L’honneur d’être Français ne mérite pas, selon Sandrine Mazetier, la “souffrance” d’écrire pour le demander

Lors de la dernière réunion de la mission d’information sur la nationalité, la députée socialiste Sandrine Mazetier a stupéfié les membres de la majorité en affirmant « Pour devenir Français, faut souffrir un petit peu… Hein, donc faut passer des examens, écrire une lettre manuscrite, voilà… (…) Mais pourquoi faudrait souffrir absolument pour devenir Français quand on n’est pas né Français ? Pourquoi, même quand on nait Français et qu’on a oublié de le demander à 16 ans, faudrait écrire une lettre manuscrite (…) ? Mais pourquoi certains Français devraient-ils souffrir, devraient-il faire plus d’efforts, devraient-ils le mériter davantage que d’autres qui le sont tout simplement parce qu’ils sont nés de parents Fançais en France et disposant effectivement patrimonialement de leur nationalité ?» (cf vidéo ci-dessous).

Sandrine Mazetier : la “souffrance” de demander la nationalité Française

Nous sommes beaucoup à penser que le fait d’être Français ou de devenir Français est un honneur, et qu’il doit se mériter. C’est la raison pour laquelle j’ai plaidé en faveur de la déchéance de la nationalité pour les titulaires d’une double nationalité qui, après être devenus Français, commettraient un crime à l’encontre d’un détenteur de l’autorité publique. Je crois que tout crime devrait amplement suffire pour ce retrait, dans la mesure où le contrat a été en quelque sorte rompu entre la France et son nouveau citoyen.

Beaucoup de Français savent d’ailleurs à travers la mort d’un parent ou grand-parent que la Patrie peut exiger beaucoup plus des citoyens que de ne pas commettre un crime : exposer sa vie pour elle ! A côté des véritables souffrances subies par ceux qui se sont battus pour le pays, le fait de devoir simplement écrire une lettre parait bien dérisoire… J’ai donc en réponse à cette énormité dit qu’elle évoquait chez moi la notion du « parti de l’étranger », chère au Général De Gaulle et à Jacques Chirac (cf vidéo itélé).

Il est vrai que l’acharnement de certains députés socialistes et de Sandrine Mazetier, en particulier, à défendre les « droits » des étrangers et à combattre toute mesure favorisant la maitrise de l’immigration, éveille pour le moins le sentiment d’une préférence qui ne serait guère nationale. Mais, même ce vague sentiment suscité par le simple bon sens, est considéré par l’intéressée comme une « injure » ou une « diffamation » à l’encontre du Parti socialiste tout entier. Sans aller jusqu’à penser qu’un tel excès prenne le caractère d’un aveu, puisqu’il n’y a que la vérité qui blesse, je ne peux qu’être effaré à l’idée qu’un parlementaire puisse songer à actionner la Justice dans un débat avec un autre parlementaire au sujet d’une question qui est purement politique, celle de l’intérêt national. Il est acceptable que les conceptions d’un socialiste et celles d’un gaulliste s’opposent sur la Nation, la nationalité et les « droits » des étrangers. Il n’est en revanche pas tolérable qu’un parlementaire républicain, qu’un démocrate, s’attaque à ce pilier de nos institutions qu’est la liberté d’expression, inscrite dans la Constitution et dans la loi sur la liberté de la presse.

Articles liés

25 commentaires

  1. Monsieur,

    Je suis français de souche et j’essaye encore de comprendre ce que cela veut dire de mériter d’être français. Qu’avez-vous et qu’ai-je fait pour mértier d’être français? RIEN !!!! Nous avons juste eu de la chance. D’autres n’ont pas eu cette chance de naître en France et bien évidemment, ils essayent de quitter leur patrie. Croyez-moi, pour avoir vécu à l’étranger, ce n’est jamais une situation facile et ces personnes ne le font pas de gaîté de coeur.

    J’adore mon pays et parce que j’en suis fier, que je connais son histoire, que je suis ouvert au monde et aux étrangers. Vous devriez sortir un peu du nord de la France et aller vivre à l’étranger, vous changeriez peut-être votre vision.

  2. La gauche et les associations gauchistes type SOS racisme et consorts sont bien connues pour êtres des piliers de la liberté d’expression… ça me rappelle un autre communisme, et un autre socialisme…

    Quand aux propos de Sandrine Mazetier, ils sont sidérants, mais représentatif de l’universalisme abscons et interrogé de bons nombre de nos représentants.

    Avec mon dévouement et mon soutien,

  3. @Cédric le Français de souche, et toi aux lieu de nous casser les pieds avec tes étrangers , si tu les aiment tu va dans leurs pays et tu nous les imposent pas, a bon entendeur!

