, ici, le mariage « homo » aurait une vocation toute autre : être un moyen et non une fin. Un moyen pour déclarer inégale en droit l’union des personnes de même sexe et celle de sexe opposé. Et recourir ainsi à la DDHC, en faisant remarquer que les couples hétéros mariés…Peuvent adopter, quand seuls les célibataires homos ou hétéros peuvent le faire. La condition fixée par la CEDH c’est celle ci ! Le mariage reste un passeport pour l’adoption pour les couples, quand le PACS ne le permet pas.

    La vraie question qui se pose ici c’est : est ce que le Législateur veut faire du mariage un passeport pour le droit A l’enfant ? Parce que dès que cette loi sera votée, les recours devant la CEDH ne manqueront pas. Et je trouve que faire de l’enfant une marchandise, l’objet du contrat de mariage en somme, est très malsain.

    Attention, aussi, M. VANNESTE, à ne pas vous faire instrumentaliser. Les propos que vous tenez pourraient servir à certains « extrêmistes » à juger légitime de réclamer aux futures mariées un examen corporel pour vérifier leur « état », pratique barbare contre laquelle les reines de France luttèrent avec acharnement (et raison) et que certains cherchent à remettre en service. Ne leur donner pas, indirectement, caution !

    Le mariage est un contrat à la base. Une profession de foi entre deux adultes. (Ou presque pour les jeunes filles) Il ne devrait pas être autre chose.

    Pour ma part, j’ai pris pour femme mon Hélène parce que je l’aimais. Si je pensais – effectivement – à ma progéniture future, je n’y songeais pas comme une conditionnalité au mariage ! J’étais beaucoup plus obsédé par la nuit de noces – et les suivantes – qu’autre chose ! Et au matin, j’ai surtout regarder le sourire de mon épouse que vérifier que sa période d’ovulation était en route !

    Répondre
  3. Dorian - 11 juin 2011 8 h 05 min

    ha bon cela ne concerne pas l’état ! Le voile islamique concerne l’état lui ? Si je suis votre logique bah non et pourtant …

    Répondre
  4. seb - 11 juin 2011 11 h 40 min

    Bon, je reviens un peu sur la proposition du PS :

    Pour commencer, cela devient énervant que les parlementaires débattent de choses n’ayant rien à voir avec la loi, au sens qu’en donne la DDHC : NE lutter QUE contre les ACTES NUISIBLES à la SOCIETE.

    Des actes nuisibles à la Société, il y en a beaucoup et fort étrangement, le Parlement ne s’en préoccupe guère ! Par contre, venir dans la chambre à coucher des Français, envahir leur vie privée, çà le Législateur adore. C’est bien dommage, car lorsqu’une Assemblée se met à discuter des choses secondaires, de la sphère privée avant la publique, c’est souvent signe de décadence.

    Mais revenons au sujet. Ainsi, il serait question d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe ? Manque de pot, le mariage n’est pas réservé aux couples de sexe opposé ! Tout le monde a le droit de se marier en France. Mais pour le faire…Il faut avoir, si je puis dire, un passeport.

    De la même façon, tout le monde peut se présenter pour travailler dans la FP, mais pour le faire il faut réussir le concours. Idem pour ce qui est de la conduite : personne n’empêche les citoyens de se véhiculer, il faut seulement pour ce faire disposer d’un véhicule, immatriculé, répondant aux normes exigées, assuré, et le plus important sans doute : avoir le permis !

    Et bien le mariage, c’est la même chose. Devant cette Institution – qui continue bien plus de régir notre Société que nous le croyons (comme le christianisme : si cultuellement il perd du poids, culturellement il est en plein boom : qu’on songe seulement au retour de la morale christique!) – les citoyens sont égaux !

    Après, c’est le Législateur qui encadre la Liberté de s’unir ! Ainsi, on ne peut pas se marier entre consanguins – je crois même me souvenir qu’entre cousins très proches il faut une dispense du Pape – ni avec ses ascendants (père/fille ; mère/fils) ou descendants (grands parents/petits enfants). On ne peut non plus épouser un non humain – ne riez pas, une Américaine voulait épouser son chat ! – ou un mort (faute de consentement réciproque). Il faut par ailleurs être majeur – sauf dispense pour les jeunes filles – avoir toutes ses facultés (pour faire un choix volontaire, non sous l’emprise d’une drogue), être libre maritalement (d’où la fameuse question : si quelqu’un veut s’opposer à cette union, qu’il se lève ou se taise à jamais) et en conscience (la contrainte du mariage annule l’union)

    Le Législateur ne se limite pas à ces éléments, il rajoute des conditions supplémentaires pour se marier, encadrant ainsi la Liberté de s’unir. Le fait de choisir un compagnon de sexe opposé. Le fait de s’unir pour de bonnes raisons : acquérir par mariage blanc la nationalité française n’est pas une raison viable. Le fait de s’unir devant des personnes agrées : et oui, impossible de se marier devant un Dolmen ! Et en présence de témoins : sinon le mariage est caduc ! Sans parler de faire la publicité de ladite union : via les bancs.

    On ne peut donc soulever la question de l’égalité en droit…Puisque le CC a renvoyé l’accusation en utilisant des termes différents mais qui soulignent que s’unir est bien une Liberté mais que l’encadrement de cette dernière relevant des choix législatifs, il revient au Législateur d’assouplir, renforcer, ou laisser en état, son travail !

    Un droit nouveau ? Nous dit vouloir le PS. Mais c’est travestir la définition même du droit. Car qu’est ce qu’un droit fondamental ? Sinon l’expression de la loi, laquelle doit être la même pour tous, qu’elle protège ou qu’elle punisse ?

    Donner un « droit supplémentaire »…En droit cela s’appelle…Un privilège, en d’autre terme un droit privé. Qui ne vaut guère mieux que la « loi » pour le préfet je ne sais plus quoi, votée tantôt !

    Si le Législateur entend revoir le code civil, pourquoi pas…Mais que M. BLOCH nous trouve autre chose comme argument que l’égalité en droit. La CEDH comme le CC ont tous les deux fort bien démontrés l’inexistence d’une inégalité en droits en ce qui concerne la Liberté de s’unir !

    Lier, par ailleurs, la question du mariage homosexuel au PACS n’est pas, non plus, très perpicace. Le PACS résulte d’une réelle inégalité en droit : l’impossibilité pour des couples de même sexe de s’unir civilement. Depuis 99, la CEDH ne condamne plus la France, jugeant que le PACS remplie très bien l’oeuvre que le Législateur lui a donné. Au reste, on notera que le PS se félicite du succès du PACS…Tout en laissant penser à son échec (en terme d’égalité en droit) : un peu de cohérence serait bienvenue !

    Le dernier argument est plutôt comique : le PS – qui se fait le chantre de l’exception française à longueur de temps – nous explique qu’il ne faudrait pas d’exception française au sein de l’Union Européenne. Pourtant, n’est ce pas le PS qui défend les 35 h et nous affirme que nous avons raison d’avoir un impôt pour les riches (ISF) ? Deux exceptions françaises plutôt bien acceptées, et populaires, non ?

