Halte au bavardage présidentiel !

Le 22 Avril 2016, le futur président avait déclaré avec la fermeté de la certitude éclairée : ” une société sûre est une société d’individus libres”. Récemment, le “Président” coincé entre le séparatisme islamiste et la panique virale appelait les Français à être des “citoyens solidaires”. On prend, dans cette conversion radicale, le grand bobard du “en même temps la main dans le sac. Il y a un principe logique constant depuis l’existence du monde, inhérent à la raison humaine : celui de non-contradiction, “une chose ne peut être en même temps une chose et son contraire.” Un individu émancipé dans une société liquide ne peut être le citoyen solidaire d’une cité bâtie sur du roc. C’est Camus qui disait que le grand choix de l’existence tenait à une lettre : “solidaire ou solitaire”.

L’utopie macronienne est l’idéologie d’une caste, celle demi-héritiers qui ne sont pas nés milliardaires mais qui ont quand même bénéficié d’une excellente éducation et sont parvenus à une réussite où se mêlent l’intelligence, le travail, mais aussi la chance, les relations et le calcul habile des ambitieux. Cela dit, il y a parmi eux, les créateurs, les inventeurs, et tous les autres. M. Macron n’a rien inventé, sauf un parti “En Marche”, reprenant modestement ses initiales… et qui ne marche pas. Le rêve américain du “Self made man” hante le projet macronien : ce sont des individus exceptionnels, sous-entendu “comme lui”, qui, libérés de toutes les attaches, vont faire sauter les barrières, les entraves, les limites et les frontières, et ouvrir la voie au grand progrès de l’humanité. Les autres n’auront qu’à s’accrocher à la cordée. Toute sa politique s’appuie sur cette vision tronquée du monde, un monde qui lui ressemblerait. Il est facile de trouver du travail, en traversant la rue, facile de choisir sa “famille” au gré des recompositions, facile de franchir les frontières en parlant anglais, facile de rêver la souveraineté de l’Europe et le gouvernement du monde : un rêve d’entre-soi des gens comme lui, de Minc et d’Attali, et qu’avait anticipé Valery Giscard d’Estaing, pleinement héritier lui-même.

Et voilà que l’utopie se brise crise après crise sur les digues du réel. C’est qu’il lui faut du solide au réel ! Les individus ne souhaitent pas le destin des particules élémentaires parce qu’ils n’aiment ni la solitude, ni la précarité, ni la fragilité d’une existence pleine de risques. Ceux qui prétendent le contraire appartiennent à deux catégories : les créateurs dont la France a besoin et qu’elle doit encourager, et puis les aventuriers hypocrites qui prêchent le risque aux autres, mais passent d’un fromage à une entreprise qu’ils sont capables de couler avant de retomber dans leurs pantoufles de hauts-fonctionnaires intouchables, sacrés par nos grandes écoles et notamment l’Ena qui permet à certains de couler la nation elle-même avant de prendre leur retraite au Conseil Constitutionnel. Macron est l’idéal sinon la caricature de ces derniers.

Les Français souhaitent une école solide qui leur permet d’acquérir un savoir et un métier. Ils désirent bénéficier d’une sécurité de l’emploi que la fonction publique leur offre, et que le secteur privé ne peut leur garantir. Ils savent que la plus grande solidarité dont ils peuvent bénéficier est celle de leur famille parce qu’elle est animée par l’amour. Ils ont appris de l’histoire que l’Etat souverain est la meilleure garantie de protection de la nation à laquelle ils appartiennent. Or, l’école est confrontée à une baisse de niveau sans précédent et à un communautarisme envahissant qui fracture un peu plus chaque jour la communauté nationale. Nous somme loin de l’élitisme pour tous. L’élite sera de plus en plus distante de la masse, et elle en sera séparée dès le début par des parcours scolaires dans des écoles apparemment soumises au même programme et tellement différentes en réalité. L’intégration républicaine est aujourd’hui dans de nombreux quartiers un fétiche dérisoire qu’on agite en temps de crise. Ce qui unissait les Français était la France charnelle marquée par une forte identité, et non cette abstraction de valeurs molles qu’on nomme la République et qui ne vit que dans les discours.

Pour affronter l’océan de la mondialisation, il ne faut pas que la France soit liquide. Seuls les meilleurs nageurs survivraient… ailleurs. Il faut au contraire consolider les murailles de la cité, son unité nationale à l’abri d’une immigration dissolvante ou conquérante. Il faut aussi rétablir le noyau dur de la solidarité qu’est la famille, dont l’effondrement moral attire le mépris d’immigrés qui ne voient nullement dans notre société un modèle à suivre. Il faut restaurer l’autorité du maître et l’amour de la France dans nos écoles. C’est seulement à ce prix qu’on pourra faire naître une citoyenneté courageuse capable de combattre le terrorisme ou l’épidémie autrement que par la peur, capable aussi de procéder aux réformes nécessaires de ce qui affaiblit la nation en protégeant apparemment les individus, la dépense publique et le poids de la fonction publique. Faut-il souligner que si Macron veut détruire la famille un peu plus avec la PMA pour tous, il n’a rien fait, bien au contraire, pour lutter contre ce vrai “mal français” ?