  4. Oui pourrais-je écrit à cette personne , avec l’accord de monsieur Vanneste ? je voudrais lui envoyer ceci :

    Suite à votre réaction sur Christian Vanneste ou vous avez déposé plainte ( quelle est belle cette république , ou l’on débat que au tribunal ! ) , laissez-moi vous dire que oui , le PS est bien le parti de l’étranger , celui qui a préféré porter les valises du FLNA , en faisant passer les français pour des salauds ( tout en faisant semblant de ne pas être au courant des abominations du FLN ) plutôt que de soutenir les harkis et les pieds-noirs ( d’ailleurs la coalition harkie parle ouvertement de racisme anti-harki du PS , et d’idolâtrassions du FLN par le PS français , exemple Delanoé qui veut une rue Ziziz Boutéflika ) .
    La stratégie du PS est très simple , c’est utiliser les immigrés pour en faire une réserve d’électeurs ( d’où votre acharnement à légaliser le droit de vote des étrangers ) , dont vous vous foutez royalement de leur intégration ( j’en sais quelque chose , ayant travaillé dans une cité toulousaine à forte population issue de l’immigration , ou j’ai pu vivre au milieu de la délinquance dont j’ai été victime ) , une fois votre réserve d’électeur constituée , votre mission c’est de surfer sur les peurs , sur les phobies , en évoquant la menace raciste , fasciste nazie , la peste brune [ ?] ( ironie du sort , la quasi-totalité des députés socialistes ont jadis voté les pleins pouvoirs à Pétain , et les premiers fascistes français étaient issu du front populaire ), et leur faire croire que vous les défendez , car si les issus de l’immigration ne votent pas pour vous , vous leurs faites croire que le méchant Le Pen pourrait passer et les envoyer dans des chambres à gaz ? …quand j’étais petit , j’entendais ce genre de propos démentiel !
    Madame ,à ma connaissance , je n’ai jamais entendu le PS , qui s’autoproclame « républicain » , condamner ces « français » issus de l’immigration maghrébine , vêtus de vêtements à l’effigie de leur pays d’origine , qui ont sifflé la marseillaise , notre hymne national sur notre propre sol , lors des matchs de foot contre les pays du Maghreb , de la même manière que le PS n’a jamais condamné les supporters algériens qui ont brulé le drapeau français , au crie de « one two tree , nique la France viva Algérie » , quand je vois un meeting du PS dans les médias , je ne vois pas le drapeau de la république , mais bien une tornade de drapeau rouge .
    Ce qui est sur , c’est que vous n’êtes pas le parti de la France , vous êtes le parti qui intervient juste pour dénigrer le FN et l’aile patriotique de l’UMP ( Christian Vanneste ) , le PS n’a jamais dénoncé la francophobie , alors qu’il guette , tel une fouine , le moindre « dérapage » de ses opposants pour attaquer et pouvoir surfer sur la diabolisation et les peurs !….. je n’ai bien évidemment pas entendu le PS , condamner les actes d’agression et de racisme anti-français , sur la personne et la famille de Chérif Araar , un officier harki , victime de violence et de harcèlements de la part de vos protégés issus de l’immigration algérienne ( que vous considérez comme français , alors que eux se considèrent avant tout musulman algérien et fiers ! ) .
    A ce sujet , ayant vu votre opinion sur la nationalité française , vous comprendrez que quand on aime la France , et que l’on se sent français , on ne peut qu’adhérer au slogan du FN , qui est « la nationalité s’hérite ou se mérite , mais en tout cas ça se respecte ! » , or le PS n’a aucun respect pour la France , et pour la nationalité française qu’elle attribut à n’importe qui , comme l’illustre parfaitement l’affaire Chérif Araar ( une parmi tant d’autres ! ), victime de racisme anti-français ici en France , car la nationalité française a été attribué sur aucun critère et à n’importe qui , comme à ces algériens francophobes .

    Sachez que celui qui vous écrit , est un métis , qui du coté paternel à eu ses aïeux mort pour la France en 14/018 et en 39/45 ( dont un oncle fusillé par les boches pour résistance , pendant que Mitterrand recevait la francisque ), et du coté maternel , qu’il a eu son oncle harki au régiment parachutiste français d’Oran , et que celui qui vous écrit , à les gênes du patriotisme qui coule dans ses veines …vous comprendrez donc que je ne peux avoir de l’estime pour les renégats du PS , qui humilient la France à l’instar de Ségolène Royal , par une obsessionnelle repentance comme au Sénégal , et a la plus grande stupéfaction des sénégalais qui ne s’attendaient pas à ça , et qui n’avaient rien demandé !

    Sachez donc , que bien évidemment , tout mon soutien ira à Monsieur christian Vanneste même si nous ne sommes pas du même bord politique .

