De Gaulle était-il d’extrême-droite ?

L’un des moyens de diaboliser un homme public est de l’affubler d’une appartenance à “l’extrême-droite”. Dans le “sinistrisme” propre à l’idéologie qui règne dans le microcosme qui fabrique la formation et l’information dans notre pays, le déséquilibre est marqué entre une extrême-gauche dont la violence est minimisée, ou excusée par la générosité d’idées qui vont dans le sens vertueux du progrès, et une extrême-droite rétrograde, réactionnaire et ultra-violente. C’est ainsi qu’on oubliera que l’extrême gauche révolutionnaire, et même la gauche en général, avec les Jacobins, a été lors de la Révolution française à l’origine d’un totalitarisme que  la Révolution anglaise avait évité et qui est devenu un modèle : exécution du monarque, certes, mais aussi de sa famille, massacre des opposants, génocide de populations récalcitrantes, éradication de la culture nationale, de sa religion et de ses fêtes, transformation du langage et maîtrise de la pensée à travers celle de la langue. La prétendue “Terreur blanche” en France est un faux semblant inventé pour tenter d’équilibrer les horreurs sanglantes de 1793-1794. Sait-on que Saint-Just vantait la tannerie de Meudon pour la qualité de ses culottes en peau humaine ? Celle d’Angers était notamment réputée pour avoir fourni aux contingents Bleus des Ardennes, des culottes découpées sur les cadavres des fusillés Vendéens. En face de cette férocité enveloppée dans la rhétorique des “Lumières” mêlées de rousseauisme, les représailles ou vengeances des royalistes ont été timorées. Fouché, le boucher de Lyon, qui fauchait au canon les opposants faits prisonniers, est mort en exil, de sa belle mort.

Les parents du Général de Gaulle étaient des catholiques fervents, des patriotes ardents, et conservaient une sensibilité monarchiste, viscérale chez Jeanne selon Philippe de Gaulle, son petit-fils . Mais le classement des personnes dans des cases étroites, cette tendance malheureuse et stupide qui se répand de plus en plus aujourd’hui où l’on réintroduit même la couleur de la peau, se heurte à la complexité mouvante du réel : comme chez beaucoup de légitimistes, la foi l’emportait sur la politique et déterminait chez eux l’épanouissement d’une fibre sociale. D’une grande rigueur morale, Henri, le père, était dreyfusard. Néanmoins, Charles de Gaulle laisse percer cet héritage : s’il est sensible à la gloire napoléonienne, il écrit à plusieurs reprises que le grand homme avait laissé la France plus petite qu’il ne l’avait trouvée. Dans la France et son armée, le jugement sur Napoléon est mitigé. Celui sur la monarchie l’est beaucoup moins : hommage à Louvois d’abord, et surtout insistance sur les capacités militaires réunies par Louis XVI qui ont permis sa victoire contre les Britanniques et l’indépendance des Etats-Unis, et ont été au coeur des succès de la Révolution et de l’Empire.

De Gaulle n’affiche pas nettement de position politique entre les deux guerres. Il sera proche de Pétain qui est considéré comme un maréchal républicain. Il rencontrera Blum pour lui exposer ses théories sur l’armée de métier et les blindés. Celui-ci aura une attitude typiquement socialiste, bêtement idéologique, mettant la politique intérieure avant l’intérêt national : il craignait que cette armée ne devînt celle d’un coup d’Etat ! De Gaulle ne sera compris et suivi que par Paul Reynaud qui en fera un sous-secrétaire d’Etat, source de la légitimité “républicaine” de l’homme du 18 Juin. Néanmoins, nombre de ceux qui le rejoignent dès le début de sa “Résistance” sont en fait vraiment des hommes d’extrême-droite, peu attachés à la République, mais bien davantage à la France, membres de l’Action Française et parfois cagoulards. Le colonel “Rémy”, Honoré d’Estienne d’Orves, Philippe de Hauteclocque qui deviendra le maréchal Leclerc seront parmi les premiers. Quant à Roosevelt, il cultivera longtemps un préjugé défavorable: “un fanatique et une nature fasciste”, dira-t-il du Général !