    Alors, personnellement, je ne vois pas pourquoi il ne faudrait pas que chaque pays ait son propre fonctionnement. A ce que je sache, la laicité n’est pas un concept très répandu – la liberté de conscience oui, mais la laicité ? – dans l’union européenne, et l’on s’en porte très bien ! Idem pour le quotient familial (la politique familiale en général) qui nous permet (avec l’Irlande) d’être le pays qui fait le plus de bébés (au sein de l’UE!) !

    La France est un pays d’exception à tous les niveaux. Faut il croire qu’il y en a des acceptables et des non acceptables ? Parce que, franchement, si j’interroge les élus du PS sur la communauté de communes ou la décentralisation, il ne me semble pas connaître beaucoup de pays membres de l’UE, ayant une structure administrative aussi complexe ! Idem pour le cumul des mandats – ou nous faisons figure d’exception – sans parler d’une chose très française, inexistante chez nos voisins européens : notre langue ! Au nom de l’uniformisation (ou de la fatalité) faudrait il la troquer contre un globlish standardisé ?

    Sont ils réacs ceux qui sont « à la traîne » ? Pas nécessairement.

    On nous expliquait (jadis) qu’il fallait intégrer. Le modèle était américain et anglais. Et puis, il y a eu les attentats de Londres. Et tous ceux qui se moquaient de l’assimilation à la française – 1000 siècles de réussite ! – ont commencé à en dire le plus grand bien ! Il y a peu, tout le monde nous parlait d’imiter les fantastiques Américains et Anglais (une fois de plus) en matière de finances et de commerce. Et puis, il y a eu la crise de 2008 qui a révélé que la France s’en sortait beaucoup mieux…Entre autres parce que depuis l’échec du référendum sur le TCE en 2005, J.CHIRAC n’appliquait plus la Stratégie de Lisbonne (qui s’inspirait des « modèles ») alors que l’Irlande l’imposait à son peuple. Qui s’en sort aujourd’hui ? La France…Non ?

    En matière sociétale, le Législateur aime souvent faire plaisir…Mais ne songe pas (le moins du monde) aux conséquences de ses actes. C’est vrai pour le reste aussi.

    On nous parle de discrimination. Où y a t il discrimination ? La CEDH s’est déjà prononcée sur le sujet et a réfuté l’argument de la discrimination ! Encadrement et discrimination n’ont rien à voir. Si je vous empêchais les gens de se marier, il y aurait, effectivement, discrimination. Mais la loi française n’empêche nullement la chose…Elle encadre seulement la Liberté octroyée ! Nuance !

    L’argument de la procréation inscrite au contrat du mariage ne vaut pas…Mais ce n’est pas une raison pour avancer de faux arguments en retour ! Surtout si l’on manque – dans le même temps – d’anticipation.

    Un ex : l’inceste est aujourd’hui interdit. Plus moralement d’ailleurs que juridiquement, mais au plan sociétaire, il n’est pas permis d’épouser un membre de sa famille, surtout proche.

    Pourtant, rien ne permet d’affirmer, scientifiquement parlant, qu’une relation entre, par ex, un frère et une soeur, favorisera l’enfantement de monstres ou enfants déformés. On pourrait même dire – avec quelque prudence – que le fait même de pouvoir donner la vie, en ayant une telle relation, tendrait à reconnaître la légalité de l’inceste.

    Les partisans de l’inceste pourrait donc très bien partir de l’argumentation tenu par le PS – concept éculé, interdit qui ne repose sur aucune base d’intérêt général – et l’utiliser !

    **Puisque l’on part du principe que la Société est plus éclairée sur la non nocivité des unions de couples de même sexe…Alors il faut supprimer la conditionnalité du code civil afférent à l’union de personnes de sexe opposé.

    **Puisque la condamnation de l’inceste repose sur la mythologie grecque et les travaux de Freud – complexe d’oedipe – mais aussi sur la morale dite éculée du christianisme (c’est l’Eglise qui a inventé les conditions du mariage, notamment pour se différencier de l’Empire romain décadent (Claude n’a t il pas épousé sa nièce ?) et d’un Empire égyptien honni (Pharaon épousait ses filles)) qui a forgé l’idée reçue que l’inceste faisait naître des monstres ou créait des tares…Ne faudrait il pas moderniser pareillement le code civil en supprimant la référence à l’inceste ?

    Le Législateur devrait réfléchir à la portée de ses actes. En soi, le mariage homosexuel a peut être du bon – mais la Société en tire t elle profit, elle ? – mais peut générer des revendications qui sur le plan juridique se tiendront. Pour vous dire mon sentiment, je ne suis pas certain que défaire ce que l’Eglise a su imposer – sans trop de pression – pendant des siècles, soit vraiment une bonne idée ! De la souplesse, pourquoi pas…Mais un peu de sagesse, serait bienvenue !

    Même chose : le Législateur songe t il – un peu – aux enfants ? Qu’on veuille faire le bonheur des parents est une chose, mais…Et les enfants là dedans ? J’ai un peu le sentiment qu’ils deviennent marchandisent dans l’affaire.

    Ce qui me gène, dans la reconnaissance du mariage homosexuel, c’est qu’il n’est pas une fin en soi, mais un moyen pour obtenir le droit d’adopter en couple. Je ne pense pas que l’on devrait militer pour se marier, et le faire pour ce genre de raison. C’est, pour moi, du même ordre que ceux qui s’épousent pour avoir des papiers.

    Je suis d’accord, par contre, pour une évolution de la cérémonie du PACS. J’ai eu l’occasion d’assister – si je puis utiliser un tel terme – à un PACS. Et bien c’est peu de dire que cela manque cruellement de solennité ! Le couple est introduit dans un bureau, lecture du contrat, et basta ! (Avant c’était pire : au guichet !) Pourquoi ne pas codifier le PACS comme on a su le faire pour le mariage ou…Le sacre à Reims ?

    A mon sens, beaucoup de couples homos qui réclament le mariage, le font à cause de ce manque cruel de solennité. Je pense que plutôt que songer le mariage, il faudrait inventer, codifier le PACS. Pour lui donner un caractère solennel. Après tout, le succès du mariage vient de sa solennité ! (Fleurs, bonbons, amis, personne publique, etc.)

    Peut être cela serait il dans les cordes de la majorité ? Et sans doute plus acceptable, pour la Société !

    L’UMP pourrait, pour ce faire, s’inspirer des fiançailles, qui diffèrent du mariage, mais ont un caractère très solennel. Faire du PACS des fiançailles actualisés.

    Le PACS ne serait donc plus un papier pour obtenir des allégements fiscaux, mais bien un document attestant que le couple s’engage. Un engagement qui passe par la réunion des familles, pour les présenter, aux amis pour les faire découvrir à son pacse.

    Cela peut aussi passer par des rituels. Par ex, chaque futur pacse pourrait se rendre à la mairie avec sur la tête une catherinette (chapeau des célibataires « endurcis ») ou un nicolas (chapeau pour les hommes célibataires) qu’ils devraient remettre au maire, lequel en contrepartie leur offrirait cinq amandes chaque. (Symboliquement, l’amande représente l’union parfaite, et le cinq est le chiffre fétiche de la France)

    On peut même favoriser le « vice » en créant une soirée catherinette ou soirée des nicolas, où les futurs pacsés se verront promener dans la ville par leurs amis avant le grand jour…Avec le fameux chapeau sur la tête cela va de soi !