    —————————————

  5. la question est celle des nouveaux entrants qui n’ont aucune intention de devenir des français ( avec leurs voiles et jellabas et bonnets et coran) les espagnols polonais se francisaient en 10 ans. Un harki aussi. car tous le voulaient. un pays demande des efforts à ses nationaux par ex en ce moment avec un pays en faillite . Ne me dites pas qu’en seine st denis des populations qui vivent sur la CMU et les caddys gratuits càd NOS impôts, accepteront de participer à un effort comme celui demandé aux portugais aujourd’hui. c’est cela être Français.

  6. Monsieur le député,
    Il serait très opportun de questionner en urgence le gouvernement sur l’accélération du flux migratoire à Lampedusa et en Italie en général. Les autorités italiennes reconnaissent ne plus pouvoir faire face seuls très longtemps et ce sont des milliers de Tunisiens, d’Algériens et de Libyens qui menacent d’entrer dans notre pays, dont ils ne seront que peu à être expulsés compte tenu de l’état de notre justice.
    La France est-elle disposée à se protéger (il s’agit essentiellement de migrants économiques et non de réfugiés) ?
    Relisez le camp des saints, c’est urgent.
    Merci,

  7. La judiciarisation des opinions menace la démocratie. Et après on s’étonne que les Français n’aiment pas les juges…

  8. Cher christian
    Visiblement sandrine n’apprécie pas ton humour et en bon philosophe tu sais bien qu’un mot a plusieurs sens. Je ne parle pas des cantonales qui sont les dernières avant la réforme qui musclera les régions et qui fera retrograder le général en territorial…c’est nettement plus pacifique et compréhensible. J’entends des plaintes sur une marine qui se serait appropriée une couleur de notre drapeau : le bleu, espérons qu’elle va en rester la et ne pas envoyer d’élus de son parti perturber le travail des conseils (généraux encore pour quelque temps), ce serait très déplacé voire dangereux, car ces gars de la marine sont dangereux par essence, cela va de soi et n’a pas à être prouvé, c’est en quelque sorte une vérité dogmatique. Je sais qu’en matière d’élections, j’aurais apprécié que la classe politique élue me demande si je souhaitais que Mayotte devienne un département français. Visiblement, par prudence démocratique, ce référendum d’admission m’aurait plù, hélas il n’a pas eu lieu car c’était trop coûteux à organiser….j’ai de mauvais souvenirs avec les départements d’Alger, Oran, et Constantine pour recommencer facilement cette fiction dangereuse que nous imposent les forces politiques en place beaucoup trop sûres d’elles sur une pareille question…..Je t’adresse tous mes encouragements et ma sympathie.

  9. Madame Mazetier étant une avocate de gauche, elle reprend à son compte l’idée négationniste de Lionel Jospin selon laquelle la gauche était dreyfusarde et la droite anti-dreyfusarde.
    Cela ne trompe personne, puisqu’on sait que les socialistes racontent les mêmes bobards au sujet des années 1940-1944.

  10. Monsieur le Député vous avez tout mon soutien. Étant à la fois intelligent, courageux et amoureux de la France, il est normal que vous suscitiez la haine de certaines personnes (…). Si cette personne ne supporte pas le débat politique, ni la contradiction, sans doute est-ce parce qu’elle sait au fond que sa tartufferie et sa nullité risqueraient alors de s’y étaler au grand jour. La menace du recours immédiat au juge est pour elle une arme bien commode. Mais une chose est de constater qu’il existe des députés au menées lâche et funestes pour les libertés, une autre est de constater que le droit met opportunément à leur disposition des armes pour faciliter leurs actions. Or, à ce sujet, il est juste de relever que le parti socialiste n’est pas le seul à avoir sciemment organisé le carcan qui brime la liberté d’expression des Français. L’UMP y a aussi beaucoup contribué. Les Français libres espèrent que la Droite Populaire proposera bientôt une grande loi sur la liberté d’expression. L’enjeu est d’abattre le surmoi de la gauche soixante-huitarde qui règne sans partage sur presque toute la droite française et qui se trouve, pour ce qui concerne le registre de la liberté d’expression, constamment alimenté par les décisions judiciaires rendues suite à des procès intentés par des associations de chiens de garde. L’une des choses les plus urgentes à faire est de retirer la possibilité d’ester pénalement pour ces associations (et de mettre fin à leurs subventions étatiques). Or, je relève au contraire que le rapporteur du texte créant le Défenseur des droits a récemment accepté d’augmenter ce pouvoir des associations, suite à un amendement socialiste. Il me semble que ce rapporteur appartient pourtant à La Droite Populaire. Il faudrait donc un peu de cohérence…

  11. Chère Marie,

    je vois que vous aussi (je me permet de vous vouvoyer, excusez-moi) savez donner des leçons quand cela vous arrange! Comme quoi la paille et la poutre…
    Je suis Français, j’aime mon pays, celui de 1789 (et des années suivantes), le pays d’Hugo, de Jaurès, de la devise Liberté Egalité Fraternité. Beaucoup moins celui de Maurras, des nostalgiques de l’OAS et des ratonnades. Personne ne peut prétendre m’ordonner de quitter ce pays, ou de me taire, encore moins ceux qui,par leurs discours et leurs actions, salissent notre passé et la réputation de la France dans le monde.

