Hier sur Public Sénat

 

Hier, j’ai été interrogé par Public Sénat sur le vote des étrangers. Retrouvez mon intervention ici.

Articles liés

5 commentaires

  1. Le vote des étrangers est contraire à la Constitution. Certes, une Constitution, cela peut se réviser, encore faut-il avoir de bonnes raisons pour cela. L’article 3 alinéa 3 qui dispose “Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques” fait partie du titre Ier, “De la souveraineté”. Le vote étranger, ce serait la fin de la souveraineté.
    Cette souveraineté est déjà affectée par la citoyenneté européenne ; mais au moins a-t-elle un fondement juridique (les traités) – et le vote des ressortissants de l’U. E. une exigence de réciprocité ; deux éléments dont la proposition socialiste de vote des étrangers tous azimuths est entièrement dépourvu.
    Je ne pense pas être complètement étranger au retour à la raison de notre président, lui ayant à plusieurs reprises, en 2006-2007, présenté de façon très insistante (comme je sais le faire …) tous les arguments qui s’opposent à une telle perte de souveraineté et à une mise en danger de la cohésion nationale et du concept même de nation.

  2. Vous dites sur facebook : ” Une démocratie est fondée sur une majorité qui respecte les droits légitimes des minorités “, n’est ce pas un peu gonflé de votre par monsieur Vanneste ?

  3. Rectif : la disposition particulière de l’article 3 sur certaines pages en html de la Constitution (notamment celle du Conseil constitutionnel) pouvait laisser penser qu’il s’agissait du 3e alinéa. En fait, c’est le 4e et dernier alinéa de l’article 3 de la Constitution qui est concerné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.