Frais cachés des banques françaises

M. Christian Vanneste appelle l’attention de Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur les frais cachés des banques françaises. Les banques françaises comptent en Europe parmi les championnes des frais cachés onéreux et peu compréhensibles pour leurs clients, a dénoncé la Commission européenne dans un rapport, le 22 septembre 2009. La gestion d’un compte courant en France – le compte sur lequel sont versés les salaires et sont effectuées la plupart des transactions – revient en moyenne à 154 euros, ce qui place les banques françaises dans le peloton de tête des plus chères, en troisième position derrière l’Italie (253 euros) et l’Espagne (178 euros). Un rapport ne cite pas de noms, mais les études comparatives réalisées en France montrent que les principales banques du pays se tiennent sur les tarifs (147 à 206 euros). La cotisation pour une carte bancaire varie ainsi de 39 à 48 euros et le transfert d’un plan d’épargne logement dans un autre établissement est facturé entre 50 et 80 euros. L’écart est parfois considérable avec les autres pays de l’Union européenne. La Belgique facture ainsi la gestion d’un compte courant 58 euros, la Bulgarie 27 euros. Il aimerait savoir ce que le Gouvernement pense de ce rapport et ce qu’il compte faire sur ce sujet.

Réponse du Gouvernement :

Le 16 mai 2008 est entré en vigueur le décret n° 2007-1611 du 15 novembre 2007, qui plafonne les frais bancaires pour incidents de paiement, pris en application de la loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale. Ce décret prévoit que le montant maximal des frais bancaires dans le cas du rejet d’un chèque est de 30 euros pour les chèques égaux ou inférieurs à 50 euros et de 50 euros pour les chèques de plus de 50 euros. Pour le rejet d’un virement ou d’un prélèvement, le montant maximal des frais bancaires ne peut excéder le montant de l’ordre de paiement pour les paiements de moins de 20 euros. Il est plafonné à 20 euros pour les paiements d’un montant supérieur. En cas d’incidents répétés pour un même paiement, le décret prévoit que le consommateur pourra demander à sa banque le remboursement des frais perçus au-delà du montant facturé pour le premier rejet. Le montant des frais bancaires relève des politiques tarifaires des établissements de crédit. L’action des pouvoirs publics porte donc sur la transparence des tarifications et l’accentuation de la concurrence entre les acteurs. La réglementation impose aux établissements de crédit la transparence concernant les tarifs des services bancaires qu’ils appliquent, afin de permettre aux clients de comparer les offres des banques et de choisir la banque qui répond le plus à leurs attentes. À ce titre, les établissements de crédit sont tenus d’informer leurs clients des conditions générales de banque qu’ils pratiquent pour les opérations qu’ils effectuent (art. R. 312-1 du code monétaire et financier). Cette information peut se faire par tous moyens : affichage ou mise à disposition de brochures dans les agences, site internet de la banque ou envoi d’un courrier à la clientèle. Les établissements de crédit doivent également communiquer par écrit à leurs clients qui ont signé une convention de compte tout projet de modification des conditions tarifaires applicables au compte de dépôt, et ce trois mois avant la date d’application envisagée (art. L. 312-1-1 du code monétaire et financier). Par ailleurs, la loi n° 2008-3 du 3 janvier 2008 pour le développement de la concurrence au service des consommateurs a permis la mise en place d’un récapitulatif annuel des frais bancaires, qui est adressé depuis le 1er janvier 2009 aux clients des établissements de crédit. Cette mesure va permettre d’accroître la transparence sur les frais bancaires et ainsi aux clients de faire jouer la concurrence entre établissements de crédit, en fonction de leur propre consommation bancaire. En toute hypothèse, le titulaire d’un compte de dépôt doit être informé des frais prélevés par la banque dans le cadre de l’utilisation d’un découvert, autorisé ou non. L’arrêté du 8 mars 2005 pris en application de l’article L. 312-1-1 du code monétaire et financier précise en effet les principales stipulations devant figurer dans la convention de compte de dépôt. Parmi ces stipulations figurent les conséquences et le tarif applicable en cas de position débitrice non autorisée, ainsi que les conditions d’utilisation, les commissions pratiquées et les principes d’indexation d’une position débitrice autorisée de moins de trois mois lorsque cette dernière est prévue. Enfin, le projet de loi portant réforme du crédit à la consommation adopté en première lecture par le Sénat le 17 juin 2009 et qui devrait être examiné par l’Assemblée nationale au premier trimestre 2010 encadre le régime des découverts et des dépassements. Ainsi, les découverts d’une durée comprise entre un et trois mois sont soumis à un régime allégé qui prévoit des règles adaptées relatives à la publicité, l’information précontractuelle et contractuelle et une information sur la variation du taux débiteur. Les découverts d’une durée supérieure à trois mois sont soumis au régime du crédit à la consommation. Dans tous les cas, les découverts d’une durée supérieure à un mois font l’objet d’une information régulière sous la forme d’un relevé. Les dépassements d’une durée supérieure à un mois doivent quant à eux donner lieu à une information régulière et, en cas de dépassement significatif, à un avertissement spécifique.

Question publiée au JO le : 29/09/2009 page : 9153
Réponse publiée au JO le : 23/03/2010 page : 3366

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services