    On peut même imaginer que les amis confectionneront ledit chapeau à porter pour la cérémonie.

    Concernant la cérémonie proprement dite, pourquoi ne pas codifier un peu les choses ? Le maire pourrait par ex demander à chaque « promis » de s’engager oralement ou lire simplement le document, en présence des témoins et de la famille. Lesquels témoins pourraient porter du vert – pour l’espérance – et du blanc – pour l’idée de création de l’union – et s’échanger des rubans pour sceller l’union des pacses.

    Personnellement – il est vrai que c’était pour mon mariage – j’avais adoré voir les témoins échanger les rubans : c’était vraiment charmant…Si bien que j’ai failli embrasser mon épouse un peu trop vite !

    Après, le maire pourrait procéder à la signature du contrat et bien sur féliciter les jeunes pacses ! (ce qui ne se fait pas actuellement, la « cérémonie » étant aussi froide qu’un contrôle fiscal !)

    Je termine avec une toute petite question – oui, çà me barbe de chercher – est ce que la « consommation » du PACS (pour les couples se disant amoureux) est nécessaire pour légitimer l’union ? Parce que c’est obligatoire pour le mariage. (Même si pour ma part, je n’ai eu aucun mal à obéir au Législateur, je me suis même plutôt donné du mal !!! Dommage que les exigences des parlementaires ne soient pas toutes du même calibre !)

    Répondre
  5. Thibault Loosveld - 11 juin 2011 18 h 21 min

    Lors du débat présidentiel de 2012, le candidat de gauche osera-t’il commencer son intervention par une accusation implicte de viol comme le fit Ségolène Royal en 2007 ?

    http://fncaledonie.over-blog.fr/article-pedophilie-d-un-ministre-fran-ais-au-maroc-jospin-et-vaillant-etait-prevenu-mais-76388621.html

    http://www.mamounia.com/fr/index.php

    Répondre
  6. babeil - 11 juin 2011 18 h 55 min

    Il ne suffit pas de l’écrire sur un blog. Encore faut il être présent à l’assemblée nationale pour le dire haut et fort. L’absence d’une majorité de députés et en particulier UMP ce jeudi 9 Juin à l’assemblée nationale lors du débat sur le mariage d’un couple de même sexe est inquiétante.
    J’espère, Monsieur Vanneste, que vos collègues UMP n’ont pas l’intention de déserter le jour du vote comme l’ont fait les socialistes en 98 lors du vote sur le pacs. S’il s’agit de ne pas assumer vos responsabilités en laissant les députés de gauche décider de l’avenir du mariage, je vous promets que les électeurs de droite vous le feront payer très cher.

    Répondre
  7. CoolMan - 12 juin 2011 19 h 32 min

    Bien sûr que si dans l’intention! des couples hétéros sont stériles « mentalement » car ils sont soit hédonistes, soit carrément égoïstes et veulent les avantages matériels du mariage sans les inconvénients d’une vie avec enfants (jouissent sans entraves).

    Répondre
  8. Titus - 13 juin 2011 19 h 54 min

    J’ai du mal à croire que vous ayez été prof de philo un jour au vu de votre vision étriquée sur ce sujet, Je ne pense pas que la philosophie suppose la haine. Par ailleurs, je doute que mélanger vos croyances religieuses avec la politique soit une bonne chose.

    Répondre
  9. Thibault Loosveld - 13 juin 2011 21 h 17 min

    Quel journaliste prend la parole en premier pour aider la gauche dans cette tartufferie qu’est le le mariage homosexuel ? La réponse est simple: il s’agit de David Pujadas qui a rediffusé, ce soir, l’émission faite avec une artiste qu’il présente comme étant gaga !

    Répondre
  10. CoolMan - 14 juin 2011 10 h 37 min

    D’ailleurs que préconisez-vous M. Vanneste pour les usurpateurs qui ont osé se marier seulement pour les avantages matériels??? désolé mais ceux qui n’ont pas d’enfants et n’ont jamais chercher à adopter en entreprenant des démarches, ceux là sont dans l’illégalité de vos critères de procréation! et alors les couples de même sexe qui procréent (les trains des « bébés » Thalys passent chez vous) doivent être régularisés non? ou j’ai manqué un épisode de logique?
    En tous cas félicitations au député UMP humaniste Franck Riester, égalité civique pour tous!

    Répondre
  11. Thibault Loosveld - 14 juin 2011 19 h 52 min

    Le notariat est-il une guilde progressiste ? On peut se poser la question sans exagérer, en regardant la liste des abstentions.
    http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo0773.asp

    Répondre
  12. Thibault Loosveld - 14 juin 2011 20 h 32 min

    Et, le sévice public audiovisuel vient de diffuser un reportage crétin tendant à expliquer que Facebook influence ses utilisateurs dans le choix de leur comportement sexuel !
    Heureusement, il existe encore -ailleurs sur la Planète- des média francophones intelligents http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo0773.asp .

    Répondre
  13. Thibault Loosveld - 14 juin 2011 20 h 39 min

    Car, disons-le: les Français sont mieux informés en regardant la télévision congolaise http://www.dailymotion.com/Congo-SiteOfficiel#videoId=xhtjt4 qu’en subissant les reportages de France Télévisions !

    Répondre
  14. Tanguidé Sablon Anaïs - 14 juin 2011 21 h 31 min

    Je suis absolument outrée par votre déclaration publique au sujet du rejet de la loi en faveur du mariage pour les homosexuels.
    Vous êtes d’une démagogie et d’une intolérance aberrante.
    J’ai honte d’avoir à la tête de mon pays des parlementaires de votre ignorance.
    Vous ne savez pas à quel point pour nous, la jeune génération, il est évident que les homosexuels ont un droit inaliénable au mariage et méritent le respect dû à chaque être humain.
    En tout cas croyez bien que cette loi verra le jour de toute façon quand des personnes de votre âge auront laissé la place à la jeune génération ou du moins à des personnes intelligentes.

    Cordialement.

    Répondre
  15. Thibault Loosveld - 15 juin 2011 7 h 50 min

    @ Tanguidé: Vous parlez de la génération Mitterrand ou des jeunes Chiraquiens ? Parce que, dans les deux cas, il s’agit d’une génération dévoyée.

