Conséquences de l’IVG -QE-

M. Christian Vanneste interroge Mme la ministre de la santé et des sports sur la nécessité de mieux connaître, afin de les prendre mieux en compte,les conséquences de l’interruption volontaire de grossesse par les femmes, et notamment ses retentissements psychologiques. En effet, il ressort du rapport de l’inspection générale des affaires sociales sur l’interruption volontaire de grossesse et la « prévention des grossesses non désirées », qui lui a été remis le 2 février 2010, que la HAS constate qu’il « existe peu de données concernant le retentissement psychologique de l’IVG ». De ce fait, l’accompagnement spécifique qui doit, selon ses recommandations, être proposé est défini de façon empirique par les équipes, en fonction de leurs orientations propres et des moyens dont elles disposent. Le rapport complet sur l’interruption volontaire de grossesse explicite que, « au-delà des seuls aspects physiologiques, l’IVG demeure un événement souvent difficile à vivre sur le plan psychologique. Cette dimension, si elle est volontiers mise en avant, manque d’éclairage objectif et scientifique ». Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui indiquer si elle entend engager, et dans quel délai, une étude épidémiologique sur ce sujet particulièrement important, alors même qu’il est généralement occulté.

Réponse du Gouvernement :

Les conséquences psychologiques d’une interruption volontaire de grossesse (IVG) apparaissent fortement liées à la qualité de la prise en charge de l’acte tout au long de la démarche de l’intéressée : attitude positive des professionnels vis-à-vis d’une demande légitime, possibilité donnée à la femme de participer aux décisions à prendre (méthode d’interruption de la grossesse, technique d’anesthésie, etc.). À cet égard, conformément aux recommandations émises en 2001 par la Haute Autorité de santé sur l’IVG, la formation des équipes chargées de la mise en oeuvre de cette activité est encouragée. Par ailleurs, un accompagnement à caractère psycho-social est proposé aux femmes ayant recours à une interruption volontaire de grossesse. En application de l’article L. 2212-4 du code de la santé publique, toute femme qui souhaite accéder à une aide sur ce plan peut bénéficier d’entretiens avec des professionnels qualifiés, avant et après l’intervention. La mesure de l’impact psychologique de I’IVG par le biais d’une enquête menée auprès de femmes ayant eu recours à cet acte rencontre des obstacles qui apparaissent difficiles à surmonter. Il apparaît, en effet, indispensable d’éviter un mode d’interrogation des intéressées susceptible de mettre en cause la confidentialité de leur démarche vis-à-vis de leur entourage. Il semble, par ailleurs, délicat d’inciter des femmes qui n’en auraient pas exprimé le souhait à effectuer un retour sur une épreuve qu’elles ont souvent surmontée au terme d’un cheminement douloureux, comportant parfois une prise de décision difficile.

Question publiée au JO le : 02/03/2010 page : 2291
Réponse publiée au JO le : 06/07/2010 page : 7668
Date de renouvellement : 29/06/2010

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services