  12. @ Sylvain:

    Une fois de plus, l’idée s’impose que les Députés socialistes sont obligés de faire appel aux juges lorsqu’un débat tourne à leur désavantage. Et c’est précisément parce que le PS est un parti ayant des réflexes totalitaires -à l’instar du NSDAP- qu’il ne condamnera jamais le programme économique de l’extrême-gauche http://www.blog-fillon.com/article-fran-ois-fillon-la-republique-est-un-bien-precieux-70117841.html.

  13. Olivier ,
    en effet , vous préférez certainement les actes abominables de barbaries du FLN qui ont duré 8 ans ( vidéo : http://algerie-francaise.org/videos/executions.wmv et http://algerie-francaise.org/leflnafait/index.shtml ), et des décennies après l’indépendance de l’Algérie , plutôt que les 13 mois d’existence de l’OAS en fin de guerre , qui était la seule organisation civile qui protégeait les civiles abandonnés par la France , OAS qui était composé de nombreux anciens combattants et résistants de la seconde guerre ( dont liste des anciens FFI et FFL de l’OAS : http://algerie-francaise.org/oas/resistants.shtml )…n’en déplaise aux gaullistes , mais la mort de De Gaulle aurait directement sauvé la vie de 200 000 harkis et pieds noirs du massacre soutenu par les socilaistes , les communistes , et les gaullistes , et ça aurait sauvé la vie de centaines de milliers d’algériens qui n’ont pas survécu aux massacres du FLN durant les guerres civiles qui ont suivi l’indépendance …alors oui , l’OAS a fait des conneries , mais je ne comprendrais jamais ceux qui jugent et dénigrent ceux de leurs pays , tout en fermant les yeux sur les abominations des ennemis ….on appelle ça des renégats .

  14. Voilà que le PS porte plainte contre vous … Giscard n’avait pas porté plainte contre Chirac :

    4. […] “Comme toujours quand il s’agit de l’abaissement de la France, le parti de l’étranger est à l’œuvre avec sa voix paisible et rassurante. Français, ne l’écoutez pas. C’est l’engourdissement qui précède la paix de la mort.”
    Jacques Chirac, Appel de Cochin – 6 décembre 1978.

    Le Collectif parlementaire pour la liberté d’expression est plus nécessaire que jamais.

  15. “Lors de la dernière réunion de la mission d’information sur la nationalité, la députée socialiste Sandrine Mazetier a stupéfié les membres de la majorité en affirmant « Pour devenir Français, faut souffrir un petit peu… Hein, donc faut passer des examens, écrire une lettre manuscrite, voilà… (…)”

    Effectivement…Il faut beaucoup souffrir ! Je souffre pour ma part de lire une élue si mal parler la langue de la République ! Cette femme n’a pas, à l’évidence, suivi les sages conseils de son collègue, à l’adresse de M. SARKOZY. Bien dommage. Car si je me désespère quand M. SARKOZY ouvre la bouche, je suis aussi scandalisé d’entendre cette parlementaire user d’un langage aussi peu raffiné !

    Déjà que S. Mazetier ne brille pas beaucoup à l’Assemblée, comme on pourrait le souhaiter d’une Française. Mais là, c’est le ponpon ! Un tel langage…Et en plus dans la bouche d’une femme !

    “Mais pourquoi faudrait souffrir absolument pour devenir Français quand on n’est pas né Français ?”

    La fréquentation de DSK devrait lui être épargnée. Voilà maintenant qu’elle nous inverse les mots ! Et oublie les mots de liaison ! Trop d’anglicisme et voilà miss Sandrine qui nous parle globlish !

    “Pourquoi, même quand on nait Français et qu’on a oublié de le demander à 16 ans, faudrait écrire une lettre manuscrite (…) ?”

    Aie ! Aie ! Aie ! Quelle phrase peu respectueuse de notre langue ! Au secours l’Académie ! Non seulement la phrase est mal construite, mais en plus le propos de la députée laisse à désirer !

    Car de quoi s’indigne Miss Sandrine ? Du fait de rédiger une lettre de manière manuscrite ? (Croit elle donc qu’on va exiger de ceux qui l’écrivent qu’ils utilisent leur sang pour ce faire…A la manière de Harry Potter dans le tome VI ?) Aurait elle donc trouvé le principe de la lettre de bon ton, si on avait laissé le choix de l’informatique ? (Tout le monde n’a pas une belle écriture d’enseignante !)

    Ou bien du fait qu’on demande aux postulants à la naturalisation ou/et à certains Français une démarche qui n’est pas exigée pour la majorité des citoyens Français ?

    Dernière hypothèse : miss Mazetier considère t elle cette démarche nuisible du fait de son manque d’impact ?