    Répondre
  16. CoolMan - 15 juin 2011 14 h 10 min

    C’est un combat d’arrière garde mené avec d’autant plus de haine que les réacs savent leur combat discriminant perdu : tout au plus 6 ans si la droite gagne (sinon 2 ans max) et encore à droite il y a de plus en plus d’humanistes. Les mentalités pétainistes patriarcales persistent par rapport à un vieil électorat qui n’a jamais accepté l’émancipation de mai 68 mais l’UE à terme fera plier la France ou sinon on se retrouvera dans le peloton des pays non laïcs et intolérants comme l’Irlande par exemple ou l’Ukraine, la Pologne, bref des pays aux antipodes de la Hollande et de la Suède, les modèles d’humanisme à suivre. Modèles où sont bannies les discriminations et l’hypocrisie, modèles qui ne se sont pas « effondrés » pour autant 🙂
    Ici, certains veulent plus pour eux, notamment en termes de fiscalité et ce n’est pas juste, donc à terme les citoyens lésés seront enfin reconnus à part entière : on voit de quel côté sont la haine, le rejet, les sentiments de supériorité, etc…

    Répondre
  17. CoolMan - 15 juin 2011 14 h 56 min

    Merci de me laisser m’exprimer car je ne suis pas de votre bord (politique il s’entend :)).
    Voici une interview d’un journal qui n’est pas de votre bord non plus et qui en appelle au Président Sarkozy pour qu’au minimum, si le vocable « mariage » doit rester réservé aux hétérosexuels, il y ait justice matérielle à minima et statut du beau-parent.

    http://www.liberation.fr/societe/01012343439-mariage-homosexuel-la-question-doit-revenir-au-c-ur-du-debat-pour-la-presidentielle

    Répondre
  18. raphael charles - 15 juin 2011 16 h 00 min

    O Dieu ! Les propos d’Harlem Désir seraient-ils la dernière aberration intellectuelle à la mode de la défunte UMPS ?

    Ciel ! Grimpet voudrait faire une grimpette dans la hiérarchie de ” Sciences Po “ qui dirige la France vers le chaos !

    Répondre
  19. Thibault Loosveld - 15 juin 2011 16 h 12 min

    @ CoolMan:
    Si le maréchal Pétain et la gauche collabo avaient persécuté les homosexuels, Abel Bonnard n’aurait jamais été nommé Ministre…

    Répondre
  20. CoolMan - 15 juin 2011 17 h 45 min

    Oui Thibaut les seuls gays autorisés étaient ceux du régime, puisqu’il y a des gays partout dans toutes les familles, grosse hypocrisie! pendant que les autres étaient déportés et tués

    Répondre
  21. Thibault Loosveld - 15 juin 2011 18 h 58 min

    @ Cool Man:

     » Oui Thibaut les seuls gays autorisés étaient ceux du régime, puisqu’il y a des gays partout dans toutes les familles, grosse hypocrisie! pendant que les autres étaient déportés et tués  »

    En somme, vous écrivez que les ministres SFIO et radicaux-socialistes de Pétain signaient des textes de persécution des homosexuels alors que l’un d’entre eux était homosexuel…

    Ceux qui s’opposent à l’homosexualisme sont systématiquement diabolisés en fascistes. Pourtant, Adolf Hitler et son état national-socialiste ne critiquèrent jamais l’homosexualité, bien au contraire…
    Une fois encore, en utilisant la mémoire des déportés politiques ou racialistes qui étaient en plus homosexuels, la gauche dévoile son négationnisme.

    Répondre
  22. Titus - 15 juin 2011 19 h 38 min

    @thibault

    en l’occurrence, c’est vous qui êtes négationniste :

     » après l’accession au pouvoir d’Hitler, les homosexuels masculins, et dans une moindre mesure, les lesbiennes, constituèrent deux des groupes persécutés par les Nazis et comptèrent finalement parmi les victimes de la politique d’extermination du régime nazi. À partir de 1933, les organisations homosexuelles furent interdites. Les livres portant sur l’homosexualité, et sur la sexualité en général, furent brûlés. Les homosexuels au sein du parti Nazi furent eux-mêmes exécutés. La Gestapo constitua des listes d’homosexuels, et les contraignit de respecter la « normalité sexuelle allemande ».  » source wiki

    ainsi que : http://fr.wikipedia.org/wiki/Triangle_rose

    Répondre
  23. Thibault Loosveld - 15 juin 2011 22 h 24 min

    @ Titus:

    La véracité des contenus de http://en.wikipedia.org/wiki/Emil_Maurice n’est pas garantie, mais je vais vous poser ces deux questions simples:
    1) Pourquoi les fondateurs du national-socialisme s’entretuèrent si ce n’est pour détruire les preuves de leurs perversions sexuelles ? 2) Les autodafés visaient-ils uniquement des livres ou alors, en plus, les dossiers concernant les comportements sexuels « originaux » des cadres du parti national-socialiste ?
    Il est clair que l’union d’Adolf Hitler avec Eva Braun immédiatement suivie de leurs suicides démontre le mépris suprême qu’ils avaient pour l’institution du mariage… comme la gauche française en 2011 !

    Répondre
  24. christian - 15 juin 2011 23 h 12 min

    J’ai ma carte de l’ump depuis 4 ans, mais lorsque j’entends vos propos sur l’homosexualité je suis révolté. Je suis vraiment content de ne pas voter dans le nord car je me verrais contraint de ne pas voter pour vous. Une question : Que feriez vous si un de vos enfant vous annonçait qu’il est gay ? En fait je n’ose pas imaginer. Je trouve dommage qu’en 2011 les mentalités n’évoluent pas plus dans notre beau pays ? Faut il voter à gauche pour faire avancer les choses ? Je me pose la question……. Je pense que mon commentaire ne sera pas publié mais je souhaitais simplement exprimer de l’opinion de quelqu’un qui vote ump et qui est tout sauf homophobe.

    Répondre
  25. seb - 16 juin 2011 7 h 41 min

    A coolman :

    Vous parlez de discrimination. Où y a t il discrimination ? Le mariage est ouvert à tous – dixit le CC, la CEDH, la Cour de Cassation, la CJUE – et donc non discriminant !

    En revanche, comme l’y autorise la DDHC, le Législateur est appelé (ou non) à procéder à l’encadrement d’une liberté (ici celle de s’unir) et il le fait via la loi.

    Ainsi, vous ne pouvez pas épouser votre père, mère, soeur, chat, chien, poisson rouge.

    Ainsi, devez vous choisir un partenaire de sexe opposé.

    Ainsi devez vous déposer les bancs à la mairie.

    Ainsi ne pouvez vous pas épouser qui vous entendez devant un dolmen ou un religieux : une telle union n’a aucune reconnaissance civile.

    Quand le PACS n’existait pas, il y avait – effectivement – discrimination, puisqu’une partie de la population se voyait interdire de s’unir, autrement que par le concubinage, « méthode » fiscalement la plus onereuse (pas fou le Législateur !)

    Mais à présent que la liberté de s’unir (une liberté fondamentale) est offerte à tous, on ne peut plus parler de discrimination ! Le mariage étant un encadrement non un privilège ! (loi privée) De la même façon, que le permis de conduire est offert à tous…A condition de pouvoir se payer des cours, et surtout d’obtenir le « concours » !

    Répondre
  26. CoolMan - 16 juin 2011 10 h 19 min

    Seb,
    On doit pouvoir se marier entre deux personnes adultes consentantes de même sexe à la condition de ne pas être du même sang, les mêmes critères que pour les couples de sexe opposés, c’est tout!

    Les lois ne sont pas immuables, elles sont faites pour être changées à fortiori lorsqu’elles sont injustes. Regardez tous ces pays occidentaux qui ont légalisé le mariage pour les couples de même sexe, se sont-ils effondrés pour autant? en plus, certains sont très latins et catholiques, alors que nous les seuls vrais laïcs au monde c’est la honte!

