Christian Vanneste : “Des chiens de chasses sont en train d’égorger la liberté d’expression”

Le député UMP du Nord, Christian Vanneste, soutient Éric Zemmour et appelle à une liberté d’expression totale.

Trouvez- vous choquant qu’Eric Zemmour soit invité à débattre par l’UMP?

– L’UMP a tout à fait raison d’organiser un débat sur la liberté d’expression parce qu’elle est très menacée dans les temps qui courent. Simplement j’aurais aimé qu’elle ait toujours ce comportement. Il y a quatre ans, il m’est arrivé la même chose qu’à Eric Zemmour. A l’époque, l’UMP s’était cachée la tête dans le sable. J’avais même dû ne pas faire mention de mon appartenance au parti. Alors que j’avais complètement raison. Je remarque qu’ils ont changé, c’est bien !

Selon vous, la liberté d’expression est menacée ?

– Tout à fait ! La liberté d’expression, amendement numéro un de la constitution américaine, est le pilier de notre système. Qu’il y ait des gens suffisamment stupides ou perfides pour s’attaquer à ce pilier c’est extrêmement grave. Il y a un risque de passer dans une société orwellienne (1984) avec la notion de crime pensée, de chose qu’on ne peut pas dire.

Il y a le trio infernal de la pensée unique, du politiquement correct et du terrorisme intellectuel. Le terrorisme intellectuel a des espèces de chiens de chasse lancés sur le malheureux gibier qui est arrivé sur leur terrain. Les chiens de chasse sont les associations largement soutenues par les deniers publics. Eric Zemmour et moi avons tous les deux les moyens de nous défendre mais pensez aux autres ! Un petit journaliste de province ou un élu local face à une association, il ne peut pas avoir d’avocat, il ne peut pas faire appel, ce qui crée une justice à deux vitesses où un certain nombre de chiens de chasses sont en train d’égorger la liberté d’expression. Comme l’a rappelé Eric Zemmour hier, la liberté d’expression consiste à tout dire, même des bêtises.

Il ne lui faut aucune limite comme aux Etats-Unis?

– La liberté d’expression est un bien trop précieux pour qu’on la limite. Les associations “sectaires” attaquent de façon à museler l’adversaire. Pour qu’il y ait diffamation, il faut qu’il y ait véritablement une personne en chair et en os qui soit diffamée. Une association ne devrait pas pouvoir se substituer à une personne lorsque les propos incriminés ont un caractère plus général. C’est le sens de la proposition de loi que j’ai déposée.

De la même façon, Eric Zemmour n’a pas du tout diffamé telle ou telle personne. Il a simplement dit d’une manière générale qu’il y avait un certain nombre de personnes d’origine africaine qui avaient été condamnées pour des affaires de trafic de drogues.

Sa condamnation porte sur le fait qu’il a cru pouvoir affirmer que les patrons avaient le droit de choisir. La décision de justice me parait excessive, je lui avais d’ailleurs conseillé de faire appel. La démocratie, c’est la liberté de débattre. Alors faut-il accepter de limiter la démocratie pour éviter les dérapages ou les accepter pour garantir la démocratie ? Je suis partisan de la deuxième solution. La liberté d’expression est la priorité des priorités avant la lutte contre les discriminations.

Partagez vous le point de vue d’Eric Zemmour qui se prononce contre les lois Gayssot et Taubira ?

– La loi Taubira est une honte pour notre pays, une honte pour la liberté d’expression dans notre pays. Il faut la supprimer tout de suite. C’est une loi anti-française.

En revanche, en ce qui concerne la loi Gayssot, je faisais partie de la commission sur les lois mémorielles et j’ai été très sensible aux arguments de monsieur Badinter. Cela consistait à dire: une vérité historique n’a pas besoin d’être protégée, mais il s’agit de protéger une décision de justice. Celui qui remet en cause la shoah remet en cause le procès de Nuremberg. C’est un argument qui mérite qu’on en tienne compte c’est pour cela que je suis moins enclin à supprimer la loi Gayssot.