    “Mais pourquoi certains Français devraient-ils souffrir, devraient-il faire plus d’efforts, devraient-ils le mériter davantage que d’autres qui le sont tout simplement parce qu’ils sont nés de parents Fançais en France et disposant effectivement patrimonialement de leur nationalité ?» (cf vidéo ci-dessous).”

    Le terme “souffrir” est effectivement exagéré. L’emploi de ce verbe qui renvoie à la douleur ressentie par un être, est pour le moins étrange et on ne peut que s’interroger sur l’usage de ce dernier, alors qu’il nuit au propos de la députée.

    Propos qui n’est pas mauvais, puisque miss Mazetier pose une question censée : la loi est elle la même pour tous ? Et les Hommes sont ils et demeurent ils égaux en droit ?

    Je trouve sincèrement dommage que cette députée soit à ce point…Oisive. Son argumentation tient la route, c’est sa manière de l’exprimer qui est déplorable. Et forcément, son propos prend l’eau de partout.

    Car si l’on peut comprendre que les parlementaires cherchent à encadrer voire à protéger la nationalité française, pour ceux qui cherchent à l’acquérir – via le mariage ou/et la naturalisation – on comprend très mal le “deux poids deux mesures” pour ce qui concerne les Français eux mêmes.

    En effet, notre droit considère – si le Législateur trouve la chose absurde, qu’il y mette fin – que le droit du sang et le droit du sol sont au même niveau. Dès lors, pourquoi imposer à ceux qui procèdent du deuxième…Des exigences qu’on ne demande pas aux premiers ?

    La DDHC est très claire : les Hommes NAISSENT et DEMEURENT libres et EGAUX EN DROIT. Toute DISTINCTION SOCIALE doit être fondée sur L’INTERET GENERAL.

    Partant de là, on peut donc s’interroger : pourquoi le Législateur considère t il que les Français nés aux pays sont moins patriotes que ceux qui sont le fruit de l’amour…Ou de l’adoption ? Quelle est donc l’élément qui justifie une distinction sociale entre les Français ?

    Pourquoi le Législateur considère t il que l’amour de la France est une chose qui se conçoit comme naturel, venant d’un citoyen dont les deux parents sont Français…Et pas dans le cas où le citoyen serait le fruit d’une union entre deux individus n’ayant pas la même nationalité ?

    Par le passé, les Français “du sang” se sont ils montrés plus attachés à leur Patrie que ceux “du sol” ? Rien ne l’atteste. Dès lors, effectivement, pourquoi exiger d’autrui ce qu’on n’admettrait pas forcément qu’on nous demande à nous mêmes ?

    “Nous sommes beaucoup à penser que le fait d’être Français ou de devenir Français est un honneur, et qu’il doit se mériter.”

    Je ne partage pas ce point de vue. La France est une mère. Dès lors, l’amour que ses enfants ont pour elle, est un sentiment, cela n’a rien à voir avec le “mérite” ! On expliquant qu’être Français ou devenir Français doit se mériter…Vous considérez que certains ne méritaient pas cette nationalité française acquise par la naissance ou/et la naturalisation.

    Or, en la matière, je crois que la France reste encore la plus compétente pour agir. Je suis FIER d’être Français. J’aime mon pays pour toute sorte de raison, mais jamais il ne me viendrait à l’idée qu’il faille que je mérite l’honneur d’être Français !

    L’amour que je ressens pour elle – la France – conditionne le voeu d’être digne de mon pays. Je n’ai nullement besoin d’un rappel du Législateur…Qui au reste ne montre guère l’ex en matière de dignité !

    Vous parlez d’honneur, alors qu’il s’agit ici d’amour. Un amour qui ne peut, évidemment, être durable que si chacun, dans la relation, fait un effort. Je veux dire par là que si une mère est en droit de demander à ses enfants de l’aimer…Encore faut il qu’elle soit, elle même, une bonne mère, seul moyen de favoriser voire d’amplifier le sentiment filial.

    Vous voulez savoir comment faire pour que notre pays soit aimé ? C’est très simple. Il faut faire tomber amoureux les Français. Un amour chaste bien sur – la France est une mère pas une fille de joie – s’apparentant à l’amour courtois…Et durable.

    Le “job” de l’entremetteur revient au Législateur. A lui la charge de vanter les charmes de la dame (actuellement, la France est présentée comme une droguée, frustrée par un manque de sexualité et qui ne trouve rien qui soit de nature à satisfaire les élus ! Elle est trop ceci et pas assez cela !), d’assurer sa respectabilité (en arrêtant de faire des scandales tous les matins) et de garantir, en toute circonstance, son honneur. (Ce qui nécessiterait beaucoup moins de complaisance envers les Ministres et élus qui se servent de la France : par ex, en arrêtant de mettre des gens à ce point incapables, incompétents, et non vertueux, au Gouvernement !)