 

 

Articles liés

9 commentaires

  1. il est certes plus facile de flatter les minorités avec des réformes sociétales et la soumission à l’islam que de corriger les problèmes de gestion de la France. Macron n’est pas un président mais un prétentieux manipulateur bavard.

  2. Des mesures gouvernementales contre l’islamisme sont prises avec empressement depuis le dernier drame que nous avons vécu. Pourquoi tout cela n’a pas été fait par nos gouvernants précédents après le “BATACLAN”…et autres ?
    Il faudrait de temps en temps que l’on puisse responsabiliser nos responsables, ceux qui jouissent de retraites tranquilles sans jamais avoir à rendre de comptes pendant que de nombreuses familles ne peuvent, même avec le temps, atténuer leur peine.

    1. Ces “mesures”, comme l’expulsion de fichés S, vont vite être retoquées par la socialocratie judiciaire, dont on n’a rien à attendre. En France, la minorité islamiste, soutenue par une tripotée d’associations et de partis politiques gaucho-progressistes, commande et fait la loi. La démocratie n’est qu’un leurre. Un exemple: 65% de musulmans favorables au port du voile islamique dans l’espace public et autant de Français opposés. il en est de même s’agissant de nourriture halal dont le grand capital a très bien compris le profit qu’il pourrait en retirer! Démocratie, je chéris ton nom…

      1. Exactement et d’ailleurs Macron sait parfaitement tout ça. Il sait que le Conseil constitutionnel, le Conseil d’état, les juges, la Cour de cassation, la CEDH, la CJUE, la Commission européenne etc. empêcheront ses mesures.
        Et il pourra dire “voyez, je n’ai rien pu faire” alors qu’en mondialiste, communautariste, immigrationniste il n’en pense pas moins… Il ne faut jamais oublier que ce monsieur baigne dans la duplicité : qui a signé le pacte de Marrakech, celui d’Aix-la-Chapelle ??

        1. Si toutes ces vénérables institutions sont déclarés indispensables pour qu’un pays puisse se vanter d’être démocratique, alors il se tire lui-même une balle dans le pied.

  3. L’immigration doit être choisie. Ouvrons l’immigration aux personnes compatibles avec notre civilisation et fermons-la aux personnes appartenant à une civilisation incompatible avec la nôtre. Expulsons les illégaux et les délictueux ayant la double nationalité. Arrêtons les aides aux immigrés clandestins.
    Les mesures doivent être fermes puisqu’il s’agit de sauver notre civilisation. Mais qui au gouvernement s’intéresse à la survie de l’occident?

  4. “capable aussi de procéder aux réformes nécessaires de ce qui affaiblit la nation en protégeant apparemment les individus, la dépense publique et le poids de la fonction publique. “

    Vous dites n’importe quoi sur ce point, et je ne pense pas que vous puissiez l’ignorer.

    S’il y a plus de dépense publique en France que dans d’autres pays, ce n’est pas du fait de la fonction publique mais du fait des retraites.
    Les dépenses de fonction publique de la France sont tout à fait dans la norme, et encore plus si on tient compte des spécificités françaises (démographie encore élevée, impliquant des dépenses scolaires importantes ; défense).

    En continuant à vous en prendre à la fonction publique, au nom de votre idéologie libérale, vous contribuez à affaiblir le pays, comme ceux que vous épinglez dans votre billet.

    Dieu merci, il n’y a plus grand monde pour prendre au sérieux les braillards libéraux ; sous cet aspect également, ils sont à mettre dans le même sac que les propagandistes du multicul.

    1. Désolé de vous dire que j’ai eu l’occasion en tant que parlementaire de vérifier ce que je dis, par exemple dans mon rapport sur les Autorités Administratives Indépendantes, dont beaucoup sont superflues, mais accueillent nombre de “copains” énarques à recycler somptueusement. A quelle norme faîtes-vous allusion ? Le budget de l’Etat est en déficit depuis des décennies, ce n’est pas dans la norme, et cela n’a rien à voir avec les retraites ( dont la moitié concerne des bénéficiaires nés à l’étranger !). Le souci d’équilibrer les recettes et les dépenses de fonctionnement, c’est du bon sens, ce n’est pas idéologique. C’était ce que voulait le Général de Gaulle. La dette ne doit concerner que les investissements, étouffés dans notre pays par le fonctionnement. C’est une règle que tous les élus locaux appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services