Avec la Russie, place au réalisme !

L’Union Européenne comprend la majorité des pays à l’Ouest de la Russie en Europe. Nombre de ces Etats sont également membres de l’OTAN, organisation dirigée prioritairement contre le bloc soviétique et qui demeure hostile à la Russie comme si cette dernière en était la continuation. La volonté de poursuivre l’élargissement vers l’Est de l’UE et de l’OTAN notamment en englobant les anciennes républiques soviétiques telle l’Ukraine est ressentie comme une menace par Moscou, échaudé par la promesse non tenue de ne pas intégrer les républiques baltes. Il y a deux manières d’envisager la tension à nouveau créée autour de l’opposant russe Alexeï Navalny. Soit c’est un épisode du feuilleton relatant la lutte westernienne du bien contre le mal, dont le scénario est typiquement américain, et où la Russie a pris le rôle de l’URSS. Un événement et un personnage central sont montés en épingle pour stigmatiser le caractère injuste et cruel du pouvoir en place, des manifestations sont organisées, et les médias occidentaux dénoncent la répression et l’illégitimité d’un pouvoir qui n’est pas celui d’un Etat de droit, étant entendu que les procureurs, eux, sont sur ce plan irréprochables.

L’autre lecture des événements est très différente. Elle repose sur trois principes. Le premier consiste à reconnaître l’indépendance des Etats et leur droit à construire leur politique sur leur identité. La Russie est le plus vaste pays de la planète. Elle n’a jamais connu de démocratie de type occidental et est passée presque directement de l’autocratie tsariste au totalitarisme marxiste qu’elle a subi dura plus de 70 ans.  Elle bénéficie aujourd’hui d’un régime qui demeure centré sur un pouvoir personnel, mais qui n’a rien de commun, ni dans le fond, ni dans la forme avec le régime communiste. L’URSS incarnait une idéologie qui avait vocation à s’imposer au monde entier, et dans ce but soutenait de multiples guerres contre les démocraties occidentales faute de pouvoir les attaquer de front en raison du risque nucléaire. La séparation entre la Chine et la Russie a fait apparaître en surface la réalité que l’idéologie dissimulait. Les réalités de la géopolitique sont les Etats-nations voire les Empires. La Russie n’est plus un empire. L’éclatement de celui-ci l’a affaiblie et il suffit de voir le tracé de sa frontière avec la Chine en pleine expansion sur tous les plans pour mesurer une fragilité démographique et économique que sa puissance militaire relative compense partiellement. Elle est aujourd’hui un pays qui paradoxalement incarne le conservatisme avec ses trois piliers, le patriotisme, la dimension religieuse, et l’opposition au progressisme “sociétal”. Il est facile de comprendre que cette identité retrouvée est avant tout une nécessité pour sa survie, puisque l’abandon de ces valeurs est la cause même de notre décadence. En raison de sa géographie et de sa population, par exemple une forte minorité musulmane, la Fédération de Russie est exposée à l’implosion et doit s’en prémunir. L’acharnement de Washington et particulièrement des démocrates à son encontre repose non sur des principes éthiques, mais sur sa faiblesse même. Il est plus délicat de s’en prendre à la Chine… Le cynisme de la stratégie américaine néglige totalement le fait que la Russie fait partie de notre civilisation, et par exemple défend les chrétiens persécutés au travers de plusieurs de ses interventions en Afrique et évidemment en Syrie.

L’Occident politique a trahi son appartenance civilisationnelle au profit d’un rapport de forces d’abord économique et ensuite juridique. Il s’agit de bloquer la croissance russe par des sanctions, par des évictions de certains marchés, par exemple en freinant ses exportations énergétiques. Paradoxalement, le droit est utilisé comme une force, en disqualifiant la Russie comme Etat de droit, et en cherchant par ce biais à l’isoler, notamment par rapport à son partenaire géographique évident, le voisin européen. Le Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne (UE), qui se tiendra le lundi 22 février 2021 à Bruxelles, sera dédié aux relations qu’elle doit construire avec la Russie. Le haut représentant européen pour les Affaires étrangères rendra compte des résultats de son voyage à Moscou du 5 février.  Josep Borrell y était allé notamment pour demander la libération de l’opposant Alexeï Navalny. Sergueï Lavrov avait dénoncé publiquement à cette occasion l’«exceptionnalisme» des Occidentaux qui, selon lui, s’arrogent le droit de s’ingérer, comme ils veulent et quand ils veulent, dans les affaires intérieures des autres pays. En guise de leçon, trois diplomates européens avaient été expulsés pour avoir participé à des manifestations. En retour, trois Russes étaient également renvoyés chez eux, par des Européens, Mme Merkel pointant du doigt une Russie étrangère à l’Etat de droit… Mais elle a en revanche maintenu son soutien au gazoduc Nord Stream 2. Berlin s’aligne politiquement sur l’Amérique mais pas au point de lui sacrifier ses intérêts économiques.