♦ Entretien réalisé pour le Nouvel Obs, jeudi 3 mars 2011

Articles liés

27 commentaires

  1. Ceux qui ont vécu durant “les plus sombres années de notre Histoire”, s’abstiendront de faire le moindre commentaire sur ce sujet …

  2. @ Monsieur le Député:
    Il n’y a pourtant plus aucun Historien sérieux qui adhère aux conclusions du Tribunal de Nuremberg concernant le massacre de Katyn.

  3. “L’UMP a tout à fait raison d’organiser un débat sur la liberté d’expression parce qu’elle est très menacée dans les temps qui courent. Simplement j’aurais aimé qu’elle ait toujours ce comportement. Il y a quatre ans, il m’est arrivé la même chose qu’à Eric Zemmour. A l’époque, l’UMP s’était cachée la tête dans le sable. J’avais même dû ne pas faire mention de mon appartenance au parti. Alors que j’avais complètement raison. Je remarque qu’ils ont changé, c’est bien !”

    Je partage plutôt votre avis, quant au débat. Mais attention, M. ZEMMOUR n’a pas été condamné pour utilisation de la liberté d’expression (c’est d’ailleurs pourquoi il ne fait pas appel) mais parce qu’il a encouragé la discrimination salariale, punie par la loi.

    Votre situation n’est donc pas la même que celle de M. ZEMMOUR. Sa condamnation est légitime, normale même. Un employeur n’a pas le droit de discriminer ses salariés, en fonction de critères que la DDHC prohibe.

    Pour ce qui vous concerne, c’est un délit d’opinion qui vous était reproché. M. ZEMMOUR auss…Sauf que lui a vu la justice française le relaxer en la matière…Peut être (d’ailleurs) grâce à la “jurisprudence vanneste” réalisée par la CEDH.

    “Tout à fait ! La liberté d’expression, amendement numéro un de la constitution américaine, est le pilier de notre système.”

    Pourquoi faut il que vous ayez cette manie, M. VANNESTE, de vous référer à une Constitution qui n’est pas celle de la France ? Ignoreriez vous, auriez vous oublié, ou pire mépriseriez vous…La DDHC ? Laquelle est bien plus forte en droit, qu’une Constitution ?

    “Qu’il y ait des gens suffisamment stupides ou perfides pour s’attaquer à ce pilier c’est extrêmement grave.”

    Tel que…Le Législateur ? Qui fait les lois M. VANNESTE ? Qui valide les traités et notamment les directives européennes sur la discrimination ? Les représentants du Peuple Français, non ?

    Et là encore, si les Américains ont fait de la liberté d’expression leur pilier juridique…En quoi cela intéresse t il la France ? Qui, à ce que je sache…N’a pas pris pour Constitution celle américaine ? Depuis quand la France est elle tombée dans le giron américain ?

    “Il y a un risque de passer dans une société orwellienne (1984) avec la notion de crime pensée, de chose qu’on ne peut pas dire.”

    Sans aucun doute. Mais là encore, à qui la faute ? Qui vote ? Ou pire s’abstient de voter contre ?

    “Il y a le trio infernal de la pensée unique, du politiquement correct et du terrorisme intellectuel. Le terrorisme intellectuel a des espèces de chiens de chasse lancés sur le malheureux gibier qui est arrivé sur leur terrain. Les chiens de chasse sont les associations largement soutenues par les deniers publics. Eric Zemmour et moi avons tous les deux les moyens de nous défendre mais pensez aux autres ! Un petit journaliste de province ou un élu local face à une association, il ne peut pas avoir d’avocat, il ne peut pas faire appel, ce qui crée une justice à deux vitesses où un certain nombre de chiens de chasses sont en train d’égorger la liberté d’expression. Comme l’a rappelé Eric Zemmour hier, la liberté d’expression consiste à tout dire, même des bêtises.”

    Les chiens de chasse sont des compagnons fidèles du chasseur. Si le gibier qu’on leur sert vous parait malsain…Ne devriez vous pas vous en prendre à leurs maîtres ? Et plus encore, à ceux qui ont ouvert la chasse ? A savoir…Le Légistateur ? Qui délivre les permis de chasse…Sinon le Législateur ?

    “La liberté d’expression est un bien trop précieux pour qu’on la limite.”

