Prise en charge maladie d’Alzheimer (QE 8896)

M. Christian Vanneste attire l’attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports sur l’intérêt d’intégrer au plan national de lutte contre la maladie d’Alzheimer la création d’un statut particulier des aidants familiaux. En effet, la commission sur le plan Alzheimer mise en place par le Président de la République doit rendre ses propositions début novembre. Une des orientations place au coeur des priorités la personne atteinte de la maladie et « le respect de sa dignité » en cherchant à le maintenir à son domicile chaque fois que cela est possible. Il semblerait par conséquent intéressant de créer un véritable statut de l’aidant familial afin de permettre à celui ou celle qui s’engage dans cette démarche de bénéficier du temps nécessaire sans que son évolution professionnelle en pâtisse. Il aimerait donc connaître l’avis du Gouvernement sur ce sujet.

Texte de la Réponse : L’attention de Mme la secrétaire d’État chargée de la solidarité a été appelée sur le statut des aidants familiaux à travers l’exemple des difficultés vécues par les personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer et par leurs proches. La maladie d’Alzheimer et les affections apparentées constituent un défi majeur de santé publique pour notre société. En France, la maladie d’Alzheimer et les syndromes apparentés frappent environ 830 000 personnes et l’on estime à plus de 225 000 le nombre de nouveaux cas chaque année. Entraînant une diminution de l’espérance de vie qui s’accroît avec l’âge des personnes atteintes, la durée de survie moyenne est estimée à cinq ans à partir de l’établissement du diagnostic. Ces maladies engendrent à terme, une dépendance physique, psychique et sociale majeure qui retentit sur la vie sociale du malade et de ses proches. L’État s’est mobilisé en mettant en place successivement deux plans : un « programme pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et de maladies apparentées » (2001-2005) et un « plan maladie d’Alzheimer et maladies apparentées » (2004-2007). Il s’agissait ainsi de développer les structures de diagnostic, d’améliorer les conditions d’accompagnement et de prise en charge des personnes malades à leur domicile et en institution, d’offrir aux aidants des possibilités de répit et de soutien. Cette politique, relayée par les collectivités territoriales, s’inscrit dans un paysage foisonnant d’initiatives locales, souvent portées par des associations. Une des conséquences majeures de la maladie d’Alzheimer ou d’une affection apparentée est souvent, pour les aidants des personnes malades, une perturbation forte de leur vie quotidienne et une dégradation de leur état psychologique et de santé. La conférence de la famille 2006 a mis l’accent sur l’aide, le soutien, et l’accompagnement des aidants. Un décret, en cours de signature, fixe le statut de l’aidant familial de la personne âgée, par symétrie avec celui de l’aidant familial d’une personne handicapée. L’article 125 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2007 institue le congé de soutien familial qui permet à un salarié ou à un travailleur indépendant de s’arrêter de travailler pour s’occuper d’un proche dépendant ou handicapé et le décret n° 2007-573 du 18 avril 2007 règle les modalités de sa mise en oeuvre.

Exprimez vous!