Au sujet des prises d’otage de cadres d’entreprise (QE)

M. Christian Vanneste interroge M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville sur les prises d’otages de différents cadres d’entreprise par des salariés. Celles-ci sont de plus en plus fréquentes. Dans un entretien accordé au quotidien Marianne, Annick Coupé, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires, déclare soutenir totalement “ces prises d’otages dès lors qu’elles ont démocratiquement décidées [sic!], exercées collectivement [re-sic!] et qu’elles ne blessent pas physiquement des responsables hiérarchiques[re-re-sic!]”. Il aimerait connaître l’avis du Gouvernement sur ces prises d’otages et savoir ce qu’il compte faire afin de garantir à chaque citoyen, quel qu’il soit, ses droits les plus fondamentaux, comme celui d’aller et venir librement.

Réponse du Gouvernement :

Le début de l’année 2009 a été marqué par d’importants conflit collectifs, liés à des restructurations industrielles. Une minorité d’entre eux a plus particulièrement retenu l’attention, pour avoir donné lieu des formes de manifestations visant des dirigeants d’entreprise, retenus sur les sites pendant plusieurs heures. Si ce type de conflit n’est pas nouveau dans l’histoire sociale, il n’en est pas pour autant banal. C’est la raison pour laquelle, dans des contextes souvent difficiles, l’inspection du travail compétente est intervenue systématiquement à plusieurs reprises en vue d’une médiation et a suivi activement les conditions de déroulement de la grève. Il ressort de l’examen du déroulement de ces conflits que c’est l’articulation, souvent déterminante, des interventions de l’inspection du travail et d’autres acteurs, publics (sous-préfet, procureur, juge des référés, élus…) ou privés (unions départementales de syndicats, avocats…), qui permet de régler, dans les meilleures condition possibles, ce type de situation. Au-delà, les juridictions sont garantes du respect du droit du travail et, le cas échéant, de l’application des sanctions prévues en ce cas par le droit pénal. UMP 13 REP_PUB Nord-Pas-de-Calais O

Question publiée au JO le : 14/04/2009 page : 3472
Réponse publiée au JO le : 13/10/2009 page : 9773

Articles liés

Un commentaire

  1. Une question qui méritait d’être posée.
    J’aimerais si il y a eu des suites légales à ces actes inqualifiables et si il est prévu qu’Yannick Coupé réponde de son soutien à de telles pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services