La Démocratie directe comme dernier recours de la démocratie française. (I)

Des législatives partielles permettront l’élection de quatre députés dimanche 6 Juin. Le premier tour n’a intéressé qu’un électeur sur quatre. Les nouveaux venus qui débarqueront à l’Assemblée bénéficieront d’une légitimité toute formelle. Elus pour un an, sans pouvoir modifier la majorité en place, ils subissent aussi les conséquences d’une accumulation de faits qui ont remis en cause le fonctionnement de notre démocratie. L’incapacité de l’alternance entre la gauche et ce qu’on appelle la droite est désormais ancrée dans les esprits : depuis 1981, elle n’a jamais arrêté le long déclin de notre pays ni même apporté une solution aux problèmes les plus cruciaux. Rendu stérile sur le plan social, la gauche s’est repliée sur les problèmes sociétaux, ajoutant la décadence au déclin. La “droite” a, selon une tradition nationale, été une fois encore la gauche avec vingt ans de retard, célébrant aujourd’hui ce qu’elle combattait hier, en un piteux ralliement. Le spectacle d’élus accrochés à leurs sièges plutôt que passionnés pour l’amour de la France a ôté tout respect pour les “politiciens”. Les “affaires” n’ont rien arrangé, et après celle montée en épingle pour évincer François Fillon, les Français ont pour beaucoup espéré qu’un homme jeune et apparemment brillant allait briser le système. C’était une aveugle illusion puisqu’il en est un pur produit. Parvenu au pouvoir par le socialisme dans sa version strauss-kahnienne, il est l’homme de la technocratie et de la finance mondialiste, de l’alliance entre la haute fonction publique et les milliardaires, l’élu de Davos, celui qui va en finir avec ces vieilleries que sont le peuple souverain, la nation, la France, pour asseoir plus complètement la gouvernance des sachants, tout en recyclant ses amis socialistes. Les Français ont fui Charybde et ils sont tombés dans Scylla. Depuis quatre ans, ils sont soumis à une avalanche de catastrophes, mais bercés par la douce musique des médias complices financés par les amis du président. De la révolte des gilets jaunes, ces Français périphériques ulcérés par une fiscalité oppressive et injuste, jusqu’à l’alerte lancée par les militaires sur la menace de guerre civile qui pèse désormais sur notre société, notre pays n’a connu qu’une évolution suicidaire masquée en partie par les longs discours élyséens profitant éhontément de la crise sanitaire qui n’avait, cependant, pas été anticipée, même à court terme. D’un état d’urgence à un autre, on a habitué le peuple à subir la restriction de ses libertés, et la propagation des peurs virales l’a même rendu en partie complice. Le régime macronien, c’est le syndrome de Stockholm : les otages sont séduits par celui qui les enferme.

Les Français ne croient plus guère aux élections. La fin du confinement va-t-elle leur faire retrouver le chemin des urnes ? Les municipales elles-mêmes ont été noyées dans le brouillard du covid, avec des réélections massives au premier tour et la victoire surréaliste des khmers verts dans les grandes villes au second. Au-delà des régionales, c’est la présidentielle qui reste la butte témoin de notre démocratie ruinée. Depuis l’instauration du quinquennat, le pouvoir législatif n’est plus que l’ombre de l’Elysée. Les électeurs avec cohérence offrent une majorité au président qu’ils viennent d’élire. Lorsque celle-ci n’est constituée que de godillots désignés par le candidat élu, et dépourvus de la moindre légitimité personnelle, on a quitté les rives d’une véritable démocratie pour s’aventurer dans les rapides d’une autocratie du bon plaisir où les lubies et les préjugés du monarque ont force de loi, puisque la ligne d’un parti n’est même plus là pour en fixer les limites. La fuite en avant européenne avec l’abandon de la souveraineté budgétaire, comme seule solution à la course folle aux déficits et à l’endettement, a lieu dans un contexte irréel où les taux encouragent les emprunts, où la création monétaire est sans inflation puisque le déficit du commerce extérieur révèle l’importance des produits importés qui pèsent sur les prix. Entre l’endettement vertigineux et la ruine de notre industrie, quelle sera la première cause du suicide national ? Elle viendra peut-être du renoncement à l’existence, du remplacement de sa population, de la disparition de sa civilisation, de l’abandon de toute souveraineté. Or, les Français ont élu un homme qui les méprise, qui gomme l’histoire de France, c’est-à-dire leur identité, qui favorise l’immigration et l’ouverture accrue des frontières, en niant le rôle évident des immigrés non assimilés, Français de papier parfois, dans la délinquance et la violence qui envahit notre pays.