    Le problème est sans doute ailleurs. Une liberté peut être encadrée…Mais le vrai souci est que la plupart des textes votés n’ont rien à voir avec la définition juridique de la loi : NE défendre QUE contre les actes nuisibles à la Société.

    “Les associations “sectaires” attaquent de façon à museler l’adversaire. Pour qu’il y ait diffamation, il faut qu’il y ait véritablement une personne en chair et en os qui soit diffamée.”

    C’est d’ailleurs pourquoi il est facile de conspuer la France qui n’est ni l’un ni l’autre. Là encore, qui donne le nerf de la guerre aux associations ?

    “Une association ne devrait pas pouvoir se substituer à une personne lorsque les propos incriminés ont un caractère plus général. C’est le sens de la proposition de loi que j’ai déposée.”

    Alors il convient de supprimer “l’intérêt personnel” d’une personne à poursuivre un individu qui s’en rend coupable. On peut aussi penser, effet pervers de votre proposition de loi, que les “petits” auront bien du mal à poursuivre, puisqu’ils s’attaqueront forcément à des personnes médiatiques, politiques, financières…Et seront nécessairement dans l’impossibilité de gagner un procès.

    “De la même façon, Eric Zemmour n’a pas du tout diffamé telle ou telle personne. Il a simplement dit d’une manière générale qu’il y avait un certain nombre de personnes d’origine africaine qui avaient été condamnées pour des affaires de trafic de drogues.”

    Tout a fait exact. Et pour ces propos, comme l’a lui même expliqué l’avocat de M. ZEMMOUR, ce dernier a été relaxé. L’objet de sa condamnation étant lié à son irrespect des règles anti discrimination, en matière d’embauche.

    “Sa condamnation porte sur le fait qu’il a cru pouvoir affirmer que les patrons avaient le droit de choisir.”

    Cela est tout a fait exact. La loi disant, formellement, le contraire…M. ZEMMOUR portait donc atteinte à celle ci, et pire, relativement à son statut médiatique, et sa fonction journalistique, il induisait en erreur une bonne partie des auditeurs et “afficionados” !

    “La décision de justice me parait excessive, je lui avais d’ailleurs conseillé de faire appel. La démocratie, c’est la liberté de débattre. Alors faut-il accepter de limiter la démocratie pour éviter les dérapages ou les accepter pour garantir la démocratie ?”

    Débattre fort bien. Mais telle est la tâche qui vous incombe, M. VANNESTE, en tant que Législateur. Si chaque citoyen se met à débattre de l’opportunité d’une loi, et par son affirmation, la conteste…Je pense que vous en seriez fort fâché.

    D’ailleurs, si l’on prend la régression des retraites, le Législateur s’est, je crois, félicité que le Parlement puisse imposer ses choix à “la rue”. M. ZEMMOUR ferait donc partie des privilégiés qui auraient droit de contester la loi…Et pas les autres ?

    “Je suis partisan de la deuxième solution. La liberté d’expression est la priorité des priorités avant la lutte contre les discriminations.”

    Très bien…Parlez en à vos collègues, alors ! Ou défendez (encore mieux) auprès de vos collègues, du Premier Ministre, et du Président, un respect total de la DDHC, notamment de l’article 5, qui concerne la définition de la loi. Demandez à ce que tout texte se prétendant “loi” qui ne serait pas en correspondance avec ladite définition, ne puisse pas être appelée “loi”.

    “La loi Taubira est une honte pour notre pays, une honte pour la liberté d’expression dans notre pays. Il faut la supprimer tout de suite. C’est une loi anti-française.”

    Autoriserez vous, alors, M. VANNESTE, M. Le Pen à défendre l’idée que les chambres à gaz n’ont jamais existé…?

    “En revanche, en ce qui concerne la loi Gayssot, je faisais partie de la commission sur les lois mémorielles et j’ai été très sensible aux arguments de monsieur Badinter. Cela consistait à dire: une vérité historique n’a pas besoin d’être protégée, mais il s’agit de protéger une décision de justice. Celui qui remet en cause la shoah remet en cause le procès de Nuremberg. C’est un argument qui mérite qu’on en tienne compte c’est pour cela que je suis moins enclin à supprimer la loi Gayssot.”

