Tibet : Non, Monsieur Kouchner, ce n’est pas comparable !

Mon collègue et ami, Lionnel LUCA, Président du Groupe d’études sur le Tibet, a posé, mardi dernier, lors des Questions au Gouvernement, une question relative à la situation au Tibet. Vous savez je me suis très tôt insurgé contre les événements qui ont lieu là-bas. Membre du Groupe d’études, je ne peux envisager que la France reste sans rien faire. La réponse du Ministre était tendancieuse.

Voici la Question et ma réaction lors de cette séance :

M. Lionnel Luca : Monsieur le ministre des affaires étrangères et européennes, ma question concerne les événements dramatiques du Tibet. Certains penseront peut-être : « encore ! ». Eh bien, oui, il faut en parler encore, en parler aussi longtemps qu’il y aura des assassinats, de la répression, des tragédies, pour ne pas oublier. Monsieur le ministre, je souhaiterais que nous puissions ici témoigner de notre soutien au peuple tibétain, victime de la répression, que les élus rejoignent le groupe Tibet, qui est un interlocuteur entre l’ambassadeur chinois et le représentant du bureau du Tibet, que les maires hissent dans leur commune un drapeau du Tibet jusqu’aux jeux Olympiques, que nos concitoyens arborent un autocollant, pour affirmer haut et fort que personne n’est dupe en France du fait que les jeux Olympiques auront lieu dans la plus grande dictature du monde. Monsieur le ministre des affaires étrangères, je souhaiterais que vous relayiez le communiqué du Président de la République d’hier. Il s’agit d’un communiqué important dans lequel le Président de la République, en plus de faire part de son émotion, indique pour la première fois très clairement qu’il est nécessaire de renouer le dialogue entre les représentants du dalaï-lama et les autorités chinoises. Le Président a également fait part de la spécificité des relations diplomatiques entre la France et la Chine, dans la mesure où les représentants tibétains attendent que nos bonnes relations avec la Chine servent non pas à taire, mais au contraire à permettre le dialogue entre les autorités chinoises et eux-mêmes. Le fait que le Président de la République ait pu dire qu’il se tenait prêt à faciliter la reprise du dialogue me paraît extrêmement important, indépendamment des discussions que nous aurons avec nos partenaires européens. Monsieur le ministre, de quelle manière comptez-vous relayer l’initiative du Président de la République ?

Un mot pour dire que nous sommes un peu heurtés lorsque vous parlez de nos « amis chinois ». Nous, nous sommes les amis du peuple chinois, pas des représentants de la dictature. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire.)

M. le président. La parole est à M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes.

M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes. Monsieur le député, nous disons « nos amis chinois » comme nous disons « nos amis américains », nos « amis allemands » ou nos « amis anglais ». (Exclamations sur plusieurs bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire.)

M. Christian Vanneste Ah non, ce n’est pas comparable !

M. le ministre des affaires étrangères et européennes. C’est une façon de s’exprimer quand on a quelque chose à demander. Il faut aussi tenir compte du fait que le peuple chinois lui-même n’est pas bien informé de ce qui se passe au Tibet. Nous nous adressons aux dirigeants chinois pour leur demander de bien vouloir renouer le dialogue avec les Tibétains, un dialogue qui n’a encore rien donné et a été interrompu à six reprises depuis 2002. Comment faire ? Pour instaurer un dialogue il faut être deux. Les Tibétains y sont prêts, mais il faut aussi que cela soit le cas des Chinois. J’ai parlé hier pendant une heure et demie à mon homologue, le ministre chinois des affaires étrangères, M. Yang, lequel prétend que la « clique du dalaï-lama » les a attaqués. Tout d’abord, je lui ai fait valoir qu’il ne devait pas s’exprimer ainsi s’agissant du dalaï-lama, lequel est toujours le bienvenu en France et ne me semble pas être dans cet état d’esprit. Ensuite, je lui ai fait observer que le dalaï-lama assurant n’être pour rien dans les événements qui ont eu lieu au Tibet et n’avoir donné aucun ordre, il convenait de vérifier tout cela, et donc que la Chine accepte que des journalistes, sans doute aussi des diplomates et des parlementaires, se rendent sur place. Nous nous y employons. Nous essayons de faire en sorte que le dialogue reprenne. M. Gordon Brown s’y emploie, de même que Mme Merkel. Il est important de parler à vingt-sept pour donner du poids à ces paroles. Certes, la France occupe une place spécifique dans ses relations avec le Tibet et la Chine, mais j’espère que, vendredi prochain, à Lubjana, en Slovénie, les vingt-sept ministres des affaires étrangères adopteront un texte commun redonnant espoir aux deux parties. Bien sûr, je déplore que l’on mette toutes les victimes dans un même sac, mais elles sont toutes à déplorer, qu’il s’agisse de Tibétains, de Chinois, de Hans ou de musulmans ! Nous ne faisons pas de tri parmi les victimes ! Donc, si nous pouvons obtenir une position commune vendredi prochain, ce sera un atout pour la position que défend la France.

3 commentaires

  1. isabelle - 1 avril 2008 11 h 59 min

    On parle pas mal de boycott de la cérémonie d ouverture,qui à priori,pourrait sembler une bonne idée.
    Pas si évident en fait ..

    Serment de l’athlète
    « Au nom de tous les concurrents, je promets que nous prendrons part à ces Jeux olympiques en respectant et suivant les règles qui les régissent, en nous engageant pour un sport sans dopage et sans drogues, dans un esprit chevaleresque, pour la gloire du sport et l’honneur de nos équipes. »

    Bien sur,pour beaucoup tout ce qui est protocolaire semble désuet(voire ringard..),mais boycotter la cérémonie d ouverture laisserait sous entendre,donc ne pas préter serment …DONC ne pas respecter « l esprit des Jeux »..

    Je maintiens mon idée :boycott des médias..

    Répondre
  2. isabelle - 1 avril 2008 12 h 00 min

    Quant à Ségolène Royal qui s’est prononcée en faveur d’une « menace de boycott » des jeux Olympiques de Pékin..
    Quelle bravitude de faire une telle déclaration..!!

    Mais au fait,ou a t elle acquis la bravitude l’immaculée Ségolène ??????

    Répondre

Exprimez vous!