La défaite de la pensée face à l’antiracisme.

L’effondrement du niveau des débats politiques et de la pensée en général dans notre pays est à la fois le signal, la cause et la conséquence du déclin et de la décadence de celui-ci. Le fait que l’on puisse introduire la couleur de la peau comme critère d’identité en France est un signe inquiétant : une députée qui avait déjà attiré l’attention sur elle par des stupidités indignes du mandat qu’elle détient vient de viser le nouveau premier ministre comme un homme blanc et de droite. Qu’il soit de droite peut se discuter en raison même de sa collusion avec un président venu de la gauche. Qu’il soit un homme peut décevoir les tenants de la parité. Mais, le fait de l’identifier comme « blanc » est une aberration. Le Guyanais Gaston Monnerville a été Président de la Haute Chambre du Parlement, aujourd’hui le Sénat, de 1947 à 1968 sans que cela pose le moindre problème. La « couleur » existe aux Etats-Unis, non en France. L’immigration très récente d’Africains, l’accession trop rapide à la nationalité française d’un trop grand nombre de personnes, qui ne sont pas adaptées à la culture française, n’ont rien à voir avec la présence continue aux Etats-Unis de descendants d’esclaves. L’histoire, la culture et les normes juridiques françaises rendent l’introduction dans notre pays de critères raciaux fondés sur la couleur incongrue, indécente et intellectuellement inepte. La distinction entre la nature et la culture est un trait dominant de la pensée française de Rousseau à Levi-Strauss. La « couleur » appartient à la nature parce qu’elle est déterminée par l’hérédité. L’identité est, quant à elle, un produit de l’éducation. Le problème posé par les « noirs » comme ceux qui s’agitent autour de la Famille Traoré n’est pas lié à la couleur de leur peau, mais à des comportements qui témoignent d’une absence d’assimilation et même d’intégration à la nation française. Cette famille est malienne, et donc musulmane. Les 17 enfants issus de  4 femmes et d’un père polygame n’auraient jamais du se trouver dans notre pays et posséder la nationalité française. Ce n’est pas une question de couleur, mais de comportement, de culture. La distance culturelle rend l’assimilation difficile voire impossible. L’oublier en permettant à n’importe qui de venir en France et de devenir français, c’est faire preuve d’aveuglement, c’est pratiquer ce que Hugues Lagrange appelait le Déni des cultures. Cette famille qui comprend des délinquants multirécidivistes n’est pas victime du racisme, mais coupable de vivre dans un pays qu’elle n’aime pas et au sein duquel une partie importante de ses membres joue un rôle néfaste.

Le fait que la distinction noir-blanc puisse animer des débats dans notre pays témoigne d’un recul de la pensée, d’une confusion entre la race et d’autre critères qui sont plus déterminants comme la religion. Des gendarmes originaires des Antilles ont participé à l’arrestation mouvementée d’Adama Traoré. Il s’agissait de « noirs », en l’occurrence sans doute de descendants d’esclaves, mais élevés dans une ambiance culturelle chrétienne. La discrimination entre les hommes fondée sur la « nature », l’hérédité, la couleur, est du racisme. La distinction pratiquée en fonction de critères culturels n’est pas du racisme car elle mesure une distance objective entre des comportements incompatibles. Le fait que notre pays ait « avalé » l’identification de l’une à l’autre, que la loi ait mis dans le même sac, en quelque sorte, la race, la religion, et pourquoi pas le sexe, le prétendu « genre » etc…. est une défaite de la pensée, une régression mentale collective, y compris chez ceux qui essaient de défendre la « blancheur » de la France. Que les Français soient encore majoritairement blancs est un fait, mais l’important pour eux est de conserver leur culture, chrétienne, grecque et latine, et de tirer une grande fierté de leur histoire. Or, à force d’accepter le débat sur le terrain de la couleur, on oublie l’essentiel : la défense et illustration de notre véritable identité, qui est culturelle et historique. Colbert appartient à l’avènement du plus éclatant règne de notre histoire. On peut contester ses conceptions centralisatrices et mercantilistes, mais elles ont façonné notre pays. Le reste est négligeable. L’idée d’abattre ses statues ou de débaptiser ce qui porte son nom est une capitulation scandaleuse, car elle alimente ce qui est véritablement à l’oeuvre dans notre pays : la coagulation des forces qui veulent le détruire.

