Berlin, 9 novembre 1989, visionnaire rétrospectif

Le 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin et donc de l’effondrement du communisme, comme idéologie et comme système, est un évènement qu’il convient de saluer. Comme toutes les fêtes, il comporte des moments joyeux et même franchement drôles.

C’est ainsi que l’on découvre avec beaucoup d’intérêt qu’un certain nombre de responsables politiques occidentaux avaient prévu l’imprévisible et accompagné l’avènement de l’impossible. J’ai assisté, la semaine dernière, dans le cadre d’un colloque organisé par la Fondation Robert Schuman et la Fondation pour l’Innovation politique, à une étonnante intervention d’Hubert Védrine, président de la Fondation François Mitterrand, qui a, avec le sérieux qu’on lui connait, enfoncé tous les records d’idolâtrie. Bien sûr, François Mitterrand avait parfaitement prévu la réunification allemande et l’effondrement du système communiste. Sa discrétion face à la “panique de Margaret Thatcher” (dixit Védrine) n’avait pour but que de faciliter le processus. L’ennui vient de ce que Margaret Thatcher elle-même révèle que François Mitterrand (comme François Mauriac) lui avait avoué qu’il aimait tellement l’Allemagne qu’il préférait en avoir deux… Sa présence à Berlin-Est dans les derniers jours du système d’occupation soviétique, appelé RDA, son échange téléphonique avec les putschistes de Moscou quelques années plus tard, sont assez révélateurs de l’état d’esprit de celui qui n’avait pas hésité à s’allier aux communistes en France, et était très attaché à ce que le monde restât ce qu’il était, c’est-à-dire un monde ou l’équilibre de la terreur laissait des dizaines de millions d’européens sous la coupe du premier grand système totalitaire du 20ème siècle. François Mitterrand n’était pas le seul, Hans-Dietrich Genscher, le libéral Ministre des Affaires étrangères allemand de l’époque, avait lui-aussi prévu les évènements. L’ennui c’est que Lech Walesa avec lequel il avait eu un échange quelques mois plus tôt se souvient que le Ministre allemand avait avoué qu’il ne verrait jamais de telle révolution se produire de son vivant.

Alors, il faut fêter ce 9 novembre comme une grande victoire du camp de la Liberté sur celui des idéologies totalitaires, et sans doute comme la véritable fin de la seconde guerre mondiale ; féliciter les vrais héros, ceux qui se sont battus à l’intérieur des systèmes comme Walesa ou Vaclav Havel, ceux qui les ont véritablement prévus comme Hélène Carrère d’Encausse, et enfin reconnaître que deux hommes les ont causés ou au moins précipités, le Président des États-Unis qui a épuisé l’URSS, et le Pape Jean-Paul II qui a démontré que l’âme de la Liberté ou la Liberté de l’âme était plus puissante que les divisions blindées…

Articles liés

3 commentaires

  1. Par ailleurs, regardant LCI, j’apprends de Vincent Hervouet que François Mitterrand ne s’est pas contenté de rendre visite aux dictateurs est-allemands un mois après la chute du mur, mais a signé avec ce régime fantoche et oppressif un traité d’amitié de 5 ans. Quelle lucidité ! Quel sens de la prévision ! Je note seulement que Vincent Hervouet a eu beaucoup de mal à rappeler ces faits tant Michel Field a essayé de le faire taire…

  2. Je me rappelle du 9 novembre 2009, de la divine surprise de la chute du mur. Un peu plus d’un mois après dans un mini-siège de l’ambassade de Roumanie, nous suivions la chute de Ceausescu.
    Les étudiants libéraux que nous étions vivaient la mort du communisme, malheureusement 20 ans après le cadavre bouge encore.
    On pourrait en citer du Brecht si encore on pouvait oublier sa biographie.

  3. Le mur de Berlin a été largemlent remplacé par le mur du système financier créé par le monopole abusif des banques. Le choix de l’Europe pour une économie de marché devrait avoir sa cohérence au niveaude la régulation financière , c’est hélas loin d’être le cas.

    Les banques et les grandes sociétés cotées trouvent par exemple normal de tendre la sébille auprès des épargnants mais peu se soucient d’envoyer à leurs actionnaires un formulaire de vote. Certains cercles de dirigeants conservateurs sont franchement hostiles à ce que les patrons rendent des comptes et soient soumis au contrôle par la foule de leurs actionnaires.
    Les partisans de la liberté des internautes et de la démocratie économique et sans doute vous-même soutiendront la pétition de [[http://www.directvote.fr]]
    bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.