    Pourtant, les avancées historiques, pourraient protéger à elles seules, la véracité des faits. En “bloquant” l’histoire, par des faits officiels mais non vérifiés, vous laissez le doute continuer à poindre.

    Quant au procès de Nuremberg, il s’agissait d’un procès historique, aussi neutre que celui de Jeanne d’Arc ! Il fallait des accusés, il fallait des victimes, il fallait permettre aux uns et aux autres de se défouler.

    Je ne connais pas les arguments de M. BADINTER. Mais ne pensez vous pas que les Français soient suffisamment intelligents, détenteurs de bon sens…Pour ne pas se laisser berner ?

    NAPOLEON a construit une “légende” sur sa personne. Des historiens se sont penchés sur le sujet, et l’on dépeint tel qu’il était, comme un homme de son siècle, en avance par certains cotés, en retard sur d’autres, inflexible sur des éléments importants, influençable comme pas possible, sur d’autres.

    NAPOLEON a t il perdu de son “crédit” auprès des Français, suite aux “révélations” ? Je ne crois pas.

  4. la liberté d’expression est donc,selon vous,la liberté de TOUT dire? renseignez-vous sur “l’église” westboro,aux état-unis,et vous verrez à quoi peut mener la liberté d’expression telle que vous semblez la concevoir…

  5. ps: pour en revenir en quelques lignes aux propos de zemmour concernant les dealers en majorité noirs et arabes…est-il vraiment étonnant que dans les cités dites sensibles,dont les habitants -à cause des ratées de l’intégration à la française et d’un ascenseur social à vitesse on ne peut plus variable selon la couleur de la peau et l’origine sociale- sont majoritairement d’origine immigrée,les dealers le soient aussi?…

    en écrivant ça,je me dis que j’aimerais bien savoir à quoi ressemblent les dealers qui “officient” à neuilly ou dans le XVIème arrondissement de paris…

  6. Bonjour à tous :o)

    Christian Vanneste à totalement raison, le renouveau ne peut venir qu’en libérant le droit de s’exprimer totalement, sinon, comment changer dans la paix ce dont il est interdit de parler.

    Deux point semble néanmoins devoir être précisés :

    – Evidemment que la négation n’est pas recevable concernant une décision de justice (celle de Numremberg), toutefois il ne faut pas amalgamer “négation” d’une décision de justice et la liberté de “préciser” l’histoire, sinon c’est l’Etat qui fait l’histoire, ça devient un régime socialiste (ce qui est le cas actuellement).
    Ne pas rendre la liberté sur ce point serait a contrario, de faire de “l’inégalité légale” celle de permettre d’étudier historiquement toutes les périodes troubles, sauf une … au nom de quelle liberté, de quelle égalité devant la loi ?

    – Concernant la discrimination, il faut dire que ça devient un mot à la mode qui fatigue par sa litanie. Le thème est kafkaien, l’une des partie fait un choix, l’autre partie qui n’est pas choisi prétend que c’est de la discrimination ! Tendant de facto à tranformer toute liberté de choix en discrimination !

    Pourtant il est évident qu’en choix implique la frustration de ceux qui ne sont pas dans ce dernier, toutefois le droit de choisir est un droit inclus dans la liberté de chacun, et la liberté de l’un est plus importante que la frustration de l’autre, c’est la vie, et non de la discrimination !

    Il semble que le droit n’a pas à intervenir dans le choix civil des particuliers autochtons et majoritaires, il sont chez eux et choisissent comme ils l’entendent sans avoir à se justifier, sinon c’est une atteinte à la liberté. Par définition, en démocratie (la loi du plus grand nombre), on n’a pas à légiférer contre cette majorité au profit des minorités, qui, si elles s’estiment insatisfaites, peuvent toujours repartir en un lieu où elles seront majoritaires. Le Président l’a dit : “Si vous ne l’aimez pas, quittez là !”.

    En outre, en entretenant contre la majorité des droits des minorités, on ne pratique plus l’assimilation républiquaine mais la fragmentation de la nation en une multitude de minorités, on va droit au communautarisme et à l’éclatement de la nation une et indivisible. Il convient donc de se méfier du retour de bâton. Quand une minorité rejotnt une majorité, c’est à cette minorité de se dissoudre dans la majorité, sinon la majorité naturellement ne l’admet pas, et à ce stade c’est aux homme politiques d’en tirer la conclusion d’incompatibilité s’il en existe, et non de légiférer afin d’obliger une majorité à accepter une minorité qu’elle ne voudrait pas, ceci allant totalement à l’encontre de la liberté du libre choix de chacun.