L’incapacité de former une véritable élite capable de transmettre cette philosophie française humaniste, universaliste, rationaliste mais aussi patriote qui va de Montaigne à de Gaulle, cette pensée à la fois ouverte sur le monde mais soucieuse d’y défendre les intérêts de la France, est la cause première de notre déclin et de notre décadence. Lorsque les dirigeants d’un pays et parfois même ceux qui pensent le défendre se mettent à parler le langage de ses ennemis, ce pays est en danger ! Les déclarations honteuses de Macron à propos de l’oeuvre française en Algérie ont conduit cette dictature à demander des excuses à la France. L’abêtissement généralisé de ceux qui sont prêts à s’agenouiller pour se faire pardonner des fautes qu’ils n’ont pas commises, la contamination des politiciens et des magistrats par cette pathologie de la culpabilité et de l’excuse donne tout son sens à ce que Louis Pauwels appelait justement le SIDA mental, une expression qui lui a été reprochée alors qu’elle était analogiquement très juste : la France est en train de perdre son immunité culturelle, et c’est une tragédie pour elle et pour le monde auquel elle avait apporté beaucoup.

Mot clés:

15 commentaires

  1. Amouyal - 6 juillet 2020 6 h 12 min

    Le fait que le systeme qui controle La France ne fasse aucun effort pour integrer des immigrants non musulmans ne cesse de me troubler .
    En effet , outre que l establishment n a pas levé le petit doigt pour les chretiens d orient lourdement persecutés , il semble choisir les entrants exactement a l inverse des interets de la France :
    En effet , des asiatiques non musulmans , des africains chretiens pourraient constituer un apport qualitatif a ce pays en lieu et place des hordes de barbares qui deferlent sur notre dos ,et pourtant ils ne sont guere favorisés .
    J ai eu l occasion moi meme d aider une famille yezidi persecutée par la prefecture alors qu il s agissait d un couple de professeurs qui etaient de parfaits  » français potentiels  » et tres faciles a integrer au grand benefice de la nation .
    J y vois une volonté d arrimer la France au monde arabe , telle que Bat Yeor l a definie dans son livre  » eurabia  » .

    Répondre
    • vanneste - 6 juillet 2020 6 h 17 min

      C’est très juste. On se demande parfois si les décisions et les orientations prises ne sont pas systématiquement contraires à l’intérêt du pays, et au bon sens.

      Répondre
    • Jacques Peter - 6 juillet 2020 7 h 15 min

      J’ai un exemple très proche d’une jeune femme russe veuve d’un Français mère d’un jeune garçon Franccais et scolarisé en France qui a décidé de retourner en Russie devant la montagne administrative de la Préfecture. N’étant pas musulmane aucune association ne l’aide dans ses démarches.

      Répondre
  2. DELAFOSSE - 6 juillet 2020 7 h 33 min

    Que serait l’Europe si nous n’avions pas eu la colonisation Romaine ?
    Que serait l’Afrique si elle n’avait pas eu la colonisation européenne ?
    Noirs, blancs ou gris, tout cela pourrait bien finir un jour dans un bain de sang de la même couleur !

    Répondre
  3. François ALLINE - 6 juillet 2020 9 h 52 min

    Déboulonner les statues au motif présumé de racisme et d’esclavagisme de Colbert ou d’autres.
    Pourquoi on ne démolirait pas les pyramides qui ont été construites par des esclaves pour faire bon poids, bonne mesure… …?
    Bon, en signe de bonne volonté, j’appellerai désormais les urinoirs des uriblancs, mais pas plus….!

    Répondre
  4. DELAFOSSE - 6 juillet 2020 11 h 07 min

    La construction des pyramides par des esclaves a été remise en cause tout dernièrement.
    Pour les urinoirs, effectivement, la plupart sont blancs !

    Répondre
  5. KAFIRPRIDE - 6 juillet 2020 12 h 02 min

    Quand E.M. a parlé de « crimes contre l’humanité » à propos de la colonisation et ce dans une optique clairement électorale de chasse aux voix algériennes il n’a même pas mesuré les conséquences géopolitiques de cette ineptie.
    Immédiatement le sinistre Erdogan en bon et véritable djihadiste et en réaction à la position de la France sur le génocide arménien a repris la balle au bond pour affirmer sa position que la France avait commis un GENOCIDE en Algérie!
    A la réaffirmation macronienne de la réalité de ces « crimes » le néosultan en a remis une couche en disant que ce génocide imaginaire avait tué, tenez vous bien, 5 millions d’algériens!!!!
    Que croyez-vous qu’il en soit à propos de ce délire? et bien le monde arabo-musulman désormais y croit dur comme fer puisque le futur calife de l’umma le dit c’est que c’est vrai!
    Si le racolage de voix est minable et révélateur du niveau moral du personnage et digne de notre mépris absolu, affirmer de tels inepties mensongères et fausses sur le plan de la réalité historique de la colonisation est quant à lui un véritable crime contre la France. Comment un président de la République peut-il avoir un propos aussi contraire à l’intérêt suprême de notre pays bien-aimé?
    Quelle jouissance lui procure cet effondrement de notre pays? On peut se le demander…
    La place convenant à un tel individu serait ce qu’on appelait autrefois un cul de basse-fosse!