Le déséquilibre de nos institutions est d’autant plus insupportable qu’il offre un pouvoir immense à un homme qui peut être fort mal élu, non pour lui-même, mais contre l’autre par des électeurs de moins en moins nombreux qui ne le choisiront que par défaut. Ce n’est évidemment pas l’esprit dans lequel le Général de Gaulle avait bâti la Ve République. Pour lui, il fallait que le Chef de l’Etat, en charge de sa continuité et de la conduite de la nation dans le long terme, bénéficie d’un large soutien populaire. Il ne devait pas s’adonner à la gestion du quotidien ou faire preuve de démagogie contrairement à celui qui aujourd’hui nous explique les gestes barrière et va sur ses médias séduire une certaine jeunesse. Faute d’espérer l’homme providentiel que suppose notre Constitution, il faut donc retrouver la démocratie par un autre chemin, celui de la démocratie directe. Seul le recours systématique au référendum d’initiative populaire pourra trancher le noeud gordien qui étrangle la France. ( à suivre)

Articles liés

5 commentaires

  1. Pour que les élections aient encore un sens peut être faudrait-il qu’au lieu d’avoir, comme information sur les candisats, au lieu de simples affiches “incitatives’ des affiches informatives avec CV du candidat et profession de foi (contrôlés indépendamment)… et rendre ensuite le vote obligatoire; les citoyens auraient alors des éléments de comparaison pour se déterminer… Ensuite on pourrait décidé qu’un président , par erxemple, ne serait pas élu s’il n’a pas une majorité de plus de 50% de votes favorables (il faudrait aussi comptabiliser les votes blancs); si personne n’est alors élu, on pourrait prévoir de nouvelles élection trois mois plus tard après de nouveaux débats…l’intérim étant assuré paer le président du Sénat …Les mêmes affiches informatives devraient être exigées pour les candidats à toutes les élections (financées équitablement pour tous par l’Etat.)
    Dans la foulée je suggèrerais que le nombre des élus soit drastiquement réduit (de moitié par exemple : ce n’est pas la quantité qui compte, mais leurs qualités )( de plus ce serait une économie substancielle). On pourrait exiger aussi une objec tivité maximum , au moins des médias payés par nos impôts!
    Les kmers verts auraient-ils été élus si les électeurs avaient vraiment su qu’ils étaient des pastèques ?

    1. désolé mais votre commentaire est autant abscons et a coté de la plaque que cet article !
      pour ma part je considère que le premier tour de l’élection présidentielle a été volé aux français . tout le reste en découle !
      vous surestimez le pouvoir d’influence de l’oligarchie médiatique et vous sous estimez sa corruption et sa capacité de mensonge !
      vous sous estimez l’intelligence collective des citoyens français qui si ils avaient eu le droit de s’exprimer auraient peut être fait le bon choix !
      il y a trois vidéo sur cette chaîne . regardez les ou taisez vous !
      https://rutube.ru/video/b79ca478dde21eafee64b1640c435186/

  2. Les institutions ne donnent pas beaucoup de pouvoir au Président. C’est le gouvernement qui détient le pouvoir exécutif. Il se trouve que les présidents ont accaparé un pouvoir que la constitution donne au gouvernement et le peuple trouve cela normal. Le non respect de la constitution est un problème car cela signifie qu’on ne changera rien en changeant la constitution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services