    Bien sûr que 10% des citoyens sont officiellement interdits de mariage puisque l’on se marie par amour, enfin de nos jours j’espère, donc un homosexuel ne peut se marier qu’avec un autre homosexuel selon sa nature intrinsèque. Iriez-vous contre votre nature d’hétérosexuel?

    Que l’on réserve le mot « mariage » aux seuls hétéros OK mais alors il faut proposer, sous peine d’être taxer légitimement d’homophobe, une égalité de droits et donc réserver le pacs aux seuls homos avec les mêmes droits que le mariage. Notamment la pension de reversion et la célébration en mairie avec publication des bans dans les bulletins municipaux.

    J’ai félicité Franck Riester parmi les députés humanistes UMP, je félicite aussi Jean-Louis Borloo qui démontre à quel point la maladie/haine homophobe conduit des jeunes au suicide (d’où l’urgence de la banalisation et de la reconnaissance/respect de tous les citoyens), Henriette Martinez aussi grâce à son petit-fils de 5 ans qui lui a fait remarquer combien étaient amoureux les messieurs amis qu’elle avait invité. Et aussi Yves Jégo qui a martelé qu’en république laïque il fallait arrêter d’utiliser les arguments du mariage religieux.

    Thibaut, oui à cette époque, ceux qui étaient gays au pouvoir étaient salement égoïstes, eux oui, tant pis pour les autres : aucune solidarité! mais regardez la vilaine Thatcher, féministe pour elle seule, sexiste envers les autres femmes…

    Répondre
  27. Thibault Loosveld - 16 juin 2011 13 h 40 min

    @ Cool Man:
    Je vous mets au défi de citer ne serait-ce qu’une seule police vichyste ayant effectivement arrêté des Français parce qu’ils étaient homosexuels.

    Répondre
  28. Léa - 16 juin 2011 13 h 57 min

    Que mon commentaire soit publié ou pas ça n’a pas grande importance.
    Simplement j’aimerais que le lecteur (je doute que ce soit M.Vanneste) comprenne bien ceci: la société française n’a aucun intérêt à interdire le mariage homosexuel. Que vous soyez d’accord ou non.
    Vous parliez d’aberration, vos propos en sont une. Que vous arriviez à tenir des propos homophobes devant la nation sans vous faire inculper passe encore, que vous vous prononciez sur un sujet auquel vous ne connaissez rien passe également (combien d’homosexuels connaissez-vous réellement?!) mais que vous osiez faire comme si il y avait lieu d’un débat, ça c’est impardonnable. Parce que justifier une inégalité par des propos discriminatoires c’est aller à l’encontre de tous les principes de notre démocraties.
    Que vous soyez pour ou contre le mariage homosexuel, celui-ci va être instauré en France un jour ou l’autre, c’est inévitable! Et ça s’appelle tout simplement l’évolution.
    Un mariage homosexuel ne fera de mal à personne, ça sera juste rendre heureux une minorité qui représente tout de même plus de 10% de la population.
    Alors autant l’instaurer tout de suite et montrer que la France ne compte pas que des politiques trop vieux pour comprendre ce qu’est réellement la société qu’ils dirigent à l’aveugle.

    Je ne cherche pas à vous convaincre, vous avez l’esprit trop vieux pour cela, simplement à vous résigner.

    Dernière chose, je tiens à signaler que j’ai 18 ans, que je suis hétérosexuelle et que la grande majorité de ma génération pense la même chose que moi. N’oubliez pas que cette génération, c’est la prochaine à gouverner. Vos idéologies poussiéreuses ne survivront que quelques petites années encore chez les personnes déconnectées de la société…

    Répondre
  29. Thibault Loosveld - 16 juin 2011 16 h 00 min

    @ Léa:
    Pensez-vous vraiment qu’un enfant élevé par deux pères (ou plus !) puisse avoir une seule personnalité ?

    Répondre
  30. CoolMan - 16 juin 2011 18 h 08 min

    Thibaut, vous croyez qu’à cette époque les homosexuels pouvaient assumer une quelconque visibilité donc se faire cueillir aisément ? alors je n’ai pas de chiffres mais je mettrai ma main au feu que ce régime ne pouvait vraiment pas les encadrer avec sa morale hyper patriarcale 🙂

    De façon générale, on aura vu qu’à l’Assemblée à droite c’est la droite de morale pétainiste qui aura tétanisé le reste de la droite qui s’humanise et se socialise (pas au sens politicard) de plus en plus. Mais c’est un baroud d’honneur, la rage du désespoir car Roselyne a lancé une phrase de bon sens, une évidence pour un proche avenir.

    Au fait, comment savoir qui a voté oui à droite? à part ceux que j’ai nommé? juste pour savoir si dans mon département les UMPistes s’étaient prononcé et comment…parce qu’à la campagne les mentalités restent assez fermées mais des jeunes s’installent, des jeunes altermondialistes et dont la mentalité est aux antipodes des agricultures classiques.

    Répondre
  31. Thibault Loosveld - 16 juin 2011 21 h 34 min

    @ CoolMan:

     » alors je n’ai pas de chiffres mais je mettrai ma main au feu que ce régime ne pouvait vraiment pas les encadrer avec sa morale hyper patriarcale  »

    Lisez donc les deux tomes « 1940-1945 Vichy, Années érotiques » par Patrick Buisson avant d’écrire n’importe quoi !
    Mais, c’est vrai qu’à gauche… on préfère brûler les livres.

    Répondre
  32. Courbois - 16 juin 2011 23 h 10 min

    Mon pauvre Mr Loosveld… Vous lire m’atterre. c’est déjà une chose bien pitoyable que d’être crétin, c’est bien plus affreux d’en être le valet. Vous maltraitez l’histoire comme Vanneste la philosophie ! De mes 75 ans je vous regarde hébété tant vous êtes la caricature des politicaillons de province, peu instruits, bêtes et suffisants. Intéressez vous aux sciences jeune homme, les chercheurs du collège de France sont des sommités dans le domaine des sciences humaines, même au sein des facultés vous trouverez des gens susceptibles de vous apporter quelques éclaircissements. Au lieu de pérorer sur ces forums…

    Répondre
  33. Tanguidé Sablon Anaïs - 17 juin 2011 0 h 14 min

    merci pour ce cours magistral de droit, vraiment c’est bien mais là ça ne va pas avancer de faire des démonstrations intellectuelles, au delà des mécanismes du droits et de ses concepts, il y a l’homme dans son rapport à l’autre dont il est l’égal, et l’état qui doit assurer égalité et liberté peut naturellement sans contrebalancer aucunes de ses deux valeurs adopter le mariage d’amour peu importe le sexe des conjoints!Le contraire lui entrave les deux valeurs suprêmes: égalité: les hétérosexuels sont traités supérieurement par l’état que les homosexuels; et liberté: les homosexuel sont privé du mariage d’amour! On peut mettre une logique là où on veut mais raisonner n’est pas penser!Faites parler vos tripes! moi ce refus du mariage homo, ça me déprime, ça me fait chier!la discrimination elle est là, même si juridiquement cça semble équilibré, humainement c’est illégitime!