    Cordialement.

  7. “Christian Vanneste à totalement raison, le renouveau ne peut venir qu’en libérant le droit de s’exprimer totalement, sinon, comment changer dans la paix ce dont il est interdit de parler.”

    Tout un chacun a le droit de s’exprimer, en France – liberté de conscience oblige (merci les Lumières) – sauf à abuser de la Liberté, à l’égard d’autrui.

    Le souci, à mon sens, c’est que passer outre les encadrements de la Liberté d’expression sont beaucoup plus réprimés par le Législateur…Que de porter atteinte à la Liberté d’expression elle même. Ce qui est d’ailleurs totalement illogique puisque les Libertés fondamentales supplantent (en théorie) la loi !

    Je crois personnellement que si le Législateur est vraiment désireux de garantir des Libertés autrement que sur le papier…Un minimum de cohérence serait bienvenue !

    Pour commencer, il faudrait réprimer plus durement le fait de porter atteinte à la liberté d’expression.

    Ensuite, il faudrait que le citoyen “lambda” soit en capacité de se défendre contre les agents du politiquement correct.

    Cela passe, nécessairement par…La fin de la méfiance du Législateur envers…Les Français ! Il n’est pas normal de parler de “nouveaux droits” quand le Législateur vend de l’enfumage. Je songe au référendum d’initiative parlementaire qui ressemble à une mise sous corset façon Ancien Régime, à l’absence (toujours) d’une loi organique relative au statut pénal du Président (aux dernières nouvelles, il était question de passer par une “résolution” ! Dans la vraie vie, les gens portent plainte, ils n’écrivent pas au Proc pour lui faire part de leur doute quant à l’éventualité qu’il y ait un soupçon de possibilité de malveillance !

    Bref, une vraie défense de la Liberté d’expression passe par :

    -un respect total de la DDHC par le Gouvernement et le Parlement, notamment en ce qui concerne l’article 5.

    -la possibilité faite aux citoyens lambda de solder des lois non respectueuses de la DDHC, sans avoir à passer un filtre politiquement correct, et qui en plus interroge sur l’intérêt du CC si d’autres se prononcent sur la constitutionnalité, et notamment de l’article 5. Pour le reste de la Constitution, je veux bien accepter le filtre, mais pas pour la DDHC.

    -l’introduction de la DDHC en droit pénal. J’entends par là que, si l’on considère (à bon droit) que la DDHC garantie des droits “sacrés”, “inaliénables” et “propres à l’humanité”…Il convient de considérer que ceux qui y portent atteintes doivent être poursuivis pour crimes contre l’humanité…Un motif qui (de toute évidence) devrait enlever à ceux qui en possèdent, une amnistie temporaire.

    “Evidemment que la négation n’est pas recevable concernant une décision de justice (celle de Numremberg), toutefois il ne faut pas amalgamer “négation” d’une décision de justice et la liberté de “préciser” l’histoire, sinon c’est l’Etat qui fait l’histoire, ça devient un régime socialiste (ce qui est le cas actuellement).”

    Le procès de Nuremberg n’est pas un procès judiciaire mais bien un procès politique et militaire. Il suffit, pour s’en convaincre, de se reporter au fondement de son “institution”.

    Lors de la Conférence de Postdam (août 1945) il est, en effet, expliqué dans un communiqué final que « Les trois Gouvernements ont réaffirmé leur intention de juger rapidement les grands criminels de guerre dont les crimes n’ont pas de localisation géographique. »

    Cela me fait penser à une phrase dans “le trône de fer” de G.R.R Martin. Un noble explique à son (jeune) seigneur qui réclame une tête, comment les choses doivent se dérouler : “d’abord le procès…Ensuite, l’exécution” !

    Dans un vrai procès, il n’y a pas de coupables désignés (qui plus est sous l’appelation “criminels”) mais bien des innocents jusqu’à preuve du contraire.