Quant à la France, elle pourrait aujourd’hui saisir l’opportunité de ce trouble diplomatique européen pour se rapprocher de la Russie. A l’époque déjà lointaine où le Figaro célébrait la réussite diplomatique de Macron recevant Poutine à Versailles, le premier avait cru comme ses prédécesseurs tenter de sermonner son invité sur les droits de l’homme, allant même jusqu’à lui parler des LGBT… Quatre ans plus tard, les manifestations des Gilets jaunes durement réprimés, les élections passant plus ou moins à la trappe du covid après un coup d’Etat judiciaire initial, une séparation des pouvoirs anéantie, une Assemblée aussi mal élue que totalement soumise, un état d’urgence qui n’en finit pas, et une restriction des libertés sans précédent, il faut en rabattre de l’exemplarité démocratique de l’Etat de droit : place au réalisme !

Articles liés

5 commentaires

  1. Les hommes politiques ne raisonnent jamais en terme de civilisation. S’ils le faisaient ils découvriraient que la Russie chrétienne fait partie de notre civilisation et que les Etats musulmans font partie d’une autre civilisation. Cela leur servirait de boussole.

  2. “une Assemblée aussi mal élue que totalement soumise” qui préfère satisfaire des lobbies ultra-minoritaires, que s’attaquer aux vrais problèmes , en période de crises multiples et graves, c’est criminel , j’espère que le peuple va se réveiller !

  3. On comprend bien tout ça, Monsieur Vanneste. Mais plusieurs points font défaut. D’abord, le Kremlin n’était pas obligé de susciter le séparatisme dans deux nouvelles républiques de la Mer noire, comme la Transnistrie arrachée à la Moldavie par la 14è armée soviétique résidente, l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie détachées de la Géorgie, républiques croupions que même le grand-frère biélorusse ne reconnaît pas.
    Alors comprenez bien que les trois Etats baltes, hébergeant de fortes communautés russes, ont très bien compris qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour que ces communautés (de pieds-noirs) se déclarent martyrisées et réclament le secours de la mère-patrie. Secours qui avait été promis par V. Poutine d’entrée de jeu. Voir le livre d’Oliver Stone.

    C’est exactement pour parer l’invasion russe que les trois pays baltes ont demandé d’entrer dans l’OTAN avant toute autre candidature. C’était une démarche vitale. Les intimidations russes n’ont jamais cessé depuis lors et la surmilitarisation de l’enclave de Kaliningrad, comme les provocations récurrentes envers la Suède, met en tension la région, le Kremlin pensant qu’elle lui sera profitable à l’occasion… On peut continuer cette réflexion avec le Donbass ukrainien détaché par les forces anonymes du FSB. Reste la question de Crimée. Ce sera pour une autre fois 🙂

    Quand Gorbatchev liquida l’Union soviétique, l’OTAN n’avait pas de plan d’extension. Le sentiment qui courait les couloirs alors était plutôt la fin d’une Alliance atlantique devenue sans objet à terme et par là, la fin des emplois de fonctionnaires bien payés hors-taxes. Mais à la rupture du Pacte de Varsovie, tous les pays de l’Est sans exception ont immédiatement candidaté avant même d’aller discuter à la Commission européenne. Sans doute était-ce trop tentant ; mais qu’auraient pensé d’un refus d’intégration les tchécoslovaques, hongrois, polonais, roumains et bulgares qui venaient de voir se briser le joug ? Mettez-vous une minute à leur place.

    1. Le réalisme politique repose sur la puissance. L’Empire russe a compris durant des dizaines d’années et parfois des siècles toutes ces régions des pays baltes au sud Caucase. L’URSS à sa naissance a été amputée d’une grande partie du glacis européen. En 1945, elle en a récupéré la totalité en Europe et même au-delà en Ukraine avec LVIV, berceau du nationalisme antirusse. En revanche elle n’a pas retrouvé la région de Kars en Turquie. Ce que demandait la Russie, amputée à nouveau avec la dislocation de l’URSS, c’était de garder un rayonnement sur ses anciennes provinces, notamment lorsque les Russes y sont nombreux voire majoritaires. Il était assez facile aux Occidentaux d’accepter un équilibre dans tout ce secteur-tampon. Ils ont fait exactement l’inverse en incorporant les Etats d’Europe de l’EST dans l’OTAN, et même d’anciennes RSS. De plus, ils ont déclenché des révolutions artificielles pour chasser les gouvernements pro-russes. L’UKRAINE est l’exemple le plus probant : les élections montraient l’antagonisme entre l’Est pro-russe et l’ouest pro-occidental pour des raisons historiques évidentes. Poutine avait proposé une solution fédérale qui était celle du bon sens. Elle a été refusée. C’est ce qui explique l’annexion de la Crimée qui n’était que formellement ukrainienne, et comprenait le siège de la flotte russe de la Mer Noire, et la prise d’un certain nombre de gages à des pays qui loin d’être d’anciennes provinces devenues indépendantes, mais amies étaient devenues des ennemies éventuelles, comme la Géorgie. Le nouvel intérêt de la Russie pour le Vénézuela ou pour Cuba est la réponse du berger à la bergère. La doctrine Monroe s’impose aux Amériques, mais la Russie n’aurait elle pas le droit d’avoir un rayonnement auprès de ses anciennes provinces. Cette politique agressive stupide des Occidentaux jette les Russes dans les bras des Chinois. C’est la stratégie américaine du Grand Echiquier. Ce ne devrait pas être celle des pays européens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services