    Répondre
  34. seb - 17 juin 2011 1 h 07 min

    A Coolman :

    Le droit de s’unir (civilement) – devant les Hommes et l’Etre suprême – est un droit fondamental. Pas le mariage. Je peux comprendre que vous trouviez injuste les encadrements faits par le Législateur – en fait par le Consultat à la botte d’un certain BONAPARTE, père de notre Code Civil (comme quoi les lois ne sont pas immuables mais les traditions constitutionnelles si !) – mais ne parlez pas de droit.
    Je trouve pour ma part injuste que le beau sexe se soit vu réserver l’enfantement. Je ne parle pas, pour autant, d’inégalité en droit, ni de discrimination. J’ai toujours jalousé – même sans le vouloir – la relation que mon épouse entretenait avec mes enfants, je n’ai pas, pour autant, demander au Législateur de traiter mon cas personnel ! Sans doute, elle, de son coté, a t elle toujours crié à l’injustice que la Nature lui fait subir, en raison de son statut de femme !
    J’en reviens à vos revendications. Vous souhaiteriez que deux personnes consentantes puissent convoler à la condition de ne pouvoir être de même sang. Les mêmes critères que pour les personnes de sexe opposé dites vous.
    La question que je souhaite vous poser c’est : pourquoi ?
    Le mariage, c’est l’acte officiel et solennel qui institue entre les époux une communauté de vie appelée famille, dont le but est en principe de vivre ensemble et d’élever des enfants, et parallèlement d’établir des alliances ou des arrangements entre familles. Avez vous l’ambition de crée une famille, d’élever des enfants, d’établir d’éventuelles alliances entre votre famille et celle de votre âme soeur ?
    **Si vous souhaitez vous unir par amour, il existe (depuis 1999) une palette de propositions, pour s’unir – à divers degré d’engagement – à l’être que vous aimez. On ne vous interdit donc pas la vie commune.
    **Si vous souhaitez profiter des avantages fiscaux du mariage, sachez que c’est blanc bonnet, bonnet blanc depuis la loi sur la réforme des successions de 2007 (enfin une promesse tenue !) : même exonération sur les droits de succession qu’un couple marié, déclaration commune pour les impôts et l’ISF, même taxation pour les donations. J’ajoute que le mariage n’est pas toujours fiscalement intéressant : par ex, l’union libre (concubinage) est parfois plus attractive, les revenus d’un couple marié pouvant faire monter un seuil, problème qui ne se pose pas aux concubins. Idem : un concubin n’a pas à être solidaire fiscalement de son conjoint, des époux si !
    Peut on parler d’inégalité en droit ? En 99 peut être, mais pas en 2011.
    La déclaration de pacs est désormais mentionnée en marge de l’acte de naissance des partenaires. Il institue une assistance réciproque et une vie commune (mais pas d’engagement de fidélité ni de consommation charnelle, élément déterminant du mariage en revanche), une solidarité pour les dettes à l’exception de celles manifestement excessives, un droit de juissance gratuite au logement pour le partenaire survivant. Aujourd’hui, donc, le pacs a le même rang que le mariage sous le régime de la séparation des biens.
    Les partenaires d’un pacs ont les mêmes règles qu’un couple marié : ils bénéficient du même nombre de parts, des mêmes plafonds de déductions, des mêmes abattements fiscaux, un même droit au rattachement au loyer fiscal des parents. (Si les mariés/pacsés vivent sous le toit des parents)
    Coté donations et successions : c’est la même chose pour les mariés ou les pacsés. Si le pacsé n’a aucun droit dans la succession de son compagnon…Ce dernier peut l’intégrer à ladite succession, soit en faisant un testament, soit en passant par le notaire, via une donation au dernier vivant.

    Plus simplement encore, le recours à l’assurance vie, choix fait par des milliers de Français – et plébiscité par le Législateur – qui permet (entre autres) d’éviter de payer trop de droits à l’Etat.
    Etant donné les outils donnés par le Législateur pour permettre une protection du conjoint survivant – dans les faits, les mariés signent le contrat et l’automaticité se fait au décès, alors que les pacsés ne signent pas d’acte notarié mais peuvent se couvrir mutuellement – je peux comprendre que la pension de reversion soit réservée aux mariés.
    Pour ce qui est de la cérémonie du PACS, je partage votre point de vue sur l’absence de solennité de l’acte. Sans aller jusqu’aux bancs – très chers pour par grand chose – on pourrait organiser le PACS sur le mode des fiançailles, non reconnues juridiquement, mais qui ont un certain succès. J’ai fait quelques propositions ci dessus.
    Ce n’est pas être homophobe que de donner certains avantages à certains contrats ou des contraintes plus fortes à des contrats sur d’autres. Le Législateur est il hétérophobe lorsqu’il réserve le divorce aux mariés ? Ou quand il prévoit que seules les femmes ayant trois enfants auront des avantages ceci cela ?
    Au reste, étant donné la condition de ressources, et mieux encore la barrière de l’âge – le Législateur ne connaît pas encore le phénomène des cougars ! Comment est censé survivre un « jeunot » qui perd son âme soeur âgée de 20 ans de plus que lui ? Sachant qu’il lui faut attendre ses 55 ans à lui, pour toucher quelque chose ? Le Législateur ignore l’existence d’une maladie nommée cancer sans doute… – la mesure est très injuste pour tout le monde, homo comme hétéro. Cela ne la rend pas plus juste qu’elle soit (en partie) égalitaire !
    Je dis en partie car, comme bien souvent dans notre pays…Les Assemblées se déchargent de ce qu’ils infligent aux Français. En témoigne l’ex édifiant de la sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet qui a épousé le sénateur dont elle était la suppléante. A la suite de la mort du sénateur, elle lui a donc succédé puis a été réélue en 2008 lors du renouvellement. Aujourd’hui elle touche son salaire de 11540 euros par mois – elle ne devrait donc pas toucher de pension de reversion puisqu’elle dépasse largement les conditions de ressources officielles – en tant que sénatrice et à cette somme s’ajoutent les 6000 euros de la pension de reversion de son mari soit un total de 17540 euros mensuel ! Qui dit mieux ?
    Moi ! La sénatrice en question avait 50 ans en 2008. Elle en a maintenant 53. (Elle est née en 1958) Pourtant, contrairement à la majorité des Françaises, la condition de l’âge – avoir 55 ans pour toucher pareille pension – ne la concerne pas. En 2008, elle aurait dû attendre d’avoir 52 ans pour toucher cette pension : elle l’a pourtant eu d’office.
    http://vosdroits.service-public.fr/F13106.xhtml
    Mieux, en considérant que Mme GOULET avait des dispositions particulières, relatives au statut de fonctionnaire, son mariage ayant duré moins de 4 ans et n’ayant pas porté de fruits, elle n’aurait pas dû recevoir une pension.

    N’est il pas nuisible, pour la Société, que les parlementaires donnent le contre ex de leurs exigences ?