    Répondre
  6. DELAFOSSE - 6 juillet 2020 14 h 11 min

    Ce MACRON est capable de nous sortir un jour que la France a commis un génocide à Verdun !

    Répondre
  7. Pingback: La défaite de la pensée face à l’antiracisme. – information nationaliste

  8. en passant - 6 juillet 2020 21 h 17 min

    Si la France avait attaché plus d’importance à la couleur de peau, elle n’aurait pas mené la politique migratoire qui a été menée, et s’en trouverait certainement mieux.

    Inversement, le snobisme qui consiste à dire que la couleur de peau n’aurait pas d’importance en France a permis d’empêcher le débat sur cette politique.

    Enfin, comment croire que la couleur de peau soit neutre, dans les mécanismes culturels que vous décrivez ? Puisque ces gens sont physiquement différents de la majorité, il semble probable qu’ils seront plutôt enclins à ne pas s’intégrer, à la différence des immigrés venus d’autres pays d’Europe où la couleur de peau ne venait pas renforcer la tendance au séparatisme culturel.

    Si vous laissez créer des groupes importants de minorités visibles, alors que le débat sur ces questions est empêché et biaisé par les caractère intensément passionnel qui entoure les questions de discrimination et de racisme depuis peut-être la fin de la seconde guerre mondiale, il ne faut pas vous étonner que des apprentis politiciens s’en emparent avec succès.

    Bref, je ne crois pas du tout que ceux qui se réfèrent par exemple à la célèbre citation de de Gaulle soient dans une régression intellectuelle, ou soient à mettre sur le même plan que les agitateurs de l’autre bord.

    Cette volonté de prétendre qu’en France ce serait différent des US me semble largement contribuer à empêcher de résoudre le problème.

    Il y a encore des pays raisonnables dans le monde, le Japon par exemple, qui ne sont notamment pas laissé égarer pas ce pseudo-intellectualisme. Inutile de se demander qui réussira, plutôt eux ou plutôt nous, dans le monde de demain…

    Répondre
  9. erwan - 7 juillet 2020 9 h 23 min

    La France , comme l’Europe, sont blanches depuis des millénaires. bien entendu, on peut être français avec une autre couleur de peau, c’est une évidence et cela montre le caractère universel de notre pensée. Combien de noirs, de jaunes, de bruns et j’en passe sont bien plus français et le montrent que de nombreux blancs indigènes qui sont ici comme ils pourraient être ailleurs. Dans sa célèbre formule, de Gaulle insiste cependant sur le fait que ces couleurs doivent rester minoritaires sinon l’identité française serait dénaturée (« la France ne serait plus la France »). Il fait de la race à juste raison un critère d’identité, quand bien même ce critère est naturel.

    Répondre
  10. DELAFOSSE - 7 juillet 2020 18 h 27 min

    Le jour où les Chinois vont s’énerver, notre pauvre Europe et petite France ne se poseront plus la question de savoir si elles resteront blanches ou deviendront noires et cela mettra tout le monde d’accord.

    Répondre
  11. Courouve - 7 juillet 2020 19 h 14 min

     » l’accession trop rapide à la nationalité française d’un trop grand nombre de personnes, qui ne sont pas adaptées à la culture française  »

    Et aussi la suppression (en décembre 1983) du délai de 10 ans avant l’accès des naturalisés à des fonctions électives (ancien article L. O. 128 du Code électoral).

    Répondre
  12. ETIENNEBLOUIN - 7 juillet 2020 19 h 15 min

    Merci Monsieur pour vos analyses si précieuses dans ma quête de culture et de compréhension de l’actualité.

    Répondre
  13. kerneilla - 8 juillet 2020 4 h 21 min

     » l’accession trop rapide à la nationalité française d’un trop grand nombre de personnes, qui ne sont pas adaptées à la culture française  »
    Et si on stoppait cette ineptie? et si on faisait machine arrière en supprimant la nationalité aux traitres, aux délinquants, à ceux qui refusent de d’intégrer… pour être plus accueillants envers ceux qui nous ressemblent ?
    La nomination de Dupont Moretti est un bien mauvais message…en faveur des délinquants

    Répondre

Exprimez vous!