    Une fois ceci fait – vous verrez cela ira tout seul – la France activera sa “séduction” sur autrui, et je n’ai aucune crainte sur son potentiel en la matière. Des amoureux, la France en a toujours eu. Et elle en aura toujours…Si les élus se décident à jouer les chevaliers de la dame de coeur des Français au lieu de passer leur temps à humilier celle ci par leurs actes et propos !

    “C’est la raison pour laquelle j’ai plaidé en faveur de la déchéance de la nationalité pour les titulaires d’une double nationalité qui, après être devenus Français, commettraient un crime à l’encontre d’un détenteur de l’autorité publique.”

    Ce faisant, vous auriez donc puni non l’acte – le crime – mais bien la personne. Non protégée par les lois internationales, européennes ou françaises, celle ci aurait donc eu un châtiment reposant sur son absence de protection juridique et non sur l’acte dont elle se serait rendue responsable.

    Le souci de votre proposition, M. VANNESTE, c’est qu’elle manquait singulièrement de qualification juridique. Résultat ? Pour éviter un camouflet, le Gouvernement a préféré faire retraite.

    “Je crois que tout crime devrait amplement suffire pour ce retrait, dans la mesure où le contrat a été en quelque sorte rompu entre la France et son nouveau citoyen.”

    Le “souci” c’est que ledit retrait de nationalité aurait posé la question de l’égalité des citoyens devant la loi…Et aussi celui du statut juridique du texte législatif lui même, puisque vous sanctionnez les “double nationalisés” bien plus que les autres…Comme si cette double nationalité était, en soit, un élément aggravant l’acte !

    Je trouve dommage, M. VANNESTE, que vous n’ayez pas cherché une proposition plus…Egalitaire ! Pour ne prendre qu’un ex, pourquoi ne pas prévoir que tout citoyen portant atteinte à la DDHC – pilier juridique du pays – qu’il soit élu ou non, perd dès sa condamnation…Ses droits civiques et souverains ?

    J’entends par là que ledit citoyen se verrait priver du droit de vote, du droit à se déclarer candidat, du droit de définir la politique de la Nation ou d’intégrer la fonction étatique. Et cela sans différence entre les citoyens.

    “Beaucoup de Français savent d’ailleurs à travers la mort d’un parent ou grand-parent que la Patrie peut exiger beaucoup plus des citoyens que de ne pas commettre un crime : exposer sa vie pour elle !”

    Ce qui est tout à fait normal puisque la France est notre mère à tous.

    “A côté des véritables souffrances subies par ceux qui se sont battus pour le pays, le fait de devoir simplement écrire une lettre parait bien dérisoire…”

    Certes, M. VANNESTE. N’en demeure pas moins la question : pourquoi imposer cet acte “dérisoire” sans aucune portée juridique (vous ne pouvez pas priver un citoyen Français de sa nationalité au seul pretexte qu’il n’aurait pas écrit de lettre !)…Quelle finalité ?

    Et la deuxième question : pourquoi l’imposer aux seuls Français “du sol” et pas (par ex) à tous les Français…A leurs dix huit ans révolus ? Qu’est ce qui justifie que les premiers (du sang) soient exemptés d’une exigence faite à d’autres (du sol) ? Alors qu’aucun “intérêt général” ne semble susceptible d’expliquer cette “distinction” ? D’un “naturalisé” on peut comprendre la démarche…D’un Français, la chose est plus étrange.

    “J’ai donc en réponse à cette énormité dit qu’elle évoquait chez moi la notion du « parti de l’étranger », chère au Général De Gaulle et à Jacques Chirac (cf vidéo itélé).”

    Un terme qui n’est pas bien compréhensible, M. VANNESTE. Rappeler la DDHC, article 1er tout de même, n’est pas être du coté de “l’étranger” ! D’autant que, je vous le rappelle, le problème vient du distingo que vous faites entre les Français…Qui ne sont pas, en principe, étrangers à leur pays !

    “Il est vrai que l’acharnement de certains députés socialistes et de Sandrine Mazetier, en particulier, à défendre les « droits » des étrangers et à combattre toute mesure favorisant la maitrise de l’immigration, éveille pour le moins le sentiment d’une préférence qui ne serait guère nationale.”

    Vous sortez de la conversation, M. VANNESTE. Mme Mazetier, dans les propos que vous rapportez, utilise un terme bien mal choisi – souffrance – mais son argumentation est conforme à la DDHC…Et à la philosophie des Lumières.

    Elle s’interroge sur la distinction que vous faites entre les Français. Où est le mal ?

    Elle considère qu’il y a rupture d’égalité de traitement, dès lors que vous demandez un acte à certains que vous ne trouvez pas utile d’imposer aux autres. Faut il s’en offusquer ?

