La France aliénée, colonisée ?

Les marxistes avaient un concept-clé : l’aliénation. Être aliéné c’est devenir autre que soi-même, c’est être dépossédé de soi, c’est à la fois être privé de son identité et de sa liberté, comme le prolétaire volé de son travail par le profit du capitaliste, soumis à l’idéologie de la classe dominante et par-là même rendu étranger à sa classe. Evidemment, cette conception n’a guère résisté à l’histoire, car l’ouvrier exploité par le manufacturier ne correspond guère à la situation la plus répandue dans les pays post-industriels. Mais l’idée demeure pertinente : si on admet qu’un individu possède une identité non seulement personnelle, mais aussi collective par son éducation, son sentiment d’appartenance, la connaissance de l’histoire de sa communauté nationale ou autre, sa langue, ses modèles culturels de comportements, et finalement la conscience de ses intérêts et de ceux de son groupe, lorsqu’il perd cette identité, il est aliéné, dépossédé de lui-même, et privé de la possibilité de choisir son destin. Si l’on admet par ailleurs que certains groupes de pressions, certaines manipulations favorisent ce processus, on retrouve le schéma marxiste. Simplement, il n’est plus étroitement ni directement lié à l’économie, mais peut correspondre à la tendance persistante dans l’histoire de la volonté de domination d’un groupe quel qu’il soit sur les autres. Bien sûr cette hypothèse suscitera immédiatement l’accusation de complotisme. Toutefois, il ne faut pas confondre les réécritures hasardeuses de l’histoire, par exemple sur l’assassinat de J.F. Kennedy ou sur Pearl Harbor et l’interrogation raisonnable suscitée par la multiplication des contradictions étonnantes entre les problèmes rencontrés et les solutions proposées. Soit les dirigeants qui formulent ces dernières sont incompétents, mal informés ou soumis à des pressions qui entravent leur pouvoir, soit il y a un dessein intelligent derrière cette absurdité de surface. Soit l’histoire est “un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien”, comme Shakespeare le fait dire à Macbeth, soit sans imaginer qu’elle soit déterminée à marcher vers une fin inéluctable, comme le pensaient Hegel, Marx, ou plus récemment Fukuyama, on peut penser que certains groupes mus par une idéologie commune favorisent à un moment donné une certaine évolution, et manipulent l’opinion dans ce but. La mondialisation n’a pas réalisé l’unité du monde : la Chine à peine intégrée est devenue un ogre dont l’appétit risque de contrarier les concepteurs du village planétaire ; la Russie offre depuis l’arrivée de Poutine une résistance méritoire à la normalisation mondialiste ; Le monde musulman use de deux armes pour s’affirmer, la puissance énergétique et financière qui l’intègre, et le dynamisme démographique.  On voit bien que la “mondialisation” est avant tout un phénomène occidental, même lorsqu’il affaiblit l’Occident au profit d’autres ensembles civilisationnels. La première mondialisation correspondait la colonisation essentiellement britannique. Celle que l’on vit actuellement est souvent une colonisation déguisée, américaine d’abord, et qui devient en partie chinoise.

Dans ce monde en évolution, il y a des gagnants et des perdants, et les seconds sont les aliénés d’un devenir qu’ils subissent, et qui les prive de leur autonomie, de leur identité, de leurs défenses immunitaires contre la dépossession de soi. Faut-il être complotiste pour admettre que la France est parmi ces perdants une victime exemplaire ? Beaucoup de Français étaient prêts à se glorifier du succès de “leur” équipe de football, et on dû rentrer leurs drapeaux. Mais que penser de ces projecteurs braqués sur des événements insignifiants pour notre pays vécus par une équipe qui est une page de publicité en faveur de l’immigration ? On voudrait détourner l’attention des vraies questions qu’on ne s’y prendrait pas autrement. La peur obsessionnelle du virus, qu’on prolonge à souhait au-delà du raisonnable, grâce aux variants, a transformé notre nation en un troupeau de moutons à la fois soumis et pratiquant le chacun pour soi. Les élections ont été contournées par une majorité de Français désintéressés de la vie nationale. Cette panique organisée a fait suite à la terreur apocalyptique du réchauffement climatique auquel notre “petit” pays, mais nucléaire, ne peut pas grand chose, si tant est qu’il existe. En fait tout se passe comme si l’on cherchait à dissoudre la conscience collective des Français, à leur faire perdre de vue de vue leurs véritables intérêts, bref à les aliéner.

