Graves incidents à Tourcoing

Comme je l’avais craint, des violences se sont produites ce matin en marge des manifestations organisées autour des lycées tourquennois. Aujourd’hui, trois observations s’imposent.

D’abord, la violence est apparue avec une ampleur telle qu’on en n’avait jamais connue dans notre ville. Des pavés ont été jetés sur les forces de police, une voiture a été stoppée et renversée et de nombreux véhicules ont fait l’objet de déprédations. Enfin, une bouteille explosive remplie d’acide a été lancée et a atteint un groupe de lycéens et de policiers sans entraîner de blessure grave, mais en détériorant les vêtements.

En second lieu, il faut noter que les forces de l’ordre ont maîtrisé la situation. Seize personnes ont été placées en garde à vue, des procédures systématiques sont entamées. Des preuves et des témoignages sont déjà réunis. Il reste maintenant à la justice àfaire son travail, et on espère qu’elle le fera avec la plus grande sévérité.

Enfin, on ne peut devant ces débordements que déplorer la bêtise de jeunes incapables de comprendre que leur futur emploi devra, si rien ne change, supporter le coût d’un retraité. Tous les pays européens ont été cependant capables de se livrer à cette arithmétique basique.

Si la bêtise est critiquable, la lâcheté et l’irresponsabilité des adultes qui ont lancé ce mouvement sont totalement inexcusables. Il s’agit bien de manipuler les jeunes, de les exposer à la violence pour satisfaire des exigences économiquement absurdes, étroitement égoïstes, et rigoureusement contraires à l’intérêt de notre pays. Une nation civilisée, une démocratie adulte, savent que le droit ne repose pas sur la force et qu’il appartient seulement au pouvoir législatif d’en décider.

Or, en instaurant le pouvoir de la rue, en usant d’une minorité violente de blocage, les opposants à la réforme montrent leur vrai visage, celui du fascisme, de la force s’imposant au droit, c’est-à-dire du retour à la barbarie.

Articles liés

8 commentaires

  1. M vanneste, j’aurais une approche un peu différente du problème. Je suis d’accord quand vous dîtes que les jeunes ne comprennent pas toujours les enjeux, par contre je ne suis pas d’accord pour dire qu’ils devraient accepter les décisions du gouvernement sans rien dire. Vous dîtes que la violence représente le fascisme, mais de la même manière, obéir au gouvernement sans réfléchir ouvre les portes au nazisme. Les jeunes sont certainement beaucoup plus concernés par la retraite que les membre du gouvernement (au sens large : ministres, sénateurs, …) qui votent des lois qui ne les affectent pas. Autant les jeunes et les adultes qui les motivent n’ont actuellement pas d’alternatives, autant ils refusent d’abandonner des droits sociaux qui ont été acquis à force de nombreuses manifestations et vies perdues lors de précédentes “guerres” sociales. Et sur ce point je suis d’accord avec eux, les gouvernements précédents n’ont pas su anticiper le problème des retraires, mais ce n’est pas une raison pour prendre des décisions à la va-vite maintenant, décisions qui pénalisent principalement les pauvres, comme si le fait d’être pauvre n’était pas suffisant à lui seul.

  2. “Or, en instaurant le pouvoir de la rue, en usant d’une minorité violente de blocage, les opposants à la réforme montrent leur vrai visage, celui du fascisme, de la force s’imposant au droit, c’est-à-dire du retour à la barbarie.”

    D’ailleurs, c’est si vrai que la majorité socialio-communiste de Tourcoing fait, en marge de la place de la Résistance, de la propagande miterrandienne pétainiste.

  3. Avec le retour du froid, les gauchistes ont trouvé “+ amusant” pour se distraire que de se servir des ROMS en tous cas …..
    Par magie, et malgré l humidité, les super défenseurs des roms se sont évaporés ….
    Etonnant non ? !

  4. Arf, loupé pour le point Godwin…

    – Ah, le mythe de la jeunesse manipulée..comme si les jeunes ne pouvaient pas réfléchir et trouver débile une soi-disant réforme…quel crachat à la figure des jeunes, quel mépris !!
    Ah, si, des jeunes manipulés, il y en a : les jeunes de l’ump, qui, bave aux lèvres, répètent les axes de com’ appris par coeur sans rien y comprendre…Lobotomisés si jeunes, c’est un scandale !!
    Je considère que certains “jeunes” ont un niveau de réflexion critique plus poussé que la bande de parasites qu’on appelle députés, dont l’écrasante majorité va voter un texte qu’ils n’ont même pas lu et encore moins compris.

    Vous me direz, on peut pas leur en vouloir : cela ne les concerne pas. La réforme du régime de retraite des parasites (lisez la définition dans un dico, vous allez voir, ca correspond parfaitement à un député) n’est toujours pas d’actualité : ils ont même repoussé un projet de loi le 03/09/2010 !

    A ce propos, quand les députés, censés représenter le peuple et travailler pour le peuple (relisez un vieux texte qu’on appelle constitution, vous allez rire), sont devenus des bourgeois privilégiés à la botte du pouvoir executif, aussi fidèles qu’un animal de compagnie, il est normal que la rue se charge de sa propre défense : les institutions ont failli (les feignasses privilégiées ne font plus leur travail, gavées de fric et obnibulés par la protection de leur insignifiants petits pouvoirs), le citoyen de base doit se défendre seul contre une poignée de responsables marketing et de conseillers très spéciaux qui font mu-muse avec le pays france.

    Vous dites “le pouvoir législatif doit décider” : Or, le pouvoir légslatif n’est plus en mesure de décider quoique ce soit : il obéit aux ordres de son maitre, bave à la comissure des lèvres, la queue frétillante.
    L’assemblée est devenue une chambre qui execute de simples ordres d’enregistrements de textes pensés, discutés et rédigés par d’autres. La fainéantise et l’imbécilité des députés ont mi en danger la démocratie.

    Pour finir, cessez de qualifier la bouillie intellectuelle pondue par les marketeux du gouvernement une réforme : il s’agit de simples ajustements de variables.
    Les 35 régimes de retraite subsistent, avec leurs frais de gestions élevés ; gérer une carrières transervsale est toujours aussi compliqué pour un salarié. Bref, rien n’a changé.
    Une vraie réforme aurait été de créer un régime universel, sans doutes une retraite par points, comme on en retrouve dans d’autres pays européens…Toujorus de la répartition, mais en mode simplifié et compréhensible, en allégant les frais de gestion…
    Mais cela demande courage, compétence et maîtrise des dossiers, des notions absentes des sommets de l’etat.

    Quant à votre expression “exigences économiquement absurdes, étroitement égoïstes, et rigoureusement contraires à l’intérêt de notre pays”, je trouve que cela correspond parfaitement au régime de retraite actuel des députés, ces privilégiés qui ne cessent de prouver leur inutilité.

  5. Bonjour,
    Et vous, votre réforme des retraites des députés elle en est où ?
    Pas trop difficile pour vous ?
    Mais il est vrai que vous n’en êtes pas à votre première ineptie …
    Au revoir et bonne retraite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.