    Sinon, pour les votes :
    http://www.nordeclair.fr/Actualite/Depeches/2011/06/14/mariage-gay-homosexuel-deputes-nord-pas-de-calais.shtml

    http://www.tetu.com/actualites/international/le-mariage-des-homos-rejete-qua-vote-votre-depute-19621

    Répondre
  35. babeil - 17 juin 2011 1 h 31 min

    Les gays ont certes été déportés mais n’ont pas été exterminés. Ils ont été étudiés et ont subi toute une série d’expérimentations mais aucun projet ni aucun acte meurtrier dans le but de faire disparaitre cette communauté n’a été mis à exécution. Les homosexuels morts dans les camps ne sont que les conséquences de travaux forcés et de mauvais traitements. Les associations homosexuelles sont spécialistes en désinformation et ont déjà tenté de faire croire que la prévalence du vih n’était pas supérieure dans la communauté gay à celle de la population hétérosexuelle française, donc il ne faut jamais croire ce qu’elles racontent. Vous pouvez avoir confirmation de la réalité de la condition des gays sous le régime nazi sur le site du mémorial de la déportation homosexuelle.
    Quant à l’égalité des droits, elle est déjà garantie dans la constitution et le code civil français. Aucun article ne mentionne une exclusion quelconque à caractère sexuel de l’institution du mariage. Il ne faut pas confondre égalité de droits, déjà garantie dans l’état actuel des choses et égalité de faits ou égalité réelle que la constitution n’a pas l’obligation d’assurer. Il va de soi que l’argument de l’inégalité des droits pour clore le débat et imposer sans discussion la création d’une nouvelle union d’un couple de même sexe portant le nom de mariage est caduque. J’ajoute que la notion d’égalité des droits ne concernent que les personnes à titre individuel et non les couples. Les droits des couples hétérosexuels et des couples homosexuels n’existent pas.

    Répondre
  36. CoolMan - 17 juin 2011 9 h 58 min

    Merci Thibaut mais 2 tomes pffff.
    Pas cool votre remarque sur la gauche mais vous êtes coutumier de ce genre de provoc avec des vilains rouges partout, c’est plutôt rigolo!

    J’affirme que ce régime ultra patriarcal n’aurait jamais accepté que l’ensemble des citoyens lambdas puissent être officiellement reconnus, respectés et avoir les mêmes droits.

    Non, seuls les privilégiés du régime pouvaient tout se permettre question amour et sexe, tant que cela restait discret!

    Répondre
  37. Christian Vanneste - 17 juin 2011 10 h 36 min

    @ Coolman : le livre de Patrick Buisson est très instructif et permet de remettre les idées en place… Je vous invite vraiment à le lire !

    Répondre
  38. CoolMan - 17 juin 2011 11 h 02 min

    Merci, je ne veux pas passer pour fainéant mais j’ai pas le temps même de lire 2 tomes sur un sujet qui me passionne alors celui-ci bof!
    Mais je compte sur quelqu’un ici pour m’en extraire la substantifique moëlle….

    Répondre
  39. CoolMan - 17 juin 2011 11 h 08 min

    Merci pour vos remarques éclairantes. C’est souvent long avec vous mais parfois ça accroche bien 😉
    Et vous détonnez par rapport à qq autres vraiment pas cool.

    Répondre
  40. Rosa - 17 juin 2011 13 h 18 min

    à babeil.. Une petite question: Le don d’organe est autorisé en France au sein de la famille, en dehors de ce cadre le don est obligatoirement anonyme et gratuit. Ainsi il est possible pour un homme de donner un rein à sa femme ou à son fils s’ils sont compatibles. L’état ne reconnaissant pas à part entière valeur de famille à des partenaires de PACS, il leur interdit le don mutuel d’organe. Ne pensez vous pas qu’il y ait discrimination ? Si pour les couples hétérosexuel le Pacs est un choix, une alternative au mariage, il n’en est pas de même pour les couples homosexuels. Ensuite vous me voyez bien soulagée d’apprendre en vous lisant que les homosexuels n’ont été victimes que de mauvais traitements et d’expérimentations dans les camps nazis. Peut être auraient ils été d’avantage auréolés de gloire d’être morts gazés et non pas de faiblesse. Avez vous lu « Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel ». Sans doute un livre de propagande ? On n’oserait jamais remettre en cause la véracité des témoignages de juifs déportés, l’affaire est toute autre quand il s’agit d’homosexuels. (censuré) Enfin, je doute que tous les homosexuels souhaitent se marier, au même titre que tous les hétérosexuels ne souhaitent pas le mariage. Je doute également que tous les homosexuels souhaitent adopter. Vous simplifier à l’extrême. Ce que les homosexuels veulent c’est la liberté de se marier si ça leur chante, d’élever des enfants si tel est leur souhait. Je ne comprends pas ce qui vous chiffonne à l’idée que des homosexuels élèvent des enfants. ce sont des gens bien ordinaires vous savez, peut être les affublés vous d’une tare mystérieuse.. Ce qu’ils font au lit ne regardent pas plus les enfants que ce que font les hétérosexuels. les homosexuels sont les enseignants de vos enfants, vos médecins, chirurgiens, dentistes, avocats, maçons, boulangers et biensûr coiffeurs ! Ils vous soignent, vous touchent, vous les croisez dans la rue sans même vous retourner… Le mariage sera voté et ce sera un honneur pour la France.

    Répondre
  41. babeil - 17 juin 2011 17 h 37 min

    Rosa,

    Je n’ai pas lu le livre de Pierre Seel, mais je doute qu’il ait écrit avoir été exterminé ou avoir été témoin d’extermination sans quoi il n’aurait pas vécu assez longtemps pour en parler. Je vous ai donné une source, le site du mémorial de la déportation homosexuelle, que vous ne pouvez soupçonner de vouloir relativiser cette déportation. Le site est absolument formel : les gays n’ont pas été déportés dans des camps d’extermination mais dans des camps de travail et de résistants, et leur statut était celui de cobayes. Si vous croyez avoir lu autre chose dans le livre de Pierre Seel, c’est que vous l’avez mal compris ou que le témoignage de Seel et le travail de recherche historique du mémorial de la déportation homosexuelle sont contradictoires. D’où ma conclusion dans la seconde hypothèse que l’un deux serait approximatif ou se livrerait à du révisionnisme. Pour ma part, je n’invente rien en ne faisant que rapporter ce que j’ai lu sur le site de l’association.
    L’exemple du don d’organes interdit entre pacsés et autorisés entre mariés ne démontre pas davantage la discrimination. La population homosexuelle n’étant pas exclue du mariage, un ou une homosexuelle peut donc donner ses organes à son époux(se) du sexe opposé. La notion juridique d’égalité de droits expliquée dans mon commentaire précédent s’applique autant pour le mariage que pour le pacs et également pour l’adoption. L’égalité est juridiquement parfaite tant qu’il n’est pas mentionné par écrit qu’une population n’a pas droit à ce que d’autres bénéficient. C’est la stricte interprétation du droit.
    Pour vous expliquer à l’aide d’autres exemples la différence entre le droit et l’application du droit, l’IVG n’est pas une inégalité mais une liberté individuelle. Il n’en demeure pas moins que seules les femmes peuvent avorter. Et j’invite certains homosexuels si prompts à dénoncer le communautarisme tant qu’il ne s’agit pas du leur à s’interroger sur le caractère discriminatoire du refus de diversifier les menus dans les cantines scolaires en proposant notamment des plats sans porc. Je suis convaincue que ces personnes homosexuelles en arriveront à la même conclusion que moi : les différences constatées dans la réalité et sur le terrain entre les noirs et les blancs, les homosexuels et les hétérosexuels, les femmes et les hommes ne sont pas dues à de vraies inégalités de droits juridiquement parlant (quand les lois sont appliquées à tout le monde et jusqu’au bout bien entendu) mais à des différences culturelles, sociales, économiques etc…. et parfois à des difficultés d’adaption aux lois de la république. Il va de soi que le mariage n’échappe pas à la règle. Le législateur n’est pas responsable de discrimination sous prétexte que la formule du contrat proposé ne convient pas à tous les us et coutumes de la société. Du moment que chacun peut en disposer sans aucune condition de race, sexe, orientation sexuelle, tout le monde est logé à la même enseigne et nul ne peut accuser la loi de discrimination.
    Si vous avez d’autres arguments que l’égalité des droits pour défendre votre cause, faites le nous savoir ! :o-))