    Dans un procès politique, on ne se rend pas à une autre liberté fondamentale de l’Homme : la présomption d’innocence. On se “contente” de mettre en scène un procès fantoche, dont les coupables sont déjà désignés à la vindicte publique.

    Le lieu du procès est d’ailleurs choisi par les…Alliés. Non par la toute, toute, récente ONU. S’il est symbolique, il vise surtout (comme quoi, on apprend jamais rien des leçons de l’Histoire) à humilier les Allemands, dans une ville qui a souvent vu triompher la “Nation allemande”.

    Surtout, c’est un procès collectif, qui vise à juger “l’Allemagne nazie” bien plus que les actions individuelles des hommes qui se sont prêtés aux horreurs qu’on sait…Avec des motifs plus ou moins différends. C’est donc un procès qui, s’il fut plus long que celui réservé à Louis XVI, ne differait pas tellement de celui qu’on lui réserva…Où le but était, du reste, de punir la royauté, en tant que régime, plus que Louis, XVI du nom.

    La validité juridique de ce procès – même les pires salopards auraient dû avoir un vrai procès – est donc nulle. D’autant que, parmi les juges, ne figurent que des personnalités issues des pays alliés ! Pas de juge italien, allemand, japonais par ex. On peut donc s’interroger sur leur partialité lors du procès !

    “Ne pas rendre la liberté sur ce point serait a contrario, de faire de “l’inégalité légale” celle de permettre d’étudier historiquement toutes les périodes troubles, sauf une … au nom de quelle liberté, de quelle égalité devant la loi ?”

    Tout a fait. L’Histoire ne doit être l’histoire des vainqueurs mais l’Histoire telle qu’elle fut, avec ses zones d’ombres, ses ensoleillements.

    “Concernant la discrimination, il faut dire que ça devient un mot à la mode qui fatigue par sa litanie. Le thème est kafkaien, l’une des partie fait un choix, l’autre partie qui n’est pas choisi prétend que c’est de la discrimination ! Tendant de facto à tranformer toute liberté de choix en discrimination !”

    En fait, c’est parce qu’on utilise mal ce terme. La DDHC dit bien selon quels critères doivent se choisir les hommes : capacités, compétences, vertus.

    Les critères discriminants, eux, étant à proscrire.

    Malheureusement, les politiques, qui ne doivent pas connaitre les définitions des mots, considèrent que le “passé colonial” par ex, peut être une forme de discrimination !

  8. Alors liberté d’expression = liberté de propager la haine raciste, sexiste et homophobe par ex?
    Donc Eric Zemmour doit défendre la libre expression, certes éthylique, d’un John Galliano antisémite?
    Et si il trouve que les noirs et arabes sont sur-représentés à tel endroit, ils lui répondront que les juifs le sont à d’autres, à beaucoup d’autres et ce sera reparti comme à d’autres périodes funestes de l’Histoire….c’est ce couvercle de marmite diabolique qu’il faut faire sauter?
    On pourra aussi porter également burqa et croix gammée, etc…?

  9. @ Yvette
    N’importe quoi !!!!! Dire qu’il y a une sur-représentation des noirs et des arabes dans les prisons, je ne vois pas en quoi c’est raciste . C’est la vérité et ce n’est pas pour cela que Zemmour a été condamné. Personne n’a le droit de s’ériger en censeur moral. De quel droit? ce qui est vérité pour vous ne l’est pas forcément pour moi. Dire qu’on pense que l’homosexualité n’est pas naturelle eh alors ? c’est être homophobe? Chère madame une majorité de français en a ras le bol de la pensée “Bobo” et aseptisée que vous prônez.

  10. @ SEB:
    CONTRAIREMENT À BEAUCOUP D’HISTORIENS DE GAUCHE, JEAN-MARIE LE PEN N’A JAMAIS NIÉ L’EXISTENCE DES CAMPS D’EXTERMINATION.