Car, pendant ce temps, la France devient de moins en moins maîtresse d’elle-même, perd son indépendance, sa souveraineté, c’est-à-dire la capacité de défendre ses citoyens. Cette aliénation prend trois formes : d’abord démographique avec une immigration déraisonnable associée à une politique à la fois globalement destructrice de la famille et du culte de la vie, et offrant paradoxalement une politique familiale généreuse, sans préférence nationale, aux immigrés ; économique ensuite avec l’effondrement de notre industrie, et le transfert de nombreuses activités économiques à l’étranger ou sous contrôle de l’étranger, comme l’ont montré Laurent Izard dans “La France vendue à la découpe” ou Olivier Marleix dans “Les Liquidateurs” ; culturelle, enfin, avec l’invasion linguistique de l’anglais, l’injection de modes idéologiques américaines, et la déconstruction de l’histoire nationale, le ciment de notre conscience en tant que peuple. La passivité, voire la complicité de nos dirigeants face à ce processus, qu’on peut interpréter comme une colonisation à bas bruit,  doit permettre l’interrogation : sont-ils idiots ? Sont-ils privés de leurs pouvoirs, liés par des intérêts contradictoires, entravés par la multiplication des “machins” supranationaux, comme les instances de l’Union Européenne, ou les autorités judiciaires ou administratives qu’on s’est plu à créer ? Sont-ils carrément complices d’une idéologie cosmopolite et économiciste qui considère les nations comme des vestiges du passé ? La question reste posée !

Articles liés

5 commentaires

  1. Depuis la mort de Georges Pompidou, la France est gouvernée par des jean-foutre. Vous ne pouvez pas lutter contre la médiocrité institutionnalisée ! Pensez qu’on a même constitutionnalisé un “principe de précaution” pour se prémunir de tout risque dans nos découvertes.
    Nous jouons en division 2 et pas sûr que nous nous y maintenions, à voir les fondamentaux du lest qui nous plombe. La France est le nouvel homme malade de l’Europe. La tutelle approche.

    1. On peut et on devrait se grouper, notamment les provinciaux plus solides physiquement et mentalement, pour faire tomber les technocrates ! Mais on aime la vie, donc 95% de la population française n’est plus capable de combattre. Je pense aux gilets-jaunes avant qu’ils ne soient avalés par les marxistes. Ah un moment donné, Macron a eu peur ; Je pense encore que la bonne solution est de faire tomber Bruxelles et la caste des hauts-fonctionnaires en France. Quant aux Big Boss mondialistes, pour leurs faire peur, il faut ne plus acheter ! Les 3/4 des français ont de quoi vivre plus petitement sans beaucoup souffrir. Par contre pour eux, ce serait la chute très rapidement, je pense.

  2. Depuis que l’URSS communiste s’est effondrée, le capitalisme a remplacé cette idéologie en tant que progressisme, gauchisme, en ce qu’il cherche sans cesse à améliorer la condition humaine, aujourd’hui celle des “minorités” glorifiées en Occident. Le conservatisme a changé de camp et se trouver désormais en Russie, en Chine ou encore dans le monde islamique.

  3. La première des solutions pragmatique serait peut-être de supprimer tous les “machins” : comités, commissions, conseils qui offrent des pantouflages lucratifs à des “copains-coquins” qui nous coûtent très cher et ne servent qu’à complexifier la vie; La seconde serait d’interdire le lobbying institutionnalisé auprès des élus, et de responsabiliser personnellement ceux-ci; et afin d’évier le vote “godillot” les obligert à un serment : “voter en leur âme et conscience”, en rendant le vote secret. (il serait bien aussi d’obliger chaque candidat à une élection à fournir un CV (vérifié) et une profession de foi personnelle, afin que le citoyen sache vraiment qui il élit. Cela aurait peut être évité ces lois dites “progressistes” qui ne sont que l’expression de minorités extrêmistes qui nuisent à la majorité.

  4. J’ai été quelque peu absente de ton blog Christian car prise par mon travail spirituel et je te lisais sans mettre de commentaire .
    Et je viens ce soir pour te dire que je vais partager ce billet éblouissant que j’apprécie beaucoup .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services