    Répondre
  42. Léa - 17 juin 2011 23 h 37 min

    @Thibault Loosveld

    Pouvez m’expliquer le rapport de votre question avec mon commentaire?

    Mais puisque vous posez une question si pertinente, je vais y répondre:

    Pourquoi un enfant élevé par deux pères auraient deux personnalités? Vous qui avez manifestement été élevé par un homme et une femme, vous avez la personnalité de votre père et de votre mère?!
    Non.
    Vous avez votre propre personnalité (certes altérée par votre cerveau atrophié de l’idée de tolérance, mais vous êtes unique, on dira que c’est ce qui compte!) .

    Et je vais vous apprendre quelque chose de révolutionnaire: pour les enfants de couples homosexuels c’est la même chose!
    Si si, je vous assure! Ce n’est pas parce que vous n’avez jamais pris la peine de discuter de ce sujet avec un homosexuel qu’ils sont une race étrange à observer de loin.

    Il existe en France déjà beaucoup d’enfants élevés par des couples homosexuels et si les chiffres statistiques n’existent pas encore en France, ils existent aux Etats Unis et il a été montré que ces enfants étaient tout à fait équilibré psychologiquement.
    C’est un arguments souvent employé par des ignares: les enfants d’homosexuels ont des troubles de la sexualité.

    Dans ce raisonnement sans fondement mais qui trouve pourtant de nombreux adeptes (vous en êtes l’exemple vivant, merci de me donnez l’occasion de vous prouver que vous êtes d’une idiotie sans pareil 😉 ) , il y a tout de même un hic.
    Ayant passé le bac de philosophie il y a à peine deux jours, je vous prouverai ce que j’avance à la manière de Socrate:
    Vous considérez les hétérosexuels comme des personnes représentant la norme.
    Vous considérez les homosexuels comme des personnes ayant des déviance sexuelles.
    Les homosexuels ne peuvent avoir des enfants.
    Les homosexuels pour la plupart sont élevés par des couples hétérosexuels.
    Leur « déviance » sexuelle ne vient donc pas de leur éducation.
    L’orientation sexuelle n’est donc pas décidée par l’éducation.
    Donc, un couple homosexuel ne transmet pas à ses enfants sa « déviance » sexuelle.

    Ce raisonnement s’appliquant à toute forme de maladie mentale, votre réflexion ne tient plus la route.

    Est-ce assez simple pour vous ou il faut que je ré-explique ?

    A moi de vous poser une question: Quel danger le mariage homosexuel pourrait-il faire courir à la société? Quel est l’intérêt général dans l’interdiction aux homosexuels de se marier?

    Répondre
  43. Thibault Loosveld - 18 juin 2011 17 h 01 min

    @ Léa:

     » Pourquoi un enfant élevé par deux pères auraient deux personnalités?  »

    Un enfant élevé par deux pères ou deux mères n’aura aucune personnalité car il rejettera toute autorité parentale dès qu’il sera en âge de comprendre que son adoption était un apparat, un accessoire.

    Répondre
  44. Fabien - 18 juin 2011 18 h 43 min

    Quand j’écoute vos propos, je suis écœuré. Quand je pense que j’ai voté UMP aux dernière élections ! Dire que L’UMP a dragué les gays avec gaylib pour avoir des bulletins de vote ! Ce ne sera plus le cas aux prochaines élections rassurez vous. Mr Vaneste !

    Répondre
  45. Thibault Loosveld - 18 juin 2011 22 h 16 min

    @ Léa:

    J’ai beaucoup d’admiration pour les jeunes Français qui ont le courage de défendre leurs convictions. Puisque vous venez de passer votre épreuve de philosophie, je vous invite à réfléchir à cette question:

     » Puisqu’en 1980, un médecin déclarant publiquement que l’homosexualité est une maladie faisait un diagnostic et qu’en 2004, il commettait un délit, pensez-vous que les Français puissent encore s’exprimer librement ? « 

    Répondre
  46. Rosa - 19 juin 2011 12 h 44 min

    Avant 1848, un homme qui achetait un noir pour le servir était un homme respectable, après cette date le même homme est un esclavagiste et hors la loi.
    Je vous invite à réfléchir sur ce thème. Heureusement les lois changent…

    Répondre
  47. Thibault Loosveld - 19 juin 2011 16 h 39 min

    @ Rosa:

    Je pense que vous faîtes un amalgame entre l’absence de liberté et le masochisme !

    https://picasaweb.google.com/save44/100211PeripleNordDeLaNouvelleCaledonie#5573369977675965570

    Répondre
  48. CoolMan - 20 juin 2011 15 h 19 min

    Babeil, vous êtes cynique ou ignoble? :

    « L’exemple du don d’organes interdit entre pacsés et autorisés entre mariés ne démontre pas davantage la discrimination. La population homosexuelle n’étant pas exclue du mariage, un ou une homosexuelle peut donc donner ses organes à son époux(se) du sexe opposé ».
    Un couple homosexuel pacsé ne peut prétendre à ce don, vous ne reconnaissez pas les couples homosexuels pour les inciter à s’unir avec le sexe opposé? en plus, dans l’urgence d’une greffe, il faudra qu’ils se « dépacsent » rapido et se marient avec le premier sexe opposé venu (= mariage blanc puisque contre leur nature) donc contreviennent à la loi? et pendant ce précieux temps là l’un des deux risque de trépasser? immonde!

    Répondre
  49. babeil - 23 juin 2011 3 h 46 min

    CoolMan,

    Les problèmes que vous invoquez concerne le statut marital. Ils n’ont rien à voir avec la discrimination.
    En droit, la discrimination est définie par une inégalité touchant une ou des populations. Elle n’inclue pas les conséquences désavantageuses subies par un ou des couples. La reconnaissance du seul couple de sexes différents comprend tout individu sans distinction d’orientation sexuelle. Le droit est donc parfaitement égalitaire. Vous expliquer plus longuement reviendrait à répéter ce que j’ai largement développé dans le commentaire précédent.

    Répondre

Exprimez vous!