  11. Monsieur Vanneste,
    Vous vous moquez du monde, comme presque tous les autoproclamés défenseurs de la liberté d’expression. Ce n’est pas un reproche, c’est un constat. La liberté d’expression est comme la virginité d’un homme ou d’une femme. Soit un être humain est vierge, soit il ne l’est pas. Pour la liberté d’expression c’est EXACTEMENT la même chose, soit elle est, soit elle n’est pas. Pour ceux qui sont vraiment partisan de la liberté d’expression je leur recommande d’aller voir :http://enquete-debat.pro-petition.fr/pour-la-liberte-d-expression-totale-en-france/, ou bien http://abrogeonslaloigayssot.blogspot.com/ . TOUT le reste est fourberie.
    Alors monsieur Vanneste, êtes vous pour la liberté d’expression?
    Meilleures salutations
    François Bougnet (adresse par courrier privé sur demande)
    P.S. S’il y a une modération sur ce blog et que mon commentaire ne paraît pas, ou est modifié, je saurai ce que vous faites de la liberté d’expression. FB

  12. “Alors liberté d’expression = liberté de propager la haine raciste, sexiste et homophobe par ex ?”

    Non, car la DDHC, heureusement, veille : la liberté de chacun ne saurait abuser de celle des autres. Du reste, il revient au Législateur, via la loi (dont la définition est précisée par la même DDHC) d’encadrer les Libertés fondamentales.

    Le vrai problème aujourd’hui, c’est d’arriver à mettre à l’index les textes qui se font frauduleusement appelés “lois” tout en gardant ceux qui sont conformes à la définition de la loi, telle que prévue par la DDHC.

    “Donc Eric Zemmour doit défendre la libre expression, certes éthylique, d’un John Galliano antisémite ?”

    Je ne sais pas très bien quels ont été les termes employés par M. GALLIANO. L’enquête est, parait il, en cours. Par conséquent, il est encore innocent jusqu’à preuve du contraire, même si Dior, nécessairement, l’a mis en “attente”.

    Pour le reste, je ne sais pas si l’on peut vraiment parler de “liberté d’expression” quand on a plus toute sa tête ! Et donc plus la faculter de penser ou de s’exprimer.

    “Et si il trouve que les noirs et arabes sont sur-représentés à tel endroit, ils lui répondront que les juifs le sont à d’autres, à beaucoup d’autres et ce sera reparti comme à d’autres périodes funestes de l’Histoire….”

    La DDHC interdit les discriminations fondées sur le sexe, la race, la religion, la couleur de peau, etc. Il n’y a donc rien à craindre. Si l’on abrogeait toutes les lois actuelles, il resterait la DDHC.

    Et – rassurez vous – M. VANNESTE, ni même la “majorité” ne saurait en capacité d’abroger la DDHC…Pour la simple raison qu’elle garantie l’existence de la Constitution…Et donc des pouvoirs mandatés des “élus”.

    “c’est ce couvercle de marmite diabolique qu’il faut faire sauter ?”

    Certainement pas. La DDHC empêche, justement, le couvercle de sauter…Si l’on considère qu’il y a, du reste, nécessité à ce qu’il saute.

    “On pourra aussi porter également burqa et croix gammée, etc…?”

    Non…Car (merci les Lumières) la DDHC est, là encore, vigilante.

    Pour le reste, non, on ne pourra pas dire qu’il y a une surpopulation de “noir” ou “d’arabe” ou de “blanc” ou “de pygmée”…Tout simplement parce que la DDHC interdit les stats ethniques.

    Autrement dit, on ne peut ni affirmer ni infirmer ce qui ne saura être qu’une hypothèse.

  13. La loi GAYSSOT rend délictueuse la contestation de crimes commis par des (nationaux) socialistes. Or “contester” ne veut pas seulement dire “nier”, mais aussi “débattre” !

  14. Le Pen n’a jamais dit que les chambres à gaz n’existaient pas. Il avait dit, en réponse à une question d’Anne Sinclair, que c’était un détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale. La consultation d’ouvrages et de manuels sur cette période lui donne plutôt raison. Un manuel d’histoire de classe de première (Hachette) parlait des chambres à gaz en deux lignes et demi, consacrant quatre lignes à l’invention du nylon.

  15. Diego, j’ai dit que si Zemmour s’amuse aux statistiques ethniques, les noirs et les arabes de banlieue s’amuseront aussi à répertorier les juifs et ce au grand bonheur des antisémites qui voient des juifs partout!
    C’est ça ouvrir le couvercle d’une marmite maléfique car c’est le début de la fin, chacun ira crescendo avec sa haine de l’autre!