    Elle ne comprends pas pourquoi vous ramener au même niveau ceux qui naissent Français et ceux qui le deviennent. Pour moi, c’est comme si on exigeait des baptisés “après naissance” qu’ils écrivent une lettre au Pape (ou au diocèse) pour expliquer leur démarche…Au prétexte que les bébés qui n’ont rien demandés, serait de meilleurs chrétiens que ceux qui ont agit par leur seul désir de rejoindre la communauté catholique !

    “Mais, même ce vague sentiment suscité par le simple bon sens, est considéré par l’intéressée comme une « injure » ou une « diffamation » à l’encontre du Parti socialiste tout entier.”

    Là encore, on voit que miss Sandrine est une actrice ! Assez mauvaise en réalité, mais une actrice quand même ! Reste que qualifier de “bon sens” les termes que vous avez employé, est assez perturbant pour moi.

    Que le PS ou Miss Sandrine protège les droits des étrangers, c’est fort possible. Mais pour ce qui concerne les propos que vous avez mentionnés, il n’est pas question ici “d’étrangers” mais de FRANCAIS. Donc accuser quelqu’un – ou un parti – d’être celui de “l’étranger” est fort de café !

    “Sans aller jusqu’à penser qu’un tel excès prenne le caractère d’un aveu, puisqu’il n’y a que la vérité qui blesse, je ne peux qu’être effaré à l’idée qu’un parlementaire puisse songer à actionner la Justice dans un débat avec un autre parlementaire au sujet d’une question qui est purement politique, celle de l’intérêt national.”

    Tout de même, M. VANNESTE. Pas trop d’emballement non plus. Miss Mazetier est une personne qui perd, à l’évidence, son sang froid très rapidement. Mais de là à parler “d’intérêt national” pour une simple lettre aux répercussions juridiques proches de zéro…!

    “Il est acceptable que les conceptions d’un socialiste et celles d’un gaulliste s’opposent sur la Nation, la nationalité et les « droits » des étrangers.”

    Mais où voyez vous des “étrangers” M. VANNESTE ! Vous nous parlez de Français du sol et de Français du sang ! Les premiers ne sont pas plus “étrangers” que les seconds !

    “Il n’est en revanche pas tolérable qu’un parlementaire républicain, qu’un démocrate, s’attaque à ce pilier de nos institutions qu’est la liberté d’expression, inscrite dans la Constitution et dans la loi sur la liberté de la presse.”

    Tout a fait, M. VANNESTE. Mais il n’est pas plus concevable qu’un député de la Nation, un démocrate, foule au pied l’article 1er de la DDHC, pilier juridique de cette même Constitution ! Et de la France en elle même !

    Je vous rappelle que – il est pourtant simple de lire la Constitution – la République est indivisible. Autant dire qu’il n’y a d’un coté que les Français et de l’autre que les étrangers.

    La loi dispose que ceux ci (Français et étrangers) peuvent obtenir la nationalité française de manière diverse et variée…Mais le processus d’acquisition se doit d’être égal en droit.

  16. @ seb:

    ” Je vous rappelle que – il est pourtant simple de lire la Constitution – la République est indivisible. Autant dire qu’il n’y a d’un coté que les Français et de l’autre que les étrangers. ”

    Les députés de droite respectent l’indivisibilité de la France, contrairement aux parlementaires de gauche et aux juges qui sont leurs complices. Je citerai à nouveau ces trois exemples:

    1) Lorsqu’il était premier Ministre, Lionel Jospin a violé le premier article de la Constitution en donnant à Andorre un morceau du territoire de la commune de La Porta. Le but était d’extorquer la France et le conseil général des Pyrénées Orientales en les empêchant de construire et d’amortir le pont routier menant au tunnel d’Envalira. Qu’a répondu le conseil des tas ? Je n’annule pas la promulgation du traité franco-andorran puisque Jacques Chirac a promulgué ce traité le 28 août 2001 en vertu d’une loi. C’est un mensonge éhonté puisque la promlugation des traités par le chef de l’Etat est une règle constitutionnelle et non pas législative. Ce bobard de la “haute juridiction” administrative n’était qu’un prétexte pour se déclarer incompétente.

    2) Lorsqu’il était ministre des Transports, Jean-Claude Gayssot a violé le premier article de la Constitution en signant avec son homologue italien le traité du 29 janvier 2001 disposant que la vallée de la Maurienne est régie par le droit international de telle sorte que les gisements découverts appartiennent au découvreur et non à une collectivité territoriale française. Et on sait qu’en août 2009, les travaux de la liaison Lyon-Turin-Ferroviaire étaient suspendus puisqu’une entreprise italienne avait découvert en Maurienne un important gisement de fer.

    3) Lorsqu’il était Ministre de l’Outre-Mer, Jean-Jack Queyranne a violé l’article premier de la Constitution en faisant voter à la majorité de gauche la loi du 21 décembre 1998 qui prévoit les modalités de la consultation électorale au sujet l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie alors même que la révision du 12 juillet 1998 ne concernait que les conditions et délais de cette consultation. Et, le conseil constitutionnel étant à l’époque sous majorité de gauche, il a refusé de déclarer inconstitutionnel l’article 217 de la loi du 21 décembre 1998 !