“Fasciste, extrême-droite”, c’est la vieille tactique conseillée par Staline, qui lui ne se trompait pas sur le patriotisme légitime de de Gaulle, mais conseillait aux communistes de traiter de fascistes leurs adversaires, quels qu’ils fussent, car le temps qu’ils mettraient à s’en défendre les empêcherait d’attaquer. De Gaulle avait un idéal, en fait très concret, qui était la France qu’il voulait la plus forte possible, condition inéluctable pour assurer la liberté et la prospérité des Français. Cet idéal de bon sens, il ne le voulait ni de droite ni de gauche, mais malgré lui, il penchait à droite dans la mesure même où la gauche a systématiquement affaibli la France politiquement, économiquement et militairement. Alors on pourra constater ses efforts durant la guerre pour rallier à lui la gauche radicale et socialiste afin de ne pas laisser le poids des communistes devenir trop lourd et on pourra de même insister sur le fait que parmi ses adversaires les plus résolus se trouvaient les nostalgiques de Vichy et les partisans de l’Algérie française qui se réunirent en 1965 derrière Tixier-Vignancour et contribuèrent à une élection plus difficile que prévue. Mais, quand on regarde les motivations de sa politique algérienne telles qu’il les rappelle dans ses “Mémoires d’Espoir”, on perçoit qu’elles étaient nourries par l’exigence de l’intérêt national plus que par un “droit” abstrait. “L’intégration n’était pour moi qu’une formule astucieuse et vide… Cela reviendrait à maintenir la France enlisée politiquement, financièrement et militairement… Ce serait, en même temps, enfermer notre armée dans l’impasse… Quoi que j’aie moi-même .. espéré à d’autres époques, il n’y avait plus, à mes yeux, d’issue en dehors du droit de l’Algérie à disposer d’elle-même”.

Qui imaginerait que la continuité de la France et de son Etat, inséparable de l’unité nationale et de l’indépendance du pays, qui était l’essence même du gaullisme en 1940, puisse s’accommoder de la situation que les politiciens qui se sont succédé au pouvoir ont créée : un archipel multiculturel, des îlots perdus, une démocratie légitime soumise à la technocratie bruxelloise, une France à la remorque de l’Empire américain ? Si résister à cette dérive, c’est être d’extrême-droite, alors il faudrait en conclure que De Gaulle était d’extrême-droite, ce qui est absurde. Il était ardemment patriote, idéaliste dans ses buts et réaliste dans les moyens déployés pour les atteindre.

Articles liés

7 commentaires

  1. “une extrême-gauche dont la violence est minimisée, ou excusée par la générosité d’idées qui vont dans le sens vertueux du progrès”…Aujourd’hui est la journée nationale du Secours catholique, même si l’appellation Secours communiste lui conviendrait mieux. La ligne de cette association de défense des damnés de la terre est digne de celle de n’importe quelle organisation révolutionnaire d’extrême gauche qui ravirait les Poutou, Arthaud et même Mélenchon! On comprend mieux pourquoi hélas les églises se vident…au même titre que leurs électorats respectifs!

  2. J’ignore si on peut considérer que “De Gaulle” était d’extrême droite, mais il est clair que de jours, l’extrême droite se réclame massivement de “De Gaulle “.
    En fait, en politique chacun fait ce qu’il veut, du moment que cela arrange. Les “pigeons” sont toujours les électeurs.

  3. De Gaulle était pour l’armée de métier, certes, mais ce qui a surtout sauvé l’honneur de la France, c’était “La Résistance” cette valeureuse armée du peuple sans qui, il n’aurait peut-être pas existé.

  4. …sans oublier l’armée du contingent qu’il fut bien heureux de trouver pour faire face au putsch des généraux d’Alger.
    Aujourd’hui ( supprimé par J.Chirac) le service national aurait été d’un grand secours. Plutôt que d’adapter ou de réformer, il a été plus facile de détruire purement et simplement ce type de vieilles “institutions” mais l’histoire tôt ou tard nous rappelle toujours à l’ordre !

  5. Tout ça est bel et bon, mais De Gaulle n’était pas obligé en 1958 de reprendre le pouvoir dans les wagons de l’Algérie française s’il avait déjà conçu l’idée de sa nécessaire autodétermination.
    La ruine possible des pieds-noirs, qui lui avaient préféré Giraud en 1943, ne l’a semble-t-il jamais ému, pas plus que celle des supplétifs abandonnés sur ordre.

    Il y avait un côté manipulateur et rancunier chez Charles de Gaulle, et quand on les compte, pas mal d’exécutions extra-judiciaires comme on dit, commandés par les étages subalternes qui se savaient couverts.
    De Gaulle d’extrême-droite ?
    Plutôt d’extrême ego.

  6. Si seulement nous pouvions trouver de nos jours encore, un tel “extrême égo” de classe et de qualité pour sauver notre pauvre pays à la dérive, je suis preneur.

  7. Éric Zemmour a été critiqué pour avoir daté l’opposition entre Charles de Gaulle et le maréchal pétain au sabordage des navires français dont l’artillerie avait été préalablement sabotée dans le port français de Toulon; pourtant il est difficile de démontrer avant cela une politique criminelle en France sans occupation militaire…
    Nb: Puisqu’il dénonce un impôt macroniste sur la production jusqu’en fin d’année prochaine, Philippe Juvin reste l’avenir assuré de la droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services