  16. Il faut lire la loi Fabius-Gayssot avant d’en parler. La voici :

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070722&dateTexte=20110318
    –/ début
    Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale.
    Le tribunal pourra en outre ordonner :
    1° L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée dans les conditions prévues par l’article 131-35 du code pénal.
    –/fin
    Ni haine, ni race, ni aucun sentiment, simplement l’interdiction de contester des faits définis par une annexe à un statut établi par des vainqueurs contre des vaincus, au nom du droit du plus fort. Cette loi réprime 1) la discussion sur des faits en eux mêmes [interdiction de l’histoire en tant que science], 2) la discussion de leur qualification au regard des lois préexistantes à leur commission [interdiction de la philosophie morale].
    François Bougnet (vendredi 17 mars 2011)

  17. Trois vidéos non pas sur la liberté d’expression, mais d’expression libre:

    http://blanrue.blogspot.com/2011/04/premiere-partie-de-lintervention-de.html

    http://blanrue.blogspot.com/2011/04/paul-eric-blanrue-et-vincent-reynouard.html

    http://blanrue.blogspot.com/2011/04/paul-eric-blanrue-le-libre-penseur-et.html

    Monsieur Vanneste, vous ne pouvez pas continuer à demander la liberté d’expression ET le maintien de la loi Fabuis-Gayssot du 14 juillet 1990.

    Bien à vous,

    François Bougnet

  18. On peut tout prendre à quelqu’un
    Mais pas sa liberté de pensée et d’expression!
    Si personne ne sais :
    qui occupe ses prisons…?
    qui vend de la drogue à ses enfants…?
    qui touche le RSA et roule en BM ou en PORCHE…avec l’argent de la drogue…?
    Cela doit être écrit au grand jour, car pour avoir la liberté de pensée, il faut savoir, et si on ne nous dit pas qui fait quoi, comment savoir …
    Alors quand ce “grand monsieur” éric ZEMMOUR, nous dévoile, un petit bout de ce que l’on nous cache; alors je dit “bravo”, et j’attends avec impatience le moment où nos politiques auront le courage de révéler aux Français, qui? nous entretenons gracieusement dans nos prisons, avec nos impôts, qui sont les dealers qui nous empoisonnent la vie dans les cités.
    Bon courage Messieurs les politiques, et faites vite, car bientôt ce seront les associations? qui ne veulent pas que la vérité éclat au grand jour, qui feront la loi. Alors crevé l’abcès et rendez aux Français leur liberté de pensée et d’expression…
    Un Européen/Français/Breton ( triple nationalité )

  19. JE SUIS D ACCORD AVEC CE DEPUTE COURAGEUX: faire la promotion de l’homosexualité, qui reste contre nature, et donner aux homosexuels des droits comparables à ceux des couples héterosexuels serait calamiteux et signerai la fin définitive de notre civilisation gallo-catholique, judéo-chrétienne ou helléno-romaine (à chacun la bonne réference). Toute société et civilisation se doivent de s’inscrire dans une lignée historique cohérente, saine et morale et se soumettre à des fins électoralistes à des revendications répugnantes. Platon dans son banquet écrira de belles choses pour expliquer les orientations sexuelles des uns et des unes et nous sommes heureux qu’il n’exista point dans notre pays de police de la braguette. Cependant des revendications extrêmes, selon un mode agressif de “consommateurs” guidés davantage par leur “désirs” que par l’amour pourraient bien réveiller des réponses violentes.

    Nicolas ZAHAR – mobile: 00 33 (0)6 62 89 97 25
    EXPERT IMMOBILIER, membre de la Chambre des Experts Immobilier de France
    Diplômé de Sciences Pô, DESS Ingénierie Financière

  20. Nous arrivons à l’orée d’un bois assombrie par la pensée unique, une dictature du politiquement correcte. Interdit de débattre de la shoa, du 11 septembre, des homosexuels, du club Bildenberg… et pendant ce temps 1% de la planète plume les démunis. Oui, un état fasciste -des multi-nationals protégés par des sociètés privés, des médias aux ordres et des lois mémorielles – est sur le point de faire des français de véritables esclaves/zombies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services