  17. “Les députés de droite respectent l’indivisibilité de la France”

    Il s’agit en fait de celle de la République, qui ne reconnaît – fidèle à la DDHC – que ses enfants et les autres.

    “contrairement aux parlementaires de gauche et aux juges qui sont leurs complices.”

    Chose un peu facile quand on sait que le “droit des minorités” a été voté par les 3/5 des parlementaires !

    “1) Lorsqu’il était premier Ministre, Lionel Jospin a violé le premier article de la Constitution en donnant à Andorre un morceau du territoire de la commune de La Porta. Le but était d’extorquer la France et le conseil général des Pyrénées Orientales en les empêchant de construire et d’amortir le pont routier menant au tunnel d’Envalira. Qu’a répondu le conseil des tas ? Je n’annule pas la promulgation du traité franco-andorran puisque Jacques Chirac a promulgué ce traité le 28 août 2001 en vertu d’une loi. C’est un mensonge éhonté puisque la promlugation des traités par le chef de l’Etat est une règle constitutionnelle et non pas législative. Ce bobard de la “haute juridiction” administrative n’était qu’un prétexte pour se déclarer incompétente.”

    Hum…Pas tout à fait. Puisqu’un traité ne peut être adopté par la France que si on a : 1) adoption par le Parlement, 2) signature du Président

    Il y a aussi un deuxième élément qui peut expliquer la position du Conseil d’Etat : le fait que le Chef d’Etat de la France est le “prince consort” d’Andorre. Aucun chef d’Etat n’étant autorisé à céder ses titres hérités du passé, et les avantages qu’il procure à la France, on peut considérer que le Conseil d’Etat a pris le parti de se dire que tant que la situation est celle ci, le territoire n’est pas touché. Même si je partage vos doutes. Andorre est une principauté sous l’égide de la France et de l’Espagne. On ne peut donc pas dire qu’elle est, à cet égard, une terre “étrangère” !

    “2) Lorsqu’il était ministre des Transports, Jean-Claude Gayssot a violé le premier article de la Constitution en signant avec son homologue italien le traité du 29 janvier 2001 disposant que la vallée de la Maurienne est régie par le droit international de telle sorte que les gisements découverts appartiennent au découvreur et non à une collectivité territoriale française. Et on sait qu’en août 2009, les travaux de la liaison Lyon-Turin-Ferroviaire étaient suspendus puisqu’une entreprise italienne avait découvert en Maurienne un important gisement de fer.”

    Bon, déjà je crois qu’on peut écarter le don de prescience pour M. GAYSSOT. Je ne connais pas ces motivations pour le traité…Mais là encore, s’il était si nuisible au pays, pourquoi le Parlement l’a t il adopté et le Président signé ? Il n’y était pas obligé…Surtout que sa place imminente, au contraire du Président tchèque par ex, le met en indépendance vis à vis du Parlement.

    Après, ce qu’il serait bon de savoir, c’est si ce traité a nécessité une révision constitutionnelle. Comme çà, on y verrait plus clair sur la “violation de l’article 1er”.

    “3) Lorsqu’il était Ministre de l’Outre-Mer, Jean-Jack Queyranne a violé l’article premier de la Constitution en faisant voter à la majorité de gauche la loi du 21 décembre 1998 qui prévoit les modalités de la consultation électorale au sujet l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie alors même que la révision du 12 juillet 1998 ne concernait que les conditions et délais de cette consultation. Et, le conseil constitutionnel étant à l’époque sous majorité de gauche, il a refusé de déclarer inconstitutionnel l’article 217 de la loi du 21 décembre 1998 !”

    Le Président du CC était R. Dumas. Un homme effectivement partial, j’en conviens. Mais nous en avons, je crois, déjà parlé. Surtout, si ce dernier était “de gauche”…Sachant que le Président était J. CHIRAC, qui a nommé des amis “de droite”, que le Sénat était “à droite” (son Président du moins) et qu’un membre était de “droite” encore (VGE pour ne pas le citer) çà fait quand même peu de personnes “de gauche”…Surtout que le PM n’a pas son mot à dire dans la distribution des postes des Sages, sauf par le biais (dans le cas de la “gauche”) par l’A.N !

  18. @ seb:

    ” Mais là encore, s’il était si nuisible au pays, pourquoi le Parlement l’a t il adopté et le Président signé ? Il n’y était pas obligé… ”

    Je vous répondrai par cette question: pourquoi Jacques Chirac a-t’il signé le Traité de Nice du 26 février 2001 dont Valéry Giscard d’Estaing nous disait qu’il était le plus défavorable aux intérêts de la France jamais conclu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.